L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Partie de Chasse et Désordre hydrique...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Jeu 4 Mar - 10:07

Drannoc a écrit:


[Savoie, dans la nature.]

Un brin de paille entre les dents, les yeux pleins d’une lueur malsaine, il veille non loin de son campement. Seul.
Un jour déjà qu’il se fond dans la campagne savoyarde, épiant le long de la route, s’en écartant parfois à la recherche du gros gibier grassouillet. Incapable de rester en place à l’abri d’une cité genevoise endormie, des fourmis dans les jambes, il s’était décidé à partir en chasse. Travailler la terre ne savait en ce moment le contenter et, soumis à quelques pulsions qui devaient annoncer le printemps prochain, avait bâclé son baluchon en hâte fiévreusement. C’est qu’il avait faim mine de rien.




-Tu pars tout seul ?
Se retournant vivement il constate avec perspicacité que personne ne le suit et hausse les sourcils rapidement.
-…Ouais, je crois bien. Passer le temps à la campagne compter les bourgeons…ça m’manquait.



De brèves entrevues avec les compagnons de route annonçaient un joli pic-nique dans la nature et c’était parcouru d'une certaine allégresse qu’il guettait la venue de la première trogne connue. Il imaginait bien quelques imprévus venir touiller le programme comme d’habitude, histoire de tout laisser au hasard.
Il avait la journée précédente taclé du bon vieux Helvète sans défense qui sans broncher s’était débarrassé de ses quelques pièces et victuailles. Inapte. Alors il remettait ça presque machinalement.
Tapis dans les ombres d’un paysage renaissant peu à peu suite aux frimas de l’hiver, Dran mâchouille calmement, prêt à surgir. Il pense à la Fourmi sauvage rencontrée en un bouge obscur de Genève et aux quelques mots prononcés par il ne savait plus lequel des cavaliers en d'autres circonstances. Du vague en gros, mais qui lui semblait seoir aux circonstances :


- Oui ce soir tu vas prendre, lance-t-il au vent...il souriait. A Charlyelle aussi, sensée prodiguer les premiers soins en cas de blessures mais à laquelle il avait sèchement rétorqué qu'il se soignait seul, toujours maladroitement sauvage aux attentions qu'on lui portait. Mais elle savait à quoi s'en tenir avec lui...

Blam !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Jeu 4 Mar - 10:10

Arrivée la veille dans ce coin de Savoie aux couleurs de fonte précoce des neiges, la demoiselle avait posé campement de fortune derrière un amas rocheux en retrait de la route. Maugréant au vent comme à son habitude, plutôt qu'à ce nouveau canasson de louage, elle s'était en quelque sorte rendue hermétique aux choses qui auraient pu la distraire.

En gros, elle n'avait rien vu rien entendu sur la route. Autiste engluée dans ses pensées, tournées vers la Franche Comté et les impôts sous lesquels elle croulait, et la façon de continuer de faire tourner la boutique de façon concluante et surtout efficace.

La journée s'était écoulée sans que rien ne perturbe ses rares occupations, qui pourraient se résumer en la lecture studieuse d'un livre d'ingénierie marine et le grignotage de fruits pour le plaisir. Soit un chapitre, une pomme, un chapitre...
Et quand vint le déclin du jour, et que les premières petites choses scintillantes avaient entrepris d'illuminer le ciel de leur pâle éclat argenté, elle s'était glissée dans son tonneau de chêne, savourant toujours autant l'odeur de bois brûlé qu'il embaumait, et avait effectué une petite séance de révision. Astronomie en pratique.


Lors là, c'est Sirius... là, c'est l'étoile du Berger... hum... Tiens Orion rentre dans la maison du Capricorne...

Où comment elle revisite l'astronomologie dans toute sa splendeur. Autant dire que la position horizontale, la douce chaleur de sa couche boisée et la contemplation hyperactive de la voûte céleste eurent vite faits d'inviter Morphée à se joindre au spectacle. Et la demoiselle de s'endormir. Nous passerons sur l'interprétation hasardeuse de son monde onirique et éviterons certainement bon nombre de céphalées par la même occasion.

Mais voilà...
Y'a toujours... Comment dire... Un empêcheur de roupiller tranquille.
Dans son sommeil, qui je l'avoue est passablement agité, le craquement d'une branche... Et une voix, dans le brouillard de son émergence au réveil...


Oui ce soir tu vas prendre

Gné...


Oué. D'accord... L'est pas super locace au réveil. Le reste du temps non plus...Ceci dit, les neurones se mettent rapidement en action, et alors que se dessine un sourire froid aux coins de ses lévres elle répond :

D'accord...

Pas tout à fait réveillée, ni même debout la Fourmi. Mais déjà elle a compris, en habituée de la route et de ses aléas. Et tandis qu'elle vérifie que tout est à portée de main, avant de s'extraire de son tonneau...

Blam !

Grumpfff...

Commence à lui chauffer les antennes tout ça. Qu'on la réveille déjà, mais qu'en plus on tape sur son tonneau, comme un malotru...
Debout devant le tonneau, un peu hirsute, les yeux encore endormis, affichant une formidable mine de dogue à qui on vient de tirer son os préféré...


Comment ça... BLAM...

Tentant d'identifier le gars qui va se prendre la tannée du siècle. Ou pas. L'essentiel étant de participer. Et ça, elle aime bien la Fourmi. Ce genre de rapprochement qui n'en est aucunement.

Approche Tartempion... Et explique moi ce que j'vais bien pouvoir prendre...

Non sans un certain cynisme... Poursuivant entre ses dents :

A part tout ce que t'as de revendable...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Jeu 4 Mar - 10:11

Drannoc a écrit:


Blam !

Oui on sait. Mais c’est qu’il lui manquait quelque chose pour réaliser ce qui arrivait, comme une faille dans l’espace temps. A force de rêvasser et pris de somnolences il s’était littéralement planté au sol devant lui et dévalait la pente comme désarticulé. Enfin pas autant que ce qui l’attendait, semblaient lui annoncer ces prémices d'un désastre.
Il avait terminé sa course plus bas et dieu sait où, la tête en avant et les dents presque plantées dans un gros morceau de bois.


- Approche Tartempion... Et explique moi ce que j'vais bien pouvoir prendre...

Il se releva progressivement, frottant ses tempes. Cette voix...j'la connais. Et Fourmi apparaissait, dressée comme une mauvaise herbe, rétive. Elle finissait de marmonner quelques mots qu'il ne saisit pas et qu'il occulta.

- Ça c'est fait. Et enchainant. Je crois qu'on s'cherchait non ? Il esquissait maintenant un drôle de sourire, tirant vers l'amer. Tu pourras admirer la belle furtivité avec laquelle je t'ai trouvé.

Il la toisait, la détaillait de haut en bas. J'fais quoi avec ça moi....bon. Hésitant comme rarement il marchait autour d'elle comme un prédateur sceptique. Ouais ça doit bien exister. Et au cœur d'une brume naissante, il ne savait manifestement plus comment appréhender la situation. Cavalière...Fondre sur elle...ou pas. Fondre sur elle...ou pas...Fon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Jeu 4 Mar - 11:00

Machinalement une main frêle passe sur la surface lisse du tonneau, à la recherche d'éventuelles avaries causées par l'impact. Espérant silencieusement ne rien trouver. Sinon à défaut de les avoir laissées dans le bois, c'est sur la route qu'on risquait fort de retrouver ses ratiches.

Un sourcil curieux se soulève alors qu'il parle... Puis un silence, le temps d'un battement d'ailes d'un volatile nocturne qui passe au dessus d'eux, dans un ululement sinistrement annonciateur de mort. Nan, c'est pas les crépusculaires, juste une chouette effraie qui part en chasse... Mais ça le fait quand même, créer cette atmosphère toute particulière des croisements en carrefour de route.

Elle le connait, enfin elle l'a croisé en taverne, lors d'une excursion mercantile à Genève. Et elle se souvient... qu'il l'avait regardé comme une fille. Et ça... Cela lui déplaît, fortement. Et il recommence, elle peut sentir le regard du prédateur, du chasseur qui cherche le détail, la faille... Et en silence bénit le jour où elle a décidé de porter cette horreur de bure, si androgyne, si protectrice.


J'admire surtout le fait que la discrétion n'est apparemment pas masculine... Enfin, pas comme si c'était vraiment étonnant.

Le ton reste badin en dépit du profond agacement qui commence à se faire sentir. Peut-être voit-il sous les reflets argentés le sourire froid, factice qu'elle affiche.
La Fourmi ne perd rien, sent l'hésitation du chasseur. Et il y a longtemps qu'elle avait décidé de ne plus être une proie, ni une victime. Aussi, et comme l'attaque est la meilleure des défenses, passe-t-elle à l'action. Oh... Pas de quoi fouetter un chat, juste un coup de pied bien senti, bien appuyé sur le genou de Dran, pour le forcer à plier... Avant de lui asséner une bonne gauche dans la mâchoire.

Célérité est son amie. Et l'Ananké ce soir est de son côté apparemment. Une bourse saisie, une sacoche envolée, et c'est Fourmi qui rit.
Les cigales chantent... La Fourmi bosse.
Simple, efficace.


L'est pas bien lourde... mais ça vaudra pour le dérangement.

La bourse effectue une gracieuse succession d'envols depuis la paume de sa main. Sans qu'elle ne se dépare de ce sourire railleur.

Pffff... Du pain... rassis en plus... et du maïs pour les cochons. Décidemment... Rien de bien folichon là dedans. Enfin, y'aura toujours un crève la faim sur le parvis d'une église à qui ça pourra profiter...

Moqueuse la Fourmi... Si peu.
En même temps, c'est si savoureux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Jeu 4 Mar - 13:30

Déroute l'espace d'un instant violent. Surpris il n'a rien su faire et sombre, terrassé. Il a bien tenté une révolte d'orgueil mais las et affaibli s'effondrait. Foutue guerrière.

- Blablablabla...gngngngn...oura profiter...

Mais bor*** ça cause un brin de femme. Et c'est le mal de tête apocalyptique. Horrible. Il n'a rien compris, affalé et étendu au sol, un genoux en vrac et la mâchoire en bois, le visage statique, le brin de paille gisant au coin de la bouche.

Nuit.

Bois...sapins...élevage...il flottait immobile et porté par le vent au dessus de son troupeau...de magnifiques sapins dodus meuglant à son passage -genre label rouge-...et plus loin la grange où un stock de chemises en bois l'attendait...Ouh et là un manche isolé...faudra le retaper c'ui là...sa première passion...une fourmi géante et sa vieille tête d'insecte apparaissait soudainement, le plaquait au sol et de ses mandibules acérées commençait de le dépecer sauvagement. Et il regardait faire impuissant, son corps devenant bouillie ensanglantée...et de ces visions cauchemardesques il eut le frisson jouissif de trouver ça bon, indolore.

Uh. Il ouvre un oeil. Il ne bouge pas pour autant et observe ce qui redevient une femme au dessus de lui. Il remue les lèvres et lâche quelques mots.

- ...Bien battue Fourmi...excellent...il est temps, on doit y aller...tu sais où. Un filet de sang glissant le long de son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Jeu 4 Mar - 22:53

Oh.. Il a bien tenté le sursaut d'orgueil, du genre qui s'essaye dans un ultime geste de reprendre le dessus, s'accrochant d'une main à son sac, espérant sans doute récupérer plus qu'il n'avait perdu.

Un regard froid sans appel.
Magister dixit, il y a longtemps, de n'avoir jamais pitié. Elle pourrait l'achever ou encore le laisser agoniser là, dans son pitoyable état.
Ecartant de la botte la menace, le vain espoir qu'il avait pu avoir, avant de commencer à empaqueter ses affaires.

L'aube pointe aux dessus des cîmes enneigées.
Evidemment il ne saurait être question de le hisser jusqu'à la selle. Z'imaginez le tour de rein pour la minuscule demoiselle. Mais comme la Fourmi a le sens pratique très développé, et que rien ne saurait se perdre, elle envisage déjà la meilleure façon de transporter ce corps inerte jusqu'au royaume d'Hadès, heu pardon, jusqu'à la ville la plus proche.

Une main négligemment défroisse la bure, la débarrassant de quelques brindilles et feuilles mortes accrochées çà et là, tandis que l'autre extrait de son paquetage deux paires de braies.
Sourire en coin, elle revient vers la carcasse assomée qui jonche le sol. Une paluche après l'autre, elle attache les deux poignets à l'aide d'une jambe de tissu ; puis l'autre vient se nouer avec la seconde paire, qui s'arrime ensuite à l'arrière de la selle.

Un moment d'arrêt pour admirer l'oeuvre ainsi faite. Dommage de n'avoir le temps d'esquisser le croquis de si jolie mise en scène. Dran, poings liés et bras tendus au dessus de la tête va effectuer dix lieues en mode usure de peau d'fesses. Notez qu'elle aurait pu être vache et l'attacher par les pieds, ce qui aurait eu pour résultat un frottement excessif du crâne contre les pavés de la route. Mais dans sa grande mansuétude notre petite Fourmi n'a voulu aggraver le cas de ce pauvre homme.

Il est temps d'y aller, et la demoiselle est certaine que l'entrée dans l'enceinte d'Annecy sera du plus bel effet dans ces conditions.


En route...

Gros bras 0 Petite chose à antennes 2


Et de sourire en talonnant sa monture. Au pas. Cela va de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Ven 5 Mar - 0:27

Devant un monastere

Ils étaient arrivés Ô lance qui avait cheminé par devers grands périls, bravant terres interdites, armées à grandes dents embusquées et autres effets boulasses, loupés de ralliement. Ils étaient partis à deux. Ils touchaient au but à deux. Oui et ? C'était déjà pas rien.

Devant le monastere Harlem satisfaite écoutait l'écho sonore du martelemment affirmé que le cavalier offrait à la porte lourde et massive.

Je comprend pas. On voit enfin le pignon d'une taverne et toi tu veux aller t'enfermer.

Elle s'interrompit alors que le cloitre daignait s'ouvrir sur la silhouette d'une dame avec cornettes, robe de bure et l'air pincé de rigueur.

" C'est pour quoi ?"

C'est pour lui. Répondit la Cavaliere en observant l'hotesse avec défiance.

Que pour lui.

Crut elle bon de préciser. Mais la soeur jaugeait déjà le futur retraité de son regard...euh.. Il avait dû passer avec succes l'examen d'entrée car de l'ampleur d'une manche évasée surgit une main crochue qui le happa avec un empressement des plus suspects.

Parfait! Qu'il entre.

Clac!

Hey!! Et mon reçu ?

La voilà plantée devant l'huis refermé dans un claquement ferme, inquiete.

Je vous préviens, avez interet à me le rendre entier! A l'écu prêt! Lui faites pas de mal. Lab t'es certain parceque je veux pas dire mais je le dis quand même.
Elle m'inspire aucune confiance! Je paris que tu vas finir avec le bol sur le crane lisse! Te laisse pas tondre.



Vrai quoi elle n'avait pas traversé le pays pour le livrer tout roti à une horde de bonne soeurs âpres au gain. Harlem avait le souci de la mission, bête et disciplinée en matière de cheminement. C'est à Geneve qu'il était prévu de faire halte finale.

L'écho de ses recommandations mourant au seuil de cette batisse, sans echo retour, elle finit par regarder cette ville étrangère rallié au matin. Où elle connaissait personne, lachée en pleine Savoie, le voyage harassant en souvenir dans une caboche sans cesse en qui vive. De fait Harlem vivait mal le contre coup de ce relachement brutal. Tres malheureuse, fatiguée, une connaissance du terrain frolant le QI d'une huitre, aucune données à analyser.


Citation :
Vous êtes fatigué.
Citation :
Vous êtes très malheureux.

Il est pourri ce bled. Y a même pas de roulotte.

La voilà assise sur ce verdict sans appel, seule au monde sur les marches de l'espece de parvis. Songeant à Bordeaux avec regrets, se demandant si le frangin a reçu sa lettre.
Livrée à elle même, pensive voilà que comme par Hazard ses yeux repèrent au loin les toiles chamarrées que son instinct a déjà classé dans la catégorie:

Marché à vue.

Un sourire timide comme uen éclaircie de Mars. Une oeillade perçante et carnassière alors que l'esprit fait un rapide décompte des jours de sevrage.

Tentation quand tu nous fait risette....Résistera t'elle ?

Poussez vous! C'est un cas d'extrème d'urgence, de vie ou de mort!

Ô lecteur je vous laisse tirer conclusion qui s'impose et imaginer le remous des badauds.

Je prend le tout!!

Ma ptite demoiselle ça vous fera 200.

Euh...


Citation :
4 écus

Le choc. Dépourvue la marchande ? Comment cela a bien pu arriver ?

La famine qu'il disait.. la Famine....Plus vraie que nature.

Course précipitée.

Laissez moi passer les Fondus!

Bam bam bam!

Ouvrez moi! Labaaaaaaiteuuuuuuuuuh tu peux me preter 200 ? Je t'en rendrai 100 en bénéfice promis! C'est pour passer le temps!
Ouvrez moi je vous dis! Laaaab!
Laissez le me répondre mécréantes, sorcières a cornettes.

Radiiiiiiiiiiiines! Humpf!


Silence................

Retour case départ. Sombre.

J'en ai marre.

Triste jusqu'au bout des couettes. Et elles sont longues.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Ven 5 Mar - 1:23

DEVANT LE MONASTERE

Ayant fais le chemin seul ... je me demandais comment et surtout quand j'allais retrouver mes compagnons cavaliers.

Mais c'est en sortant ce matin et après avoir entendu quelques conversations au marché que je compris. Des étrangers étaient arrivés cette nuit et ils s'étaient rendus directement au monastère car l'un d'eux était faible.

Malgré les circonstances j'étais joyeux car j'allais enfin retrouver mes compagnons. Et même si Labaiteuh était faible, je me disais qu'avec sa vigueur et l'efficacité des sœurs il aller se remettre rapidement.

Je prends donc le chemin qui me mène au monastère et entame la montée de la cote.

Au bout du chemin j'aperçois enfin le monastère et .... Harlem.


- Bien le bonjour Harlem, je viens d'apprendre votre arrivée (Et oui comme partout les rumeurs vont très vite a Bourg), je suis content de te voir je ne pensais pas vous voir si tôt. Et Labaiteuh ??? Il est dans quel état ???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Ven 5 Mar - 3:04

DEVANT LE MONASTERE

Harlem qui se morfondait, abandonnée comme une âme en peine, triste à mourir, trop maaaaaaaaaaaalheureuuse, manquait plus que la coquille pour compléter la panoplie du personne ne m'aime et c'est pô juste...
Bref! Vit arriver un presque parfait inconnu. Ne serait un truc dans l'allure, l'odeur ? Peu importe, ils se reconnurent comme issus de la même fatrie. L'Outre monde bien que grand ne l'etait pas tant.

Super ravie d'avoir la compagnie même si jamais elle ne l'admettrait evidement, cela aurait été en contradiction totale avec sa réputation. Et elle y tenait!
Donc elle ravala le grand sourire qui allait lui échapper pour pésenter son air le plus blasé, nonchalent, tranquille.

Et du bout des lèvres consentit un petit :

Bonjour. Je crains le pire!

Ajouta t'elle en réponse, désignant la batisse monacale d'un air entendu.

Elle me l'a raflé comme une vorace qui aurait vu une chouquette garnie. Pov lab...Sans même signer de reçu. Mais il allait très bien je le jure ! Si on le récupère en mauvais état j'y serai pour rien.

Harlem fouilla dans sa besace et en sortit une miche de pain encore tiède et croustillante.

Si t'en veux c'est ici. J'ai encore rechuté...J'étais dépr..euh.. j'avais faim! Enormément. HINHIN.

Pas son genre de se confier à la demoiselle. De toute façon le médicastre sensé la soigner de ce vice n'arrivait à rien. Elle se demanda d'ailleurs si elle l'avait pas viré pour incompétence le mois passé...

Et sinon ? Fais beau hein ? Laughing

Oui avec un zéro pointé en Communications fallait pas lui demander non plus de faire des prouesses en matière de conversation.
On peut pas être absolument géniale en tout domaine. Chiante surdouée notament. Et si modeste aussi. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Ven 5 Mar - 6:27

[|Ebauche de campement, à l'entrée de la ville, dans un bosquet...Quelque part quoi...]

Empilant les buches à l'intérieur du cercle de feu, elle s'accroupit pour actionner son briquet en râlant sur les hommes jamais là pour s'occuper d'allumer un feu, illustrant ses sentiments par des injures bretonnes de la plus mauvaise foi. Frappant le silex avec le morceau de métal en cadence avec ses propos, elle finit tant bien que mal par arriver à ses fins, c'est à dire avoir un feu pour préparer de la fondue! Namayho!! On était en Savoie oui ou non????????Pis une rumeur annonçait la venue de pain rassi, tudieu autant joindre l'utile à l'agréable!!

Souriant de sa future blague à la Kermaëdic, elle prit les choses en main et en attendant d'avoir un feu suffisamment heureux de bruler elle coupa les morceaux de fromages en petits cubes en braillant quelques chansons qu'elle seule comprenait mais là était l'essentiel. S'emparant d'un coffre dans sa charriote paternelle, elle en sortit une petite bouteille emplie d'un liquide transparent et une gousse d'ail. Elle astiqua avec vigueur le chaudron avec l'ail et y déposa délicatement la montagne de fromage.

Sourire d'intense béatitude sur son visage alors qu'elle se mit à touiller les fromages avec du vin blanc de pays. Ni une ni deux, elle déboucha la fiole d'une main experte et versa le liquide dans la fondue onctueuse, se servant au passage d'une goulée de son ingrédient secret. Manquait plus qu'un fil et hop hop...hop...

Elle retira le chaudron en attendant que par l'odeur alléchée, on vint lui tenir compagnie. Pis s'installa pour finir la gnole parce que c'est pas tout ça, fondue ou pas, ça caillait en Savoie!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Lun 8 Mar - 11:23

Labaiteuh a écrit:
A l'entrée du monastère:

Une trappe s'entre ouvre, une volée de détruits sont projeté sur un tas d'immondice.
Une forme humaine est projeté de la même, d'une nudité surprenante pour l'endroit saint.
Se dissimulant à l'aide de son chapeau, Labaiteuh coure le plus vite et le plus loin possible.


Dans la lumière du couché du soleil, je dicerne deux silhouètes familères.
Je coure à leur rencontre.
Les entendant parler du beau temps.

harlem
Citation :
Et sinon ? Fais beau hein ?

Etes vous fous de rester devant cet endroit de perdition...
Y a plus un moine dans ce monastère!
Que des "nonnes", à tous les coups, elles les ont tué d'épuissement voir dévoré, vu les heures que j'y ai passées.
Ils ont plus d'hostie pour ce nourrir!


J'incite ses amis à rejoindre la ville de Chamberry

J'oubliais, bonsoir mes amis,
"Merci" harlem de m'avoir déposé là, j'étais aphone ces derniers jours suite au voyage.
Mais l'horreur que j'ai vécu en ce lieu m'a soigné...ça c'est sur!
Lbb, ça fait tant de temps que l'on ne s'est vu!



Je déblaterre encore un moment sur son séjour horrible au monastère.
On peut dire que je suis en parfaite santé.


Que se passe-t-il dans cette ville?
Une représentation va avoir lieu?
Un camp de forains s'installe?


Harlem je te rends de suite tes sous.
Lbb qu'est ce que t'as foutu ces derniers temps, c'est quoi cette coupe de cheveux... Toi aussi t'as eu le droit au traitement monastique?
...


Harlem et Lbb me suivirent à une certaine distance, pas étonnant vu le fumé que je dégage...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Partie de Chasse et Désordre hydrique...   Lun 8 Mar - 11:24

Devant le monastere, on voit de ces trucs! Incroyable! Laughing

Tiens... du mouvement.. c'est le jour du ramassage sans doute et...
Harlem se tait, indiquant du menton la trape et suivant des yeux ce qui coure après en avoir été ejecté sans sommation.

J'ai cru voir un Labaiteuh...LDD c'est bien lui hein ? Tu confirmes ?

Elle doute vraiment et ne serait le chapeau jamais elle l'aurait reconnu! Véridique! Le courant mal identifié se rapproche comme s'il avait le diable aux trousses.



Citation :
Etes vous fous de rester devant cet endroit de perdition...
Y a plus un moine dans ce monastère!
Que des "nonnes", à tous les coups, elles les ont tué d'épuissement voir dévoré, vu les heures que j'y ai passées.
Ils ont plus d'hostie pour ce nourrir!

Harlem et le sens pratique. Pour sa part elle voit pas de danger immédiat huhu.

Ah bah tant mieux! Si y a plus un moine je risque rien donc. Plus rien pour se nourir...Cette dèche, ils font quoi des dons ?

Regardant la porte refermée avec un agacement grossissant..

Bonsoir Lab. T'as l'air en forme.. Ahem.... De rien vraiment me remercie pas...

Elle va éviter de s'appesantir, à l'évidence le choix du lieu...Elle a vraiment pensé au départ qu'il serait bien traité..L'interrompant soudain car un détail l'omnubile.

Un instant. Je reviens.

La voilà qui va toquer fortement à la porte. Cette dernière ouvre en grinçant et si la nonne qui lui fait face n'a aps l'air ravie et avenante Harlem non plus.

Vous voyez le jeune retraité là bas ? Quand je l'ai déposé il portait des vetements. J'aimerai les récupérer. Merci.

Et la carne de répliquer avec son air chafouin et renfrogné :

Vous avez un reçu ?

Là! Elle en était sûre ça puait l'arnaque! Si elle avait su! Mais loin de se laisser démonter elle monte à l'assaut.

Je vous préviens. Doivent apparaitre une paire de bottes, les braies, la chemise et la tenue au complete sur ce perron où je m'invite avec toute ma troupe uniquement féminine dans votre batisse pour un mois complet.
Rien. Il restera rien...apres le passage de ces furies. Pas même un sonneur de cloches.


Harlem se fait persuasive, appuyant ses dires de hochements de têtes convaincus...Le sourire incisif et froid.

Marché conclu ?

Voix aigrelette de nonne contrariée qui n'a point trop réfléchit.

Je vais voir ce que je peux faire! Etes dure en affaires!

Porte qui claque sechement, des pas courants, un chahut dedans et un retour avec le dû. Harlem fait l'inventaire, méticuleuse. Satisfaite.

Devez être dure aussi sous la dent. Faut avoir faim...Merci.

Retour aux Cavaliers, chassant la compassion qu'elle vient de ressentir, elle lance la panoplie à Labaiteuh. Interceptant la suite de la conversation.


Citation :
Que se passe-t-il dans cette ville?
Une représentation va avoir lieu?
Un camp de forains s'installe?

Harlem je te rends de suite tes sous.
Lbb qu'est ce que t'as foutu ces derniers temps, c'est quoi cette coupe de cheveux... Toi aussi t'as eu le droit au traitement monastique?

Oui une représentation, la routine quoi.
M'enfin je veux pas dire tu peux... c'est tres génant! Regarde...


Harlem désigne la gerbe de multiples cornettes qui profite du spectacle à la tourelle en agitant des mouchoirs en gloussant. Elle soupire atterrée pour conclure alors que Labaiteuh semble s'inquieter de l'état de LDD.

Garde les sous que je t'ai jamais donné.
Et pour lui j'y suis pour rien!
Juré!
Té!
On nous attend...


Et Harlem qui se souvient pas du tout d'une histoire d'argent en cours avec ce cavalier, d'engager le pas afin de rejoindre les autres. En marchant devant, parce tout de même, c'est pas son style de reluquer.

Pour tes cheveux Lab j'ai rien pu récupérer..Désolée. Laughing

Se demandant dans quel état on allait récupérer Labaronne et Alda...
Shocked
Revenir en haut Aller en bas
 
Partie de Chasse et Désordre hydrique...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: