L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Jeu 3 Mai - 9:31

Raulvolfoni



Raulvolfoni a écrit:
Comment ça, je suis l'heureux gagnant d'une mise en procès ?!?!?!

Je me prélasse dans la grand salle du petit bordel bourgeois et champêtre de la « Cuisse rose ». Le nom est stupide mais le cadre assez cossu, les prix pas trop charnus. Je m'y suis fait mon petit trou, depuis une semaine.
D'abord en aidant à mettre dehors des clients par trop perturbateurs. Mais ça, à peu près tout le monde s'y était mis, dans une ambiance assez carnavalesque. Ensuite en cassant la tête au meneur, furieux, venu le lendemain pour terroriser son monde. Et surtout en épuisant toutes les filles le soir-même.
Vive la pharmacopée mauresque, et bénis soient les apothicaires prévoyants, mais quand même... Je ne crois pas trop à tous les compliments qu'on m'y fait, mais oui, je suis le héros de la semaine, quoi. Peut-être du mois s'il ne se passe vraiment rien de plus excitant.
On est en Bourbon-Auvergne, d'accord, mais quand même...


Quand cette patrouille aux armes du BA m'interpelle. Dosage classique : un type chétif, tête de fouine, sourire plein d'aérations, haleine de goupil ; quatre gros costauds au front bas ; un mastiff, sans doute nourri au petit lait depuis ce matin pour lui exciter l’appétit.

- Voix sifflante de l'avorton : Raul Volfoni, c'est bien toi ? Niark...

- Ma, ça dépend, signor, si c'est pour des dettes, il vient de partir...

- Sourire qui se veut éclatant : Dettes judiciaires : tiens, voilà ta convocation. On t'attend...Niark, niark...

- Arrêtez de sourire, signor... Si, c'est carrément malsain, vous savez ? Bon, qu'est-ce qu'elle dit cette convocation ?

- Sourire hésitant, il a du mal à comprendre le détail de ce que je viens de lui dire, puis finalement il s'en tamponne, donc derechef : Raul Volfoni, tu es l'heureux gagnant d'une mise en procès par le Bourbonnais-Auvergne ! Entendons-nous bien. Tu as l'obligation de t'y rendre, sous peine de hart.
Chacun son dû : tu gagnes un procès, les bourgeois gagnent des contrôles fiscaux... Niark, niark, niark...


D'où ma réplique plus haut...
Je lis la missive
Je suis énervé, mais ça se passe bien. Le bordel se réveille, personnel dont filles, derniers clients dont habitués. Y compris le frère de la cousine par alliance au 3e degré d'un juge de Clermont. L'essentiel, c'est que ça suffise pour calmer la patrouille, qui se met à picoler. Sur son compte.
Oui, à l'origine, l'idée d'épuiser les filles vient de lui, pari à la clé. Il se proclamait plus vaillant sur le long terme que moi. Perdu, mon petit gars. Méthodes naturelles, écologie, respect du temple sacré de son corps, qu'il disait ? Tss, jamais entendu parler de la science averroïste ?
Je me demande s'il ne fume pas sa barbe de temps en temps, le propriétaire de chèvres ? Oui, il exploite ses terres comme un gentilhomme campagnard qu'il est, et vante les qualités de ses troupeaux. En particulier les chèvres. Ce qui laisse rêveur... Cela étant, il est bon compagnon de débauche, dépensier et bon perdant, pas si fréquent...


J'écris un petit courrier à Nenu, il me semble qu'on avait vaguement causé justice, la dernière fois qu'on s'est croisé, elle s'y connaît certainement mieux que moi. Je prévois encore deux ou trois trucs. Dis à Marguerite de bien planquer mon sac et mes maigres possessions. Dépense ce qui me reste comme argent. Choisit le vin. Donne des instructions à droite et à gauche...
Il était temps, la patrouille en est à son troisième cruchon. Par soldenier. Tête-de-fouine commence à s'impatienter, en s'inquiétant visiblement de la réaction du juge. Un truc comme ça...

On se met en route.
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Jeu 3 Mai - 9:32

--Gens_du_ba
PNJ

--Gens_du_BA a écrit:
Bon... ca n'avait pas vraiment été facile mais voilà qu'ils étaient en route. Les ordres avaient vaguement parlé d'une mission rapide... finalement c'est la descente qui l'avait été, la mission... un peu moins. Enfin le larron s'était tenu à carreau, voir sympathisant, ca donnait du coeur à la tâche. Fait dire que se taper 150 lignes de rapport par jour aux frais de la princesse, pour finalement sortir de temps en temps les yeux plus en face des trous, des noms d'étrangers inconnus au bataillon plein la tête, pour aller distribuer les avis d'arrestation et autres contraventions, dans le principe ca fesait réver. Mais la Pratique, elle, se révélait moins réjouissantes quand il fallait aller tirer le cordon de braie aux colosses mal rasés pour leur imputer de les suivre, sous peine de... on espérait toujours que le type suivrait avant qu'on ait le temps de finir la phrase.

Pourquoi je pense à tout ca moi ... J'ai du forcer sur le carafon. Concentration, on perd pas le gugus des yeux.

Une, deux, une, deux.. quelques regards enpassant per dessus le décolleté de Josette qui distribue les petits pains sur le marché... première à droite.. Le Raul il est toujours là... Voilà.


Messire Raul ! On y est - c'est le palais de Justice. Un instant, j'vous prie.
Politesse, mère de tous les succès Very Happy Ne jamais froisser un criminel bati trois fois mieux que soi. Ni le regarder dans les yeux, en général ils ont de la répartie, et si pas... ba ca fait encore plus mal.

Après quelques échanges courts, brefs et de petite durée, l'affaire était dans le sac - Colis livré - Vu l'heure, restait plus qu'à retourner finir le quatrième carafon Very Happy


--Gens_du_ba a écrit:
Youuohhhouuuu, celui là c'est moi qui le prend !!!!!

Yvon avait pas laissé une chance aux autres. Alors que les huissiers raclaient quelques fonds de gorge.. laissaient tomber brusquement leur coude de l'accoudoir en se laissant aller à piquer du nez .. ou se repeignait pour la trentième fois de la journée la raie à gauche avec un vieux peigne bien gras... Yvon, lui, attendait impatiemment le fameux Raul. C'est qu'être Yvon dans un milieu d'homme comme au tribunal, pas simple tous les jours. Alors quand il avait entendu dire qu'un beau Raul, fort et entreprenant allait se faire livrer pour quelques pacotilles de grand chemin, Yvon avait senti son coeur s'emballer Very Happy

La braie violette bien repassée, un peu de parfum à la rose fraiche, une chemise rosée largement entrouverte, et surtout, SURTOUT, bondir le premier dés que le paquet serait arrivé.

Il en fit presque renverser le tabouret, alors que les autres huissiers cachaient très mal leur envie de ne pas bouger d'un poil.

Yvon se lance donc à l'assaut du malfrat.


Sieur Raulvolfoni ?

Très large sourire ---

Je suis à votre service ! Vous voulez bien me suivre ?

Haussement de sourcil provocateur - Le Yvon fait le tour du larron et avance les bras pour recevoir le mantel du bellâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Jeu 3 Mai - 9:34

Raulvolfoni


Ouhlà, mais c'est que c'est un mignon tout parfumé et ému que voilà.
Penser à le laisser devant soi, impératif. Heureusement que je garde le manteau. Que mon cul soit joliment moulé en mes chausses ne concerne que la gente féminine. Bon, c'est toujours mieux qu'un vieux gratte-papier qui se cure le nez avec sa plume.
Mais bon, si tu crois que des bougres comme toi, je n'en ai pas vu avant...
Ma cape ? Pas bête, ça vous pose tout-de-suite son gentilhomme.


A mon service, comme c'est bien dit ? Voici, signor. J'en profite pour vous remettre mon épée, je la suppose de trop. Sourire. Portez-y garde je vous en fais ma supplique, j'y ai fort attachement.

On voit tout-de-suite que vous êtes de bonne maison. Et que vous avez conscience qu'un tribunal n'est point qu'une chambre d'enregistrement au service des grands, mais le lieu de l'impartiale justice.

Et hop, un petit compliment, on attrape mieux les mouches avec un tonneau de sourires qu'avec une louche de vinaigre.

Mais dites-moi donc votre nom, ? Vous allez pouvoir m'être de grande aide, je ne connais rien à tout ceci.
Savez-vous si maîtresse Nénuphar, mon avocate est déjà icelieu ?
Ma, mais quelle belle tenture. Et cet écu, que symbolise-t-il ? Et ce signor, que fait-il là ? Quel est son office ? Présentez-nous donc ...

Et bla-bla-bla, et bla-bla-bla



Aqwaqwaqwaqwa



Correspondance entre Raoul et Aqwa

Citation :


Roaul... non...Ruaoul... hum...Raoual...

Bref..

Machin,

Ca y est je suis sur le trône!!! Je commence à comprendre ce que ressentent les souverains lorsqu'ils règnent sur leurs sujets. En clair, je t'écris des latrines du tribunal. Cet endroit me rappelle un peu ma roulotte sauf que malheureusement c'est mieux rangé et que ca sent meilleur. Je vais tenter de corriger cela sous peu.

Je voulais te dire un truc sur la juge du BA. J'ai voulu inaugurer une technique d'hypnotisation par frottage longitudinal de mon manche qui devait se finir par une carte de France en sauce faite maison et après j'assenais le coup de grâce avec une demande de non mariage à poil. Bref, la technique imparable.
La bonne nouvelle est que cela a marché et la juge est restée sans voix, la bouche grande ouverte ce qui m'a d'ailleurs donné une autre idée pour un prochain procès. Pour la toile de maitre, c'est la Bretagne. J'avais confondu au départ avec Le Languedoc parce qu'il faut bien l'avouer, ces deux régions, en plus d'être situées l'une à côté de l'autre, sont quasiment identiques.

Le problème est que la greffière a été aussi hypnotisée et du coup cette truffe n'a pas retranscrit ma plaidoirie. Mais l'autre gros problème, c'est qu'à l'heure où je t'écris la juge est encore la bouche ouverte!! Des spécialistes des quatre coins de France ont été appelés en urgence pour la déshypnotiser. Il paraîtrait même que le Pape et sa femme seraient en route.
Moi je leur ai dis que je pouvais lui faire un truc dans le bas de son dos qui allait la réveiller à coup sûr mais ils m'ont dit que j'en avais trop fait. Voilà tu veux aider et c'est comme ça qu'on te remercie.

Mon conseil est surtout: ne tente pas cette technique secrète. Imagine si tout le monde à l'audience se retrouvait dans cette posture?! Il serait vraiment très dommageable - je viens d'apprendre ce mot, c'est mon premier mot de quatre syllabes - que la Juge reste encore bloquée pendant 6 mois.

Les gardes frappent à la porte, je te laisse.

Aqwa

PS: Il n'y avait plus de papier, j'ai du m'essuyer un peu avec ce courrier avant de l'envoyer. Ne t'en fais pas pour le piaf, je lui ai arraché le nez pour qu'il ne sente rien.






Nenuphar



[Dans une salle d'audience vide, juste à côté]

Ulyceduel ?!
...
Ulyceduel ???
...
Uly-ce-duel ?
...

Savez-vous si maîtresse Nénuphar, mon avocate est déjà icelieu ?


Nénuphar avait surestimé la distance entre le haut de sa tête et le bas du plateau du bureau du juge sous lequel elle cherchait. Entendant son prénom, la cavalière en procès avait voulu relever un peu trop brusquement la tête et s'était cognée.

Ouch !

Elle grimaça et porta une main à son crane pour frotter comme si cela pouvait empêcher la bosse de se former. Elle accourut dans le couloir d'où sortaient les voix et se trouva face à face avec Raul, encadré par des gardes. La différence de stature entre les gardes et le prévenu mais aussi l'idée qu'ils n'étaient pas trop de trois pour arreter l'Italien la fit sourire.

Tiens ! Raul... Te voilà arrivé là, toi aussi ?
Qu'est ce que tu deviens ?


D'accord! La question était idiote et mal choisie...
Parce qu'elle savait très bien ce qu'il faisait ici...

C'est que je n'ai plus de nouvelles depuis des jours, je m’étais un peu habituée...
Je croyais que tu étais mort...
C'était peut être un peu gros, là.

Hum...
Bref ! Revenons à notre... à nos affaires. Excuse-moi, mais je ne peux pas être ton avocate véreuse, Raul. Je suis moi même sur le point d'être jugée. Enfin quand je dis sur le point... ça fait déjà quatre jours que j'attends qu'elle se décide.
...
Qui ? Mais, Ulyceduel tiens, la juge...


Puis s'adressant à tous, gardes et prevenu.

Vous ne l'auriez pas croisée en chemin par hasard ?

Sans attendre leur réponse, Nénuphar mit ses mains en porte voix et tenta une dernière fois...

U-LY-CE-DU-ELLLLLLLEEEEEUUUUUHHHH !!



Raulvolfoni



Tiens, Nenu, quel bonheur ?! Tête d'Yvon qui voit de la concurrence dans l'environnement. Mais qui se rassure vite à la conversation :
Nenuphar a écrit:
Tiens ! Raul... Te voilà arrivé là, toi aussi ?
Qu'est ce que tu deviens ?

C'est que je n'ai plus de nouvelles depuis des jours, je m’étais un peu habituée...
Je croyais que tu étais mort...

On n'est pas plus aimable...
Quoi ?!?! Plus d'avocate véreuse, quelle guigne la gueuse...
Mh, envie d'une bonne bière, moi, je me demande bien pourquoi ?
Quatre jours ?!?!
Je jette un regard dubitatif à Yvon. S'il semble se promettre du plaisir à attendre en ma compagnie, il comprend que les délais de la justice, qu'il représente, quand même, un peu ! ne m'incitent pas à partager son enthousiasme prospectif...
Comme le montre très bien mon regard peu amène.


Nenuphar a écrit:
U-LY-CE-DU-ELLLLLLLEEEEEUUUUUHHHH !!

On se débouche les oreilles difficilement. Je souris, faussement embarrassé :
- Elle a du coffre, hein ?
Yvon a l'air d'intégrer une donné supplémentaire dans la liste des choses abominables de la gente féminine, à le voir...
Je l'achève avec un
: Bon, il ne me reste plus qu'à faire appel à sa collègue, l'admirable Emiliane.
Yvon fait la tête...

Un pigeon se pose alors sur mon épaule. Hélas, ce n'est pas un courrier d'admiratrice, mais tant mieux à l'odeur. Le pauvre Yvon manque de défaillir, j'ai -presque- honte. Mais ça passe très vite, au demeurant.
La honte, pas l'odeur.
En dépliant le parchemin, je me rends compte de la provenance de l'effluve.


- Mh, signor Yvon, à mon service avez-vous dit ? Alors rendez-moi ma cape et tenez-moi ce parchemin déplié , je vous prie, que je le lise à distance.

Il manque de défaillir mais se sent prisonnier de sa promesse. Le niais...
Ah ben oui, une seule personne au monde pouvait faire cela.
J'en ai cauchemardé, Aqwa l'a fait...

Bon, pas besoin du minet pour répondre. Je le laisse aller se repoudrer, il défaille, j'espère pour lui qu'il ne va pas aux commodités pour se faire, sinon on ne le reverra pas de sitôt. Ou encore plus blême, si le programme « je repeins tout du sol au plafond » d'Aqwa est normalement exécuté.

Je prends ma plume et trace quelques mots. Le piaf est hors d'état d'aller très loin, mais il retrouvera bien son maître (le pauvre).


Citation :
Au signor Aqwa, mi canardi trempé dans la grappa

Je trouve assez sympathique que nous nous écrivions alors que nous sommes dans le même bâtiment.
Je te sais gré de ton conseil. Je ne sais pas trop comment ça fonctionne la justice en général, et dans le coin en particulier. J'ai de toute façon un peu de mal à m'exprimer à mon aise en public dans certains registres. Surtout celui-là.

Mais pour te remercier, je voudrais quand même te faire un cadeau. Peut-être deux.
Le premier, c'est dans la phrase suivante : « Il me serait impossible d'arriver à la même apothéose judiciaire que toi, il me semble que tu es hors-concours ».
Te voilà donc propriétaire d'un deuxième mot de quatre syllabes, ça peut toujours servir.

Le second dépend de ta présence encore longue ou non aux commodités du palais de justice. Si tu as commencé ton œuvre décorative comme je le soupçonne, un jeune homme excessivement maniéré risque d'arriver pour t'aider, sans le savoir. Il s'appelle Yvon. Ne sois pas trop dur avec lui, il est très gentil même si je pense qu'il prend encore la vie pour un grand gâteau...

Arrivederci, canardi qui fait paraît-il « pouik, pouik » dans le bain

PS : tu es sûr que le pape arrive ? Je croyais qu'il avait été pendu ou brûlé ou je ne sais plus quoi en début d'année ? Ou c'est son fils qui l'a remplacé ?
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Jeu 3 Mai - 9:40

Emillane



Elle travaillait avec acharnement et persévérance en son humble bureau quand un pigeon vint la distraire d'affaires urgentes et non moins sérieuses...

Comprenez donc qu'elle était à demi endormie sur la table d'une taverne plus que douteuse après avoir passé plus que la journée à boire, chanter, danser et tenté d'entrainer un ou deux jeunes hommes élégants dans ses délires avinés...Mais jamais personne ne parviendrait à lui faire avouer tout cela car la maligne avait une mauvaise foi inégalable.

Emi jugea pourtant bon d'attraper le volatile avant qu'il ne vienne la décorer à sa manière. D'un geste presque habile en son état, yeux à peine ouverts, elle retira le message de la patte du pigeon qui aurait fini écraser contre le mur si dieu ou ses saints, enfin l'évolution à vrai dire, ne lui avait donné des ailes.
Elle grognait, pestait contre dieu et ses saints justement! Enfin contre celui qui lui dépêchait ce message qui était arrivé un peu trop prestement à son goût.

Qui pouvait bien avoir l'indélicatesse de perturber son labeur ?
N'avait-il donc aucune idée des efforts que lui demandait le simple fait de redresser la tête et d'ouvrir ses yeux fragiles au soleil?

Semblait-elle si désœuvrée que quiconque pouvait se permettre de déranger la concentration extrême que lui demandait l'éveil?

Jurant qu'on ne l'y prendrait plus, elle finit par se décider à crier famine à la tavernière lui priant de lui servir quelques chopes pour subsister et trouver le courage de lire ce message.
Dans un brouillard qui se dissipait doucement, elle distingua quelques mots que son esprit avertir put mettre bout à bout...

Tribunal, procès, brigandage, Nénuphar, besoin, avocate, tu viens?
Raul.


La signature eut un effet surprenant sur une femme aussi accaparée par son travail.

Vite, beau, rejoindre, charmant, tribunal, élégant, avocate, beau parleur, charmeur, beau, habile, envie, désir, passion, baiser....Censure!

Elle se leva prestement, monta dans sa chambre, prit braies et chemises, passa aux bains, se coiffa, arrangeant au mieux son allure en une mise stricte et sérieuse...et tout cela, miraculeusement, sans vomir!
Puis, se précipita au tribunal, pour défendre, celui qui lui demandait de plaider pour lui.




Levio



Levio avait reçu un billet de la part du secrétariat d'accueil. Il enfile sa toge, et sort rapidement de son bureau. En quelques couloirs, le voilà dans l'entrée du palais de justice, témoin, pour une fois, du désordre qui y régnait. Évitant d'entrer en matière aux appels à la conversation, il se faufile vers un garde, donne quelques instructions, montre quelques personnes du doigt, et conclut avec une frappe appuyée derrière l'épaule.

Pendant que le Procureur filait vers la salle d'audience, le garde rassemblait les intéressés et annonce -

Ouverture du procès contre Messire Raulvolfoni !.. S'iou plaît, suivez moi bonnes gens, c'est par iciiiiii !

Dans la grande salle du tribunal, le Procureur attendait déjà à sa place, souriant, que tout le monde le rejoigne.



Aqwaqwaqwaqwa


Toujours en
pleine séance de son procès, un garde, d'une raideur digne d'un barre
chocolatée, marchait avec un plateau visiblement en argent et se
dirigea vers Aqwa. Arrivé à un mètre de lui, le garde s'inclina et lui
dit


- Messire Aqwa, un courrier de la part de Maestro Emperio Raul tutti frutti quanti.



Aqwa regarda le plateau et vit un piaf
visiblement sans vie avec un rouleau enfoncé dans le derrière. Il
s'empara du piaf et lança au garde


- Tiens c'est pratique, j'y avais jamais
pensé! Et dire que comme tout le monde, j'enroule le papier autour de
la bague du piaf. Merci George! Prends ta pause mon vieux, je vais dans
mon bureau. Préviens moi si la juge se réveille et accepte de ne pas
m'épouser.




Aqwa se leva se dirigea de nouveau vers
les latrines du tribunal. Il s'assit de nouveau sur les chiottes. Il se
laissa aller à des sonorités rondes et grasses entrecoupées de largages
dont il avait le secret et il écrivit




Citation:

Raoul,



Voici la seconde fois que je suis sur le trône aujourd'hui. J'ai été
réélu à la majorité de mon suffrage. Je ne pensais pas qu'être un roi
exigeait autant de responsabilités et de présence ici lieu.



C'est très aimable à toi de vouloir m'apprendre plus de mots mais tu
sais c'est très bien que si j'apprends ce nouveau mot de 4 syllabes, il
va falloir que je renonce à utiliser 2 mots de deux syllabes ou 1 mot de
3 syllabes et 1 mot de 1 syllabe etc... Et c'est autant de richesse que
je perdrai. Je ne suis pas donc prêt. Peut être que dans 15 ans lorsque
j'aurai oublié la signification de dédommagemable.. dédomataj-mahal...
de dédémangemal..... Rectification je suis prêt. Par contre, j'ai essayé
d'employer ce mot avec des gens dans la salle mais ils ne connaissent
pas. Je te soupçonne de mentir comme tous ces italiens. Je m'explique:
si la personne à laquelle tu t'adresses ne s'appelle pas Théoz, il est
très difficile de lui parler de sa peau. Par contre j'ai rencontré
quelqu'un qui s'appelait Thicaire et j'ai pu lui parler de sa peau sans
aucun problème.



Pour Yvon, je suis tout à fait d'accord avec toi. Yvon voir ce qu'Yvon
voir! Yvon payer ces pouilleux à me faire autant attendre!! C'est mon
anniversaire surprise bordel!!



Quant au Pape, j'en suis certain. Il pourra sûrement faire quelque
chose... Comme tu le sais, le Pape est très très riche, ça dépasse
l'entendement. Et je ne dis pas cela parce qu'il est sourd. Tu vois la
plupart des gens paye en argent, en écus. Le Pape, lui, il a sa propre
monnaie. Il paye tous ces achats en ligne. C'est le fameux compte Papal.
En clair, dès qu'il doit payer un truc, le Pape, il prend une feuille
et il dessine des traits. Tu me croiras ou non mais personne ne peut
contre faire sa signature. C'est pour ça que c'est le Pape.



Bon, je retourne à ma sauterie. D'ailleurs, tu es le bienvenu si tu as
un instant pour venir passer, il y a quelques filles à qui j'ai parlé de
toi et qui ont hâte de faire une petite passe en ta compagnie si
créole...



Aqwa.



PS: est ce que tu pourrais venir avec du papier parce que j'ai en plus
dans mon bureau et je ne voudrai pas abuser et en demander au Palais? Je
veux pas faire mauvais genre.






Aqwa se releva et remonta ses braies.
Il rejoignit les invités de son anniversaire surprise. Il y avait une
bonne ambiance et tout le monde avait l'air de s'amuser. Tout le
monde... sauf une personne dont Aqwa ne quittait pas le regard. Il était
suspendu à ces lèvres - celles du haut.

Aqwa pensa que la Juge ne savait pas quoi dire, peut être avait elle
oublié son texte avec toute cette émotion... Alors il lui prit quelques
instants pour lui écrire son texte. Une fois fini, il s'approcha d'elle
et lui tendit le papier devant les yeux




Citation:

Mon Aqwa d'amour,



Je suis très émue... je suis tellement contente si tu savais.... C'est
vrai que cela fait plusieurs semaines déjà que nous vivons en parfaite
harmonie notre amour et qu'il est très dense, tellement dense que j'ai
du mal à le contenir... Je m'occupe de toi dès que tu le veux et tu fais
de moi ce que tu veux.. et en plus nous n'avons même pas besoin de nous
parler pour ne pas nous comprendre!!

J'aime tellement lorsque nous nous bagarrons même si c'est toujours toi
qui gagne et que je finis avec des marques... toutes ces traces que tu
laisses fait de mon corps une véritable oeuvre de lard.. J'aime aussi
beaucoup tes mots tendres et chargés d'affections... Bon c'est vrai que
j'ai du mal à encaisser tellement ils sont chargés mais c'est la
première fois que l'on me traite de la sorte et qu'on me fait vraiment
sentir .... Femme.



Bref, je ne vais pas faire durer le suce-pens... C'est Oui, un très
grand OUIIIIII qui vient du plus profond de mon être!!! Je serai la plus
heureuse des femmes si tu me prenais comme non épouse...Et par
conséquent je te déclare non coupable des choses qui te sont reprochés
en dehors du fait qu'elles dates de 6 mois maintenant et que la date
d'expiration a été dépassée contrairement à mon amour qui est infini...
et sans fin. C'est la peau de Théoz comme dirait Raoul!!



A mon non époux! Tous avec moi: A Aqwa!!!
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Jeu 3 Mai - 9:43

Nenuphar



Nenuphar a écrit:
Un procès en attente et une nouvelle fois c’était le bordel dans le couloir d'un tribunal qui tournait au ralenti.

Le fumet étrange s'échappant d'un pigeon qui volait bas en direction de Raul et qui évita de peu Nénuphar, lui fit pincer le nez. Un garde qui s'appelait Yvon assurait à lui tout seul le spectacle. Puis Emilane arriva toute pimpante. De loin, au moins, elle semblait pimpante... Et enfin le procureur à l'extinction de voix essaya d'orienter tout le monde vers un endroit plus approprié. Il ne manquait plus que le marchand de saucisses...

Après que le procureur se fut entretenu à voix basse avec des gardes, Nénuphar se retrouva encadrée par deux d'entre eux, et pas des plus frêles. Ils l'empoignèrent et la soulevèrent pour l’emmener à l'exact opposé de la salle que venait d'indiquer Levio.


- Hey... Mais lâchez-moi ! Brutes épaisses !

Ses jambes donnaient des coups de pieds dans le vide. Pourquoi diable le magistrat n'avait il pas choisi Yvon pour la mettre à l’écart ?

- Pas la peine de crier ma P'tite Dame...
- ... la juge a rendu son verdict dans votre affaire.
- Bah si c'est la peine de crier, la preuve... Je serais toujours là à attendre sinon...
Et puis cessez de m'appelez "votre petite Dame"!


Pigeon retour, qui vole de travers et pousse un roucoulement un peu sinistre.

- Vous m'emmenez au non-mariage d'Aqwa et d'Ulyceduel, elle s'est prononcée là dessus aussi ?
- Heu... Non...
- Pas que je sache...
- Nous, on garde les geôles !
- Enfin c'est pour ça qu'on touche notre solde...
- Mais si vous voulez aller boire un coup pendant vot' séjour...
- ... C'est nous qu'il faut voir pour, vous savez... les pots-de-vin !
- Ah...
Donc, j'ai ecopé d'une peine de prison c'est ça ? Pourtant j'avais fait un effort pour plaider dans le style auvergnat...
- Ça sera trois jours pour vous !
- Sans compter que maintenant vous êtes estampillée Hydre !
- Fini de faire le mariole...


Avec ce qu'il lui restait de coffre, Nénuphar cria à ceux qui partaient vers la grande salle du tribunal :

Raul je vous retrouve à l'audience, avec un peu de chance je serai sortie avant la fin de la lecture de l' acte d'accusation . Emi, en tant qu'avocate, tu pourrais te renseigner sur ce que ça implique d'être estampillée Hydre ici?

Elle lut un petit panneau en forme de flèche qui indiquait la direction des geôles. Les gardes bifurquèrent en se lançant un coup d'oeil complice.

- La fin de la lecture de l'acte avant trois jours...
- Hé hé hé!
- Possible, si le procureur ne s'endort pas lui même...
- Vous surestimez l'efficacité de la justice de notre duché, ma p'tite Dame !
- Je vous ai déjà dit que je ne suis pas votre...


Ça n'en valait pas la peine. Elle soupira et leva les yeux au ciel – pas de pigeon dans ce coin du tribunal.

- Estampillée Hydre... Et ben ! On peut pas dire... Ils sont perspicaces ici !





Raulvolfoni



Un garde m'apporte un courrier. Tiens, Aqwa ? Est-il prolixe, tout-de-même !? Allez, zou, une petite réponse.
Citation :
Au signor Aqwa, mi canardi à l'orange

Je te sens chaud-bouillant, limite cuit, je ne sais pas pourquoi ? Je suis confus de te faire un cadeau si encombrant. Et par contre, j'ignorais qu'on pouvait en faire usage avec les apothicaires, merci à toi !

Laisse tomber le pape : finalement, trouver de l'argent, je sais faire. Le dépenser, j'excelle. Mais sa gestion.... Et oui, mes compatriotes italiens sont bons, moi moins... D'où mon exil, j'avais l'air un peu ridicule chez moi...
Je te l'accorde, pour le mensonge, par contre, je dépasse largement la moyenne, ça en fait une si on croise les deux...

Je dois décliner ton invitation, j'ai un rencard avec la charmante Emie. Et un juge, mais je ne sais pas s'il plairait à Yvon ? Saute bien, en tout cas. Je te passe le salut de Nenu qui vient de passer en urgence, j'aurais peut-être la cellule voisine ? Renseigne-toi sur les pots-de-vin si tu peux, ça peut servir je crois.

A ce propos, j'ai graissé la patte du gardien avec de l'huile, il devrait t'apporter du papier. Sinon, c'est qu'il y met une mauvaise volonté manifeste...

"Arrivée d'air chaud" (je ne suis pas sûr de la traduction ?), canardi qui fait « pouet-pouet » dans le bain dit la légende

Levio a écrit:
Ouverture du procès contre Messire Raulvolfoni !.. S'iou plaît, suivez moi bonnes gens, c'est par iciiiiii !

Ah, il est temps ?
M'ouais, sans mon épée, même dans les mains d'Yvon, c'est comme le copain Lucky Luciano. Mais si, il ne voulait jamais aller au tribunal sans placer son cheval, célèbre obsédé sexuel comme le disait son nom, à l'une des fenêtres pour se laisser une chance de s'évader...
Ah ben le revoilà, assez pâle, une ou deux traces sur sa chemise mais pas plus dérangé que ça. Il n'a pas dû atteindre les lieux d'aisance, le pauvre. Je lui rends ma cape.
Entrons dans la salle...


Y'a du monde, c'est bien, un peu de beau monde, quand même pas mal de curieux, pas assez de jolies femmes pour se pâmer devant ma beauté, dommage, et pas mal de ploucs a priori. Classique, hélas...
Je préfèrerais quand même qu'Emie soit là. C'est que je n'y connais rien, moi ?

Au moment où je vais prendre ma place, qu'un garde compte me céder gracieusement (encore heureux), j'entends quelqu'un qui lâche :


Bla-bla-bla...'ernardo... bla-bla-bla ... poutré par une armée du BA... bla-bla-bla... jugé par-dessus et condamné... bla-bla-bla...

Quoi ?!?!?!

(hrp : sorry, suite demain, obligé de m'arrêter)
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Jeu 3 Mai - 9:45

Emillane



L'air frais lui avait remis les idées en place. Stratégique, déterminée, la rousse était décidée à paraître si sûre d'elle que personne ne pourrait la contredire...
Elle arriva d'un pas décidé et ferme, se tenant très droite...

Elle gagnerait son premier procès...foi d'animal, d'amiral, ou d'avocate sans diplôme!

Hélas, la porte à peine franchie, sa tête fit au moins 300 tours sur elle-même.
La scène était au moins digne de l'apocalypse, ou de la peau d'Alice, elle ne savait plus guère...
Pigeons allant et venant d'ici et de là...Gueux qui hurlaient, vociféraient à l'image d'un garde qui cherchait à rassembler une partie de ces piafs hurleurs dans une des salles. Jouant les guides de musée, il conservait un air patibulaire qui laissait penser qu'il était prêt à dévorer quelques uns avant peu...

On ne peut pas dire...ces auvergnats ont vraiment la tête de l'emploi...mais un emploi de bête féroce sans cervelle...le rhinophantoin...Elle était sûre que c'était ce nom qu'elle avait, un jour, entendu dire par un voyageur des terres lointaines...

Soudain, elle fut ramenée à une réalité aussi bruyante que malodorante par une voix qu'elle reconnut bien que celle-ci soit perdue dans les aigus et dans le brouhaha...Nénu....Elle se tourna au moment où deux costauds courtauds la faisaient quitter l'entrée du palais par une sombre porte...noire quoi!
La rousse parvint pourtant à saisir un ....ce que ça implique d'être estampillée hydre....

Bousculer quelques personnes, avoir l'air hautain, trouver la salle d'audience, y pénétrer, s'installer avec assurance à la place de la défense, jeter un œil, l'autre pouvait servir plus tard, et s'assurer que le beau raul n'était pas attribué...arrivé!
Il était...là, dans toute sa beauté, sa splendeur et son élégance...
Procès gagné, c'était assuré! songea Emi qui avait entendu dire que la juge se pâmait devant les bellâtres et ne prononçait alors nul mot...pas même si le jugé s'absentait....

Elle sourit et offrit un clin d’œil au beau Raul avant de s'installer et de s'empresser de répondre à Nénuphar. Avoir l'air affairé comme une avocate s'épuisant à la tâche lui donnerait plus d'assurance et de légitimité qu'un diplôme.

Emi réfléchit estampille....cachet...seing...paraphe...signature....griffe...empreinte....sceau!!!!
Voilà, elle écrivit aussitôt sur le velin auvergnat....
Chère Nénuphar,
Je crois que ça signifie qu'ils promettent de t'offrir un sceau de l'hydre à ta sortie de prison..j'ai entendu dire qu'ils étaient riches et généreux...tu peux attendre un sceau en or pur!!! félicitations Nénuphar!


Relevant la tête l'air épuisé comme si elle venait de gravir le Mont Ventoux en calèche, elle appela un des gardes et vociféra sur lui à la mode de la haute:

Affaire urgente...pressez vous..que faites vous encore à m'admirer? Allez, courez, volez vers la prison et remettez ce pli à une jolie brune nommée Nenuphar..Et si l'envie vous en prend, je vous autorise à la ramener..je suis avocate, de dieu! Et fille du frère du cousin de la nièce de la juge!! Vous allez m'obéir plus vite?
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Jeu 3 Mai - 9:47

Ulyceduel



Dans le bureau de la Juge


La juge travaillait avec acharnement sur les dossiers que les serviteurs lui déposaient à un rythme soutenu. Elle travaillait sur un dossier plus particulier pour lequel l'audience n'allait pas tarder à débuter. Elle étudiait donc les quelques documents qui lui avaient été remis pour bien retenir tous les tenants et les aboutissants.

Plonger dans ses pensées, elle en fût sortie lorsque deux gardes du palais viennent la prévenir que l'audience va commencer.

Elle se lève et revêt sa robe de magistrat, se dirige vers un petit chevet où y est déposée une carafe remplie d'un liquide orangé et des petits verres. Pour une fois, un petit peu de cette liqueur de mirabelles ne lui ferait pas de mal car le procès risquait de se dérouler avec beaucoup de surprises. Elle avale le liquide délicieux du bout des lèvres, en laisse la moitié puis se saisit de son dossier.

Elle regarde les gardes :

Messieurs, je vous suis !

Arrivée au Tribunal


Rejoint par les greffiers, le petit groupe arpente les longs couloirs du Tribunal pour arriver finalement devant une petite porte qui permet de rejoindre la salle d'audience autrement que par l'entrée principale.

Les gardes ouvre la petite porte qui permet au Juge de rejoindre la salle d'Audience.

D'une voix forte, ils lâchent :

Mesdames et Messieurs ! La Cour !

Le silence se fait dans la salle tout naturellement.

Ulyceduel monte les 4 marches qui lui permettent d'arriver devant le gros fauteuil imposant qui surplombe la salle. Rapide coup d'oeil circulaire puis signe de tête au procureur.

Les greffiers s'installent et prennent leur plume pour retranscrire chaque minutes de ce procès.

Ulyceduel s'asseoit dans son fauteuil, dépose son dossier et regarde le procureur.

Monsieur Le procureur Levio, l'audience peut débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Raulvolfoni

avatar


Compétences
Force:
Capitaine: Non
Fonctions: deuxième meilleur amant du monde (mais il fait des efforts)

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Sam 19 Mai - 1:33

RaulVolfoni
Citation :
Quoi ? Mon valet sourd-muet-aveugle Bernardo ?!?! Il a été poutré par armée auvergnate en maraude ?! Quand je butinais Maud la modeste modiste au modelé modèle ?!
Il est tombé et je n'étais point là ?!?! Il a été jugé en plus, au mépris le plus maladivement méprisant de la Charte du Juge !!!!

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.

Ô rage ! ô désespoir ! ô injuste ennemie ! (Yeux et bras au ciel, doigts tremblants)
N'ai-je si bien vécu que pour cette infamie ? (Regard de dégoût sur moi, ça marche à tous les coups)
Et ne me suis-je durçi dans les travaux larroniers (Geste du vol furtif, yeux pétillants)
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ? (Larme à l'oeil sur les lauriers au sol)
Mon bras qu'avec envie toutes les dames admirent, (Sérieux d'abord, sourire orgueilleux après, puis très très légère auto-distanciation)
Mes bras, qui tant de fois ont larroné des empires, (Poing et mâchoire fermés)
Tant de fois affermi le trône de l'Hydre, (Sourire cynique du méchant)
Trahit donc mon valet, et n'est là qu'au chibre ? (Bras écartés, regard désespéré vers l'endroit stratégique)
Ô cruel souvenir de ces doux ruts passés ! (Main sur le front)
Oeuvre de tant de jours en un jour effacée ! (Mains qui tendent à se rejoindre, puis s'effondrent)
Folle indignité, si fatale à mon bonheur ! (Yeux exorbités et mains qui tirent sur les cheveux, puis la droite sur le cœur)
Précipice élevé d'où tombe mon honneur ! (Main sur le front qui regarde le fond du précipice ; c'est loin...)
Faut-il dans cet éclat, voir rire le Bourbon, (Brusque demi-tour et poing levé vers l'écu ducal qui trône dans la salle)
Et mourir sans vengeance, ou vivre avec le bourdon ? (Dégoût, puis attitude bravache)

Nenni !!!!!

Je me tourne vers Yvon, déjà tremblant, et le prend par le col.

Ô jeune vermisseau, entends ma colère
Que ton duché infâme prépare ses cimetières
Ses paysages sont désormais couverts de pals
Satan lui-même a peur en entendant vos râles
Quoi ! croire avoir dans l’œil semence divine,
Quand on se vautre, maladroit, dans sa bibine ?

Je lâche Yvon et traverse la salle, de lieu en lieu, de garde en greffier, gestes amples amplifiés par les plis de mon manteau (ça fait plus dramatique, il faut bien le dire).
Et ma voix tonne !

J'écrase plateaux et volcans,
L’Hydre détourne rivière Loire,
Elle change de lit, tout fout l'camp
Nature barrée, j'ai envie d'boire ?!

Entends-tu le saccage du bocage de Bourbon ?
Entends-tu le vol noir du corbeau sur les plaines ?
Heu, non, pas terrible pour un pays de plateaux et de puys, marchera pas, ce truc-là, il vaut mieux laisser tomber...
Moulins mouliné meurt, nulle main sur qui compter
Montluçon en pâmoison en perd son blason !
Montpensier terrassée pleure et panse ses plaies
Les gens de Thiers se taisent : n'ont plus ni doigts ni toits
Les clercs de Clermont crament et clament après leur âme !
Montbrison brisée pleure ses berceaux saccagés
Vois vierges de Polignac pleurer pucelage
Murat mourut ; en ses rues, morts moisis, morts pourris
Aurillac raques, et rend des rêves plein de cadavres !

Poings au ciel, regard fou, sourire carnassier.


Y'a pas, je suis le plus beau...

Levio
Citation :
Quelques secondes à peine que le procureur avait pris place sur son siege, et voilà le boucan qui emplissait la grande halle d'accueil du palais.. Sans trop comprendre ce qu'il se passait, habitué des hurlements et des revendications lancées par les accusés une fois le marteau du Juge tombé, Levio fut heureux de voir les premiers arrivants faire leur entrée.

Bien qu'il ne soit pas évident de discerner qui était présent dans la salle d'audience ou non, l'accusé du jour, lui, ne pouvait être raté. Levio rit en l'entendant verser sur son sort et celui de ses amis.. L'homme avait du verbe, cela promettait d'être divertissant, à défaut de ne l'être soi-même.
Citation:
Mesdames et Messieurs ! La Cour !


OUpss... on se lève... Salutations à madame le Juge.

Citation:
Monsieur Le procureur Levio, l'audience peut débuter.


Levio observe l'accusé pour vérifier qu'il avait terminer son tour des tables à sa place. Et s'avance.

Madame le Juge, merci,

Messire RaulVolfoni, Milles merci également pour cette représentation. Nous ne manquerons pas de noter vos revendications. Nous allons donc démarrer votre procès.

Signe vers Yvon, qui se réajustait le col et avait troqué son regard mielleux envers l'accusé pour un zeste d'effroi..

Citation:
En ce dix-neuvième jour du mois d Avril de l an de grâce 1460 s ouvre la comparution de Sire RaulVolfoni devant Madame le Juge Ulyceduel, présidant la Cour de justice du Bourbonnais-Auvergne, suite à la mise en accusation par le Procureur Levio, requérant pour trois ressortissantes du Duché du bourbonnais Auvergne: Dames Hygie, Orckis et Iliana.


La salle fesait alors silence pour entendre la raison de l'accusation. Levio s'avance à nouveau et déclare:

Sire Raulvolfoni, vous comparaissez aujourd'hui devant cette Cour car vous êtes accusé de Trouble à l'Ordre Public selon l article 3, Titre B du Livre III du Codex du Bourbonnais Auvergne. Vous êtes soupconné de Brigandage au sein de nos frontières.
Avant d'aller plus avant dans le procès et les détails de l'accusation, un huissier va maintenant vous faire lecture de vos droits et de quelques informations, soyez attentif. Huissier s'il vous plait ...

Sur un signe du Juge, un homme s'avance

Messire RaulVolfoni, vous avez le droit de vous faire représenter, à titre gratuit, par un avocat du Duché , dont voici l adresse :

tend un parchemin à l accusé
Citation:
http://bourbon-auvergne.forumactif.com/informations-du-duche-f225/liste-des-avocats-du-barreau-du-bourbonnais-auvergne-t13457.htm#424305


Vous pourrez trouver leurs locaux en suivant ces indications: Forum principal - Duché du Bourbonnais Auvergne - Les institutions auvergnates - Salon d accueil du barreau des avocats

Vous avez également le loisir d appeler plusieurs personnes à la Barre pour témoigner et soutenir votre défense. Vous devrez justifier à la Cour de la necessité de leurs témoignages et Madame le Juge en décidera. Ils pourront alors également être soumis à interrogatoire par l'accusation.

De plus, nous ajoutons que si vous veniez à vous terrer dans le silence ou à quitter cette salle au cours de votre procès, vous en êtes le seul responsable. En vertu du principe de condamnation par défaut de la Charte de Bonne Justice de la Cour d Appel, votre absence ou silence ne peut servir à invoquer une atteinte aux droits de la défense. Tout retard ou empêchement doit être notifié à notre Cour de Justice, dont le Juge ici-présent sera seul à en accepter ou non les termes.

Voici un document vous expliquant le Corpus Juris Civilis, code en vigueur sur le territoire du comté du Bourbonnais Auvergne, et ses procédures:

Tend un second parchemin à l accusé
Citation:
http://bourbon-auvergne.forumactif.com/affichage-des-lois-f9/


L huissier retourne a son siege et le Procureur conclut

Messire RaulVolfoni, avant d'énoncer l'acte d'accusation, pouvez vous nous signifier si vous désirez être assisté d'un avocat ?
Revenir en haut Aller en bas
Raulvolfoni

avatar


Compétences
Force:
Capitaine: Non
Fonctions: deuxième meilleur amant du monde (mais il fait des efforts)

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Sam 19 Mai - 1:34

Emillane
Citation :
Après avoir envoyé le garde jouer les pigeons, Emi se tourna vers le beau Raul pour qui se tenait la fête...normal qu'il ait donc le plus beau rôle dira-t-on!

Bien qu'il ne put avoir ignoré l'entrée de la juge qui n'était plus béate, ou bien justement parce qu'elle était entrée, Raul se mit à vilipender quiconque ou personne, en marmonnant, criant, vitupérant ou même déclamant vérités et délires...En écoutant un moment sa diatribe, Emi se dit qu'il ne divaguait pas plus que ça...
Enfin, quand même, où s'était-il trouvé un serviteur sourd, muet et aveugle? Probablement, dans une taverne ou plutôt au fond d'un tonnelet de vin....

Percevant, la grimace de la juge qui aimait avoir la bouche ouverte, la rousse s'approcha de l'innocent accusé et lui murmura :
Dis, Raul, nous avons un problème!
Surpris, un peu à bout de souffle, il se tourna vers elle pour lui répondre:
Lequel? Regarde, non! Tous les spectateurs ont l'air d'apprécier mon éloquence!
Oui, Raul, bien sûr et les femmes sont suspendues à tes lèvres...
Non, pas réellement!!! Enfin, pas encore..., ajouta-t-elle en regardant la juge du coin de l’œil...

Elle allait reprendre le fil de son Ariane, ou de son explication quand elle fut interrompue par un pantin en toge qui annonça, avec cérémonie :
La cour!
Se lever, ils l'étaient déjà...L'allure fière et l'élégance d'une supériorité reconnue de tous et surtout d'eux, ils finirent par s’intéresser à la fête.

Ou alors en donnèrent ils l'illusion alors que les spectateurs remuaient, bousculaient bancs et voisinage, ou même toussaient...
Illusion donnée, ils reprirent, à voix basse, leur captivante discussion:
Le problème est plus simple, ou pas...Voilà, tu....celui dont tu parles avec tant de verve...
Fernando?
Oui, lui...Il n'a jamais été ton serviteur sourd, muet et aveugle!
Plaisanterie!
Si, Raul! D'ailleurs, tu n'as jamais eu de serviteur voyeur... euhh non voyant, ni sourd, ni aveugle... ou pas plus que les auvergants quoi.
Ah, vraiment?
Pour tout te dire....tu n'as jamais eu de serviteur!
Ah, maintenant que tu le dis... Bon, ben, tant pis alors... C'est pas la même chose, c'est moins grave...quoique ...

Il laissa sa phrase et sa pensée en suspens...Tous deux venaient de se rendre compte que la salle, hommes et femmes, juge, procureur et tutti quanti à présent, était suspendue aux lèvres ou à la réponse de Raul.
Supposant que personne ne pourrait longtemps retenir son souffle, Il leur fallut repasser les bruits et paroles à l'envers et recoller les morceaux de ce qu'ils avaient perçus pour donner réponse.

--P.oizond_et_cie, PNJ
Citation :
Soudain, dans le fond du tribunal...
BOUM !
BOUM !
BOUM !
BOUM !


[Flash back nécessaire pour comprendre l'origine des Boum !]

Les jeunes filles en fleur avaient attendu toute la journée dans la grande salle d'audience du tribunal. Raul Volfoni était leur ménestrel préféré. Elles connaissaient tout son répertoire par cœur. Toutes leurs maigres économies passaient dans les produits dérivés à l'image de l'artiste. Même cape, même chemise brodée et mêmes bottes, achetées à prix d'or à une tisserande de Clermont. Avant de venir, elles avaient aussi dessiné un faux tatouage avec les initiales RV entrelacées sur leurs mains.

Elles s'étaient promises de ne pas crier, de ne pas être hystériques, de rester normales pour attirer l'attention du prévenu, mais quand il déclama son poème... elles ne furent plus qu'une succession de cris et de voyelles allongées...

(Yeux et bras au ciel, doigts tremblants)
Pam serra contre son cœur une icône de Raul Volfoni négociée durement pour 5 écus à un peintre sur le marché.
(Regard de dégoût sur moi, ça marche à tous les coups)
Rauuuuuuuullllllll !
(Geste du vol furtif, yeux pétillants)
Aaaaaaaahhhhhh...
(Larme à l'oeil sur les lauriers au sol)
Han, il est trop bôôôôôôôô...
(Sérieux d'abord, sourire orgueilleux après, puis très très légère auto-distanciation)
Trop stylé !
(Poing et mâchoire fermés)
Quel talent...
(Sourire cynique du méchant)
Patr... Iiiiiihhhhhhhiiiii...ck!!!
(Bras écartés, regard désespéré vers l'endroit stratégique)
Et cette voix !
(Main sur le front)
Rauuuuuuuullllllll ! Par ici !
(Mains qui tendent à se rejoindre, puis s'effondrent)
Merveilleux !
(Yeux exorbités et mains qui tirent sur les cheveux, puis la droite sur le cœur)
Il est parfait !
(Main sur le front qui regarde le fond du précipice ; c'est loin...)
Il m'a regardée !
(Brusque demi-tour et poing levé vers l'écu ducal qui trône dans la salle)
Il m'a regardée !
(Dégoût, puis attitude bravache)
Il m'a regardée ! Il m'a regardée !
(Poings au ciel, regard fou, sourire carnassier.)
Soupirs...
Y'a pas, c'est lui le plus beau...



Dans le fond du tribunal, Pam Oizond et ses copines venaient de tomber dans les pommes.
BOUM !
BOUM !
BOUM !
BOUM !
Revenir en haut Aller en bas
Raulvolfoni

avatar


Compétences
Force:
Capitaine: Non
Fonctions: deuxième meilleur amant du monde (mais il fait des efforts)

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Sam 19 Mai - 1:36

Levio
Citation :
Dans le silence qui avait suivi son intervention, le procureur observait du coin de l'oeil la femme qui se tenait proche de l'accusé et lui avait tenu la causette en bruit de fond...

Bon, il a bien le droit de préparer sa défense ceci-dit, mais il pourrait au moins écouter ce dont on l'accuse.

Certain que Raul ne l'avait écouté qu'à moitié, il s'apprétait à répéter sa question, quand retentirent quatre vautrages sourds et creux au fond de la salle. Levio haussa le regard pour élargir son horizon au delà des bancs du fond, d'aucun ne s'en étonneront, il n'y parvint point. C'est un garde posté dans le coin opposé à la Barre qui les renseigna sur le fait divers.

Yvon, mon brave, peux-tu apporter un rafraichissement aqueux.. enfin un seau d'eau quoi.. aux benjamines de Sieur Raul. Elles semblent manquer encore d'endurance. Et dis leur de s'asseoir que diable. On ne va pas aller les repêcher à chaque fois que l'accusé divague.
Levio regarde l'accusé en levant les yeux aux poutres -

Donc ?

Raulvolfoni
Citation :
Mh, quel bon moment...
Ah, interruption, oui, que dit le signor procureur ? Un avocat, ben, évidem... Ah, oui, non, bien sûr, je n'ai encore rien dit. Mh, je chercher une nouvelle réplique cinglante, terrifiante, à la hauteur de mon juste courroux...

Quand j'entends une série de POM concomitants, du côté de quelques jeunettes à qui j'ai -généreusement- fait l'aumône d'un sourire en entrant. Elles ont du potentiel, certes. Mais sans doute faudra-t-il attendre quelques années avant qu'en leur pressant le nez, il n'en sorte plus du lait...
Et puis, comparée à cette chère Emiliane qui vient me trouver. Ah, chère, chère Emie. Je me laisserai bien aller à mesurer de l’œil son décolleté, mais quelque chose me dit qu'on pourrait jaser...
Hein ?
Comment ça, Bernardo n'est pas mon serviteur ?

Plaisanterie !?!?

Je n'ai jamais eu de serviteur sourd, muet et... ?
Jamais, du tout ?!?!
Un homme comme moi ?
Je ne comprends pas, pourtant, ça fait classe...
Vraiment pas ?
Ah... Bon... Sans doute ?
Je ne vais pas la contrarier. D'abord, il y aura sûrement d'autres raisons, ensuite, elle est si jolie... On ne devrait jamais contredire une... Enfin, pas trop souvent... Pas trop vite...
Mh, bon, on va peut-être retourner au charbon, hein...
Et puis, la surprise devrait arriver ? Oui, là, dans le fond, je les vois, ils attendent mon signal...

Ah, maintenant que tu le dis... Bon, ben, tant pis alors... C'est pas la même chose, c'est moins grave...quoique ...

Pauvre Fernand... Et puis, j'ai perdu mon pari avec le Dodécalogue. Comment il fait ? Bref...

Alors, j'ai dit tout ça pour... rien ? C'est... C'est embêtant...

Oui, surtout quand je vois la tête de certaines personnes dans la salle. Outre la justice qui attend toujours ma réponse, certains des gardes et greffiers que je suis aller narguer dans ma grande tirade (elle était bien, quand même, zut...)...
Bon, un Volfoni n'abandonne jamais. Pas facilement. Le moins possible. Pas trop, en tout cas...
Je reprend la parole en parcourant la salle à nouveau. Je passe d'un garde à un greffier, d'un copiste au procureur, au juge, à tel spectateur, pour faire la démonstration de mon repentir et ma remoritude...

Hum, hum... Hé bien, votre grandiloquence... Sourire crispé... J'avoue vouloir peser... Oups, la poussière, là... Le mieux possible... Je, je vous serre un gobelet de votre cruche ? Non ? Sûr, hein, sans regret ? Bon, bon, je n'insiste pas... En tout cas le moins mal, s'il est possible... Air contrit... Joli, le blason de Montluçon, vous êtes du coin, peut-être ? Mh, oui... Tout en tenant compte de la sagesse des Anciens... Regard de chien battu à la juge... Car, comme disait le grand Tactique au modeste Cicécron en s'essuyant dans la chevelure d'un esclave, à propos des tarifs des maisons de plaisir de la ville paternelle, à moins que ce ne soit l'inverse... Attention, un de vos parchemins va tomber, là... « La valeur n'attend pas le nombre des avalés »...

Enfin, je crois ? Oui, et puis le rapport avec le choucroute ????

Bref, ô magnifuscence ultime... C'est peut-être beaucoup, là, non ? Bof... Je sais gré à la Cour... Il est quand même chouette, votre écu ducal, hein, sans rire... non, vous ne... ? Tant pis. Je saurai gré, pardon, sourire confus, à la Cour, de bien vouloir accepter maîtresse... Quel joli mot, vous ne trouvez pas ? Maîtresse Emiliane, comme représentante de mes intérêts, bref, comme mon avocate...

Et juste avant qu'on puisse me piquer mon art de la surprise, je rajoute, patelin comme le premier bled venu.

J'ai bien conscience que mes propos ont pu dépasser le juste équilibre attendu en une chambre de justice et veut prouver ma bonne volonté en allant jusqu'à avoir du, oui, osons le mot, du regret, si, si.
Aussi, j'offre à l'assemblée une petite [/b]ritournellepar le si délicieux orchestre de la « Cuisse rose », qui je tiens à le préciser, fait des tarifs spécieux, pardon, spéciaux les vendredi et dimanche !!!

Et la nave va...
Revenir en haut Aller en bas
Raulvolfoni

avatar


Compétences
Force:
Capitaine: Non
Fonctions: deuxième meilleur amant du monde (mais il fait des efforts)

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Sam 19 Mai - 1:38

Levio
Citation :
Ayant obtenu réponse, le Procureur voulut reprendre, mais attendit alors, contraint certes, la fin de la musique qui résonnait dans le tribunal. Les meilleurs observateurs remarqueront les légers mouvements de pied au rythme des crecelles, voir même un mouvement de coude aux Hey Hey Hey répétés. Au moins la journée avait son lot de divertissement.

Ulyceduel
Citation :
Depuis son arrivée, la juge constatait que l'accusé n'avait, semble-t-il, pas toute sa tête. Elle n'avait jamais vu non plus un tel raffut dans cette institution. Tout d'abord, lors de la présentation de l'acte d'accusation par le procureur, la discussion entamée par l'accusé et une dame.

Puis vint le tour de jeunes filles qui visiblement découvraient la vie et qui n'avaient d'yeux que pour l'accusé.

Parmi tout ce bruit, j'entends cependant l'accusé me donner le nom d'un avocat :

Citation:
Citation :
Maîtresse Emiliane, comme représentante de mes intérêts, bref, comme mon avocate...


Enfin, un groupe de Troubadour entame un air ma foi bien entrainant, qui dans d'autres lieux, auraient fait monter la juge sur des tables pour danser et boire des bonnes chopines avec ses amis.

La juge prend son maillet et frappe le bureau en s'adressant à la salle.

Mesdames et Messieurs !

Comme vous pouvez le constater, nous sommes içi dans un Tribunal et non sur une scène de Théâtre ! Veuillez faire silence je vous prie durant cette audience ou je serai dans l'obligation de déclarer le huis clos pour cette affaire !

A ces paroles, les gardes se redressent.

Gardes ! Faites sortir ce groupe de Troubadours !

Les Gardes s'exécutent et font sortir les Troubadours et leur attirail interrompant ainsi, pendant quelques minutes, le déroulement du procès.
Dès leur retour, la juge reprend et regarde l'accusé :

Messire Raulvolfoni, dans son acte d'accusation, Monsieur le Procureur vous a tendu un parchemin sur lequel est inscrit le noms des avocats du duché. Je ne peux donc accepter Dame Emiliane pour cette affaire ! Cependant, je l'autorise à venir témoigner à la barre lorsque le Procureur l'appellera.

Regardant la dame en question

Dame ! Je vous demanderai de bien vouloir vous placer sur les places publiques et de quitter le bureau de l'avocat de la défense.

Bien ! Messire Raulvofoni, la Cour aimerait connaitre votre décision quant à un avocat reconnu par notre duché...

Levio
Citation :
Levio sursauta en entendant le marteau frapper à coté de lui.. puis suivit non sans une claire deception la reconduite des troubadours. Aux mots qui suivirent, prononcés par la Juge, Levio hesita un instant, puis se leva pour rejoindre l'accusé.

Messire Raul, afin d'éviter tout malentendu, voici un extrait de notre loi qui justifie la remarque de la Cour.

Citation:
Citation :
Livre IV : De la procédure policière et pénale
Titre B : Du procès
Article 2 : De la défense
Alinéa b : De la plaidoirie et des témoignages de la défense
L'accusé décide seul des témoins qu'il souhaite faire comparaître pour sa défense.
Il peut faire appel aux services d'un avocat.
Seuls les avocats reconnus et autorisés à officier en Bourbonnais-Auvergne peuvent plaider.
Les ordres d'avocats autorisés par le Conseil Ducal sont enregistrés au greffe du tribunal et une liste est fixée par décret.


Citation:
Citation :
Décret "Reconnaissance du barreau Ducale des avocats" relatif à la Loi IV, B, 2, alinéa B
Citation:
De par le manque constaté au Codex du Bourbonnais Auvergne,
En accord avec la loi inscrite au livre IV, titre B, articles 2, alinéa b du Codex du Bourbonnais Auvergne sur les ordres d'avocats et leur autorisation d'exercice,

Décrétons par la présente l'autorisation d'exercer des avocats enregistrés au barreau du Bourbonnais Auvergne auprès du bâtonnier.
Celui-ci devra fournir et tenir à jour une liste de ses confrères au Greffe par le truchement de l'Adjoint au Juge.

Publié le 26 Novembre de l’an de Grâce Mil Quatre Cent cinquante Sept


Décret "Avocats du Dragon" relatif à la Loi IV, B, 2, alinéa B
Citation:
Citation :
Bourbonnais Auvergnats !!

Qu'il soit porté à la connaissance de tous que suite à une communication royale informant de la reconnaissance des Avocats du Dragon au droit de plaider dans tout le royaume, ceux ci se retrouvent de facto autorisés en Bourbonnais Auvergne.
L'avis d'interdiction publié le 26 Novembre se trouve ainsi annulé à compter de ce jour.

Fait à Clermont le 03 janvier 1458
Pour la Duchesse Galswinthe de Lugdarès et son conseil
Noeline de la Fléchère Marigny
Porte Parole ducale.


Vous ne douterez pas que ces restrictions sont posées dans votre seul interêt ; le recours à des avocats professionels reconnus garantissant le meilleur droit à la défense.
Revenir en haut Aller en bas
Raulvolfoni

avatar


Compétences
Force:
Capitaine: Non
Fonctions: deuxième meilleur amant du monde (mais il fait des efforts)

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Sam 19 Mai - 1:39

Emillane
Citation :
Emi n'apprécia que peu l'interruption de la juge. Une première fois déjà, l'homme à la toge avait interrompu leur discussion, et maintenant la muette prenait la parole et renvoyait un groupe de jeunes gens dont la musique était fort agréable...Tout le monde aurait pu se détendre et danser un instant, ou deux malgré la journée à peine commencée. D'ailleurs, Emi dansait nuit et jour, à tout venant, n'en déplaise à certaines...

Le vrai problème arriva quand la juge, inconsciente, déclara que la rousse devait quitter sa place et rejoindre les places publiques.

ELLE? LES PLACES PUBLIQUES? Et pourquoi pas, les bains publics aussi!

Le regard d'Emi, bien que d'un vert presque tendre devint noir d'encre et ses yeux envoyèrent mille éclairs à l'imprudente.

Madame, croyez-vous que je sois icelieu pour vous distraire?
Ne voyez vous à mon habit, à ma mise, à mon aisance, à mon talent....que je suis avocate et défenderesse de cet homme qui s'épanche dans une douleur atroce, presque inhumaine!!! Douleur née d'une erreur grossière, d'un manque de jugement qui finissent par ne plus me surprendre quand je vous entends si peu lucide et clairvoyante!

Comment osez-vous LE priver de moi, de mon aisance, de mon brio?
Suggérer que je vienne témoigner est une insulte à l'ordre des avocats et des juges. Ne faites vous donc aucune différence entre un témoin et un avocat? Pensez-vous que l'avocat suive son client en tous lieux pour être toujours témoin de ces actes et le défendre alors?
Je suis un auxiliaire de justice et veille au respect des droits de mes clients, Madame le juge. Ma fonction est de défendre des personnes physiques ET morales, en plaidant pour faire valoir leurs intérêts devant les tribunaux!

Comment osez-vous lui imposer un avocat reconnu par le duché? Voulez-vous aussi que votre procureur soit son avocat? Ainsi, ce procés ira plus vite! Condamnez-le sans qu'il n'ait pu rien exprimer aussi....Ainsi, voilà, votre justice...une mascarade de piètre qualité devant ces troubadours que vous avez renvoyé, sans discernement...Croyez, soyez sûre que bientôt ils seront troubadours du roy! Il faut vous en convaincre et retrouver un peu de lucidité que votre fonction réclame à corps et à cris...

La rousse fit une pause, cherchant le soutien du public dans les cris qu'elle lui suggérait....
Quelques soupirs mais surtout les cris qu'elle attendait...enfin, pour dire vrai, les cris des 4 pucelles qui se réveillaient et recommençaient à soutenir Raul...
Poursuivant sa diatribe à l'encontre d'une justice totalement injuste, Emi fit un pas, puis deux vers sa représentante. Elle s'avançait avec assurance, l'air féroce, donnant l'impression qu'elle pouvait sauter sur le comptoir...on ne change jamais... pour une conversation plus intime...

Madame, si ainsi l'on peut vous appeler!
Sachez, qu'au fond des eaux, en haut des airs,
Vous n'éviterez point mes représailles secrètes.
Et vous pourrez vous ébattre innocemment,
en quelque prairie ou vallée
Si je vous aperçois de loin,
imprudente Juge...

Emi voulut faire un pas de plus mais elle sentit une main emprisonner son poignet et la retenir avec force. Elle poursuivit pourtant :

vous serez prise au piège de mon courroux
et je....

Alors elle perçut la voix charmante et grave du beau Raul la ramener à la raison ou plutôt à lui...sans doute, voulait-il lui éviter de tuer la juge devant témoins ébahis et silencieux....
Elle se retourne alors, voit son sourire charmeur...
Sans un œil vers la juge, elle ajoute :

Veuillez m'excuser, je dois interrompre cette conversation si charmante et non moins animée...Mon client...OUI, mon client! ..semble vouloir me dire quelques mots et vous comprendrez, j'en suis convaincue, qu'il est de mon devoir de l'écouter....Je suis avocate, Madame, et ne peux choisir nos débats contre un interlude avec votre innocent accusé!


[excuses pour ce pauvre de la fontaine qui doit se retourner dans sa tombe)

Levio
Citation :
Levio s'était bien douté que la situation allait être difficile à dénouer. Fort dommage au demeurant, car le fond du procès s'en voyait ralenti. La revendication étant clairement destinée à la présidence de la Cour en la personne de Madame le Juge, Levio resta impassible en sa chaire et attendit la suite des évenements... non sans un soupir, suivi d'un léger regard au travers de la fenêtre, très court temps d'égarement, immédiatement suivi par un retour aux affaires du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Raulvolfoni

avatar


Compétences
Force:
Capitaine: Non
Fonctions: deuxième meilleur amant du monde (mais il fait des efforts)

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Sam 19 Mai - 1:41

Raulvolfoni
Citation :
Là, je dois avouer qu'elle m'en bouche un coin, Emi.
C'est sûr, déjà, vu son décolleté, j'aurai facilement tendance à parler avec, mais justement, je suis bien élevé, merci la Mama, je ne me comporte pas comme le premier commerçant venu.
Mais en plus, cette capacité à apprécier ma prestation à sa juste valeur. Et avec hauteur, élégance, verbe, s'il vous plaît...
Emillane a écrit:
Citation :
Ne voyez vous à mon habit, à ma mise, à mon aisance, à mon talent....que je suis avocate et défenderesse de cet homme qui s'épanche dans une douleur atroce, presque inhumaine!!!

Comment osez-vous LE priver de moi, de mon aisance, de mon brio?

Ouiiiiii ! Parfait !
Et puis, cette flamboyance, que met en valeur sa chevelure rousse qui danse au rythme de son indignation...
Ouch...
Oui, c'est vrai, ne pas apprécier à sa juste mesure l'orchestre est assez triste. Il aurait pû ponctuer nos déclarations, les reprises et oppositions des juge, témoins, avocat... Mais bon, on avait prévu le coup, quand même... Ils reviendront...

Et elle continue, elle continue, quelle verve !
Cela étant, inutile d'en faire trop, non ? Si ça continue, elle va massacrer la juge sur place, et mon procès va devenir le sien. Hé, chacun son tour d'être un héros. Je viendrais l'aider si elle le veut, pas de problème. D'ici là...
Allez, je remercie le procureur d'un main sur l'épaule. Je le devine repartir un peu déçu vers sa chaire. À moi maintenant.
Je saisis le poignet d'Emi. Voix chaude et virile, sourire moqueur : Laisse, j'ai plus de farce que toi.
Je sors une rose de ma manche. Lui tend.
Regard de braise. Modèle mâle méditerranéen. Sans quitter Emi des yeux :

- Votre Honneur, permettez que je prenne quelques minusculissimes petites minutes pour dialoguer avec celle que je croyais, en toute sincérité, pouvoir être ma défenderesse, avant qu'elle ne se retire. L'ordre bourboniaque-auvergnat sera sauf...
Et c'est parti pour une branle* andalouse, avant que le marteau judiciaire ne s'ébranle ! Oui, je sais, pas ce qu'on danse à la cour du sultan à Grenade, plutôt ce qui se fait dans les bouges de l'arrière-port, mais je suis sûr que ça devrait plaire...

Oh oui, excellent départ. Soit elle y est déjà allée, soit elle a un talent naturel pour ça. Petit sourire réciproque, regard de défi amusé. L'assistance fait le rythme, très bien, c'est quand même plus facile pour nous...
Je mène, elle s'échappe, me rattrape, nous sépare, sarabande satrapique. Les mains, les yeux se cherchent, se trouvent, s'évitent, s'affrontent, se rejoignent, comme les danseurs. Le mouvement nous entraîne, lève ses robes, bras autour de la taille, ripaille de regards.
Emillane, liane... Mh, sûrement une rime (pauvre, d'accord, mais bon...) à retenir...

Mh, signora Emillane, je crois que votre absence sera éminemment regrettable à ce tribunal. Nonobstant, j'aurais grand plaisir à reprendre ce débat, car j'ai grand ébattement à pratiquer un tel branle avec vous...
Me viendrez-vous voir en cellule si d'aventure j'y suis conduit ?

Hélas, il est temps. Comme me le font savoir deux solides gaillards aux armes du BA. Même pas entendu le marteau frapper, tiens ?
Baise-main cérémonieux sans la quitter des yeux. Oui, ça demande un certain entraînement, mais ça vaut la peine, je peux vous l'assurer.
Je me retourne vers la Cour et rejoint ma place, manifestement ennuyé, en remettant mes gants.

Nonobstant l'aimable avis servi par le procureur, l'accusé se passera d'un défenseur. Il a totale confiance en ses verve et intelligence, sans compter sa conviction que les institutions judiciaires du duché feront tout pour éviter une tragique erreur judiciaire (bâillement ostensible).

* Comme le dit si bien Robert Merle, désigne alors tout mouvement, sans la « spécialisation » qui s'y est depuis attachée...

Ulyceduel
Citation :
La juge fût surprise du ton qu'employait l'avocate à son égard mais préféra ne pas répondre. Sans doute le voyage que la femme avait accompli pour arriver jusque dans ce tribunal avait fatigué cette dernière et l'avait quelque peu irrité.

Après un moment de dialogue entre le prévenu et la femme, il se tourne vers la juge pour lui faire part qu'il se défendra seul.

Je vous remercie Messire Raulvolfoni !

Portant son regard vers le procureur, la juge poursuit le procès :

Messire le procureur ! Nous pouvons continuer je vous prie.
Revenir en haut Aller en bas
Raulvolfoni

avatar


Compétences
Force:
Capitaine: Non
Fonctions: deuxième meilleur amant du monde (mais il fait des efforts)

MessageSujet: Re: RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]   Sam 19 Mai - 1:43

Levio
Citation :
Levio pris le temps de rassembler les documents qui étaient posés sur sa desserte, puis se leva pour annoncer distinctement.

Merci votre Honneur,
Messire Raulvolfoni, voici les faits tels qu'ils ont été rapportés suite à l'enquête menée par la Prévoté de notre Duché.

Dames Hygie, Orckis et Iliana ont été agressées dans la nuit du 19 au 20 mars 1460 sur les chemins de notre duché, entre Moulins et Montpensier. Les victimes décrivent un groupe composé d'une femme et de trois hommes. Dame Hygie a d'abord déposé plainte au nom de leur groupe auprès de MissAnasthasia Prévost du Bourbonnais Auvergne. La plainte a ensuite été transférée au Bureau du brigandage du Bourbonnais Auvergne.
Une copie du courrier de plainte provenant de Dame Hygie est déposée au dossier.

Les victimes ont fourni leur carnet de route attestant de leur altercation. Une copie du carnet de route de Dame Iliana est également déposé au dossier.
Dame Hygie déclare le vol d'une charrette, 2 paires de chausses, 1 viande, 1 fruit, quelques pains et une trentaine d'écus.
Dame Iliana déclare le vol de 5 pains et quelques écus.
Dame Orckis n'a déclaré aucun vol.
Le montant total du vol est ainsi estimé à environ 300 écus.

Dès réception de la plainte, le bureau du brigandage a préparé les avis de recherche mais l'un des individus a été identifié par les douaniers en la personne de Raulvolfoni grâce à la description faite par la victime.

En conséquence, un dossier a été monté suite à cette reconnaissance et présenté ce jour à la Prévôté pour qu'arrestation et enquête soient faites.

Une assignation à rester sur place et se soumettre aux forces de l'ordre a été envoyée par MissAnasthasia, Prévost, au Sire Raulvolfoni le 2 avril 1460, en la ville de Montpensier. Une copie de ce courrier d'assignation est également jointe au dossier.

Une fois le dossier d'accusation completé et validé, Messire RaulVolfoni fut conduit au Palais de justice sur ordre du Procureur.

Voici ces documents joints au dossier.
Citation:
Citation :
Preuve 1 : http://img77.xooimage.com/files/f/d/a/hygie-32d3dc0.jpg
Preuve 2 : http://nsa22.casimages.com/img/2012/03/23/12032310022351995.png
Preuve 3 : http://i41.servimg.com/u/f41/16/31/76/89/raulvo11.jpg


En supplément de ces preuves, les victimes ainsi que les maréchaux responsables du dossier seront appelés à témoigner de vive voix. A noter que la victime Dame Orckis est excusée, actuellement en voyage hors de nos frontières, elle ne pourra très probablement pas être présente au cours de ce procès.

Je rappelle enfin les lois qui ont été enfreintes :
Citation:
Citation :
Livre III : du code pénal
Titre B : Des délits et crimes
Article 3 : du trouble à l ordre public
Toute atteinte à l intégrité physique ou morale des personnes commise sur le territoire du Bourbonnais Auvergne, ainsi que tout agissement ayant pour conséquence de nuire au bon fonctionnement de la communauté, pourront être considérés comme trouble à l ordre public (brigandage, faux, machination, comportement malséant).
Le trouble à l ordre public est puni par des peines allant de la simple amende à la peine de mort.

Voilà pour la présentation des faits qui sont reprochés.

Levio se tourne alors vers Madame le Juge présidant la Cour.

--L_ouvreuse, PNJ
Citation :
Un coup d’œil à droite. Un coup d’œil à gauche. Avec sa panière bien remplie, marquée au nom de l’établissement qui l’embauchait, elle entama un tour des rangs où les auditeurs était agglutinés. Un entracte serait le bienvenu pour tous. Une grande inspiration, un pas en avant... et elle était sortie de la foule !

PAINS, BEIGNETS, PRALINES, CHATAIGNES !!!

Les paroles exactes de sa patronne avaient été les suivantes :
Après l’énoncé de l’acte d’accusation ! T’as bien compris ? Pas avant... Sinon j’risque de m’mettre tout l’appareil judiciaire du BA à dos. Et quand on tient un bordel, comme moi, bah... vaut mieux pas l’contrarier l’appareil judiciaire du BA... Tu piges ?

GRENADES, MARRONS, SOUFFLETS, TARTES !!!

Et si jamais un client se faisait un peu trop pressant, elle ne manquerait pas de lui rappeler qu’aujourd’hui c’était plein tarif ! Parce qu’on n’était ni vendredi, ni dimanche !!!
Après avoir fait le tour de l’assemblée elle se dirigea plus avant, vers l’accusé et les notables du tribunal.

PAINS, BEIGNETS, PRALINES, CHATAIGNES !!!

Un p’tit remontant pour le prévenu ?...
Oooh ! Signor Volfoni !!!
Baissant d’un ton, pour plus de discrétion, même si c’était maintenant un peu tard pour la discrétion.
Mais... mais... C’est vous le prévenu ??
De dos, j’vous avais pas reconnu... ‘fin faut dire qu’ça change de la « Cuisse Rose » ici, hein !! C’est plus...
D’un geste ample elle montra le décor de la grande salle du tribunal.
...cossu, j’dirais...
Ma foi, on dirait bien que vous vous êtes fichu dans d’beaux draps... et tout seul pour une fois !
Allez prenez ça !
Elle lui tendit discrètement un sachet de raisins secs.
C’est sur mon compte ! Ne l’dites pas à la patronne...

GRENADES, MARRONS, SOUFFLETS, TARTES !!!

Elle avança tout sourire vers les notables du tribunal.

Une praline pour vous, M’sire le procureur ?
Ma’ame le juge, vous prendrez bien une p’tite taloch... heu... une p’tite tarte ?
Revenir en haut Aller en bas
 
RP : Raul Volfoni, heureux gagnant d'une mise en procès [Gargote auvergnate]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: