L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Mer 4 Avr - 21:05

Fernand


La veille.....
Fernand déambulait en compagnie du Sergent La Fouine sur la place. Tout un tas de colporteurs et d'annonceurs braillait des discours à n'en plus finir et à la veille des élections, les politiciens n'étaient pas les derniers à donner de la voix pour fourguer leur camelotte.

- Respectons nos traditions auvergnates! Changeons pour le changement qui change!
- Oui, car j'ai un bilan, moi, madame!
- Devenez Nîzarites! rejoignez une organisation millllénaiiiire ! Découvrez nos préceptes novateurs et les terrriiiiibles chatiments qui vous attendent si vous y dérogez!
- Du bon poisson!!!! pêché de c'matin!!! du bon poisson!!!!
- Tu viens beau brun? je te fais un prix...
- Jeune homme, vous êtes d'ici? vous avez une minute?


Le sergent repoussa l'agresseur.

- Allons tire-toi, microbe...
- Regardez ces magnifiques icônes, je les ai peintes moi-même et ....
- Mais ouiiii! sergent! laissez-le! Moi, j'adorerais voir vos oeuvres!!!!
- Non, mais c'est le deuxième, vous chariez....
- Le dernier c'est promis!


Fernand saisit l'artiste par l'épaule et le poussa dans une ruelle sombre

- Alors comme ça on peint, hmm?

La Fouine leva les yeux au ciel et attendit en tapant du pied par terre.
Un grognement ulcéré jaillit de la venelle


- Des p'tits christos en plus hein???
- Oui, non... Vous me faites mal....
- Pif! paf!
- J'aime pas les p'tits christos....
- arghhh, pitié, non lâchez-m...
- Et je déteste les peintres....
- .....crouic....


Un instant plus tard, Fernand sortit seul de l'impasse en s'essuyant les mains sur sa chemise.

- Qu'est-ce qu'on disait?
- Rien....
- Ah... je me disais bien...

_________________
droit devant!

Fernand


Et ils continuèrent à évoluer ainsi dans la foule. Fernand grignotait des graines de courges et le sergent bousculait et pestait, entre les prédicateurs et les candidats, entre les petits escrocs et leurs aînés marchands de rêve.

- Tous ces discours m'écoeurent, ça me donne des envies de meurtre...
- Essayez avec un peintre, ça soulage, vous savez?
- hmm...

- Oui, madame, un grand bal, qu'on va donner, mais seulement si on gagne, hein? alors ne vous trompez pas d'urne hein? huhuhu!!!!
- Votre bailli!! parlons-en de votre bailli, y veut pas les montrer ses comptes et ça c'est louche!!!!
....


Ils croisièrent un candidat poursuivit par un conseiller en image.

- La couleur de votre pourpoint messire! Nous chutons dans les sondages!!!! Il faut consulter la base! Il nous faut prendre la température...
- Ah non, pitié hein, je sors à peine du bordel, laisse-moi une journée de répit avant d'enfiler les gens!


Fernand hocha la tête.

- Il manque d'ambition, celui-là!
- Quel mauvais spectacle.... même moi, je pourrais le faire

Fernand le toisa moqueur....

- Vous?
- Parfaitement que je pourrais...
- Montrez pour voir?

- Hein?
_________________
droit devant!



Dernière édition par Fernand le Ven 13 Avr - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sergent La fouine

avatar


Compétences
Force: 750
Capitaine: Non
Fonctions: Planton de service

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Jeu 5 Avr - 4:08

Les deux hommes dégottèrent deux tonneaux et une planche et après un assemblage pas trop bancal, le sergent se hissa en altitude.

- La vue est bonne?
- Perfectible...
- Soyez bon!
- soyez maudit...


Hummm... Euuuuuh.....Chers amis..... oh, misère... tuez-moi.... Chers ..... enfin, vous tous, là...

Possible qu'en cette période d'élections, souffflent entre vos oreilles des aspirations qui vous paraissent naturelles et légitimes.
Il est même possible , voir probable que certains d'entre vous s'imaginent que ces idées leur sont venues toutes seules.
Vous en êtes peut-être arrivé fort logiquement à vous complaire tel un bousier dans une galette de crotte encore fumante dans le fantasme que vos dirigeants méritent par les urnes une punition mémorable et qu'un avenir meilleur s'annonce à l'horizon!

Eh bien vous avez tort!
Et pas seulement parce que vous n'êtes qu'un tas punaises consanguines et geignardes dont les plaintes ne portent pas au-delà des murs de vos châtelains. Non!
Mais aussi parce que votre désir de justice et d'équité est aussi vain que foncièrement hypocrite.
En vérité, nous savons tous que ce dont vous rêvez secrètement la nuit et qui vous fait tâcher votre literie, c'est de remplacer directement ou par procuration, vos despotes et vos bourreaux par vous-même.
Pourquoi lui et pourquoi pas moi, vous vous dîtes.

J' vais vous l' dire!
La vérité est cruelle!
C'est parce que vous êtes nuls !

Et vous avez beau faire, l'orgueil, l'envie, vous titillent l'arrière-train comme une grosse commission mal négociée qui si vous n'y prenez garde vous trouvera au petit matin, le doigt malodorant!

Oui, chers amis ... et néanmoins tas de cloportes, bande de sacs à bière, ramassis d' punaises, mauvais engrais de jardin de cimetière!
Vous n'êtes qu'une foutue bande d'esclaves à peine humains même pas bons à tresser de la corde à pendu!
Oui, vous êtes pires que des esclaves, inutile de protester, c'est un fait. Vous êtes tous coupables de consentement en servage organisé et c'est bien fait pour vos pommes et pour vos pépins aussi.

En réalité, c'est déjà assez insupportable pour ceux qui vous exploitent, vous pressurent, vous jugent et vous condamnent... de vous écouter geindre et marteler vos revendications bassement matérielles tous les deux mois... si en plus il leur faut s'infliger une sanction électorale, alors là, ma bonne dame, où va-t-on?
Heureusement qu'ils ont inventé l'alternance des clans sinon, on ne serait pas rendu.
Ainsi votre bande de coquins préférée, telle un Janus roublard, entre deux risettes et un verre de génépi, se passe la patate chaude et partage les coussins cramoisis. C'est que c'est bien conçu, ça soulage le temps d'un mandat de passer de Charybde en Scylla.
Si vous n'aviez pas la mémoire d'un poisson mort , on ne vous y reprendrait peut-être pas plus de deux ou trois fois, mais c'est comme ça! Vous êtes crédules en plus d'être bêtes , on ne peut rien y faire.
Vous devriez vous réjouir qu'ils fassent semblant de vous demander votre avis et daignent vous flatter le poil de temps à autre. Soyez sur que s'il pouvaient l'éviter, ils ne s'en priveraient pas.
Quoi, un rebelle? .... Vous dîtes?
Tous pourris? Autant pisser dans une bombarde?
Viens m'voir à la fin de l'heure mon gars!

Pose empruntée, trois doigts sur le front, comme un instant de recueillement. Il se redresse :

Oui, vos dirigeants sont bien méritants!
Ils portent pour vous les plus capitaux des travers et vous laissent en retour une ligne svelte et les plus cardinales des vertus! Ne soyez pas ingrats!
Pourtant, comme eux, en mauvais imitateurs que vous êtes, vous persistez à cumuler les vices comme des signes extérieurs de richesse!
Bande de pauvres!!!!

Tout oisifs que vous êtes, vous préférez confier votre destin à autrui. Ne vous en prenez qu'à vous-même si votre vie est de travers, bande de jamais contents!

Et si vous prétendez simplement vivre en paix, c'est que vous êtes paresseux! L'indolence est le terreau de la ruine, Vous êtes à peine utile par l'inertie crasse que vous déployez pour soutenir tel un ciment muet, l'assise du puissant qui vous rosse. Si vous aviez des burnes ou un poil de vice en plus, C'est vous qui pèteriez dans la soie. mais c'est ainsi, c'est vous qui rotez du sang!
Soyez reconnaissants qu'on vous concède quelques excès de luxure gluante en taverne! Allons, buvez un coup, cajolez vos jumeaux et rentrez chez vous ne faites pas ces mines sombres.

Esclaves de l'ordre établi, esclaves de la réussite, esclaves de l'ambition, esclaves de votre laborieuse et illusoire ascension sociale, de vos responsabilités, de votre morale de bondieuserie, de vos maréchaux et de vos champs de légumes, esclaves de votre propre bétail!
Je sais, votre vie est misérable, et si vous aviez un peu de bon sens, vous rentreriez dans vos maisonnettes, la, tout de suite et vous iriez vous coucher pour crever en silence.
Mais vous allez vous cramponner à votre misérable existence comme si elle valait quelque chose.

On dit que la nature a horreur du vide.
Je vous regarde.. et je me dis qu' On nous ment.


Le bras d'honneur que fit le sergent pour ponctuer son discours claqua dans un silence plus glacial que le petit vent frais qui se levait sur la place. Il descendit maladroitement de l'estrade aidé par Fernand. et ils commencèrent à quitter les lieux
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Ven 13 Avr - 9:42

- Vous croyez qu'il faut qu'on coure?
- Je ne sais pas, Sergent... je vous ai trouvé un poil négatif sur la fin... Et puis vous auriez pu en profiter recruter des gens....

Il évita un oeuf

- Vous savez que vous n'êtes jamais content....?
- C'est qu'il doit y avoir une raison, Sergent, vous devriez vous remettre en question....
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Ven 13 Avr - 9:42

Severant



Inscrit le: 01 Jan 1970
Messages: 916
Localisation: Sur les chemins
Putaing d’arthrose !

Il avait encore frôlé la mort. Elle avait encore refusé de le prendre. Du coup, il était allé méditer(année)dans le monastère le plus proche.

Putaing d'arthrose !

Malgré ses douleurs articulaires à n'avoir pas bougé pendant des jours, il avait fini par se trainer dans la capitale locale.

Capitale facilement reconnaissable à la largeur et la profondeur des caniveaux, obligés de tenter d'évacuer bien plus d'excréments qu'une petite ville de province tant les trous du cul sont y nombreux.


Putaing d'arthrose !

La foule s'était faite dense. Se frayant un chemin en écrasant quelques orpions et décochant quelques sourires d'excuses dont il n'avait que faire, il s'approcha d'une sorte
de podium improvisé sur lequel monologuait un militaire.


Putaing d'arthrose !

La voix lui disait quelque chose, l'apparence lui disait quelque chose, l'odeur qui sortait de la bouche en même temps que les mots lui disait quelque chose.
Le discours fini, il applaudit levant les mains bien haut. Il fut le seul.
_________________


Un credo ? : Tendez la joue gauche ... Et prenez une droite !


Dernière édition par Fernand le Ven 13 Avr - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Ven 13 Avr - 9:43

Galovert



Inscrit le: 01 Jan 1970
Messages: 507
Localisation: Jamais loin des mamelles de sa mère l'Hydre.
Galovert attendit de ne voir que le blanc des fesses à l'assaut des traces de ses comparses pour pousser tirades à son tour sur le tonneau.
Ainsi va et vient le bétail à la commande des voix de ses maîtres.


Auvergnat !
Te voilà fondu de quelques fortunes.

La fondue Auvergnate s'est mijotée par claquements de langue et habiles ouïes dire.
Le tout bien assaisonné de venteuses invitations à la table de l'Hydre.

Pour une première envolée de centaines d'écus.
Pour s'habiller d'inutiles hallebardes et de recettes perdues.
Moulins en a humé le fumet.

Car en la région les taupins prennent bobards avec moult gourmandise.
Et les rupins jusqu'aux pèquenots des profondes campagnes raquent à s'en vider les sacoches sur bonne foi de grandes oreilles ...
Farcies avec grand art.

La leçon d'enfumage vaut bien fort douteuses pratiques de la justice locale.
Sans doute.

Promis !
Devant tant de générosité en la dilapidation ...
La recette authentique de la poule au pot est en cours d'écriture.


_________________


Par le fer et la plume.


Dernière édition par Fernand le Ven 13 Avr - 9:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Ven 13 Avr - 9:43

Andrea_



Inscrit le: 06 Juil 2011
Messages: 716

Andrea_ a écrit:
Mouai... Le vrai " mouai" sceptique, celui qu'on sort pour les grandes occasions. Un peu aussi celui qu'on dégaine quand on sait pas quoi dire mais qu'on veut pas rester silencieux, celui qu'on lâche pour éviter de bailler devant la longueur d'un discours dont la moitié des spectateurs se fichent et où l'autre moitié s'est endormi depuis un bon quart d'heure, ouais, ce "mouai" là.


Les mains s'entrechoquent dans un semblant d'applaudissements, mais en sourdine hein, faudrait pas réveiller les malheureux qui regardent l'orateur d'un oeil morne.
D'ailleurs, la chiasse a beau bien les regarder, elle se dit qu'il a tord le sergent. 'Fin pas en totalité hein, mais... les pauv' présents n'avaient rien du vide. Ils remplissaient bien l'espace. Donc ils n'était pas du vide, question de logique. -Mais on n'allait pas trop en demander à un homme qui a pour meilleur ami... un ours !-.
ça f'sait bien longtemps qu'elle les avait croisé, où elle sait pas, quand elle sait pas non plus, et c'est donc plutôt étonnée qu'elle les avait trouvé là, beuglant comme des veaux en plein abattoir, les deux acolytes a priori motivé pour démotiver la populasse locale. Personne les avait donc éduqué à recruter ?
Non pas qu'elle avait la prétention d'leur donner des cours hein, c'est pas son genre mais...
Les yeux se tournent vers le pecno qui applaudit -bruyamment celui là- et tout seul... Là... elle l'aurait bien accompagné mais c'était tellement bon de le voir au milieu de la foule, clamant son admiration pour... BERDOL qui c'est qu'c'est ?

La voix n'lui parait pas anonyme, l'odeur régnante non plus, les bonnes têtes de ..., rha... AH mais ouiiiii !!

Le sifflement très féminin - doigt dans la bouche et grimace de rigueur- est lâché, la belle sautille sur place, tapant des mains façon fan en délire.


UNE AUTRE UNE AUTRE !


Sauf qu'on peut paraître motiver et s'en foutre comme de sa première paire de braies, un toussotement, une tape dans l'épaule d'un gaillard, un crachat au pied d'un noblichon - c'est pas une faute, il avait une jambe de bois- et hop, voilà la chiasse qui prend son envol... Vers d'autres cieux, tout aussi sombres.
_________________


Dernière édition par Fernand le Ven 13 Avr - 9:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Ven 13 Avr - 9:44

Aqwaqwaqwaqwa



Inscrit le: 01 Jan 1970
Messages: 393

Non loin de là, dans la taverne "Au bordel de chez Marie Christine", y discutaient Aqwa et un Nobliaux autochtone


- Non mais Monsieur, il y a des règles, il faut les respecter!!
- Oui mais les femmes ont leurs règles tous les mois et on sait tous qu'au final, elles vont prendre une pétée quand même ?... c'est bancal ton argument là..
- Vous êtes un rustre, vraiment! fit il d'un ton méprisant
- Wai mais on peut être rustre et avoir raison... Et puis attends, me dis pas que quand ta femme a ses règles, tu ne la bourres pas quand même?? Parce qu'à voir ta chevalière à 2000 écus, t'es marié et tu dois assumer ton devoir conjugal. Et si tu bourres pas ta femme, c'est un trouble à l'ordre public direct ca hein!!
- Quenini le pouilleux.... et arrêt de dévier. Ma femme, je la trompe avec la bonne qui d'une part est bonne parce que c'est son métier, mais aussi parce qu'elle l'est vraiment. Elle à 22 ans et dit oui à tout et crois moi, elle veut toujours plus... hum... bref... je dis donc que la loi est là pour protéger le peuple de mécréants de votre espèce. Vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez quand vous le voulez. Sinon c'est l'anarchie! Et puis c'est la base de notre société, de notre pacte social quoi! Chacun sa place basta!
- Anarchie, Monarchie... avoue quand même que si ca se termine pareil, c'est pas un hasard hein?!! en plus ca se termine par "chie"!! voilà tout est dit... regarde la nature.. tu vois lorsque le renard se tape une poule, il ne va pas en prison... votre justice humaine là, elle est contraire à l'ordre naturel des choses... on est les seuls à faire une justice... Et excuse moi mais tu verrais la gueule de ton pacte social hein!! Il est tout gangrené et il sent le pourri là!!
- ... je dis que nous sommes une société, une somme d'individualités collectives et que chacun est différent et que le peuple ne peut pas gouverner seul... c'est pas qu'il ne veut pas, c'est qu'il ne peut pas... il n'a pas d'éducation, il n'a pas de manière, il ne comprend rien au contexte politique... alors nous nobles, dans notre grande bonté, nous gouvernons pour lui... avec l'aide de l'Eglise... tu n'as qu'à lire notre Index législatif...
- oulà ... je t'arrête...est ce que je te saoule avec mon majeur exécutif lui fit il en lui montrant son doigt du milieu. alors? ...
- Mais à la fin que voulez vous?? quel est votre but??
- Ba comme tout le monde mon pote, on veut pouvoir être libre. et nous sommes libres. C'est pour cela qu'on veut autant nous enfermer... regardes, t'as un noble qui chasse dans son domaine, il tue un gueux, c'est un horrible accident. Et en dédommagement, il se tape leur fille de 16 ans... alors qu'un gueux qui regarde un noble de travers... il finit au trou...t'as pas l'impression que y'a un problème?
- non ca ne me choque pas, je trouve cela normal. Chacun sa place....
- Ce que tu bittes pas mon pote, c'est que toi et tes potes, vous passez votre temps à faire la moral au peuple alors que vous ne les vous appliquez pas à vous mêmes...
- Ben c'est ce que je dis, c'est pas de notre faute, c'est la société qui nous pervertit et qui nous fait agir de la sorte... Comme si les gueux avaient le monopole de l'irresponsabilité...
- Bon parlons sérieusement... Aqwa attrapa par la hanche la tavernière qui ramassait les chopes sur la table.. Dis moi chérie, tu nous en remets une, et mon pote et moi on te payera en liquide tous les deux juste après...

La tavernière tenta de refuser mais c'était Aqwa, bordel quand même!
- Allez on y va, on va te faire ta fête.. t'as un cul qui m'inspire confiance... toi, je te conseille la petite catherine au fond là, viens y de ma part, tu lui dis de mettre ca sur mon compte, on s'arrangera plus tard, elle me doit un service..Dépeche toi je t'attends... et Aqwa embrassa goulument la tavernière tout en plongeant ses mains dans son bustier très accueillant..

Le noble se leva et s'approcha de la fille

- Hum... Bien le bonsoir très chère dame... Catherine c'est ca? Voilà vous allez me trouver quelque peu extravagant et cavalier ... mais je viens de la part du type là... Aqwa
- Aaaah l'autre brêle d' Aqwa !! fit elle en levant un sourcil
- Oui voilà c'est exactement lui ça... il m'a dit de vous inviter à venir avec moi parce que vous lui deviez un service..
- Wai tout ce que tu veux mon chéri... Mais ne me laisse pas entre les mains de l'autre pervers... L'autre semaine, il m'a fourré pendant 3 jours sans s'arrêter, sans manger .... une vraie bête!! j'ai cru qu'il allait jamais s’arrêter cet obsédé...Et en plus il ne m'a toujours pas payé ce couillon!!

-P'tain vous avez pas fini de vous raconter vos vies la lança Aqwa y'en a qui ont envie de se vider les couilles!!! Alors tu lui mets un baffe dans sa gueule et tu la montes à l'étage!!

Aqwa souleva la tavernière et prit l'escalier qui montait vers les chambres. Le noble regarda la fille de joie et lui sourit
- Désolé ma brave dame, vous êtes charmante et de très bonne compagne mais quand faut y aller, faut y aller.... et il lui colla un taquet dans le tarin et il la ramassa.

Quelques instants plus tard, les deux hommes avaient accompli leur mission. Ils 'étaient allongés chacun dans leur plumard avec leurs rombières du moment qui étaient roulées en boule à leurs pieds

- tu vois mon pote, faut que tu sois plus direct, plus percutant... parce que là, t'aurais pu y rester des heures à jacter et lui parler du beau temps qu'il fait. D'abord tu lui dis que c'est toi le chef histoire qu'elle sache bien à qui elle a à faire.. Ensuite tu fais respecter ton autorité et tu cognes... Et après tu la tringles. C'est aussi simple que cela... Avec le temps, tu passeras même à la 3e étape directement.
_________________






Dernière édition par Fernand le Ven 13 Avr - 9:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Ven 13 Avr - 9:45

C'est quoi cet endroit? au bordel de chez Marie-Christine ? Ce que vous êtes pingre.... On a pas droit à quelque chose de plus cosi, pour changer?
- Allons, Sergent, cette gargote est très courue, On y est tranquille, la nourriture n'y est pas pire qu'ailleurs, et puis je reconnais les filles, je les ai déjà toutes vues au couvent d'à côté.

....Evitez juste la literie si vous ne voulez pas repartir accompagné...
ajouta-t-il en se grattant ostensiblement l'entrejambe avec un clin d'oeil explicite.

- Pourquoi on vient ici?
- Vous verrez... vous avez soif?


Ils commandèrent du vin et burent en silence pendant quelques minutes.
Trois hommes se frayèrent un passage à travers la clientèle braillarde, les froufous des robes et les rires enjôleurs. Ils avaient l'air mal à l'aise.
Le plus jeune, le cheveu brun et le teint rougeaud avec une fine barbe s'avança, tirant sur son col pour s'aérer le cou.


- C'est vous Fernand?

Fernand désigna La Fouine du menton.
- Non, c'est lui.
Le sergent leva les yeux au ciel et commença à marmonner, tandis que l'homme se tournait vers lui et se présentait.
Je m’appelle Robert Saladière, tisserand de mon état ma famille fait des nappes depuis trois générations.
- Passionnant....
- Vous devez nous aider.
- Vraiment? grogna le sergent ... Qui donc vous a dit une bêtise pareille?
- Eh bien votre discours, là tout à l'heure, c'était sensé vouloir dire quelque chose, non? je veux dire, qu'est-ce qu'on peut faire?
- Faire ? Faire pour quoi?
- Eh bien, je ne sais pas, moi, pour changer les choses! Nous pourrions chasser tous ces profiteurs et ....
- Rien ne peut changer, crétin! vous êtes comme un trou dans le sable, plus on en creuse le fond, plus il se remplit par les bords.
- Mais ... nous voulons être libre! Vous pouvez nous aider.
- Tu veux être libre, vraiment? Alors qu'est-ce que t'attends? Va trainer ta couenne ailleurs et commence par libérer ma vue de ta sale trogne!
...?
Fernand releva le nez de sa chopine et fit reculer sa chaise. Il sortit ses deux hachoirs et les posa sur la table.

- Fais-moi donc voir tes chaines, mon garçon.
- Euh...
- Tu ne peux pas être vraiment libre, sauf à suivre les conseils avisés et définitifs du sergent. Mais tu peux l'être un peu plus sans en arriver à la dernière extrémité.
Je peux t'aider. On essaie?
- Euh...
- Bien! As-tu une maison?
- Naturellement!
- Et tu as un champ?
- J'en ai deux....
- Et une échoppe de tisserand, je présume?
- La plus belle du quartier!
- Tu paie des impôts?
- Beaucoup trop, mais c'est pour la province.
- Tu aimes l'argent?
- Non, oui, ....
-Oui ou non?
- Plutôt oui...
- Jolie médaille sur ta poitrine....
- L'ordre du mérite... le nouveau pas l'ancien...
- Eh bééé..... Bon à marier, c'est sur, une fiancée, je parie?
- Euh, c'est que.... on peut dire que...
- Ne le dis pas... elle est enceinte!
- Je ne comprends pas pourtant, on ne se connait que depuis huit jours et.... on a à peine...
- Si ça se trouve, ce seront des jumeaux.... pas vrai?
- C'est ce qu'elle espère... elle dit qu'elle sent déjà les coups de pieds... elle veut qu'on se marie...
- Eh ben mon pauvre gars... A ce rythme, d'ici trois semaines te voilà père de famille!
... ça ne va plus te laisser beaucoup de temps pour aller promener le loup, tout ça....
- Comment vous savez que j'ai un loup?
- Une intuition....
- Bon d'accord, mais où voulez-vous en venir?

- Nulle part! Les voilà tes chaines, mon gaillard!

Le jeune homme tourna la tête cherchant un soutien de ses deux compagnons qui détournèrent les yeux et préfèrèrent admirer les filles du bouge. Il reporta son attention sur Fernand qui avait repris sa chope et la sirotait distraitement.

-Mais je dois faire quoi alors?
- ben tu t'casses...marmonna le sergent....
- Ce que tu veux petit, c'est ta chienne de vie à toi, pas la mienne.
- Et vous feriez quoi vous?


Fernand se tourna à nouveau vers l'indécis.

- Je ne sais pas trop, il faut dire que t'as un sacré passif. Peut-être que je m'allègerais un peu l'esprit histoire d'avoir les idée claires.. Mais dans ton cas, je ne sais pas s'il resterait grand chose.

Dans un geste théâtral, il voulu écarter grand les bras et comme il y avait foule, ce faisant gifla le sergent d'un côté et la fesse d'une serveuse de l'autre.

- Regarde-moi bien, mon gars, j'ai rien de tout ça. Aucune entrave!
Juste quelques bons amis et ce que je porte sur moi. C'est largement suffisant pour vivre!

- Hmmm...

Le sergent se râcla la gorge et tout en se frottant la joue, il désigna du regard les manches de Fernand d'où quelques bijoux volés pendouillaient dangereusement....

- Oui, bon, il faut bien se distraire parfois, on ne peut pas tuer des gens à longueur de journée...., dit Fernand en refourrant les breloques dans son pourpoint.

- Si tu veux être libre pour de bon, rentre chez toi, prends tes affaires, ou pas et brûle le reste. Largue tout ce qui te gène aux entournures et va au diable!
- J'peux venir avec vous?
- En voilà un raccourci... hmmm... nan, t'es trop moisi....
- Allez....
- Chais, pas, tu m'as l'air d'un sacré tocard...
comment t'as dit que tu t'appelles déjà?
etc....
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Lun 16 Avr - 0:19


--Marie_christine --

Marie-Christine, la tenancière du bouge, était réputée pour son sérieux pas pour ses excentricités. Suffisait de voir le choix du nom de la taverne pour se faire une petite idée. "Au bordel de Chez Marie-Christine". Le client en avait toujours pour son argent. Ni plus, ni moins. C’était bien mais sans surprise.
Le ragoût était ragoutant mais de provenance douteuse.
La bière était bon marché mais servie tiède.
Les chambres étaient garnies mais crasses.

Marie-Chistine avait roulé sa bosse, elle avait trimé, économisé écu après écu pour se payer son affaire. Et maintenant elle était la patronne. Elle prenait un bon pourcentage sur les passes des filles, la clientèle d'habitués payait comptant, avant de consommer, aussi bien la bière que le reste. Elle n'embrassait pas et ne donnait plus que très rarement de sa personne et par dessus tout, elle n'aimait pas les resquilleurs.
Alors quand elle sentit une main venir lui claquer les fesses, son sang ne fit qu'un tour.

Elle se retourna et posa brusquement les choppes qu'elle tenait sur la table, à coté des hachoirs, laissant la mousse s’écouler nonchalamment sur les parois et et elle dévisagea les clients. Pas des Auvergnats... Des étrangers, ça se voyait dès le premier coup d’œil.
Un grand gaillard qui était en pleine conversation avec Bob Saladière, le tisserand du coin, et un autre qui se frottait un nez rubicond. Celui-là avait l'air encore plus louche que le premier, une bonne tête de coupable.

Elle fit un pas en avant et vint se planter devant le sergent, les mains sur les hanches, son corsage entrouvert sur un décolleté plutôt généreux.


Ça fera 15 écus ! 5 pour les bières et 10 pour ta main baladeuse. T'es pas chez les p'tites sœurs des pauvres, ici ! Non. Ici, c'est un bordel ! Tu saisis la nuance... Tu touches, tu paies ! Et d'avance... C'est clair ?

Pour elle, ça l’était. Elle ne bougerait pas tant qu'il n'aurait pas allongé la monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)   Lun 16 Avr - 0:19


-- Le Sergent La Fouine --

Le sergent se lâcha le tarin
rougi tant par la baffe que par le vin
et le regard vague et incertain,
entonna ce refrain


Il y a erreur, heuheurrr!! hhhrrr!!♫♫♪
on boit pas d'bière
Nous on veut du vin Heiiinn??? hein!!!
Marie-Christine!!!
Attends-donc, ♫♫♪
Où est mon cuivre!
J' l'ai laissé là sous ma main ♪♪
Ou, j'l'ai mis sous, sous, sous♫♪ ♪
Sous l'carafon
Comme un idiot
Oh Oh Marie-Christine ♫♫♪
Pour la main écoute-moi,
A mes yeux y a pas crime



Saoul qu'il était, le sergent n'envisagea pas ce pendant de balancer son voisin... zin, zin.. à Marie Christine.....
Il escamota discrètement un cafard mort sur la table et l'exhiba d'un air chagrin


J'l'ai tué, tué, tué
sur ton derrière ♪ ♪♫
C' passager clandestin, p'tain!
Oh Oh Marie-Christine ♪♫

Bon sang j'espère qu' c'était pas une bête de compagnie ♫♪
Hein? dis-moi que non. Ah c'que j'suis c.on! ♫

Je suis rond, rond, rond ♪ ♫
Rongé d’remords ♫♪♪
J’suis un sa.laud
Oh Oh Marie-Christine ♪
Je t’en prie pour cette fois
Montre-toi magnanime
Tant pis pour le vin
Donne-moi la bière Alors
Et oublions! ♪

En moi il y a du bon aussi
Ne m’fais pas plus noir que j’suis!
J’suis bourré, bourré, bourré
De bonn’s intentions
Oh Oh Marie-Christine
J'te trouverai, vrai, vrai ♫♪♪♫
Une autre vermine
avec des jolies antennes
et des p'tites pattes qui grattent ♪♫



* Inspiré et malmené de : Claude Nougaro "Je suis sous"
http://www.youtube.com/watch?v=8lP7D8C_7sM
Revenir en haut Aller en bas
 
Le mal, c'est bien. Ôde à la corruption (gargote BA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: