L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Demain, les rats...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Demain, les rats...   Jeu 5 Nov - 3:04

--L.aveugle a écrit:

(par sibylle)
Les ressauts de la route mal empierrée avait rendu le trajet long et fatigant. Même si la petite troupe avait fait en sorte que le vieil homme soit bien installé, leur longue errance commençait à peser sur lui.

Nous devons faire une longue halte.

Tous le regardèrent et acquiescèrent. Ses désirs étaient des ordres.
Ho, ils conciliabulèrent bien un peu savoir l'endroit le plus adapté. Mais le désir de l'aveugle joint aux soins à donner aux blessés l'emportèrent vite. Nécessité fait loi.
Il les laissa faire, le sourire aux lèvres. Il était temps qu'ils s'affranchissent un peu de sa tutelle.
Et puis, tant qu'ils suivaient la Voie, ce n'était pas important...

La charrette s'arrêta enfin.
Une grande maison fut louée, histoire de loger tout le monde. Les dépendances pouvaient abriter chevaux, mules et une partie de leur élevage.

Il descendit à terre, aidé par une main. On l'emmena au chaud, on l'alita et le nourrit. Il fallait en prendre soin, il avait encore des choses à dire.
Sur son ordre, on déposa un des pensionnaires de l'élevage sur son lit.
La vieille main noueuse commença à caresser le poil luisant. La bestiole d'habitude hargneuse, ferma les yeux de contentement.
Là était sa place, finalement.



--Le_dodecalogue a écrit:

(par Fernand)
Derrière ses yeux aveugles, il lui semblait le voir distinctement depuis quelques temps.

- La fin arrive bientôt mon petit bélier et la faim sera nourrie.... dit la voix.

- Je vous trouverais presque cruel.... même ainsi, la vie m'est attachante....

- Allons ne te plains pas, tu as su nous réunir, moi et les miens, toi et les tiens. Il convient maintenant que tu sois correctement digéré. Ta vie commence enfin et ma liberté approche...

- Heureux que ça vous fasse plaisir
, dit-il d'un ton morne.


De l'autre côté du voile le monde allait son train. Il demanda à ce qu'on l'arrête ici. Cette ville, il le savait sans l'avoir voulu, lui offrirait un peu de calme. Voir est inutile quand on sait où l'on marche.
Il se laissa aider, bien qu'il eut pu s'il l'avait voulu, marcher droit sans tomber. N'eut-été la faiblesse de ses jambes...


-Si seulement, je pouvais....

- Tout doit trouver son équilibre, petit Bélier, on n'enfreint pas certaines lois!


Plus tard, allongé dans sa chambre, caressant la tête d'une bête au poil gris, il écouta les bruits du dehors et se perdit dans ses propres pensées. Lorsqu'il fermait ses yeux opaques, ces derniers temps, il lui semblait souvent que la voix ne parvenait plus à se faire entendre. Elle ne voyait pas tout et elle avait mauvais ouie....
Il ricana et sombra dans le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Demain, les rats...   Mer 11 Nov - 23:20

Sibylle. a écrit:
Sibylle?
Ou-oui, m-ma Da-dame?
Je vais voir à quoi ressemble mon futur fiancé.
B-bien, m-ma Da-dame
Tu peux veiller sur l'Aveugle?
Ou-oui.

Sibylle?
Ou-oui?
Nous devons nous absenter.
Tu peux veiller les blessés?

Ou-oui.

Sibylle?
Ou-oui?
On va voyager un peu, un aller et retour.
Tu peux garder les rats?

Oui.

Sibylle?
Oui?
Faut que j'aille chez moi.
Tu peux garder l'ours?

.....
Sibylle?
....
Bah, elle est passée où?
Sibylle? Sibylle?
Brave petite, elle est certainement partie le nourrir.
Bon, on en profite, on y va
.


Et pendant que tout ce petit monde s'égaille dans tous les sens, une jeune fille regarde désespérément l'enclos où grogne le plantigrade.
L'Aveugle, c'est un honneur, les blessés sont rétablis et pas dérangeants, les rats, c'est l'occasion de commencer l'ouvrage dont elle rêve, mais l'ours....
Depuis le début, elle est persuadée que ce n'est pas une bonne idée. Mais le temps qu'elle commence à l'expliquer, le grand chasseur l'avait déjà ramené.
Plus elle regarde le plantigrade qui ne décolère pas depuis son arrivée, plus elle sent le désastre arriver.
Long, long soupir.
Détachant son regard de la bête, elle relève la tête.
Plutôt que de broyer du noir, autant en profiter pour joindre l'utile à l'agréable.


La-lafouine? La-lafouine?
I-i-il est encore pa-passé où, ce-ce f-fainéant?
La-lafou-fouiiiine?
Je suis là, je suis là.


L'homme arrive d'un pas trainant, il sent que les corvées vont encore lui dégringoler dessus et sa motivation , comme d'habitude, est proche du néant.
La bègue darde un regard froid sur le sergent.


D-dis moi, S-sergent, qu-qu-quand tu p-prépares le ra-ra-ratgout d-dont tu n-nous régales ch-chaque jour, tu f-fais q-quoi d-des p-peaux?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Demain, les rats...   Jeu 12 Nov - 3:20

--Sergent.la.Fouine a écrit:


La Fouine reste un instant interdit. Les peaux? Comment ça les peaux, c'est quoi cette question? Les peaux de rat, il les revend à un crétin en ville en les faisant passer pour de la taupe. Ça arrondi sa solde et tout le monde est content... qu'est-ce qu'elle me veut celle-là avec ses questions tordues....
- Euh, les peaux???, ah ouiii bien sûr, vous voulez dire les peaux... làààà euh eh bien, ehehe c'est que ce sont vraiment des peaux de mauvaises qualité, vous savez, ohhhh non! On peut pas en faire grand chose, alors je les garde pas, vous voyez, c'est trop enfin pas assez, vous voyez quoi?
héhé...


Puis comme un éclair de génie qui traverse l'espace entre ses deux oreilles en faisant claquer deux neurones de perfidie en fin de vie....


- Mais j'en ai quand même une belle sur un beau lapin que j'ai trouvé en forêt, il y a quelques jours. Du lapin blanc, ma p'tite dame, si vous voulez m'en croire! Qualité supérieure! immaculé, on dirait de l'hermine! je vous la mets de côté?

sourire commercial

Sibylle. a écrit:
Les yeux verts s'attachent au Sergent, tel ceux d'un serpent sur le point de piquer.

T-tu ne les ga-gardes p-pas, très b-bien. J-je m'en se-serais v-voulue d-de te p-priver.


Un sourire glacial apparait sur les traits fins.

Main-maintenant, tu m-me les me-mettras d-de co-coté. Ne tin-t'inquiète pa-pas de sa-savoir s-si elles s-sont trop ou p-pas assez, c'est t-tout à fait ce don-dont j'ai be-besoin.

Qu-quand à ta-ta p-peau de la-lapin blanc, tu p-peux tou-toujours te la ga-garder. J-je te v-vois très bien po-porter de l'he-hermine.


Elle tourne les talons, se dirigeant vers la maison.
A mi-chemin, elle tourne la tête et ajoute négligemment.


Pen-pendant q-que tu es là, nou-nourris donc la be-bestiole à Fe-fe-fernand.
J-je crois q-qu'il t'aime bien. D-dès q-que tu arrives, il ta-t'appelle.
T'es s-sur q-qu'il s'est rien passé d-de spé-spécial entre vous pen-pendant la cha-chasse?


Elle repart vers la demeure, un sourie narquois sur le visage. Il est temps d'aller s'occuper de l'Aveugle. Ce dernier supporte de moins en moins de rester seul. Il a encore beaucoup à dire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Demain, les rats...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: