L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gascogne: Salle des Doléances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Gascogne: Salle des Doléances   Lun 16 Nov - 1:49

Attila_caligula a écrit:
Le vicomte pénètre dans la salle de doléances avec entrain et impatience. Dans sa patte, un pli émanant de la prévôté.

- Votre Grasce, conseillers. Je proteste avec véhémence contre la mesure d'exception qui vise ma Promise et sa suite, Dame Garance et ses gens de compagnie.
Votre décret du 9 novembre -décret scélérat, soit dit en passant puisque basé sur la rumeur et le soupçon de "sale gueule" et non sur des faits et des plaintes, se passant de plus de jugement et d'équité- lui enjoint de quitter la Gascogne sous pretexte que le béarn aurait des doutes à son sujet. Vos sujets apprécieront le soin apporté à la justice et la défense de leurs droits. Car oui, comme moi, Dame Garance ma promise est sujette de Votre Grasce.

Je suis personnellement favorable a toute justice expeditive, qui ne s'embarrasse pas de considération dilatoire et bavarde comme notre imposant codex.
Mais il me semblait que ce n'était pas votre cas, que vous vous souciiez des Droits de chacun. Est ce à dire qu'il a une grosse hypocrisie là dessous?

Je cite les propres paroles de Sa Grasce d'Espelette:
Godgaby a écrit:
Disons simplement que les nobles s'ils ne sont certes pas exempt de défaut doivent, théoriquement, rassemblée un nombre de qualité suffisante pour accomplir une tache demande une certaine impartialité. Nous savons hélas que nous sommes quelqu'un d'irrémédiablement confiant en la nature humaine, peut être trop mais le nombre extrêmement réduit de ceux ci nous conforte dans l'idée que ceux qui sont honorée le mérite pour ce qu'ils ont fait, et ce qu'ils sont.

Dame Garance étant ma future épouse, et donc future baronne et Vicomtesse, je suis sûr que vous lui accorderez la même confiance qu'à tout autre noble présumé innocent, et honorable.
votre décret ne touche d'ailleurs que les suspects d'hérésie. Inconciliable avec la Noblesse Aristotélicienne.

Enfin ses gens, qui sont également visés par vos mesures d'exception, sont maintenant de ma mesnie, et s'il y a eu faute je ne me priverai pas de les faire bastonner d'importance.

Qu'on ne me reparle plus de ces stupides mesures.

Louisnapoleon a écrit:
Louis arrive en simulant de la colère.
J'ai une doléance à faire au duc !
Citation :
le prevot et le duc vont avoir un enfant, elle est capable de tout pour arriver à ses fins
Dis, papy, tu m'as même pas prévenu ?
Il éclate de rire.
Bon, excusez moi, je m'en vais... mais c'est tellement ridicule que je ne pouvais pas m'en empêcher.

Attila_caligula a écrit:
- Gamin, attends donc ton tour, sois un gentil garçon bien élevé... le monsieur te dira quand tu peux parler...

Godgaby a écrit:
[rp]Un peu de monde ce jour ci, tant pis, prendre un peu de temps avant d'engueuler les tisserands de Mimizan qui faisait des voiles que le duché ne leur achèterait jamais.

Dame Fluorine, le bailli a reçu ses instructions et devrait donc traiter les demandes au plus vite pour relancer un peu la dynamique sur la capitale.

Hop on passe au suivant.

Bonjour vicomte, comment allez vous, moi aussi je vais bien. Donc Garance, anciennement provençale et installé depuis peu à Mimizan. Alors voyons voir. Sur la liste transmise par le Béarn et sur la liste de la Grande Prévôté comme brigand, vous ne faites pas dans la dentelle dites moi?

Je suis navré mais rien ne change, celles ci ainsi que les deux autres personnes contactés en même temps sont prié de quitter notre sol et seront mis sur la liste noire de nos armées demain, notre armée faisant mouvement d'ailleurs, et poursuivie s'ils demeurent sur nos terres.

Toutefois nous allons contacter le Béarn et la Grande Prévôté pour avoir plus de renseignement sur ce qui peut lui être reproché, et si leurs motifs sont insuffisants ou nous apparaissent fallacieux, celles ci pourra revenir. Nous tacherons de faire au plus vite pour ne pas causer trop de désagrément, mais les mesures de protection ne sont jamais superflus.


Passe au cousin qui rigole derrière.

J'ai appris ça également, je dois dire que j'ai été surpris qu'on ne m'en rien dit plus tôt, mais c'est finalement quelque chose d'amusant.[/rp]

Deubs0 a écrit:
tiens de passage, suffisament tot pour entendre parler les deux hommes... silencieu au debut se demandant si la Garance parlée etait une provencale.... il ne pu que sourire en voyant la farce du secretaire d'Etat, se tourne vers le vicomte

Vicomte n'importe qui peut etre sujette de sa Grasce, cela n'en fait point un gage de confiance.

Par contre si vous tenez a la garder, bien que si mes souvenirs soient bons et que je me demande ce qu'elle puisse trouver a votre facies, vos titres doivent y faire pour beaucoup, je vous conseille vivement de vouer plus de respect au Secretaire d'Etat, il serait bete que votre museau soit ebreché....


pose la main sur l'epaule de son cousin Louis, apres la reponse du Duc

Louis, il suffit, pas besoin de colporter de stupide ragot....

Salue le duc, et se retire un peu....
Louisnapoleon a écrit:
Louis sourit à ses cousins puis se retourne vers le vicomte :
- Monseigneur, je n'ébrèche point ma crédibilité. Puisque c'est de l'humour.
Chose que vous ne possédez pas, d'ailleurs. Et il n'y a pas que l'humour qui est absent chez vous !
Le respect, l'honneur... enfin bref, je n'ai point envie de parler à votre personne, alors laissez-moi m'exprimer comme j'en ai le droit.

Il regarda de nouveau son cousin (le papy) :
- Moi, ce qui me chagrine dans cette décision d'exclure ceux que le Béarn souhaite voir exclure, c'est que j'ai l'impression que la Gascogne sert de bouche-trou.
Le Béarn nous a fait l'affront de ne point nous inviter dans l'entente pyrénéenne, comme si nous étions des pestiférés, et nous, on accourt pour leur donner toute notre aide ?
Une relation, ça doit être donnant-donnant. Pourquoi avoir prit cette décision pour un allié qui se sert de nous seulement quand il en a besoin ?

Godgaby a écrit:
Écoute le Vicomte répliquer.

Ce n'est pas de la justice, c'est de la sécurité, tout comme lorsque les frontières sont fermés. Passer outre c'est s'exposer sciemment à des conséquences. Celles ci ont été indiqués, et nous avons laissé le temps à l'intéressé de les éviter, si elle n'entend pas le faire, c'est son choix mais elle en assumera les conséquences. Car, puisque vous semblez l'ignorer, bien qu'en fait je suis persuadé que vous le sachiez bien mais qu'il est plus facile de déformer les choses, le listage est une condamnation à mort seulement pour ceux qui n'en tiennent pas compte. Dame Garance n'a aucune raison de mourir, il ne tien qu'à elle de choisir quoi faire.

Se retourne vers le Secrétaire d'Etat.

Le Béarn n'est pas l'Entente Pyrénéenne, ou alors vous accorder bien peu de place à l'Armagnac et à Toulouse. Ces trois provinces ont fait le choix, comme le reste du royaume de France d'ailleurs, de ne pas traiter avec nous tant que nous n'aurons pas signer la paix avec la Guyenne. Nous avons attaqué la Guyenne avec fourberie, il n'y a pas de raison de se plaindre de ces conséquences et encore devrions nous être heureux que noter parole aient encore une quelconque valeur puisque nous avons violé lors de cette attaque pas moins de trois traités.

A partir de ce point là, est il encore permis à la Gascogne de se montrer exigeante voi même hautaine? Pouvons nous repprocher à des provinces de ne pas vouloir signer de traité avec nous alors que nous leur avons bien montré que nous ne respections pas les traités que nous signions? Aurions nous fait autrement nous même? Nous n'avons rien offert au Béarn pour mériter de l'aide et inversement. Nous pouvons donc rester dans cette situation longtemps ou se rappeler qu'il faut bien faire un premier pas.

En outre monsieur le secrétaire d'État, je vous rappellerais que les troubles qui surviennent au Béarn s'en prend à la noblesse, à la souveraineté du Roy et à la religion de celui ci. En tant qu'officier royal il me semble que vous devriez être le premier concerné, si ce n'est pour défendre l'Etat pour lequel vous travailler et votre Roy, au moins pour défendre votre position qui ne ferait pas long feu si ces troubles s'entendait jusqu'à nous. Tout sujet du Roy et fidèle aristotélicien devrait d'ailleurs se sentir concerner.

Garance a écrit:
Garance profitait du bon air de Mimizan et de l’hospitalité de son futur époux , le Vicomte de Pardoux pour faire connaissance avec la population gasconne. Ayant reçu un courrier de la Prévôte et ayant eu vent d’une discussion à son propos, elle se rendit tout naturellement à la Salle des Doléances du château. Il y avait foule. S’approchant discrètement de son futur époux, le Vicomte de Pardoux, elle s’enquit en quelques mots du sujet débattu et lui murmura:
« Merci d’avoir pris ma défense, mon ami, je vais prendre le relais »
Avisant le couvre-chef perché sur la tête d’un jeune homme, elle s’approcha naturellement vers lui. La maniaquerie de Garance l’aurait bien poussée à faire remarquer l’étroitesse de la couronne, mais bon. Sans doute, le Duc n’avait pas encore eu le temps de la faire ajuster par des artisans.

« Salutations vôtre Grâce, Garance de Tourelle, Dame de Coulvain pour vous servir. «

Son obsession la reprenait. A rester perché en déséquilibre, l’ornement ducal manquait de tomber par terre au moindre mouvement.

« J’ai depuis peu élu domicile à Mimizan , un déménagement des plus naturels si l’on sait que le Vicomte de Pardoux et moi-même projettions de nous marier dans ce beau Duché où mon promis a établi sa résidence secondaire dans la ferme de Lerne.
J’entends que je suis une « personne à risque » et pire, que je serai affublée du triste adjectif de « brigande » de votre part ?


Fronçant les sourcils.

« Ayant été 3 fois procureur , une fois juge , vous comprendrez que ce genre de suspicion à l’égard d’autrui m’est familière et qu’évidement, j’ai toujours cherché preuve et trace dans ces cas-là. Il semblerait que vous tiriez vos informations d’une Liste Noire établie par la Prévôté Royale. »

« Qu’il ne bouge pas la tête ou je vais me ramener avec une couronne dans les bras » se dit Garance.

« Vôtre Grâce, vous me voyez heureuse de voir un Duc faire part de cette liste publiquement. Cette liste a toujours été un mystère. Ou pire, est-ce cette liste truffée d’erreurs que j’ai eue une fois sous les yeux ? Je me souviens quand j'étais encore en bons termes avec le Duc Aegidius, avoir ri de la présence de son nom. « Brigande » est une accusation très grave, et je doute que mon suzerain Keur, Vicomte de Thorigni m’aurait donné les terres de Coulvain si j’avais effectivement été coupable ou même simplement accusée de ce méfait. Loin de moi l’idée de commencer un procès en ces lieux, mais pourriez-vous me montrer preuve de vos accusations ? Et croyez bien que je vais envoyer courrier au Grand Prévôt Royal pour lui demander raison. »

Guettant toujours la stabilité ducale :

« Quant au Béarn, vôtre Grâce, je ne sais ce qu’on vous a raconté. Les rumeurs sont parfois trompeuses. Je n’y suis restée qu’un jour. Laissant très vite derrière moi un chaos armé .
Vous comprendrez donc aisément que je ne quitterai pas Mimizan. D’abord parce que je n’ai rien à me reprocher sauf que d’avoir voulu enfin faire connaissance de visu avec le Vicomte de Pardoux accompagnée par quelques amis de voyage. Et puis, vous avez la bonne grâce de me prévenir d’un éventuel danger si j’étais amenée à croiser une de vos armées. «

Louisnapoleon a écrit:
Louis répondit à son cousin :
- Je comprend que les contrées étrangères puissent avoir des réticences à signer des traités avec nous. Mais il faut savoir faire la différence entre le passé et le présent. Les personnes qui dirigent la Gascogne ne sont plus les même.
Vous rappelez vous, l'année dernière ? Par qui la Gascogne avait été envahie et saccagée ? Le Béarn...
Avons-nous pour autant refuser de reprendre des relations diplomatiques avec eux ? Non.
Ils devraient méditer à cela. J'espère que si nous les aidons, ils feront un effort envers nous, au lieu de nous dénigrer. Car là, même si je suis pessimiste, je l'avoue, j'ai l'impression qu'ils se servent de nous et que rien ne changera.
Pour ce qui est de l'attaque à la couronne et à notre religion, croyez bien que je serai là pour aller défendre le royaume de Sa Majesté s'il était attaqué. Mais pour le moment, la guerre au Béarn n'existe que sur le papier, il n'y a aucun trouble là-bas il me semble... donc, nous verrons.

Je vais maintenant vous laisser, vous avez à répondre à d'autre personnes et j'ai également du travail.

Il prit soin de noter les dernières remarques à propos de la liste noir de la grande prévôté pour en faire part à la curia.

Godgaby a écrit:
Alors qu'il s'attendait à ce que le Vicomte reprenne, il fut surpris de le voir céder la place, mais comprit quand elle se présenta.

Vous nous voyiez ravi de votre présence, un débat sur une personne quand celle ci n'y est point est toujours impoli.

Il l'écouta exposé les faits et reprit à sa fin.

Je tire mes informations de sources dont je ne peux faire étalage icelieu, de votre présence lors des troubles au Béarn, de cette liste, et de votre proximité avec des compagnons dont les qualités sont pour le moins sujette à caution. Autant d'élément qui justifie la prise de certaines précautions le temps de s'assurer de ces faits, ou de les infirmer.

Si vous ne désirez pas quitter nos terres, nous ne pouvons vous en expulser, mais vous serez donc mis aux arrêts puisque c'est là la seule solution que vous nous laissé pour prévenir un éventuel danger. Si d'aventure il s'avère qu'effectivement tout cela n'est en rien justifié, nous vous ferons personnellement nos excuses, mais nous sommes quelqu'un d'un naturel prudent.

Il est toutefois regrettable que pour une personne qui n'ait rien à se reprocher, nous n'ayons depuis deux jours que l'étalage de contestation alors qu'une simple lettre de votre suzerain sur votre personne aurait eut mille fois plus d'impact, ou encore une explication sur ce qui aurait put amener la Grande Prévôté à vous mettre sur cette liste, une confusion peut être, une erreur dans les noms, une vilénie, ou simplement un mauvais hasard.


Se retournant vers son cousin qui commençait déjà à partir.

Le Secrétariat d'État semble bien mal informé, ou alors il considère que la trentaine de cadavre qui jonche le sol béarnais n'est pas quelque chose de suffisamment réel. Nous préférerions, pour notre part, que la Gascogne ne se retrouve pas dans un tel état car vos troubles sur papier coutent tout de même cher en vie humaine n'est ce pas?

Garance a écrit:
Pas bougé d'un poil la couronne. Un vrai équilibriste ce jeune Duc. Sentant un léger mal de crâne la saisir. Il y avait bien longtemps que Garance n'avait eu à argumenter en public, ni même l'envie.

" Votre grâce, j'ai répondu au courrier de la Prevôte le jour même de son envoi. Vous voyant prendre vous-même en mains la sécurité de la Gascogne, je suis persuadée qu'elle vous a fait part de ma réponse. Le Vicomte de Saint Pardoux est venu me défendre devant vous et c'est tout à son honneur. "

Fronçant les sourcils et ce réflexe n'était pas un bon signe chez elle sans compter la vilaine ride que cela pouvait occasionner.

" Pourquoi aurais-je écrit à mon suzerain en pareille affaire? Si il vous faut une recommandation de sa part, faites votre Grâce. Après tout, vous cherchez des preuves et j'attends avec impatience la réponse du Grand Prevôt Royal à votre questionnement. Je pensais écrire moi-même, mais si vous l'avez déjà fait..Sachez cependant que si cet adjectif inommable reste attaché à mon nom, je porterai plainte pour diffamation! "

D'un ton plus ferme, parce que Garance n'aimait pas beaucoup qu'on lui dise quoi faire sur le choix de ses amis.

" Votre grâce, je ne vais pas fouiller dans votre vie pour savoir avec qui vous buvez une chope, vous riez en taverne ou qui vous amenez dans votre couche! J'ai rencontré bien plus de vilennie, de traîtrise, de lâcheté et de bêtise chez des nobles plus titrés que moi. Le Vicomte de Saint Pardoux que je connais à peine fait exception.."

Se retournant vers le Vicomte avec un large sourire, elle reprit:

" Quel bel homme n'est-ce pas? Du panache, le verbe haut.. un sourire carnassier.."

Toussotant légèrement

" Mais je m'égare.. Je resterai donc à Mimizan en attendant le résultat de votre enquête.. Auprès de mes amis. "

Ashmael_d.ambre a écrit:
En voila une qui était coriace... Mais Gabriel semblait avoir les choses bien en main. Le Connétable resta donc a l'écart, surveillant la scène ainsi que les entrées et venues.

Il y avait cependant quelque chose qu'il ne comprendrait jamais. Les Gascons étaient les derniers a se mobiliser pour rejoindre les forces armées, ou preter main forte a la Prévôté. Mais ils étaient les premiers a râler quand le duché essayait d'assurer leur protection... A croire qu'ils se foutent royalement de leur sécurité.

... Et c'etait pas demain la veille que tout cela allait changer. Il soupira puis tourna la tête vers le Duc pour l'écouter répondre

Godgaby a écrit:
[hrp]Juste pour information, mon peso à 46 ans, il est plus vieux que Garance, donc le terme de jeune est peut être pas le plus approprié.[/hrp]

[rp]Gabriel écouta la défense encore, bien que la discussion avait tendance à tourner un peu en rond.

Nous avons en effet eut connaissance de votre réponse, et celle ci n'a apporté aucun élément pour contredire les suspicions à votre encontre. En outre si le Vicomte de Saint Pardoux vous défend, cela n'engage que lui. N'étant pas là depuis bien longtemps nous ne pouvons accorder à sa parole plus de crédit qu'à celle de tout noble étranger.

Est interrompu par l'entrer d'un page apportant une missive. La prenant et la lisant rapidement, il congédie le jeune garçon et reprend.

Voyez vous, si vous ne fouillez pas dans ma vie, je suis pour ma part élu pour justement fouiller la vie de ceux qui peuvent être une menace. Trois demande d'exclusion ont été faite et voila une première réponse. Labaronne, attaque de la mairie d'Uzès en janvier 1455 avec messire Bahamut, le même Bahamut qui a participé à l'attaque de la ville de Labrit il y a quelques mois au sein de la Compagnie des Renards. Bien que cela date d'il y a bien trop longtemps pour que nous y accordions une quelconque importance, ce genre d'information mérite d'être sut.[/rp]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gascogne: Salle des Doléances   Lun 16 Nov - 4:00

Noctis a écrit:
Se matin a Dax, Noctis reçu enfin les impôts pour le Duché. Il ouvri la lettre et regarda la grille du prix a payer. Noctis fit une tête assez bizarre mélanger avec un peu de colère et de surprise, sur la grille il était noté que le prix a payer pour un champs de légume et une forge était de 7 écus voir 14 écus en tout. Il se rappela qu'il y a même pas un mois les impôts était de 4 écus pour quoi que se soit. Prennant la lettre avec lui il se renda en salle de doléance voir si il avais pas loupé quelque chose ou voir si le Maire de Dax se fouter de plus en plus de nous. Arriver dans la salle il se diriga directement vers le Duc de Gascogne puis pris la parole.

Bonjour a vous votre Grâce, se matin au réveille j'ai eu une mauvaise surprise.. je viens de resevoir mes impôts bien que cela n'ai pas enchanteur mais les prix on un petit peu augmenter et je n'était pas au courant d'une angmentation des impôts de la part du nouveau Conseil Ducal. Les prix afficher sur cette lettre sont de 7 écus pour champs et échoppes, il y a eu une augmentation des impôts ou le Maire de Dax souhaite ne pas finir son mandat ?

Godgaby a écrit:
[rp]Messire Noctis, plaisir de vous voir. J'ai reçu mes impôts aussi, 14 cette fois ci contre 12 il y a quinze jour. Le prix de vie est en monté.

Alors concernant les impôts. Le duché taxe les mairies, à hauteur de 4 écus par champs ou échoppe que compte la ville, la somme totale étant amputé de 15% pour prendre en compte les décédés qui n'ont pas encore été enterré et les mauvais payeurs. Charge ensuite aux maires de prélevé un impôts sur les habitants du montant de leur choix pour couvrir la somme que leur réclame le duché.

Cette somme peut être inférieur à 4 écus, si la mairie à d'autre rentré d'argent et peut donc financer l'impôt ducal sans se reposer uniquement sur ses administrés, ou supérieur si la mairie n'a pas d'autres moyens d'avoir de l'argent.

Les impôts n'ont donc pas augmenter, en tout cas pour le duché, mais nous avons demandé aux maires de payer ce qu'ils doivent. Dax, comme beaucoup de ville, n'a toujours pas reversé les impôts qui ont été prélevé le 1ier novembre et doit donc augmenter ses impôts pour pouvoir payer ses dettes.


Voit revenir le gamin de tout à l'heure avec de nouvelles missives. Décidément le courrier afflue ces temps ci. Fait une moue dédaigneuse en voyant la réponse de Toulouse, puis prend la seconde.

Dame Garance, vous êtes sur la liste de la Grande Prévôté parce que... accrochez vous bien, vous êtes sur la liste de Toulouse, c'est d'une logique effrayante. Toulouse vous ayant sur leur liste parce que vous avez été accusé de brigandage... Étant sujet de la Gascogne, nous allons donc faire en sorte que vous en soyez retiré.

Se retourne vers le Vicomte qui s'était un peu mit en retraite.

De ce que je lis sur cette seconde lettre, vous avez des amis intéressants, qui ont grande confiance en vous, et en qui la Gascogne a foi. La troisième personne concernée par cette affaire étant un de vos gens il me semble, votre parole nous suffira.

Pense qu'il venait juste de faire le remplacement de son procureur, perte de temps.

Sur ce, permettez que je me retire, je crois que je dois aller me faire détester par une nouvelle institution royale.[/rp]

Garance a écrit:
HRP: me suis basée sur l'avatar en fait et pas sur la date de naissance du perso.. A vrai dire, j'avais même pas regardé. Laughing)

Se massant légèrement les tempes, Garance attendait patiemment avant de retourner à Mimizan et la réponse la vit partagée entre le fou rire et la stupéfaction la plus totale..

" A Toulouse, dites-vous? "

Ne pouvant retenir son rire..

" Pardonnez votre Grâce, c'est nerveux. Je n'ai jamais mis les pieds ni les mains ni quoique ce soit de ma personne dans le Comté de Toulouse. Et ils m'auraient sur une liste.. Noire? Rose? verte? Je vous remercie de cette information et vais faire diligence auprès des instances de ce Comté et de la Grande Prévôté Royale. Cette institution est pleine de surprises et parfois loin d'être fiable. Dire que Dame Pisan, l'ancienne Prevôte était une de mes bonnes connaissances. Je vous laisse donc à vos affaires."
Revenir en haut Aller en bas
 
Gascogne: Salle des Doléances
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: