L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour passer le temps à Bourges (divers topics)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gertrude

avatar


MessageSujet: Pour passer le temps à Bourges (divers topics)   Mer 18 Avr - 23:59

[RP] Le Schmilblick
Halle de Bourges

Lisa69 a écrit:
Au petit matin, dans les ruelles encore obscures de Bourges

Lisa arriva sur une place tirant un coffre derrière elle.

Elle s'arrêta en plein centre lâcha son coffre

puis après s'être éclaircie la voie, cria:



Oyez Oyez, Berrichons, Berrichonnes ! Je viens vous présenter le jeu du Schmilblick ! Voici le principe, un objet est cache dans ce coffre et c est a vous de le découvrir en me posant une question a laquelle je répondrai simplement par oui ou par non. Le gagnant ou la gagnante qui aura trouve l'objet le recevra pour récompense. Ensuite, ce sera son tour d'y placer un objet et de le faire découvrir.


Lisa attendit ensuite que les premiers villageois se présentent a elle.



Du blabla, et Elvy découvre l'objet.



Elvy_lee a écrit:
Elvy brandit la hache si facilement gagnée.
Elle ouvrit le coffre et essaya d'y placer un objet qu'elle eut bien du mal à faire entrer.
Il fallait pousser, tirer, couper et l'entreprise était hautement compliquée.
Quand, au bout d'une longue lutte, elle réussit à faire tenir l'objet dans la boîte, elle redressa fièrement la tête.



Lisa69 a écrit:
apres avoir attendu un moment et ne voyant personne poser de question, lisa demanda:
heu, est-ce que le shmilblik est volumineux?
lisa sourit et attendit la réponse


Gertrude. a écrit:
Pour faire plaisir à Elvy, elle avait fait l'effort de venir jusque là. En passant derrière la rousse, elle en profita pour perdre sa main sur les formes agréables du bas de ses reins.
C'quoi?
Quelques vagues réponses lui parvinrent.
Une question qu'on peut répond' par ouep or nop? Est qui ent' dans la caisse? Heu...
Elle s'approcha de la malle pour la mesurer avec ses bras, tortilla les lèvres pour faire semblant de réfléchir.
Est-ce que c'est vivant? 'fin est-ce que c'tait vivant avant qu'tu l'enfermes d'dans?



Elvy_lee a écrit:
Elvy se mit à réfléchir.

Volumineux ?
Ca occupe toute la place dans le coffre.
Et oui Ger, c'est vivant. Ca l'était avant, ça le sera de toute façon.


Lily-es a écrit:
Lily revint de nouveau jouer. Non pas qu'obtenir un objet l'interessait tellement mais c'était plus pour le plaisir de jouer.
Si c'est vivant, est-ce un animal ?



Lisa69 a écrit:
lisa regarda le coffre un moment avant de demander:
Il est encore trop tôt pour proposer un truc mais est-ce que le shulblik vie en ville?


Elvy_lee a écrit:
C'est une sorte d'animal, oui.
Quant à savoir s'il vit en ville.
Ma foi, oui, ou ailleurs. Il vit partout.

Elvy se demandait si quelqu'un souhaitait réellement repartir avec la bestiole.


Lisa69 a écrit:
étonnée des réponses, Lisa demanda:
heu, le shmulblik serait-il par hasard un humain?
avant de rire doucement


Elvy_lee a écrit:
Elle hésite Elvy.
Peut-on qualifier la bestiole d'humaine ?
Elle hésite.

Non, ce n'est pas un humain.


Gertrude. a écrit:
Pas humain, pas humain, j'suis quand même avec des b'soins et des envies tout c'qui a d'très humain. Soupire.
Elvy, t'en a pô marre? c'est ridicule! Laisse nous sortir d'la boîte!


Elvy_lee a écrit:
La boite remuait, elle grondait. Il devenait de plus en plus difficile de la contenir.
'tain, j'y avais quand même coupé la tête à celle là ! gronde Elvy.
Bon, on va dire que c'est humain.


Lisa69 a écrit:
Lisa se doutant que l'hydre était dans le coffre, préféra laisser place a d'autre personne pour trouver mais demanda:
heu, si on coupe une tête au shmilblik, est-ce que d'après les légendes, il y en a deux qui poussent?


Elvy_lee a écrit:
Elvy ne parvenait plus à maintenir le coffre en place.
Oui Lisa, les têtes repoussent. Et d'ailleurs je me demande si le bestiau se serait pas multiplié.
Lorsque l'Hydre sortit tel un diable de sa boîte, Elvy s'aperçut qu'elle comptait de nouveaux membres.
Elle tendit le coffre vide à Lisa.


Dernière édition par Gertrude le Jeu 19 Avr - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude

avatar


MessageSujet: Re: Pour passer le temps à Bourges (divers topics)   Jeu 19 Avr - 0:07

Dans le bureau du cadastre
Halle de Bourges
Uniquement les postes d'intérêt, donc il manque les interventions de plusieurs personnes venues et reparties avec leur clé.

Gertrude. a écrit:
Elle se présenta au cadastre, d'abord surprise d'y trouver l'esclave des liens. Elle laissa divaguer son esprit le temps que la brune échangeait avec le Sieur qu'elle ne connaissait pas.

Il appartient à sa marraine ... on appartient à sa famille ... on est esclave des liens ... esclave des sentiments ... on est libre mais on est esclave ... on est libre mais on appartient aux autres...

Elle secoua la tête, son vocabulaire non humain, ne lui permettait toujours pas de mettre les mots de la tavernière dans un ordre qui avait un sens à ses yeux. Elle regarda la brune, sourit doucement.


B'jour Kate, c'vous qui faites l'cadastre?
Bon v'là, j'suis à Bourges pour un temps certain et j'aurai voulu un petit coin tranquillement pour la durée d'mon séjour.


Kateline a écrit:
Une nouvelle interruption dans le fil de la conversation, Gertrude qui entra et qui fit une demande qui ne manqua pas de faire rire la Brune, s'excusant un instant auprès de ceux avec qui elle parlait depuis un moment elle lui répondit.

Bonjour Gertrude, je suis navrée mais les emplacements du cadastre sont réservés aux habitants seuls de Bourges. Pour les visiteurs à "long terme" comme toi il y a l'hôtel où les auberges de la ville. Je ne peux pas satisfaire ta demande. Désolée et bonne journée à toi tout de même.

Après avoir salué la cavalière hydrique comme elle s'était présenté elle même, elle reprit le cours de ce que disait Bartholomé et acquiesça lorsqu'il lui parla de ce blason qu'elle devait encore réaliser.

Je vous le ferais parvenir sans doute la journée, j'avoue avoir été pas mal occupée ces derniers temps... Mais je n'oublie pas rassurez vous.

Elle sourit ensuite au murmure de Ryoka, elle le remercia d'un signe de tête à l'évocation de l'accueil berruyer et après un léger coup d’œil à celui-ci poursuivit...

Et moi je suis ravie de rencontrer de nouveaux habitants aussi sympathiques. Au plaisir de vous revoir en taverne alors!


Elvy_lee a écrit:
Elvy entra, claquant la porte, bousculant tout le monde.

Comment ça qu’on veut pas y donner une bicoque ?

Elle habite ici. Autant que vous et moi, p’tête même plus !?


Elvy savait pas trop bien comment on pouvait habiter plus.

Elle va attraper la mort à dormir dehors.

Se tournant vers Gertrude.

Tousse, Ger !

Et si elle loge dans les auberges, elle va ramener toute sa vermine.
Tant pis pour vous !
Vous êtes prévenus !!!!


Elvy colla son doigt crasseux sur le cadastre.

Voilà, elle va habiter là.


Kateline a écrit:
Voilà qu'une bourrasque entra dans son bureau, la Brune haussa un sourcil et écouta, et patiemment attendit que la tornade hydrique se calme pour en placer une...

Honnêtement tout ce que vous pourrez me donner comme raison mesdemoiselles... vous n'aurez quand même pas de maison...

Elle leur sourit et secoua la tête.

C'est pas avec la pitié que ça marche avec moi... j'crois que vous m'avez assez observé pour le savoir.

Elle hoche la tête et les regarde tour à tour puis poursuit.

Pis vous avez ouvert une taverne... je comprends même pas ce que vous faites là, trouvez y un coin et vous y collez une paillasse, votre vermine et le tour est joué.


Gertrude. a écrit:
Honnêtement tout ce que vous pourrez me donner comme raison mesdemoiselles... vous n'aurez quand même pas de maison...

Elle regarda la brune, tout sourire.

Hum, c'bien l'honnêteté, mais ça m'dit pô pourquoi? j'vis ici, et j'compte p't'êt' resté, j'adore c'te ville. Y a plein d'gens biens, pleins d'passages. Pi, un cureton marrant. Pi, un maire trop cool. Pi, elle est magique c'te ville, j'boite moins d'puis qu'j'ai mes bottes. Aff, c'est p't'êt' pô la ville, mais les bottes! Va savoir!


Kateline a écrit:
Sa patience ayant des limites, bah ouais elle avait pas que ça à faire que de tergiverser sur le sujet, elle répond à Ger.

Tu veux des explications, vas voir le maire si cool comme tu dis... c'est lui qui t'expliquera en long en large et en travers. Vous ne recevrez aucune clé de ma main. Sur ce j'ai d'autres chats à fouetter, alors je vais m'occuper d'ça. Et bonne journée hein.

Lisa entre au même moment, la Brune la salue et écoute : elle lui fait alors une demande particulière, pour une ville où le vis à vis est plus que que monnaie courante en tout cas.

Je te laisse regarder le plan de la ville Lisa, fais ton choix.
Il n'y avait pas quelqu'un à la porte avant que tu n'entres? Il me semble avoir entendu frapper...


A tout hasard elle lâche un...

Entrez!


Gertrude. a écrit:
Sur ce j'ai d'autres chats à fouetter,...

Regarde Kate outrée

T'fouettes les chats toi? p'tain les pauv' bestioles! C'est une honte, un scandale.

Sortant dans la rue.

Kateline est une tortionnaire, elle maltraite les animaux, a des esclaves, une honte pour l'Berry!


Revenant se planter devant brune qui perdait doucement son calme

Tvois, au final, toi et moi, on est pareil, moi j'maltraite des fruits, en les vendant gentillement au marché pour que l'maire puisse spéculer d'sus et toi, tu maltraites les chats.

Grand sourire. Ca n'avait rien à voir, mais fallait au moins avouer que la maltraitance des animaux, c'était pire que de vendre des fruits. Puis se relevant subitement. Réagissant à une phrase de Kate.

...alors je vais m'occuper d'ça
Ho trop cool, t'vas t'en occuper, j'te r'mercie, c'vraiment sympa à toi. J'passerais d'main prend' ma clé alors.


Elvy_lee a écrit:
Alors là, il y avait quelque chose qu'Elvy avait du mal à comprendre.
Le fait que Kate fouette les chats en faisait plutôt une alliée...

Elle suivit Ger et se haussa sur la pointe des pieds dans son dos.

Elle fit un signe amical à Kate qui allait donc finalement remettre sa clef à la rousse et lui lança :


V'nez donc faire un tour au campement, j'suis sûre qu'on a d'autres points communs à discuter.


Kateline a écrit:
C'est qu'ça lâche rien la vermine hydrique, Kat ne put s'empêcher de rire en entendant l'interprétation de ses paroles par la Ger et réagit plutôt à ce que dit Elvy.

Vous avez un campement, pas besoin de maison. Vous pouvez hurler à la mort dans tout Bourges, dire tout ce que vous voudrez dans ce bureau. Je ne donnerais aucune clé à Ger.

Elle se leva de derrière son bureau et les entraina avec elle, un sourire malicieux au coin des lèvres, et se rendit dans le couloir. Elle désigna du menton une porte qui se trouvait un peu plus loin.

'Voyez la porte là bas? C'est celle qui donne sur le bureau du Maire. Allez lui demander directement. Tant que je n'ai pas reçu une autorisation directe de sa part vous n'aurez pas de clé.

Elle les abandonna dans le couloir et referma sa porte derrière elle, et se réinstalla à son bureau, et porta son attention sur la rouquine qui avait fait son choix.

Donc le 105 impasse des passes tu me disais... elle jeta un coup d'oeil à son registre, l'emplacement était libre. Et bien cette parcelle est dorénavant toute à toi.

Elle prit le trousseau correspondant dans l'armoire et le remit à Lisa.

Te voilà donc chez toi, bon courage pour ton emménagement!

Elle sourit à son amie et nota son nom sur le parchemin-registre.


Dernière édition par Gertrude le Jeu 19 Avr - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude

avatar


MessageSujet: Re: Pour passer le temps à Bourges (divers topics)   Jeu 19 Avr - 0:19

[rp] L'hydre, une aubaine pour le Berry
En gargote Berrychonne.


Gertrude. a écrit:
Les cavaliers de l'hydre étaient arrivés en Berry quelques jours plus tôt, des charrettes remplis de produits frais, de la bonne humeur à revendre. Installés à dans la très belle capitale du Duché, il avait fait la connaissance des habitants. L'accueil était excellent, ainsi certains avaient décidés, volontairement ou non, de prolonger leur séjour.

[un après midi maussade]

Un mal de crâne effroyable ne la quittait plus depuis des jours. En cause, les fracas d'un bouclier, mais bon il fallait faire avec. Elle avait quelques poissons, légumes, bouteilles de lait et autres babioles achetées plus tôt. Mais comme pour l'instant, elle avait des envies de cochonnailles et de salaisons, elle se dirigea au marché.

OYEZ OYEZ qui veut des produits frais? Une jolie carpe?
Tiens b'jour Sieur l'maire d'Bourges

...
Ho oui pour sûr que j'vous vends mes poissons
...
En vertu de la loy secrète du Berry...

Murmure à la chèvre qui l'accompagne ''avoue quand même qu'autant d'fois qu'il l'répète, elle a pu rien d'secret sa loy'', et puis son esprit torturé par la douleur se mit à divaguer sur les paroles du maire, ça faisait bien trois fois qu'il sortait son discours devant elle :

... nous accueillons tout le monde, les grands, les p'tits, le nain, les jaunes, les oranges, les noirs, de cheveux j'entends, on leur offre l'hospitalité, la courtoisie, on tremble des guiboles d'vant eux, mais on sourit et on attend qu'ils passent. Puis en échange de not' grande générosité, on espère qu'ils f'ront pô les couillons sur not' territoire et qu'ils aideront à not' défense si nous on a été titillé les voisins avec not' p'tite armée...

Elle secoua soudain la tête, et repris ses esprits en se rendant compte que le maire avait fini de parler.

Donc v'là vos poiscailles sieur l'maire. Passez une bonne fin d'journée!


Elvy_lee a écrit:
Les Cavaliers étaient arrivés aux portes du Berry de fort charmante humeur.
Les victuailles débordaient des chariots. Les écus leur tombaient des poches.
Quant à la ville de Bourges, c'était une bourgade des plus agréables.
Une fois contourné le grand palais, le petit palais et la chapelle, Elvy déposa quelques poissons sur un étal au marché et on les lui acheta immédiatement sans discuter.

Elle s'était ensuite rendue en taverne pour se désaltérer.
Un gaillard immense était entré et Elvy reconnut l'individu du marché. Il la regarda avec insistance et elle devina ce qu'il allait dire.

En fait, l'homme était sympathique. Il se contenta de lui faire la leçon et finit par acheter tous les poissons cosnois qui trainaient encore dans les charrettes.

Poissons vendus, elle se préparait à reprendre la route.

C'est alors que le géant était revenu. Il n'était plus d'humeur aimable. Il venait de réaliser que l'Hydre avait envahi les rues. Que ses lances étaient prêtes aux abords de la ville.

Il voulait qu'ils s'en aillent. Il voulait savoir où ils allaient. Devant son insistance à les envoyer en Touraine où elle savait les armées en faucheuse, elle décida de lui donner satisfaction.
Avait-il bien mesuré qu'une fois poutrée, elle reviendrait à Bourges ?

Peu importait, elle se rendait à Blois. L'histoire aurait pu s'arrêter là. Si une armée ne les avait attendus en Orléanais.

Retour à Bourges.
Après une visite à l'hospice, elle trainait désormais son bras en charpie dans les rues de la ville, et pour longtemps.

Mais les Berruyers auraient été de fort mauvaise foi de se plaindre de l'installation des membres de l'Hydre en leurs murs.
N'étaient ils pas devenus la ville la plus peuplée depuis leur arrivée ?
Les Hydreux ne dépensaient-ils pas leur argent en taverne ?
Car les Cavaliers désiraient utiliser leurs écus.
Or le marché était passablement vide : une malheureuse chemise et un gilet. Elvy s'y était même fait voler une houppelande.
Ils passaient donc commande à tour de bras à l'unique tisserand de la ville.
Et qui était l'unique tisserand ?
Je vous le donne en mille !
Le maire de la ville !
June !
Et le pauvre June ne parvenait pas à honorer les demandes. D'autant qu'il était tiraillé par le désir de protéger sa ville.
Ger attendait ses bottes. Elvy sa jupe et son bustier.

Alors ne nous y trompons pas !
L'Hydre, une menace ?
Une aubaine, plutôt !


June a écrit:
L'Hydre...

Le groupe de mécréants qui, de tous les groupes de mécréants, avait sûrement le moins d'honneur. De fidélité. De fierté.
Ils finiraient tous par se taper dessus un jour, l'envie d'aller plus haut tiraillant, l'envie d'aller plus loin enivrant, tels une bande de chevaux demi-sauvages, mal dressés, qui chercheraient à sortir d'un enclos impossible.

Les donzelles qui défendaient leur groupe ne lui faisaient pas peur. Pire, elle aggravaient par leur attitude honteuse et leurs plaisanteries douteuses l'image qu'il avait de cette "redoutable" armée.

Bourges était déjà la ville la plus peuplée avant qu'ils arrivent. Oh que non, comme ils pouvaient sûrement le penser, ils n'amenaient aucunement la gloire dans la capitale berrichonne, simplement du dégoût. De la peur, pour les plus faibles, qui venaient de connaître six mois de régence royale, entre fouets et famine.

Il avait acheté les poissons, ça les sauverait au moins d'un procès de plus, et ça lui rendait un peu service.

L'Hydre aurait été une aubaine si elle avait un semblant d'honneur.
Car pour avoir droit à une reconnaissance en Berry, il fallait en avoir.

Et c'était sûrement là la plus belle chose qui se trouvait dans chaque cœur de berrichon.


Gertrude. a écrit:
Depuis qu'ils étaient arrivés à Bourges, les gens serraient les dents et claquaient des fesses à leur passage, le maire de Bourges, malgré son amabilité, avait les genoux qui tremblaient de façon magistrale en leur présence. C'était jouissif à un tel point que le séjour s'annonçait divin.

Occupée à lasser ses nouvelles bottes achetées la veille au maire, elle repensait à une certaine discussion, enfin plusieurs, mais toutes avec le maire et sur le même sujet, pour en chercher le bout, la tête et la queue, enfin pour en comprendre le sens.


Si vous ne m'aviez pas menti, je vous aurai dit qu'il y avait une armée, je sais ce qui se passe près de Bourges...
Bah, d'un j'sais pô mentir, deux on est allé en Touraine poser une 'tite affiche, et trois, croyez quand même pô qu'on va vous dire où qu'on va, c'qu'on fait, avec qui et dans quelle position?


Elle se grattait la tête en y repensant, elle voyait toujours pas quand et où elles avaient menti. Toute façon, la discussion n'irait pas plus loin, lui voyait un mensonge là où il n'y en avait pas, et elles n'allaient quand même pas lui démontrer par des loys et des algorithmes qu'il n'y en avait pas. Il devrait se contenter de claquer des genoux pour les six semaines à venir. Puis, il était un peu crédule aussi de croire que les gens donnent leur déplacement, leur localisation et tout. Il a beau être maire, qui pouvait être sûr qu'il n'informait pas des brigands sur les chemins pour leur piquer leurs écus. Puis il n'avait pas eu l'air chagrin de savoir qu'ils allaient en Touraine poser une affichette, en sachant qu'ils reviendraient rapidement, ramener manu militari par les armées voisines. Alors quelle différence cela pouvait-il faire avec celles d'ailleurs? Vraiment, elle n'y comprenait rien, mais rien de rien!

Lasse de toutes ces pensées qui lui envahissaient son petit esprit hydrique. Elle se leva et retourna faire un tour au marché.


Qui veut des légumes? des bons légumes bourguignons?
Qui veut du bois? des stères de Bourges?


Tout en vendant ses légumes, elle calculait ce que le conseil ducal avait déjà pu se faire comme écus sur son dos alors qu'elles achetaient et vendaient des produits au marché.
1,5 écus sur les bottes,
20 deniers par légumes, sur 3 écus de plus,
et combien sur le lait qu'elle avait acheté?
à ça fallait ajouter, les taxes sur les carcasses et la farine qui avaient surement servi pour faire la viande et le pain qu'elle avait mangé en taverne...
Elle lâcha un soupire, alors qu'elle vendait quelques stères de bois à un prix nettement moindre que celui auquel elle avait vendu ailleurs, dans d'autres villes forestières. Doit se faire un blé fou le maire à le revente de son bois dans les duchés voisins!


Gertrude. a écrit:
[Quelques jours plus tard, veille de changement du conseil ducal]

Cela faisait plusieurs jours qu'elle tournait de places publiques en places publiques et de panneaux d'affichage en panneaux d'affichage. Elle avait appris un nombre énorme d'informations... ah ben non, ça c'est ce qu'elle avait vainement cherché. Et puis ce matin, elle avait fouillée pour dégoter le bilan de fin de mandat du conseil, et ... bah rien du tout en réalité. Le dernier datait d'une quinzaine de jours et il n'annonçait guère plus que le résultat du loto. Sans compter qu'il n'avait rien d'officiel, aucun sceau, aucune signature digne d'un Duc ou de son porte parole sur le parchemin en question. Mais une phrase avait attirée son attention.

[rp]> les finances ducales restent fortement dans le rouge mais l'économie et l'emploi sont assurés de manière stable [/rp]

Elle se grattait les poux de la tête pour savoir si c'était bien logique de dire que l'économie était stable alors qu'elle était dans le rouge, mais après tout, elle n'étais pas économiste. Mais ça la rassura un peu. L'hydre était vraiment une aubaine pour le coin. Outre de faire vivre le maire de Bourges en lui vendant des poissons qu'ils vendaient ensuite à des prix intenables, les cavaliers faisaient travailler les cultivateurs de légumes, les bouchers, les tisserands, les forgerons, les éleveurs de maïs, les boulangers et donc fatalement le reste des filières. De plus, ils travaillaient à couper du bois ou dans la mine de fer comme le conseillait le maire de Bourges. Ils participaient sur la halle de la ville autant qu'ils le pouvaient. Leur présence dans les tavernes étaient fréquentes. Et quoi de plus révélateurs de la vie d'une ville que ses tavernes et sa halle?


Plus tard, après une discussion intéressante et informative en taverne, elle prit conscience d'un autre avantage que les cavaliers pouvaient apporter au Berry. Enfin, peut-être pas en tant que telle, mais l'information pourrait un jour servir, glissée subtilement dans des échanges diplomatiques. C'est une armée royale qui avait poutrée les cavaliers, et donc obliger les berrychons a enduré leur présence, celles des cavaliers poutrés, mais aussi celles des autres qui passaient par là pour leur rendre visite et qui ne manquait pas de ... Ses pensées continuèrent à divaguer un moment. Elle se rappelait les débats en Franche Comté où les élus locaux venaient défendre leur fonctionnement sur les places devant les cavaliers. Apparemment les élus berrychons dormaient, ou festoyaient dans leur château, bien à l'abris du peuple et des regards.


Elle prit le chemin de la taverne de Kateline, la bailli jusqu'à demain, il était grand temps d'aller salir quelque peu ce sol trop propre.


Gertrude. a écrit:
[Bourges]

La gamine avait reçu un joli pigeon, qu'elle s'était empressé de tenter de déchiffrer, mais sa lecture et sa compréhension de la chose était bien laborieuse. Et comme elle ne savait guère écrire, et que cela parlait de mairie, elle se rendit à la mairie. Puis attendant le maire June, elle se mit à lire le panneau d'affichage de la mairie.
Elle avait déjà fait une tentative il y a quelques temps, sans grand succès de compréhension, elle avait cessée.


[rp]Forum de la ville :
http://ville-de-bourges.meilleurforum.com/

Le jeudi 22 mars 1459 :[/rp]

Ca commençait bien, for... for rhum, ça doit êt' de l'anglois, j'savais pas qu'ils f'saient du rhum à Bourges tiens, trop cool.
Http... hum, surement une abréviation, hache thé thé.. aff nop, c'veut rien dire... achetez thé et pé... hum... pé...rruque, pé...tomane tss j'comprends rien.


Hélant un passant

Hé toi là, t'peux m'traduire, c'est du berrychon, j'comprends qu'dale, c'est écrit quoi là?
Forum jeune demoiselle, c'est une place publique dans la Rome Antique
Aff, j'suis pas une d'moiselle, mais merci, et ça là?


Le passant se gratta le front, réfléchit un instant

Je ne saurais dire Demoiselle, faudrait demander au maire. Désolée de ne pas pouvoir vous aider d'avantage. Je vous souhaite une excellente journée.

Elle soupira, elle était énervée, comment on pouvait faire un panneau qui ne voulait rien dire. Elle se rappelait maintenant pourquoi elle n'avait pas pris la peine de lire le panneau. Puis jeta quelques cailloux sur la fenêtre du maire, espérant le réveiller.


Sieur l'maire blond! J'ai un soucis, j'ai r'cu un courrier, et j'comprends rien, pourriez descend' m'aider?
Alors, ça vient d'un certain lolpopy, y écrit qu'il est sergent d'Bourges. Jamais vu lui mais soit. Il a eu une apparition qu'il dit. Pi il me rappelle un décret qui s'rait affiché sur le panneau d'affichage de la mairie IG, bon d'jà IG j'connais pô, c'est où? pi j'vois pas bien comment j'pourrais lire un truc qui est ailleurs hein!
Pi, y m'dit aussi, nul ne doit ignorer la loy, bah moi j'veux bien mais la loy d'un trou où j'ai jamais mis les pieds, c'va pas aller.


[rp]2012-03-20 23:30:22 : Vous avez acheté 6 fruits pour 10,00 écus à Gertrude..[/rp]

Pi là, y met des chiff', c'quoi? on dirait comme une date, 20ème jour de .. de... c'quoi l'troisième mois dans l'calendrier berrychon? , sauf qu'ça dit 2012, et c'est écrit sur l'panneau là en bas qu'on est en 1459. Donc y m'accuse d'un truc que j'f'rai quand j's'rai morte mille fois d'ici là hein. Et si il a voulu dire 1012, j'tais pô née, et 'core moins en 112!

Elle reprend son parchemin, et continue d'hurler sous la fenêtre du maire, lisant la suite, d'une lecture laborieuse.

Arrêté municipal du 28 mai 1458 sur la vente de poisson et fruits

Bah municipal d'où? d'IG? d'ici? d'ailleurs? pi elle date sa loy, comment j'sais qu'elle est t'jours vrai?

Bon après le baratin légal, il me conseille de payer une amande, alors j'suis allée au marché, et j'ai cherché des amandes, j'en ai jamais vu, mais parait qu'c't'un fruit tout seché, bref, j'en ai pô trouvé au marché. Pi bon, il conseille, et les conseils d'un gars qui cause moitié d'truc que j'comprends rien, c'pas gagné hein!
Ensuite, j'voudrais pas dire, mais vous spéculer sur les fruits qu'vous m'avez acheté, et j'doute que la spéculation l'est autorisé, à moins qu'vous ailliez une belle loy qui autorise les maires à spéculer, vous avez gagné vot' croûte sur mes fruits hein! A ça, j'ajoute que j'rendais service moi, j'ai vendu à 10 écus, c'jour là, y avait pô moyen d'bouffer des fruits ou des légumes sous 12,41 ou un truc du genre. Et main'ant j'suis emmerdée, j'ai pu d'stock d'bouffe! Alors, on aide, pi ... tsss!


Bon alors, j'ai une aut' question, y m'dit ceci :

[rp]Mon personnage -> Faire un don à une collectivité --> Faire un don à la mairie ou Faire un don au comté et payer votre amande.[/rp]

Mon personnage c'quoi? un lieu-dit? une statue? un gars qui s'appelle comme ça? si j'dois chercher, j'vais pô chercher longtemps, j'vous rappelle que j'ai une patte folle et un affreux mal d'caboche! Pi y m'reparle d'son amande, ça existe vraiment c'fruit? ou c'est pour du rigolot?

Lit la fin du courrier

[rp]je vous conseillerais aussi de bien lire le panneau d'affichage en mairie si vous ne voulais pas avoir d'autre problème[/rp]

Y s'fout d'moi? j'y comprends rien à vot' panneau, ç'veut dire quoi Hache, thé, thé, pé ?

Elle commençait à avoir sérieusement mal la gorge d'hurler ainsi sous sa fenêtre, elle espérait bien qu'il avait entendu. Faudrait qu'elle pense à aller se chercher une tisane après.


Elvy_lee a écrit:
Elvy se bidonne en regardant Ger hurler sous les fenêtres du maire.

C'était bien la peine d'apprendre à lire.
J'vois qu't'es aussi emmerdée qu'moi !


June a écrit:
Encore ces filles.

Il sortit de la mairie et se retrouva avec sûrement la plus bête d'entre elles, Gertrude.


"Hm... Oui ? C'est pour quoi ?"

Écoutant ses longues et laborieuses explications, il leva un sourcil.

"Lolpopy est Sergent de Police à Bourges. Il fait bien son travail et ma confiance lui est acquise. Le panneau d'affichage de la mairie IG, IG ça veut In Gratibus, donc c'est le panneau ici."

Il désigna le panneau d'affichage de la mairie devant elle.

"Nul ne doit ignorer la Loy, en effet, et les décrets municipaux sont marqués sur ce panneau, ici."

Il lui montra du doigt les textes concernés.

"Pour la date, le sergent Lolpopy a un peu de mal avec les chiffres, mais vous avez de la chance, je sais le relire : il s'agit d'un achat de 6 fruits à 10.00 écus à vous par la mairie en date du 20 mars 1459 pour le Berry, 1460 pour le reste du Royaume.

Pour l'arrêté municipal, s'il est affiché à Bourges, c'est que c'est un arrêté municipal de Bourges ! Ne faites pas plus bête que vous ne l'êtes déjà, voyons.
Et il ne parlait pas d'une amande, le fruit, mais d'une amende, c'est à dire un don d'argent obligatoire à faire à la mairie pour vous repentir du non-respect du décret que je vous ai montré juste avant."


Un petit mot sur la spéculation ? Allez...

"La spéculation est illégale sauf pour la mairie, bien sûr, qui a tout droit sur son marché, tant que cela est raisonnable. Je ne vais pas acheter vos fruits et les revendre moins cher pour faire perdre de l'argent à la ville, je les revends 10 deniers de plus c'est à dire au prix où je les mets d'habitude, à 10,10 écus, comme ça je gagne un peu entre mes achats et mes ventes, ce qui me permet de garder de l'argent à la mairie et de pouvoir faire vivre la ville."

Norf, voilà là une question un peu plus coriace.

"Ah, ça c'est du langage de policier, je lui ferai passer le message pour qu'il fasse plus simple. En fait vous devez aller ici, à la mairie, et me déposer la somme qu'il vous a indiqué pour payer l'amende."

Et il sourit pour la dernière question.

"En fait, c'est l'adresse de la ville : hache, vous allez vers la forge là-bas, thé, vers cette taverne, thé encore, vers cette taverne-ci, pet, vers le champ de vaches là-bas. Ça permet de trouver la mairie dans la ville finalement !"


Malheureusement pas eu le temps de répondre à ce post. Ce qui l'en est advenu se trouve dans le topic annexe, pour le procès.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour passer le temps à Bourges (divers topics)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour passer le temps à Bourges (divers topics)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: