L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Bordel'Hydre!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Bordel'Hydre!!!   Mar 1 Juin - 5:28

Samkookai a écrit:
[UZES, Bureau de la mairie]

Bon si j'arrive à vendre tant de.... peut-être que je pourrais acheter tant de....
Ahhh ben non eux ils en ont pas besoin....eux non plus, ils viennent d'en acheter ailleurs....

Mais c'est pas vrai ça!!! Uzès est une ville fruitière et j'arrive même pas à les vendre!!!!!!!
J'avais dit à Malk que j'étais nulle en commerce!!!
Si il se plaint..ben ça sera de sa faute....


Voila comment se trouver des excuses et rejeter la faute sur les autres....
Sam n'était pas comme ça, et plaisantait en le disant, mais ce qu'elle pensait vraiment, elle n'osait l'avouer à Malk....

Lui était doué pour le commerce, marchander et autre...aussi elle avait peur de le décevoir et de ne pas bien faire.
Ohh bien sur Uzes avait connu pire qu'elle en tant que maire...
Mais elle ne pouvait s'empêcher de vouloir bien faire...

Main sur le ventre..ayant encore des aigreurs d'estomac....elle tergiversait pour savoir comment elle pourrait faire un minimum de bénéfices, lorsqu'un pigeon aux multiples couleurs arriva en trombe.

Peinture encore fraiche sur ce dernier, Sam se demanda qui pouvait en être l'expéditeur.
Aussi ne fut elle pas si surprise en voyant qu'il s'agissait de Ahl.
Un sourire se dessina sur son visage.
Elle répondait..elle allait donc bien...

Elle commença à lire en souriant...puis fit la moue en voyant que ses craintes s'avéraient justifiées...Mais en continuant à lire les mots de son amie, elle ne put s'empêcher d'être contente pour elle, car elle était enfin heureuse....
Elle pouffa même de rire a certaines phrases..du ahl tout craché...
Terminant la lettre, le ventre noué, elle répondit aussitôt.


[rp]

Ma Ahl,

Comment veux tu que je t'oublie!!!
Jamais je ne pourrais!!
Toi qui m'a accueilli, qui m'a offert ton amitié.une famille, une nouvelle vie!!
Oui je sais..tu va me dire que j'ai le chic pour être nostalgique....
mais je ne peux me résoudre à oublier ceux qui ont été là qu'en j'en ai eu besoin.


Je dois dire que ta lettre me déstabilise.
Tu le sais que je n'approuve pas du tout ce que font les brigands et autres pilleurs, bien que la dessus tu n'es aucunement besoin de mon approbation ou non, tu es libre de tes choix. C'est pourquoi je respecte le tien, même si cela m'attriste.

Ce qui me réchauffe le cœur dans toute cette histoire c'est de te savoir heureuse, n'est ce pas ce qui compte au final?

J'avoue que savoir que tu t'es trouvé une nouvelle famille me rend quelque peu...disons le jalouse....même si tu dis que cela n'entache en rien notre amitié...j'ai quelque part le sentiment d'avoir échoué la où ils ont réussit...pour preuve tu es auprès d'eux aujourd'hui, et non auprès de malk et moi...

Et pour cela je m'en veux.

Mais je t'interdis de dire que de mon côté notre amitié puisse avoir des difficultés.
Je t'es dit ce que je pensais de tout ça.
Malgré tout, difficultés ou non, sache que je serais toujours là pour toi.

Bisous à toi,

Sam[/rp]
Gwennie a écrit:
[Montpellier, devant le château]

Bon bon bon…

Elle etait adossée à un arbre, à l’ombre et croquait dans une pomme, le regard cerné, le visage couleur papier mâché. La troupe éparse faisait des aller retour entre le tribunal et la prison, entre la prison et le campement, puis retour à la case prison…On va bien tout va bien…

Y a pas, faire la fête tout les soirs ça laissait des traces à son âges…Et comme on disait au pays, après la fête la défaite et ça semblait bien parti. Et autant elle aimait faire la fête, autant là…Elle commençait à se lasser quelque peu.

Elle jeta son trognon de pommes en direction du château, grommelant contre l’épaisseur de sa muraille et le nombre des gardes constamment éveillés. Purée, ils venaient d’inventer une nouvelle façon de mettre à bas les châteaux…Le gaspillage des ressources comtales par l’absurde. Elle commençait à plaindre les pauvres paysans qui allaient sentir passer les impôts…

Mais cela ne la regardait en rien. Elle souffla comme vieux phoque. La muraille du château fait figure d’impasse. Elle n’aimait pas les impasses…Mais là…

Bon bon bon…si y a pas de solution c’est qu’il y a pas de problème, donc faisons comme ça…ça évitera les nœuds au cerveau, pas bon pour l’humeur de la bretonne.

Un pigeon se posa à ses pieds. Tiens donc…Aldyr ???? L'autre? Un autre?

Les ordres du jour. Haussement de sourcil. Vague tentative de dire « mais oui, mais non… » dans le vide, toujours très constructif. Puis, elle prit ses cliques et claques pour rentrer préparer ses affaires. Tempête dans un crâne breton. Dialogue entre elle et elle-même qui ne laisse pas les gens autour indifférents, si l’on se fiait aux regards méfiants qu’on lui adressait.

Ferme ta bouche, il sait ce qu’il fait, t’y connais rien espèce de cruche. Pis t’es plein de gros défauts qui obscurcissent ton jugement…T’es une fille…


Oui mais !

Oui mais non, tu obéis et puis c’est tout. T’y connais rien en machines agricoles en plus.


Bon…C’est pas faux.

Y a un mot que t’as pas compris ?????

Non ça va hein…


Une ballade…ben après tout, ça pouvait ne pas être pire. Si…Mais bon.
_DSP_ a écrit:
Elle arriva en courant. Pour changer. D'habitude elle talonnait... sa monture. Mais Volcano dormait dans son box. Elle n'arrêtait pas d'aller et de venir et il avait le droit de respirer lui aussi. Bon ok.

Déesse Pelé courait donc, mais difficilement. Chargée comme une mûle qu'elle était la Volcanique empêtrée. Déjà qu'on la prenait pour un mouton -non non pourtant ils étaient raides comme des baguettes à tambour ses longs cheveux couleur de lave- mais il fallait suivre les ordres au jeu de l'Oie. Alors elle suivait, comme elle pouvait, passant parfois pour le vilain petit canard ces derniers temps d'ailleurs. Une tête de hure parait-il qu'elle était ! Allez comprendre pourquoi.... !!! ce qui la mettait d'une humeur de chien -massacrante à force d'être massacrée- et elle dévidait tout son bestiaire de noms d'oiseaux pour insulter qui osait -encore!- s'approcher. Faut dire qu'elle en avait marre de passer pour le dindon de la farce aussi et de se faire plumer comme un poulet !

Ainsi elle avait décidé d'aller s'aérer un coup, cherchant son hydresque copine bretonneuse.
C'est donc en tenant tant bien que mal une jatte de lait contre elle, un panier accroché à son bras, qu'elle courait.. enfin... essayait pour arriver avant que le lait ne tourne sous la chaleur. Déjà que la mayonnaise ne prenait pas sur ce foutu château malgré la crème de la crème du brigandage en présence. Faut dire qu'ils voulaient tout aussi : le beurre, l'argent du beurre, le sourire de la crémière et la vache à lait au passage ! Après tout pourquoi pas.

Mais en l'occurrence pour le moment, c'étaient d'autres considérations culinaires qui importaient à la Tempesteuse.
Voyant une silhouette qu'elle reconnue au loin, elle accéléra encore le pas tout en criant


GWEEEEENIIIIIIIIE !!! OUUUU OUUUHHHH !!!!

et de s'agiter tant et plus que ... patatra ! un pied contre un caillou de trop sur le chemin et la voilà comme Perrette : Adieu veau, vache, cochon... et crêpes pour le coup !

Trempée de lait et salie de terre, maculée d'oeufs et de farine échappés du panier qui lui est retombé dessus au passage, elle présente une figure... rocambolesque à la jeune femme en train de lire une pigonnade.

Gwennie... oh... tu es là ! aussi je te cherche partout !!! Regarde dans quel état je suis maintenant. Moi qui voulais que tu me montres la recette de ces fameuses crêpes et galettes bretonnes.

Et lui murmure... Oui car faut que je me mette aux spécialités de chez toi moi pour nourrir mon Breton désormais !

et de rajouter normalement

Euh tant qu'on y est... tu sais ce qu'on fait là ? on les applatis comme des crêpes ou on se fait rouler dans la farine ??? Non parce que si on pouvait éviter de mettre tous les oeufs dans le même panier ça permettrait d'éviter des dégâts non ? Alors dis... on se trouve une taverne où on se met aux fourneaux et on s'en descend une petite ?



Gwennie a écrit:
Citation :
Gwennie... oh... tu es là ! aussi je te cherche partout !!! Regarde dans quel état je suis maintenant. Moi qui voulais que tu me montres la recette de ces fameuses crêpes et galettes bretonnes.

Euh tant qu'on y est... tu sais ce qu'on fait là ? on les applatis comme des crêpes ou on se fait rouler dans la farine ??? Non parce que si on pouvait éviter de mettre tous les oeufs dans le même panier ça permettrait d'éviter des dégâts non ? Alors dis... on se trouve une taverne où on se met aux fourneaux et on s'en descend une petite ?



Ben si donc….ça pouvait bien être pire…

Elle regarda la femme pleine de grumeaux divers étalées devant elle et réussit à reconnaître une déesse fort bien déguisée sous le lait , les œufs et le reste. Des crêpes…la Bretagne…Allez hop…Tout ce dont elle avait besoin en ce moment. Elle chiffonna le parchemin qu’elle tenait dans sa main.

Euh… Bon…Alors…Pour ici j’en sais rien…Pour les crêpes…Ben…


Tout son être hurlait « non , non tout mais pas ça!!!!!!!!!!!!!» mais devant la détresse toute maritale de la jeune femme, elle réussit à sourire.Comment lui expliquer son humeur du jour??? Ben...pas lui expliquer déjà...Les états d'âme c'est chiant. Allez souris spèce de cruche, c'est une topine, alleeeeeeez!!! Tout va bien...un tout tit effort ...allez....

Sourire.

Bon…au campement alors...Si ça t’ennuie pas…j’ai ce qu’il faut, ça évitera de repasser pleurer au marché. J’sais pas ce qu’il se passe dans cette ville en ce moment mais c’est n’importe quoi.

Gwen esquissa un sourire en tendant la main pour l’aider à se relever.

J’vais t’apprendre à faire les Kouigns, c’est de galettes bigoudènes, la recette de ma grand-mère. Un breton ? T’es sure que c’est raisonnable ?Non parce que bon…


Parce que quoi dejà ??? Ah oui…parce que…Faire des crêpes…Après tout, au lieu de picoler en taverne, certains seraient peut être contents au campement. Pis un bon coup sur le crâne de Lafouine pour avoir la paix aux fourneaux.

Des crêpes…Pas pire qu’autre chose au fond. Et c’est le cœur un peu plus léger qu’elle entraina une déesse dans son sillage.
[/code]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] Bordel'Hydre!!!   Mar 1 Juin - 16:11

--Bethsabee a écrit:



[Entrée du campement]

La fille s'avance, d'un pas lascif.
Elle n'est pas une guerrière, ni une révoltée. Sa tenue précieuse l'atteste. Elle s'est revêtue de beaux atours, sans clinquant ni signe trop ostentatoire de ce qu'elle vient faire.

Séduisante sans être une véritable beauté, elle attire toutefois les regards mâles, ce qui la satisfait. Et jourd'hui, quoi qu'il arrive, elle a déjà été payée.
Sa longue chevelure aux reflets cuivrés légèrement balayée par une brise légère, son parfum discrètement enivrant...

Il serait bien sot celui pour qui on l'a envoyé de ne pas en profiter.


Hey ho... De la compagnie...

Je dois voir l'un de vos membres...

Un certain Sire Drannoc !


A voir si son appel est lancé au vent.
Ou pas...
Drannoc a écrit:
[Campement, au même moment]

Il est dans l'herbe allongé, perdu entre quelques roulottes abandonnées. Une brindille entre les dents il devise avec le nuage aux formes généreuses qui le surplombe. Toi tu vas pas me pisser dessus hein, lance-t-il en lui avec puissance, appuyé d'un regard sombre.
Le vent glisse jusqu'à lui, apportant quelques sons dont la nature généreuse semble vouloir lui accorder aujourd'hui.

- ...voir......'rannoc...

Il se redresse promptement et crache le brin de Mère longuement mâchouillé. Quelques regards furtifs aux alentours lui accordent un répit et en même temps ralentissent les battements d'un cœur soudainement emballé. Grincement de bois d'un véhicule en déroute, toujours rien.
Le voilà sur ses jambes et en quelques furtives enjambées, aux alentours de ce qui ressemblait hier à l'entrée du campement barbare.

Une femme. Presque apprêtée pour les noces, il tente de la respirer d'un peu loin. Effluves douces, éparses, il s'avance finalement vers elle un peu naïf. Peu importe il aime à risquer ce qu'il a du mal à percevoir comme une menace. Il la regarde, intense, glissant le regard sur ce foisonnement capillaire, comme un océan de métal précieux. Je débloque complètement ou faut vraiment que j'aille me baigner. Ouais.

- Dame...veuillez m'appeler Dran. Que faites vous là ? perdue ? quelqu'un vous envoie ?

Il se tient face à elle, un sourcil un peu plus haut que l'autre, dans une sorte d'étonnement mal dissimulé.
[/b]
--Bethsabee a écrit:



La fille sourit.
Tout en détaillant l'homme qui se présente à elle.
Le travail serait très certainement agréable. Surtout si on lui donne du Dame...

Elle s'approche, à le toucher presque. Maintenant une frontière invisible. Cherchant à provoquer le premier trouble chez lui. D'une main lascive elle soulève sa chevelure sur sa nuque, laissant échapper un soupir discret accompagné un regard enjôleur et sans équivoque.


Il fait chaud n'est-ce pas...

Sa main laisse retomber sa lourde chevelure dorée, préférant mimer un éventail devant les formes généreuses de son décolleté, où perlent quelques gouttes de sueur.

Bethsabée... Appelez moi Bethsabée...lui souffle-t-elle. Abolissant encore un peu d'espace. Son regard langoureux remonte lentement du torse de l'homme à son visage. Elle lui glisse, d'une voix aux accents délibérément envoûtants :Je suis une sorte de cadeau à votre intention...L'intonation trainante, et elle remonte jusqu'à son oreille, où un souffle chaud achève de délivrer l'information.De la part d'une certaine Fourmi de vos amies.

Elle quitte son cou, scrutant la réaction de l'homme.
Ce qu'elle pense de sa mission.
Peu importe. Si une idiote est capable de payer pour qu'un homme se satisfasse d'une autre... C'est autant de bénéfice pour elle. Et éventuellement de plaisir lorsqu'il ne s'agit pas d'un gros lourdaud.

Sa main se pose sur le torse de l'homme, professionnelle, caressante sans insistance, et le regard toujours aussi porté à l'invite, elle demande, un sourire des plus engageants aux lèvres.


Et bien ? Devrons nous retournez d'où nous venons ? Ou bien acceptez vous le présent ?

Sait-on jamais !^^
Drannoc a écrit:
Et dans une symphonie réglée à la note, il sent les muscles de ses cuisses se contracter en rythme. Depuis quelques semaines débarrassé de ses braies il entretient un teint halé, un brin spartiate, chaleur des bords du Royaume et ballades en eaux troubles aidant.

Il savoure et tarde à répondre au cours d'un laps de temps déjà arrêté, sous les assauts encore enjôleur de la ribaude de luxe. Il perce d'un regard maîtrisé les prunelles de la professionnelle, glissant quelques lueurs de plaisir, encouragé.

- Il me faudra remercier la Créature, je crois. Esquisse d'un sourire en coin, regard pesant, il s'est dévêtu de son détachement naturel.

Il glisse une main un peu ferme sur le bras de la cuivrée et l'entraine tranquillement vers une roulotte.


- Il ne vous déplaira pas je l'espère, de m'accorder un peu de temps en ces taudis un peu sauvages...

Il réfléchit un instant et lui glisse plus bas : n'avez vous jamais eu envie d'être empaillée ?...
Il ne sait pas encore s'il ne serait pas plus pratique de l'emporter vivante et du côté masqué de son visage, résonne un rictus un peu fou.

Ainsi dans une chaleur étouffante, il s'approprie longuement et avec passion d'un cadeau généreux. Il s'en convainc : mérité...
--Bethsabee a écrit:



Il était temps...

Un instant elle a bien cru que l'homme par défi se refuserait.
Mais aucun ne s'y est jamais risqué.
Encore moins lorsqu'il n'a pas un denier à verser.
Un frisson la parcourt, lorsqu'il parle de l'empailler. Cherche-t-il a l'effrayer ? A tester son professionnalisme ? Ce n'est pas sans lui déplaire... Et ne fait qu'accroitre un désir naissant.

Elle a bien fait d'accepter le boulot.
Aussi se laisse-t-elle emporter, dans tous les sens du terme, offerte aux assauts et caprices de l'homme.

Généreuse autant que le veut sa profession, sans réserve, songeant que la payeuse est crétine de première de se priver de pareil morceau. La partie s'engage rapidement, évidemment, l'on ne s'embarrasse pas de séance de séduction lorsque l'on sait pour on est là. Vite dénudés et vautrés, le mélange des corps commence. Souffles qui s'accélèrent au rythme du ballet engagé, effleurements de chairs brutes mouillées de sueur.

La catin se demande par moment ce que pense l'homme entre ses cuisses...
Et alors qu'elle ondule sous les coups de boutoir, suivant la cadence endiablée, répondant avec ardeur sur la paillasse de la roulotte, lui vient l'étrange idée de faire en sorte de s'assurer qu'il songe bien à elle et non à la payeuse... Marquant de ses ongles le dos de l'homme jusqu'au sang alors qu'il semble baisser de régime...

Luxure au fond des yeux, elle s'arrache à l'étreinte, cherchant à se faire désirer encore plus.
Elle marque un temps d'arrêt, contemplant la virilité dressée, abandonnée, un sourire de satisfaction non dissimulé...
Langue qui passe sur ses lèvres gourmandes, affamées, avant de l'inviter à plus de vice, en se présentant langoureusement de dos, cambrée à l'extrême...

Demandeuse la catin...


Je suis certaine que votre "amie" ne vous l'a jamais faite celle là... lui dit elle d'une voix rauque, lourde de désir.
Drannoc a écrit:
[Campement de l'Hydre, roulotte abandonnée]

Il s'agite pleinement depuis des heures, ruisselant de sueur en cette chaleur infernale, savoure son corps contre le sien. Dressé derrière elle il la regarde et dans ses yeux pointe une lueur. Il grogne quand elle s'écarte un peu.

- Je suis certaine que votre "amie" ne vous l'a jamais faite celle là...

Elle le toise de ses yeux félins et lui présente ses formes, cambrée. Il ne se démonte plus et laisse échapper par ses pores une sauvagerie peu commune, débarrassé de son savoir vivre. Innocents nous crèverons plaisante son esprit déjà parti. Il plaque une première fois une main sur son cou.

-Vous voici arrivée...à l'Hydre, et...de cette roulotte je n'sais si...vous repartirez entière.
Il se mord la lèvre et lui lance de ses yeux clairs une fin inéluctable. De ses bras fermes sur ses hanches il l'accapare une fois encore et de son membre imperturbable, vient éteindre ce feu qui le démange. Devant ses yeux plutôt qu'une rousse, se matérialise une brune discrète sous sa bure.

Il savoure encore longuement, corps emmêlés et plaisir partagé. Présent de la Créature il veut l'honorer. Fourmi ce soir tu aurais pris. L'océan cuivré se présente à ses mains, il l'agrippe et en quelques dernières saccades laisse exploser son plaisir, glissant une main criminelle autour de son cou.
Elle suffoque. Il glisse sa bouche sur son visage agonisant et de sa main libre, vient d'un coup de lame éteindre le dernier souffle dans une gerbe de sang.

Épris et comme fou il la regarde choir sur le sol. Il observe d'un œil torve le doux visage de la jolie fille qui expire une dernière fois, fatalement salée.

Presque flanchant, il n'a plus le cœur à l'empailler et de quelques pas aléatoires, fuit ce lieu déjà maudit.
Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Bordel'Hydre!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: