L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Casting de théatreux dans une cave enfumée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 26 Nov - 22:01


Harlem


Citation :
Une créature à plusieurs têtes de s'insurger! Dans un sursaut apparent de lucidité. Faut dire qu'avec ce surplus de matière grise, elle qui savait déjà compter...Pourrait faire de la haute voltige en finance.

Forcément j'ai eu ma part d'avance! Gardez la monnaie!

Mais voilà que la créature reprend le dessus, il semble même se livrer un court combat entre elles deux,en faisant de grands moulinets. Tous ses cheveux dressés sur toutes ses têtes!

Arrgh un lion de mer boiteux! Planquez les charpocampes, le caviar, les perles et même les mémés sirènes!!! Surtout les mémés!!

Il semblerait qu'Harlem voit des choses ce qui est assez inhabituel. Ou pas. En l'occurence Sancte. Misère....................Quelle accès de folie. Ou pas.

Le tout étant qu'Harlem avec ses yeux hallucinés, ses huits jambes, vingt quatre nageoires vient de prendre un départ fulgurant, coiffant au poteau la star inconstestée de la Soule internationale du moment, priant pour que toutes ses têtes passent en même temps la voute de l'escalier et choper le bon courant de mer pour amorcer le virage à mi parcours. Au bout il y a des bancs. Des bancs de quoi ? Sait plus Harlem. Des bancs de tartare se serait vraiment le paradis!! Ô pitié mon amie la Fourmi!

HIN HIN.

Je suis pas du plancton! Je suis pas du plancton! Ni un bigorneau né de la dernière marée! Vous êtes pas réels!

Mooort aux poissooooons vaches !!! C'est la Fourmi qu'à raison!! C'est pas bon. C'est PAS BON!


Renvoit l'écho alors qu'elle est en train de ravaler le colimaçon. Ayant mal au coeur de tournoyer.

Oh un tourbillon...Ca aussi c'est de la mer.de.

Le théatre c'est vraiment un métier.....Mais elle a livré. Le reste...Y a pas de SAV. Chacun sa défection. Qu'il garde la pair au pire pour la revendre ailleurs. Qu'il mette tout le monde dans la malle même! La troupe entière!


Fernand ?

Harlem déglutit...Il est où ? Et s'ils l'avaient mangé ? Inquiète....

Fernand ?

Faut il etre completement cinglée. Ou pas.
La suite nous le dira.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 26 Nov - 22:02


Fernand

Citation :
Fernand est contrarié... Qui le connaitrait bien affirmerait même qu'il est en colère. La situation part en vrille de toutes parts.
Il entend Sancte lui murmurer quelque chose et s'apprête à répondre par un commentaire monosyllabique voir un grognement quelconque lorsque la jeune marchande perd pieds et tête.
En un instant, tout fout le camp.
le bénitier géant a vomi son chargement sur le sol, la perle a roulé sur la scène et demande du vinaigre, Sancte est attaqué par un crabe, Harlem agite ses tentacules dans toutes les directions.... on y voit plus rien avec cette purée de pois et sa fringale est vraiment devenue insupportable.

-Sors d'ici crétin!
Encore cette satanée voix ... il a toujours le réflexe de se retourner, mais ne voit jamais rien. Il se sent mal à l'aise et puis cette faim... Il lui a semblé voir l'étal d'un marchand de saucisses dans la ruelle en venant...
-Tirons-nous d'ici dit-il à Sancte, la marée monte...
Puis désignant la femme ébouriffée fraichement sortie de la boîte à Malice, Emmène-là ou laisse-là sur place, mais ne restons pas ici!
Il s'éloigne fendant la foule.
- C'est une question de masse, les plus petits sont mangés en premier, vite.... dit la voix moqueuse
- La ferme... grogne-t-il entre ses dents.
Il se lance à la poursuite d'Harlem qui se faufile entre entre les acteurs, les spectateurs et les pochards qui encombrent la zone. Elle suit une trajectoire incertaine comme si elle voulait partir dans plusieurs directions à la fois.
Elle s'arrête au pieds de l'escalier et l'appelle sans le voir
.
Il s'approche de biais met une main au côté... ziip! sort son hachoir et le brandit...
Mais il lui semble soudain avoir la berlue.... toutes ces têtes... laquelle faut-il frapper? Puis dans un sursaut, il se souvient. Il faut atteindre celle du centre cachée par les autres!!! A la bonne heure...


Citation:
- Fernand ?
- Ouuiiiii?

POC!

Un coup de hachoir sur la tête, c'est parfois impressionnant. Mais assené avec le plat de la lame, ce n'est jamais qu'un silence, un soupir, une pause attendue, le relâchement soudain d'une tension palpable. Dans le cas présent, il met fin au délire d'harlem au pied des marches. La comtoise glisse soudain comme une liane dépourvue d'arbre vers le sol et Fernand la cueille sous le bras.
Il la balance inconsciente sur une épaule et se rue dans l'escalier sans un regard pour ce qui se passe derrière lui. Gravissant les marches il songe à la folie qui règne dans cette cave, mais bien vite, il est à nouveau obsédé par l'idée une saucisse grillée dans un petit pain.

chuis sûr que c'est du rat.. songe-t-il, je me demande s'il le prépare comme La Fouine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 26 Nov - 22:02


Sancte

Citation :
Pour le coup, il n'y comprenait plus rien. Son otage semblait le connaître, mais ce visage féminin ne lui disait pas grand chose. Il ne put malheureusement pousser plus loin ses investigations mémorielles: Harlem venait de lâcher les vannes de la débilité.

J'y compte bien.

Il assistait impuissant à la dérive forcenée de son employeur qui pour le coup, lui ferait presque peur, et l'emmura quelques secondes dans un lancinant mutisme.

...

La gifle ne tarda pas à voler. Prompte, violente, dans un éclair sans appel, dans le même temps où Fernand usait du plat de son hachoir sur la tête de la Comtoise aux airs péninsulaires.

Alors, heureuse ?

Pas une seule éraflure à la surface de son petit coeur. Il en rêvait depuis longtemps. Elle venait de lui fournir un prétexte inespéré, bien que cela n'enleva rien à la stricte nécessité du geste, comme tout le monde en conviendra.

Quelle cave ...

Les artistes avaient disparu de la périphérie de sa vision. Seuls subsistaient les trois compères et l'otage. Il leur fallait impérativement recentrer leur concentration sur le domaine du rationnel, sous peine de sombrer à leur tour dans une folie démentielle. Il se tourna vers son comparse qu'il décida de suivre dans les escaliers, laissant l'otage sur place ... pour le moment. Car il faudrait qu'à un moment ou un autre, cette chère Portugaise les paye.

Tu t'appelles vraiment Fernand ? affirma-t-il au travers d'une sérénité qui tâchait de ne pas être trop moqueuse. Fernand comment ? Non car ça l'intéressait, d'un coup, de connaître l'identité véritable de types qu'il avait toujours connu sous un pseudonyme. Quoi que rien n'indiquait, à vrai dire, que ce prénom désuet n'en fut pas un.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 26 Nov - 22:03


Tyecelin

Citation :
Pendard!!!

Il ne sait pas s'il faut rire ou pleurer. Tout ce qu'il y a de sur, c'est qu'il en aurait pleuré de rire en voyant la teinte écrevisse de Sancte. Il allait lui tendre la pince. quand la malle bousculée se renversa laissant échappé sa sirène.
Là, ça se corsait. Et cette fois ci le

Hoooo!!!

Sortit de la bouche du troubadour. Que faire. Car à première vue, cette sirène ne devait point être là avec son consentement. Surtout en l'entendant et constatant que la pogne de Sancte se faisait plus que pressante sur le bras de la femme. Enfin dans la précipitation, il aurait bien eu du mal à faire quoi que cela soit. Encore moins une courbette afin de se présenter. D'ailleurs quelle idée saugrenue en plain vaudeville mallesque que de vouloir faire les présentations. Déjà répondre à la question...


Pourrais-je savoir à quoi on joue ici? Et ce que j'y fais? C'est une réunion mondaine du panier de crustacés fraichement récoltés? Pourriez me présenter non?


Les yeux s'arrondissent de l'apprenti troubadour. Ah et bien si... se présenter. Entre gros sous, un homme bavant perdu dans ses pensées certainement en train de se voir dégustant une des gambettes affriolante de Thays, Tyecelin ne se fit point plus prier.


Et bieng, Donà, nous nous apprêtongs à donnèg une représenntationg sur le thème du Royg Bulot. Je suis Tyeceling de Orethez, apprentig troubadourg à la Confrérie.


Là, difficile de faire la révérence bien qu'il tenta tout de même le coup. Les malfaisants semblaient en discorde sur le montant de la transaction. A croire aussi qu'ils s'étaient trompés d'endroit de livraison, personne n'étant à priori là pour les accueillir. Tiens, oui, ça. C'est qui qui devait les accueillir???
Enfin bref passons, le dit Fernand qui reprend vie et assène un coup sur la femme qui se demandait quoi faire, partir, rester, ou manger que sais je encore et hop sur l'épaule.
La pince se tend de nouveau, un grand sourire ent travers du visage de notre compagnon sous l'œil furieux de notre ami Guyennois, niais, nais, je sais plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 26 Nov - 22:03


Marie Alice

Citation :
[Bon pas que je m'ennuie mais j'ai un truc sur le feu...]

Marie ne comprenait rien de rien. Une baffe sur la joue d'une brune mais pas la sienne, une échappée à trois si elle pouvait en juger dans l'espèce de fumée ambiante qui régnait sur place et du coup une Pair libre comme l'air. De réponse à ses questions? Par son attrapeur de bras aucune. Mais par un espèce de crabe endimanché si. Elle fronça le nez tandis que la moutarde, bourguignonne cela va de soit, montait doucement à celui-ci tout en essayant de comprendre l'homme devant elle qui avait un fort accent du sud. Pour un peu on aurait dit DeMesdeuzes.....


Une représentation... Et vous invitez les gens à y assister à coups d'assommoir sur le coin de la tête? Pas sûr que vous fassiez recette à ce compte là. Faudrait réviser vos classiques.

Nouveau froncement mais de sourcils.

Apprenti troubadour... Vous devez connaitre Flaiche, l'Archi. Là encore je ne suis pas certaine que la façon dont son épouse, c'est-à-dire moi-même, a été traitée lui plaise plus que cela.

Maintenant je ne vous prie pas de m'excuser mais je me retire. D'autres chats à fouetter et des questions à poser. Je doute de laisser cette cavalière façon de faire sans écho.


Et la Vicomtesse de tourner les talons et d'entreprendre la remontée de l'escalier, un comble dans ce milieu qui rêvait souvent de les descendre à grand renfort de l'ai-je bien descendu et autres plumes dans le derrière. La mauvaise plaisanterie avait assez duré et Marie n'était pas des plus patientes. Au passage elle choppa la dague dans sa botte, vu qu'en plus on ne l'avait même pas fouillé visiblement et une fois dans la ruelle, elle tâcha de se repérer. En mode furie comme aurait dit un certain Ogre de sa connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Ven 27 Nov - 2:54

Sancte

Citation :
[A l'air libre devant la cave, ou la suite de la trépidante aventure.]

On aurait pu baptiser l'endroit "Berezina". Cela aurait été plutôt prophétique.

Vous concluez toujours vos affaires de cette façon ? demanda-t-il à la petite brune, comme si elle faisait semblant d'être plongée dans l'inconscience, son mutisme ne dépendant que de sa légendaire mauvaise volonté. Il faut admettre que c'est un procédé assez singulier, et qui n'est pas non plus sans conséquences. ajouta-t-il avec flegme, visiblement épargné par la panique qui les avait saisi il y a encore quelques instants
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Ven 27 Nov - 2:55

Harlem

Citation :
ZZZzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz.

Répondit Harlem plongée dans un repos complet quoiqu'imprévu.
D'ailleurs elle s'était endormie sans avoir le temps de s'en rendre compte, bien aidée par la dernière personne à laquelle elle aurait songé. Celle là même qu'elle avait pris le temps d'attendre.

Pas un pli, un soupir, une pause et le plat d'un hachoir l'avaient englouti sur une énorme confusion.
Muette.

?

Précisément.

Et ce détail percutant qui la rongeait dans la nuit totale.
Avait elle révé ou Sancte l'avait frappé alors qu'on venait de l'assomer proprement ?

Et si des baffes se perdent elles ne s'emportent pas au Paradis.
Porter la main sur son employeur c'était la rupture de contrat sans indemnités ni préavis.
Enfin dès que le voile se lèverait sur le néant qui l'avait abattu comme une quille.
A savoir pour combien de temps...
Si le hachoir avait été précis, la main ne l'avait pas loupé non plus.

Et elle avait été lourde. Voilà ce qui arrive quand on est pas soigneux et négligent.
Bien privée de répartie Harlem ne put que poursuivre cette triste conversation.

ZZZzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz...

En même temps, il trouverait sûrement que ça lui faisait des vacances.Elle songea encore vaguement qu'elle serait en retard pour le diner.

Et mon Tartare ?

Qui dort dine.
Pour mieux compter les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Ven 27 Nov - 8:40

Sancte

Citation :
Elle ronfle.

Il n'était pourtant pas dupe. Elle n'avait pas été amochée au point de perdre connaissance. Tout juste couvait-elle la honte de son comportement sous un sommeil innocent, mais elle savait pertinemment qu'elle aurait à rendre des comptes à son réveil. Ainsi, elle tâchait de gagner du temps, rassemblant arguments de mauvaise foi pour échapper à ses obligations. Misère. ... Elle qui était pourtant si prolixe.

Mal, de surcroît.

Allez, debout la môme. Plus la peine de jouer les filles de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:21

Harlem

Citation :
Non à peine. C'était juste une tape. Pour faire semblant. Harlem au pays des mandales retour, tenait en souvenir un détail.
Elle n'allait pas tarder à ouvrir l'oeil et à avoir très mal au crane.

Pendant ce temps là un Amiral parlait dans le vent. A croire que la sourdine lui était étrangère et le silence effrayant.
Non parceque si nous remontons en arrière c'était toujours lui qui engageait la conversation hein ?
Bref.

Harlem reprend ses esprits, appréciant l'air frais, comprend alors que le théatre c'est du passé.

Parfait!


Citation:
Mal, de surcroît.

Encore lui......................
Harlem pour le coup repartirait bien au sommeil qui fut le sien.
Ce Sancte est une malédiction, le jour où elle l'a engagé elle a signé un pacte pour les emmerdes.
Elle le sentait.
C'est marqué sur son front :

CHIANT

Ainsi c'est l'heure de régler les comptes ? Evidement c'est la procédure. Mais il va attendre deux minutes, au réveil elle est jamais loquace. Le temps de revenir tout ça. Surtout que là elle est quand même partie super loin. Une remous de rancune qui est resté à stagner.


" Toi...Je sais ce que je te dois "

Elle recommence à penser, bon signe^^...sait déjà tout ce qu'il va lui dire. Absolument prévisible. Si on pouvait sauter ce passage qu'elle devine absolument insipide ça l'arrangerait. On peut toujours réver réveiller...
Voilà qu'elle remue signifiant ainsi que la pause est finie.
Elle quitte l'épaule, retrouve le pavé. Légèrement embrumée, se passe une main sur la tête sans faire le moindre commentaire. Il faut qu'elle rassemble ces idées...
Va pas être déçu.
Elle ne se sent absolument pas honteuse. Certaine qu'il doit être bouffi de remords.

Voilà elle est debout. Mais aucune envie de causer encore. Détaillant l'energumène avec circonspection. Comme on observerait un cas particulier. Agitant sa manche toute froissée!
Et cette odeur d'encens...
Harlem dit rien, non, que dalle! Mais elle l'a à l'oeil.
Il peut parler. En interne ça se met en place.
Le reste suivra........

" Il m'agace déjà"

Soupir fatigué. Qui n'est pas feint.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:22

Sancte

Citation :
Dieu que c'était mal imité. Même ses enfants singeaient mieux le sommeil que notre brave Harlem.

Allez quoi, arrêtez de faire semblant d'être aux fraises. Vous voyez bien que cela ne prend pas. Vous êtes Damoiselle solide, pas le genre à ramper à l'article de la mort suite à un simple petit coup sur la tête.

Qu'elles sont pitoyables, ces femmes, quand elles ne savent pas arrêter le char de leur comédie quand il faut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:22

Harlem

Citation :
Voilà ça va mieux. Le reste avec.Rha cette manche...Harlem se detend le bras. Une bourse apparait qui était coincée. Les derrières de comptoir....

En effet.

Sur un déplacement d'air tranché à la latérale et à la finalité nette. Le geste prompt et vif. C'est pas parti tout seul, c'est juste pour être quitte.

L'Amiral vient de se manger un prété pour un rendu en gros. Harlem à mis tout ce qu'elle pensait dans l'élan et au bout de ses doigts.
Tant pis si Fernand tient tant à la diplomatie.

CLAC!



Voilà. On est quitte. Le compte y est.

La bourse suit le même chemin. Lancée avec dédain.

Pas que je m'ennuie mais on m'attend. La bonne soirée.
J'espère bien ne plus jamais vous revoir Mr Sancte.
Tiens.. La marchandise se fait la malle...


Désignant ladite qui vient de surgir dans la ruelle. Sans s'en préoccuper, ni rien expliquer de l'inexplicable, Harlem soulagée, sur un sourire engage le pas vers là où elle doit. En se frottant le crane. Vacherie. Et en secouant sa main. Des fourmis.

Savez où me trouver Fernand. Je vous laisse à vos retrouvailles.

Bon débarras! Affaire rentable et classée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:23

Sancte

Citation :
L'apparition d'une bourse ou le retour à une sphère plus rationnelle. C'est du moins ce qu'il pensait.

Il était temps.

Mais les femmes, surtout jeunes, indépendantes, et aisées, ont souvent l'outrecuidance de croire que leur vis à vis est assez niaiseux pour encaisser une claque sans y répondre, en se frottant bêtement la joue d'un air confus. Fort heureusement, Iohannes n'est pas sexiste, et lorsqu'il se prend une volée par le biais d'une main frêle, c'est d'un bourre-pif dans les règles de l'art qu'il la gratifie. Plutôt dans le genre CRAC ! que CLAC !, sans vous en raconter. De craques.

C'est moi qui tient la comptabilité en ce genre d'affaires, Damoiselle.

Il calma son énervement, massant ses phalanges meurtries, l'observant tout de même avec un brin d'admiration que l'on accorde aux personnes insensées qui cèdent trop facilement aux sirènes absurdes de leur instinct, dans lequel leur témérité vire souvent à la pathologie. Il se pencha avec méfiance pour attraper la bourse qui avait atterri sur le pavé, estimant son poids pour s'assurer qu'il n'y avait point d'entourloupe.

Cette marchandise n'est plus mon affaire. J'ai suivi vos instructions. Si votre contact est foireux, cela vous regarde.

Quelque peu lénifié par cette défausse de responsabilité, il obliqua vers le dit Fernand, l'observant avec détachement.

Cette fille est quoi pour toi, exactement ?

Il se pourrait bien que cet échange ne soit pas encore tout à fait terminé, l'homme ne goûtant guère que l'on se moque de lui de la sorte sur des enjeux aussi importants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:24

Odoacre

Citation :
Le vieux Grec s'était perdu...

Plus d'une heure à respirer à plein poumons des colonnes presque palpables de cet encens qui brûlait dans les vasques disposées autour de son trône renversé...

Et c'est les yeux dans le vague qu'il assiste, comme distant à des centaines de miles, au théâtre des acteurs qui se costument et à celui de ces étranges visiteurs parlant de vin, de théâtre et de merdre....

Ah, et il y a cette malle dont tout le monde parle, c'est amusant....


Malle qui finit par se renverser, projetant une donz*****



Clic.


Retour à la normale, l'évêque de Périgueux croise les yeux de la Dame... la dernière chose, mais vraiment dernière chose qui devait arriver arrive, elle semble le reconnaître...

Par réflexe autant que parce que dans le doute, Odoacre pousse un piaillement strident et se jette au sol, là où une sorte de brouillard épais s'est formé.... rampant ainsi camouflé, il s'approche des costume et empoigne un casque-bulot et s'en coiffe prestement....

C'est alors qu'il se relève, le temps de voir disparaître dans l'escalier la jeune femme qu'il a eu tant de mal à faire venir.... et pour laquelle il a dépensé un acompte... qui semble-t-il a été livrée... et pour laquelle il n'a pas réglé le reste....

Bref, elle semble s'en aller librement, les livreurs ont disparu... plongeant un main dans l'un des coffres à costumes, Odoacre saisit un demi harpon et se précipite dans l'escalier à son tour....

Des volutes de fumée semblent vouloir rester attachées à ses bras et c'est drapé de son vêtement de dieu grec, masqué par une sorte de grosse coquille métallique de bulot et armé d'un harpon court que le vieil évêque apparaît derrière Marie Alice et donne un coup de hampe sur l'épaule de celle-ci, tirant ensuite légèrement son arme pour crocheter sa tendre gorge avec l'un des barbillons du harpon.... la piquant seulement naturellement...

Et c'est immobile derrière elle que, d'une voix déformée par la coquille, Odoacre énonce, sans se soucier de Sancte ou de Harlem


Tu es à moi Nobliaute, un pas de plus et j'envoie tes tripes nourrir les coques !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:24

Marie Alice

Citation :
Marie se demandait dans quel pétrin elle s'était encore fourrée pour le coup. Enfin elle... On l'avait un tout petit peu aidée ceci dit à s'y fourrer. D'abord avec cette missive qui était visiblement un attrape nigaud, ensuite en la collant dans une malle. Par contre pourquoi on l'en avait fait sortir, pour la tenir et ensuite la libérer... Là la brune se perdait en conjectures. Et puis c'était quoi ces costumes? Ces gens à moitié hallucinés? Une nouvelle secte? Une pièce... Mais enfin ce n'était pas parce que Flaiche était architroubadour à la Confrérie et qu'elle en faisait partie qu'elle souhaitait faire la saltimbanque. Quelle idée saugrenue que de vouloir la faire jouer un rôle en plus de celui qu'elle tenait tous les jours.

Un soupir, trouver où elle était, voici qui ne s'annonçait pas simple à faire du tout. Et elle n'était pas encore assez folle pour se rapprocher du petit groupe non loin. Elle en avait reconnu un, cela lui suffisait amplement. Par contre, partir de quel côté? L'opposé à eux semblait le plus logique. Aucune envie de se faire à nouveau alpaguer parce qu'ils avaient changé d'avis. Mais ce côté justement il menait vers où? Autre problème, elle ne pouvait rester indéfiniment sur place, il y avait toujours un risque qu'en bas il y ait brusque réveil.

Alors qu'elle allait enfin se décider, un bras se détendit dans son dos et elle se retrouva plaquée contre un homme à en croire la voix qui s'éleva dans son dos. Et de se faire piquer à la gorge en plus. Nouvelle montée de moutarde au nez de la Pair qui avait toujours en main sa dague. Dague qui pointa naturellement sur le ventre de son agresseur qu'elle piqua à son tour.


Je crains mon cher que nous nous trouvions dans une situation quelque peu particulière. Tripes pour tripes cela vous dit?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:25

Theognis

Citation :
"C'est un singe, messire Baron.

_Drôle de bestiole.

_Oui, mais regardez, si intelligente, si vive, laissez le monter sur vous, voilà, grattez lui la tête...."


Et Théo de lui gratter la tête, bêtement attiré par les mimiques du simiesque. L'ancêtre de Vanini le regarde faire en souriant, tenant à la main une laisse accrochée au cou du singe.
Puis l'animal, sur le pont de leurs bras, regagne la nuque de son maître, lequel lui donne à manger pour le prix de sa peine. Content d'avoir élargi son horizon, le Baron sort une pièce d'argent de sa bourse plate. Ainsi chacun se trouve payé, et heureux.
Théo fait demi-tour, sourire aux lèvres, en se joignant les mains de plaisir....Quand soudain:


Ma bague! Mon sceau! Ma bague sigillaire!

Avec effroi, il contemple ses mains vides. A-t-elle pu tomber par terre? Entre les pavés graisseux, rien ne brille. Théo tourne les talons et regarde d'où il vient. Le montreur de singes n'est plus!
Poussant un cri d'orage, ô désespoir, le filou filouté file à la poursuite de son bien. L'avantage, étant noble, c'est qu'il a le droit de le tuer en toute légalité. Mais, là, il veut simplement le tuer, main posée sur le pommeau de son épée.
Au loin, il aperçoit un homme qui détale dans le refuge des ruelles en dédale. Théo enchaîne alors les rucks à la sauce maorie, joue des coudes et menace quiconque voudrait lui faire impasse (une passe?). Le bourguignon s'enfonce dans Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:25

Odoacre

Citation :
Pic

Une pointe effilé pique l'abdomen du vieux Grec... et l'homme s'étouffe de rage intérieurement, c'est imbéciles ne l'ont même pas désarmée !!!

S'il voulait la tuer, il se serait volontiers empalé sur ce petit bout de fer avec une chance d'en réchapper quand il l'aurait salement égorgée avec le barbillon du harpon... et quand bien même il n'aurait pas survécu à ces blessures, le vieux Grec n'en aurait pas été à sa première expérience résurrectionnelle.... mais non, il la voulait vivante, c'était indispensable...

Le son sa voix, déformé par la casque-coquille, laissa échapper un sorte de bruit indistinct, entre le rire caquetant et la toux glaireuse...

Puis il fit légèrement coulisser vers l'avant la hampe du demi harpon sur l'épaule de la donzelle afin que sa gorge ne subisse plus la pression menaçante du barbillon et d'une voix tendue comme par un fatalisme rageur, l'évêque-comédien lâche...


Soit Nobilaute... retirons chacun nos arm...

CRRRRRRRRRRKKKK

Sans prendre la peine de finir sa phrase et en même temps qu'il la prononçait pour provoquer une certaine détente chez sa vis-à-vis, le vieux Grec a brusquement reculé sa tête, sorte d'élan pour frapper violemment l'arrière du crâne de la Dame d'un grand coup de boule-casque-coquille métallique...

Advienne que pourra, le vieux a mis toutes ses forces dans cette attaques vicieuse...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:26

Marie Alice

Citation :
Un silence suivit sa question, sans doute le temps pour l'homme au bout du harpon de réfléchir à la situation pour peser le pour et le contre. Elle-même en profitait pour faire tourner les rouages encore en état de marche de son cerveau. Difficile avec un mal de tête récurrent et un crochet accroché à sa gorge. Celui-ci d'ailleurs glissa pour se retrouver sur son épaule. Début de geste pour reconnaitre la véracité des dires de la brune? Elle n'y croyait pas un seul instant. Fallait peut-être pas la prendre pour une imbécile non plus. La question était qu'allait-il tenter pour prendre le dessus.

Elle raffermit sa prise sur la dague, tentant de rester concentrée et attentive. Après un espèce de bruit guère définissable, la voix retentit à nouveau et commença à vouloir lui dire... Qu'il reconnaissait que c'était un coup pour rien? Et paf! Pas le temps de se dire que cela sentait surtout le coup foireux qu'une douleur à l'arrière de la tête lui vrilla le crâne et qu'elle laissa échapper un grognement sourd. A moitié sonnée, elle commença à glisser sur le sol sans lâcher son arme. Un genou rencontra les pavés, nouvelle onde se répercutant le long de ses nerfs et qui la fit réagir. Un coude envoyé en arrière rencontrant au passage l'entrejambe d'Odoacre tandis que la lame glissait entre le crochet et sa peau pour l'en écarter. Second genou à terre et elle se laissa glisser sur le sol pour rouler sur le côté et tenter de s'éloigner de lui. Les larmes montant à ses yeux lui brouillant à moitié la vue. Commençaient à l'énerver un brin à choisir systématiquement sa tête comme cible!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:27

Sancte

Citation :
[A l'extérieur.]

Un chuintement métallique accompagna la sortie de la lame. Sica au clair, le Sicaire recula un instant, désignant de son arme au pâle reflet les jambes de la marchande à qui il n'hésiterait pas à couper les jarrets en cas de nouvelle incartade qui se ferait au mépris de toute bienséance commerciale. D'une voix dangereusement douce, il égrena quelques mots au ton sucré, coulant comme sirop d'érable sur l'écorce d'un arbre meurtri.

Avant que vous ne partiez, puis-je savoir pourquoi vous agissez ainsi ?

Il ne mettait pas beaucoup de volonté dans l'accomplissement de ce devoir d'intimidation. Ce n'était pas vraiment un problème de conscience. Seulement un tiraillement d'incertitude, qui tendait à lui confirmer que quelque chose dans cette histoire lui échappait. Et tant que Fernand n'aurait pas répondu ... Il n'en saurait guère davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:27

Harlem

Citation :
Crac

"Aoutch ça doit faire mal ça.."

Harlem qui continuait d'avancer regarda par de vers une épaule, ne comprenant pas pourquoi Monsieur Sancte s'énervait! Il était vraiment très bizarre...Elle lui su gré néammoins d'avoir deverser son gros poing serré sur un mur car elle n'avait aucune envie de retourner au pays de Morphée! Même si elle trouva cela tout à fait stupide et puéril.
Non vraiment cet Amial était des plus étranges......
D'ailleurs il était certain qu'Harlem qui avait pris une distance de sécurité certaine, la maintiendrait. Ca qu'il bougea l'once d'un poing de pied et elle marquait le départ avec toute la vitalité de son âge. Elle voyait bien qu'il était faché! Son air doucereux sonnait faux et ne lui disait rien qui vaille, il l'avait tapé quand même pensez! Elle se méfiait et aurait pu jurer qu'il était très mal intentionné à son égard!!!
D'ailleurs la lame qu'il tenait était tout sauf engageante. Il lui évoquait le boucher sur le point d'officier ou le chirurgien qui va vous amputer sourire au lèvre sur un " tout va bien se passer". Mon oeil!

La question à Fernand restait en suspens. Forcément c'était si évident! Fernand savait!

J'ai un don.

Elle pouvait pas expliquer plus avant, elle même ne sachant pas. Il en posait des questions! Pour l'heure, sans preter plus d'attention au remue ménage d'un duo de combattants, Harlem concentrait son interêt sur l'incarnation de la persécution.

Mais qu'est ce que j'ai encore fait ?? Avec votre théorie de l'etron, je pouvais pas donner le mot de passe et toutes ces droleries là en bas il a fallu que je sorte! Evidement! Et lui là statufié sur sa scène, l'espece de bulot à casque qui se démene à rattraper sa marchandise. Ca faisait beaucoup d'anormal pour une livraison. Je fais des choses saugrenues quand ça se bouscule la dedans et que ça sent pas bon.

Mettant un index sur sa tempe. Même lui il avait l'air d'avoir la trouille un moment quand même hein ?

J'y peux rien c'est comme ça. C'est comme une sorte d'instinct.

Pour ça qu'elle réglait si bien sa vie, méthodique. Les chiffres étaient la clé de tout. Des limites et du concret. Parceque le hazard se planifie aussi.
Campée sur sa position, sur une défensive évidente elle ajouta en désignant du menton la lame.

C'est pour moi ça ? Parce que je le sens bien aussi ça.

Attentive et prête à l'esquive. Elle avait au moins dix pas d'avance.
Pas de bétises! Elle pensa avec regret à son Tartare.
Et ce mal de tete persistant...

Et ça me dit rien DU TOUT ! Je préfèrerai de loin mourir sur les chemins!

Forcément......C'était son élément.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:28

Fernand

Citation :
Une fine pluie commença à tomber. De ces saletés qui vous mouillent et vous glacent plus vite qu'une averse d'été.

Fernand qui marchait en avant en maudissant le ciel à plus d'un titre tressaillit au son familier de la lame courbe.
Il se retourna et marcha lentement vers Sancte, se plaçant entre ses deux compagnons.
Jusqu'ici, il avait trouvé leur aversion mutuelle plus amusante qu'inquiétante, il y avait vu une simple compétition de mauvaise foi... mais le silence épais qui régnait à présent semblait bien plus menaçant que les interminables disputes qui l'avaient précédé.


- Range ta sica, Iohannes. Cette fillette est sous ma garde bien que je ne dirige pas ses actes. Elle est de plus très utile... et puis, comme elle dit, elle a un don... je veux dire, en plus de s'attirer des emmerdements.... Et sans tout cela, c'est un Cavalier. Le temps n'est pas venu pour l'hydre et le Lion de croiser la patte

- Alors à moins que tu ne veuilles visiter aussi mes entrailles avec ta lame, pour vérifier si c'est le bon nom qui est inscrit sur mes organes, restons-en là. Tu es payé et nous, nous avons fait ce que nous avions à faire.
Maintenant, je compte aller me mettre à l'abri de cette pisse froide et prendre un repas digne de ce nom et tu ferais bien de faire pareil. Si tu veux venir, tu es le bienvenu pour peu que tu gardes l'usage de ton couteau pour une vraie volaille. Nous pourrons parler de ce qui te chiffonne. C'est moi qui invite. D'une manière ou d'une autre, quittons ce quartier ; nous n'avons plus rien à y faire.


Sans plus attendre, il tourna le dos à l'amiral, pas tranquille malgré tout et reprit sa marche, poussant devant lui cette fois une Harlem palote qui semblait prête à déquiller au moindre mouvement suspect.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:28

Sancte

Citation :
L'Amiral n'avait guère goûté la conclusion de cette affaire et la bouffée délirante qui les avait poussé à quitter les lieux. Or s'il estimait nécessaire la volée octroyée à la demoiselle, il n'avait pas supporté qu'on porte la main sur lui pour un geste qu'elle avait fini par lui imposer. Au fond, s'il voulait lui faire la peau, il l'aurait fait en récupérant son bien à la sortie d'Alturan. Mais sa propre négligence dans cette affaire l'avait amené à se montrer conciliant. Cela aurait pu tourner beaucoup plus mal pour lui, et quelque part, il en était conscient, même s'il n'était pas assez vertueux pour la remercier. Avait-elle d'ailleurs réellement songé à le voler ? Tout indiquait qu'elle se contentait de se jouer de lui. Un jeu dangereux néanmoins, derrière sa bénignité de façade. Sans doute la détestait-il pour les mêmes raisons qu'il la tolérait: la demoiselle était déroutante et incontrôlable. Attention. Être une bimbo qui se revendique libre comme l'air "sans dieu ni maître lol, g tro un sale caractère laiss tonbé tu pe pa test" c'était à la portée de la première connasse venue. Mais son caractère sauvageon s'accouplait d'obscène manière avec une imprévisibilité déroutante qui quelque part forçait son intérêt. A son âge, lui même n'était pas si confiant et affirmé, bien qu'il fût déjà un beau salopard. Demandez lui si ça vous intéresse. Il vous racontera. Sans la présence de Fernand, il n'aurait sans doute pas dégainé. Il aurait massacré la bachelette à mains nues sur le pavé pour faire entrer dans sa jolie gueule tuméfiée de belles séquelles d'éducation. Ça aurait été plié horizontal en deux-six. D'ailleurs c'était quoi, sinon un sale ruffian payé pour aplanir des obstacles ? S'il avait dégainé, c'était précisément parce qu'il était loin de s'être assuré du camp de Monsieur Fernand, et que s'il devait faire face à quelque traîtrise, mieux valait avoir une lame à la main. Lorsque le sectateur de l'Hydre eut fini de parler, ses vêtements lui collaient déjà à la peau sous sa cotte de mailles. Néanmoins, il s'était peu à peu relâché.

Vous avez raison.
Nos routes se séparent ici.


Il ne rengaina pas la Sica, mais renonça à les suivre, se contentant de les observer s'éloigner dans la brume parisienne. A ce moment là il sut. Il sut que de toute façon, dès qu'il l'avait dégainé, ce putain de poignard, il n'aurait pas eu la tripe de s'en servir contre eux.

A ce constat, à la satisfaction que lui procurait ce substrat d'humanité s'heurtait l'inquiétude de ce genre de faiblesses qui en d'autres circonstances pourraient bien lui coûter la vie.

Un pot de chambre se vide à trois mètres de lui. De fortes senteurs de remugle s'additionnent aux effluves de pierre mouillée.

"Paris ...
Je hais cette ville."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:29

Theognis

Citation :
Hé!

Il lève les yeux au ciel, lève le poing aussi.

Vous pourriez faire attention, foutredieu!

Les yeux, le poing, et les jurons s'élèvent en vain. Personne ne répond, alors que le contenu d'un pot de chambre s'étale devant lui, à trois mètres environ. Exaspéré, il prend à témoin la personne la plus proche de lui, à six bons mètres. Sancte!
Stupéfait, il le dévisage un instant, puis hausse les épaules et passe son chemin. Il n'a rien à lui dire, et mieux à trouver. Affaire du pot de chambre classée.

Seulement, son voleur a disparu, dans l'enfilade des ruelles. Cela fait un bon moment que le Baron court sans savoir où aller. Dépité, il manque de shooter un pavé, ou plutôt de se fracasser le pied en tentant de le faire. Alors, il avise une étrange scène. Un combat entre un homme au casque ridicule et une femme froissée des cheveux à la robe.
Théo voit la brune de dos, mais la silhouette lui semble familière. Ce ne peut pas être elle. N'y croyant pas lui-même, il lâche dans un souffle: Marie?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:29

Odoacre

Citation :
Et les voilà tous les deux, le Prélat d'Eglise et la Pair de France qui se vautrent dans la boue...

Le premier croyait triompher en frappant et le voilà à terre, une douleur dont le qualificatif le plus adéquat serait l'hybridation d'insidieux avec explosif...

Aveugle aussi... le casque-bulot s'est cabossé contre le crâne de la dame, et la déformation a frappé de cécité le vieux Grec qui s'est écroulé sur le côté, moitié jurant, moitié gémissant, temporairement paralysé par la douleur...

Et elle cette femme.... elle a presque réussi à échapper au piège.... le livreur s'en va, le commanditaire à terre.... mais elle blessée ou à tout le moins secouée, se traine...

Et Odoacre qui ne peut se permettre de retirer son masque, sa main tâte alors le sol pour tenter de saisir son demi harpon qui a dû glisser au sol...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:30

Daimones

Citation :
Quand le Vieux ou le frère du Vieux intrigue, l'Homme bleu n'est jamais loin...

Là, c'est le frère du Vieux, ce bâtard d'entoqué qui a élevé son frère à lui...

Depuis des mois et des mois, le fou en bleu reste à Paris, achetant ci, vendant ça, surveillant le gros marchand aussi, et surveillant la Rose Pourpre.... de loin...

Cherchant des corps aussi...

Les basses besognes que le Grec n'a pas le temps de se délecter à accomplir, c'est à lui qu'elles sont dévolues.... à l'homme bleu...

Daimones était à l'affût, dans l'ombre d'une porte cochère.... discret, contrairement à ses habitudes... une grande cape noire à capuche l'unit aux ombres et telle une gargouille il attend.

Méfiant il voit la blonde et les deux hommes armés sortir.... ça discutaille, ça sort une lame....

Puis une autre sort... c'est le colis.... libre.... dague à la ceinture.... anormal....

Puis c'est l'entoqué, encoquillé pour l'occasion, jouant du harpon avant de se laisser chatouiller les valseuses...

Daimones ricane de bon cœur autant par plaisir de voir le vieux Grec se tordre de souffrance comme une vieille déjection ridicule que par anticipation de ce qu'il compte faire subir à la belle jeune dame.... qui semble souffrir du coup sur son crâne... encore pleine de fougue aussi.... et qui se traîne pour s'éloigner....

Un éclair de jubilation dans les yeux, Daimones s'apprête à s'élancer lorsque son instinct animal l'avertit.... un homme s'est arrêté dans la rue.... il regarde fixement la femme comme s'il comptait intervenir....

L'homme bleu ne peut pas laisser faire ça.... sans la présence de la femme, il serait fait un malin plaisir de se jeter sur l'homme, tout griffes dehors... de jeter à bas sa cape pour se laisser apparaître dans la lumière, ses robes fendues et multicolores virevoltant autour de son corps peint, tatoué et scarifié de bleus différents, les yeux rougis par les drogues, les ongles taillés en points, enduits de piment pour accentuer la douleur des blessures et chaque jour trempé dans du jus d'agrume pour les durcir....

Mais il risquerait de laisser s'échapper la femme... et il ne peut se le permettre...

C'est pourquoi Daimones écarte un pan de sa cape noire, dévoilant une arbalète à main et sans sommation, la pointe depuis sa porte cochère et tire en direction de Theognis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:31

Marie Alice

Citation :
Bon dieu que cela faisait mal. Pourquoi encore son crâne? Pourquoi toujours son crâne bordel! Pas possible cela. Le but avoué de cette invitation particulière c'était donc de lui déformer la tête à coups de casque ridicule ou de tout objet un tant soi peu contondant passant à portée de main? Non parce que bon elle goûtait fort peu de se faire assommer à répétition. Cela faisait un mal de chien. Cette impression qu'elle allait exploser tellement la douleur pulsait sous les boucles brunes et lui tirait des larmes.

Au moins celui qui lui avait fait cela était à terre et souffrait aussi. Après mûre réflexion, si tenté qu'elle fut en état de réfléchir, ce n'était pas le coude qu'elle aurait dû lancer mais bien la dague qu'elle serrait toujours. Mais pour l'heure elle devait surtout se tirer de là au plus vite. Serrer les dents, se forcer et se lever alors que la terre se mettait à tourner ou du moins que pour une fois c'était visible. Etonnant qu'elle le fasse si vite d'ailleurs. Une vague de nausée lui tordit les boyaux, remontant le long de son estomac, brûlure acide et âcre dans sa gorge. Holà, mayday, attention, ça va...... Et bien trop tard. Tripes et boyaux selon l'expression consacrée en plein sur le harpon. Zou. Pas de détail. Prix de gros.

Cependant, même l'estomac quelque peu soulagé, le monde n'était toujours pas stable et elle dût s'appuyer à un mur pour essayer de rester debout. Tandis qu'une silhouette plus que flou attirait son attention. Le connaissait celui-là. M'enfin il y avait réunion de connaissances ici ou quoi? C'était le dernier salon où on assénait des arguments percutants? Pourquoi elle était jamais au courant? Comment cela c'était peut-être pour l'être qu'elle était sur place? Oui mais non. Elle plissa les yeux, rester droite, fixer et... Theo? Qu'est-ce qu'il fichait là lui? Et le machin... Bleu? En robe? Non pas possible, elle devait être allongée et suite aux coups reçus hallucinait. Forcément.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:31

Theognis
Citation :
Carreau d'arbalète: de 1 à 6 touché, de 7 à 12 évité.
Résultat: http://arquian.forumpro.fr/le-terrain-d-entrainement-f21/lancer-de-des-t142-90.htm#1476



Un mouvement attire son attention, et Théo arrête son pas au moment où le carreau est décoché. La flèche file sous sa gorge pour se ficher dans un panneau de bois avec un bruit mat.
Eberlué, il porte la main à son cou, croyant être blessé. A quelques centimètres près, le carreau l'aurait transpercé de part en part! Nul doute qu'il aurait été fatal. Mais bien vite, la colère remplace la peur, et il cherche avec des yeux furieux son agresseur. Il ne voit personne, la porte cochère n'est qu'une tache d'ombre et tout semble figé.
S'empressant de se mettre à l'abri, il traverse la ruelle en courant, dans le but de supprimer les angles de tir à l'arbalétrier. Plaqué contre le mur, il dégaine alors son épée, et avance avec prudence sur les pavés glissants, l'épée tendue à mi-hauteur, le poing serré sur la fusée. Chaque ouverture est une cachette, chaque embrasure devient suspecte.
Ainsi, absorbé par la recherche du tireur, n'a-t-il pas prêté attention à Marie qui chancelle et se tient contre le mur en face. Et pourtant, Théo croise soudain son regard. Elle détourne les yeux avec un mouvement de menton, et ses doigts tremblants indiquent une direction. Encouragé, le Baron sait maintenant où se trouve son ennemi!
L'épée au clair, il se précipite. Au diable la prudence! Le Baron espère que l'arbalète n'a pas eu le temps d'être rechargée. Il surgit dans l'encadrement du porche, prêt à frapper. Dans les ténèbres, seule une main bleue dépasse, tenant entre ses doigts fébriles cette arme maudite. Avant qu'elle ne puisse décocher un trait mortel, il la fracasse d'un coup d'épée rageur. Mais, ne pouvant manier davantage sa lame dans un espace si étroit, il se tient désormais sans garde face à l'homme aux yeux rouges.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:32

Daimones

Citation :
Manqué...un crissement quasi inaudible, les dents de Daimones qui grincent... et un rictus rageur... l'homme est rapide, l'épée déjà au clair et fracasse son arbalète à main en moins de temps qu'il ne faut pour le dire...

Ce n'est pas un va-nu-pied... et il faut s'en débarrasser rapidement... la donzelle est toujours là...

L'homme lui fait face, manifestement peu désireux de le rejoindre... et tout aussi peu désireux de parler... c'est un guerrier, pas un baratineur aux poses d'acteur...

Daimones est également un guerrier, mais certainement pas de la race des chevaliers....

Il a écarté les doigts de sa main droite en même temps que le coup d'épée fracassait son arme de jet, ce qui lui a permit d'échapper partiellement à l'engourdissement provoqué par le choc...

Il siffle... comme un serpent... réaction inattendue chez une personne saine, à la fois naturelle chez lui mais également tour de passe-passe pour faire diversion... la main gauche de l'homme bleu, cachée sous la cape, apparait brusquement... les doigts s'écartent et un nuage rouge enveloppe le Baron...

Dans l'une des multiples poches parsemant les robes multicolores qu'il cache sous sa cape noire, une petite réserve de poudre rouge.... du piment très finement pilé avec pour liant un peu de farine... composition inventée par son maître, le Vieux Shadahar, amoureux des poisons rares comme de ces petites préparations simplissimes mais ô combien douloureuses....

Dans la foulée, le vicieux Daimones décroche de sa main droite un long crochet de fer fixé à sa ceinture... et il crochète la lame du baron, tord vicieusement le poignée pour tenter de désarmer l'homme ennuagé de piment...

Et plus que jamais, du coin de l'oeil, il surveille la fille.... l'homme n'est rien.... s'en débarrasser vite, viiiiite !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:33

Odoacre

Citation :
Toujours sourde et quasi paralysante, la douleur reflue lentement, trèèèès lentement... mais suffisamment pour qu'il cesse gémir et de s'agiter comme un possédé...

Portant les mains à son casque-masque, il le secoue, essaie de le tourner.... Ah !!!! Il y voit d'un oeil à présent... Encore à genoux, il regarde partout autour, entend le sifflement d'un carreau, le choc contre du bois.... le bruit d'une épée sortie de son fourreau...

Puis il soupire, ce n'est pas pour lui...

Rassuré, le vieil évêque reporte son attention sur Marie-Alice, à présent debout, donc l'attention semble complètement focalisée sur l'homme à l'épée... qui ne semble pas leur prêter attention, à eux...

Le vieux Grec s'approche donc en claudiquant, par derrière elle, s'efforçant d'être discret, la tête penchée sur le côté pour garder la dame dans son champ de vision sacrément restreint...

Il tend alors une main... et, vif comme la langue d'un crapaud, saisit les cheveux de la jeune femme et tire d'un coup sec vers le bas en reculant, espérant la déséquilibrer.... et dans le mouvement il recule vivement vers l'entrée de la taverne, espérant que, si elle était suffisamment surprise, il pourrait la trainer, piaillante jusqu'à la cave...

Malgré la douleur, un gloussement silencieux de joie parcourt Odoacre à cette pensée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:33

Theognis

Citation :
Cet homme est-il le diable? Du fin fond de l'obscur jaillit une trainée écarlate hérissée de flammes, sur sa peau s'écrase et se colle et le brûle. Surpris par la fulgurance de l'attaque, le Baron prend tout en pleine face et se tord de douleur, pleurant des larmes chaudes comme du sang. Son visage n'est plus qu'un masque de souffrance, qu'il cache à la lumière du jour par des mains recroquevillées.
Il n'entend même pas son épée tinter sur les pavés quand il laisse tomber. Il souffle, il tousse, il crache, à genoux, impuissant, chiffonné contre le mur comme un vulgaire paquet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   Jeu 3 Déc - 0:34

Marie Alice

Citation :
La tête, toujours la tête, encore la tête. Celle qui lui faisait mal et qui pourtant ne cessait de lui envoyer des signes. Genre attention danger. Seulement ce qu'elle entendait surtout et bien plus que l'alarme c'était la douleur qui cognait toujours à ses tempes même si elle s'était stabilisée contre son mur.

C'était bien Theognis qui combattait avec un homme bleu. Elle n'hallucinait pas. Où diable l'avait-on amené pour qu'un tel individu existe et se meuve devant elle? La brune allait se décoller de son mur quand l'encasqué décida qu'elle n'avait pas encore assez mal. Et de lui tirer les cheveux d'un coup sec. Et de la faire ployer sur le côte et en arrière. Et de lui tirer un cri. Mais cela commençait à bien faire à la fin. Il y avait marqué quelque chose sur son crâne? Allez-y c'est journée portes ouvertes, distribution de châtaignes et marrons gratuits.

Les larmes remontèrent aussitôt à ses yeux alors qu'il cherchait à l'entrainer à nouveau vers l'entrée du bouge. Ce qu'il réussit dans un premier temps, la surprise s'alliant à l'envie de garder ses cheveux sur sa tête. Mais elle avait toujours sa dague à la main, s'essuya les yeux d'un revers de la main rageur pour arriver à voir comment il la tenait tout en essayant de ne pas se vautrer lamentablement. Une fois la position de son adversaire suffisamment intégrée, ou du moins autant que possible vu qu'entre son mal de tête et son état d'à moitié assommée elle n'était pas au mieux de sa forme, Marie leva le bras et vint faire une entaille sur la main d'Odoacre tout en tirant en sens inverse pour qu'il lâche. Un pied fit de même mais atterrit lui sur le devant de la jambe du grec. Non mais c'était pas bientôt fini aujourd'hui. Ils avaient quoi tous?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Casting de théatreux dans une cave enfumée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Casting de théatreux dans une cave enfumée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: