L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 12:29

A ajouter à la liste de nos méfaits => Explosage de Cathédrale ... cherry

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 12:32

Bon j'le comprends le Nufilendreux ... J'ai lancé les hostilités ... Et j'me suis fait r'conduire ... ERREUR !!!

Barramine a écrit:
Comme à son accoutumée Barramine trainait sa jambe de bois dans les endroits qui respiraient la festivité ...
Le problème c'est que bien des gens n'avaient pas la même notion de la fête que lui ...

Tiens une batisse avec une croix dessus ... Y'a l'air d'avoir de l'agitation se dit-il ... Devrait bien y'avoir deux ou trois rombières à délester et quelques coups à boire ...

Il entra donc dans l'édifice comme un couteau dans une motte de beurre ... A savoir de façon verticale ... Mais tranchante ...
Une bleusaille faisait bien office de garde chiourme ... Mais bon c'est po à un vieux soldat qu'on va apprendre à faire la grimace ... Un ptit coup de canif et l'affaire était réglée ... Il ressemblait à un valet de pied fier d'avoir effectué sa bonne action du jour ...
Sauf que Barramine n'aimait ni le bonheur ni tout ce qui évoquait un pied ...

Ces émotions lui avaient donné envie de pisser ... Voyant une sorte d'urinoir au milieu de la bâtisse, il se soulagea donc allègrement avant de continuer sa visite des lieux ...

Il continua d'avancer et se retrouva nez à nez avec une donzelle qui se dirigeait vers la porte Nord ...


Salut fillette !!! Dis-moi tu m'as l'air bien apprêtée pour une simple bourgeoise allant à la messe !!!

Tout en la reluquant, Barramine pensait au paquet d'écus qu'il pourrait se faire avec tous les colifichets qu'arboraient la donzelle.


Barramine s’avança donc vers elle et s'interposa entre elle et la porte tout en lui bouchant la route.

Dis-donc tu vas pas m'quitter comme ça? Tu sais que mêm' à mon age une t'nue aussi affriolante éveille encore des souvenirs d’antan !!!
D'ailleurs, dans ces derniers, mes bourses se remplissaient de façon conséquente ...

Alors tu m'arrêtes si j'me trompe mais attichée comme t'es tu dois être blindée d'écus ...

Si par le plus grand des hasards, un inconnu t'embarquait avec lui, une lame sous la gorge et qu'il réclamait ... huuuuum disons .... 5000 écus ... mais à utiliser pour la bonne cause ... bitures publiques, enrichissement des commerces de proximité ... catins, taverne ...

Je suis sur qu'on lui rétorquerait que 5000 écus d'nos jours ça s'trouve pas ....

Bon disons que j'me contenterais de 300 écus pour payer une vieille dette ... On pourrais s'arranger ou faudrait que j'te cogne avec ma guibolle en bois?


Barramine bloquait toujours la mijaurée qui n'en menait pas large dans un coin l'empêchant ainsi de la laisser aller. Il lui asséna une petite tape sur l'arrière train pour la faire réagir ....

Hé ooooh j'te cause la rombière !!!!

--Asilve a écrit:

Disciple d'Eon le vrai
(pas confondre avec le barbeau masqué)


Baptisée et couronnée tout en même temps.
Voilà qu'on fait dans l'urgence en Comté.

Si seulement le procédé pouvait donner plus de poids à la donzelle.
Et faire que la couronne ne soit plus quincaille prêtée par les familles et astiquée par leurs mignons...

Faut pas rêver, quand un guignol Dolois sort de scène c'est pour tirer les ficelles en coulisse.
Cette damoiselle est trop frêle pour résister seule à un simple mendiant.
Enfin, peut-être pas si simple que ça... le mendiant.

Trop emprunte des traditions et liée par son éducation,
qui ne saurait enfin dire en frappant fort sur la table...


Et emportée par ses pensées....

Tudieu !
La Franc Comtesse C'EST MOI !!!

Jontas a écrit:
Le Diacre de Dole et Comte de Beaufort avait été appelé en grande urgence par Monseigneur l'Archevêque de Besançon pour l'aider à la célébrer le couronnement de la nouvelle Franc Comtesse ainsi que son baptême pour l'occasion. Se dépêchant, de peur d'être en retard, il avait enfilé en grande vitesse une soutane et, alors que l'arrière de celle-ci restait coincée dans ses braies, montrant ses guibolles s'affoler lors de sa course effrénée, il arrivait à proximité de la Cathédrale au sein de laquelle il retrouva l'Archevêque accompagné par la Comtesse qui semblait lui présenter son futur époux.

Que de monde pour une si peti... grande cathédrale !

Le Diacre se présenta donc devant l'Archevêque avec sa soutane toujours coincée dans ses braies et s'inclina respectueusement.


Bonjour Monseigneur, Votre Grandeur, Messire,

Monseigneur, excusez mon retard, j'ai eu fort à faire avec un tonneau de vin de messe qui refusait de s'ouvrir pour ce matin. Il faut croire que le Très Haut souhaitait que j'use de la force pour que les célébrations à son encontre puissent avoir lieues !

Enfin bref, que puis-je faire pour vous aider Monseigneur ?

On l'a po revu le sauveteur Jontas ... L'a du se noyer ...

Nufilen a écrit:
[hrp]Merci de respecter un peu le RP, on entre pas comme ça dans la cathédrale ou la comtesse se fait baptisée surtout pour se soulager devant tout le monde dans le baptistaire, et quand on se fait raccompagner à l'entrée, on ne re-rentre pas. Bonne journée[/hrp]

[rp]Un individu avait pénétré dans la cathédrale en déprit des maréchaux comtaux et des épiscopaux de l’évêque et commençait à faire des siennes. Il fallait vraiment que Nufilen revoit lui même la sécurité dans ce genre d’évènements. Il regarda un lieutenant de la garde et lui signala d'un geste l'homme qui était à présent en train d’embêter une jeune femme. La suite ne se fit pas attendre, 3 gardes et le lieutenant lui tombèrent dessus et le le sortirent hors de la cathédrale avant d'appeler les forces de l'ordre. On accompagna la demoiselle dans une chapelle latérale pour qu'elle reprenne ses esprits. On changea le baptistaire, puis Jontas arriva. Sa présence provoqua un petit pouffement de Nufilen.

Soutane...

Puis il le salua.

Vous avez déjà prêché mon frère ? Si vous désirez, la prêche du baptême est à vous. C’est un exercice que j'aime bien : le baptisé choisit un passage et vous le commentez sur le tas. Ça vous tente ?[/rp]
Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 12:35

Galovert a écrit:
Hé oui... résistez et vous serez forcés.
Enfin, si vous le méritez.
Car pire... Vous serez ignorés.

Galovert était fort friand de ce genre de gentillettes manifestations que les Aristotéliciens imposaient aux couillons culs bénis.

De bonne heure il s'était transporté en ces lieux sombres qui puaient la transpiration séminale qu'avait peine à masquer un encens en rupture de stock.
Le super curé de l'endroit devait être un super solitaire....

Et les croisés de passage vers Genève avaient bien besoin d'être encensés à défaut de victoire.

Dans l'ombre des alcôves il n'avait pas pas perdu une miette du trop plein d'expression populaire qui débordait ainsi dans les bénitiers.
La souffrance du joug se traduit parfois de bien singulières façons.

Et Galovert se soulagea en douce ...
Que la Sainte Chaleur dispensée par les vitraux fasse leur office.

Ce n'est qu'un début... paria-t-il avec lui même.


Par le bec odorant du Dode !
Qui aurait cru que Jontas avait le cul aussi toisonnant ?
Surement sont-ce là effets secondaires d'un baume magique censé maintenir la tige haute.

A base de fientes de pigeons sans doute.

Blanca_corvinus a écrit:
Blanca s'était assise sur un banc et lisait le Livre des vertus, cherchant le passage qu'elle pourrait bien lire pendant son baptême.
Elle finit par arrêter son choix sur un passage de la Vita d'Aristote qui contait un dialogue avec un ermite.

Elle fut tirée de sa lecture silencieuse par du remue-ménage près de l'entrée. Elle eut à peine le temps de lever les yeux pour voir un homme à la jambe de bois emmené sans autre forme de procès à l'extérieur de la cathédrale. Blanca sentit un frisson la parcourir. C'est qu'elle n'avait pas encore conscience de l'image qu'elle véhiculait. Elle n'était plus simplement La Corvinus mais durant deux mois elle symboliserait la personne la plus importante de Franche-Comté.

Elle referma le livre, se leva et fit quelques pas. Puis, d'un signe discret de la main et un sourire, elle tenta de rassurer sa petite famille en leur montrant que de son côté tout allait bien jusque là. Puis elle retourna s'asseoir sur le banc, attendant que le prêtre la rejoigne et que la cérémonie puisse commencer.

Raouldarc a écrit:
le raoul fut désarçonnée par la réponse du curé hum de l archeveque plutot. il ne s attendait pas a ce que celui ci donna son accord . il pris quelques secondes pour répondre le temps de laisser a l archeveque de faire un signe aux gardes .

un parrain et une marraine? il se retourna . mmm il semblait y avoir suffisamment de monde pour répondre a cette demande . il regarda ober et le comte et se dit que quitte a en avoir autant qu ils soient riches

mmmm et bien monsieur l abbé , ils sont pas de la toute première fraicheur mais il me semble que monsieur le comte et la vieille ober pourrai faire l affaire non? enfin si ils me donnent mon accord bien sur .Apres mmmmm un questionnaire .? mmm j ai jamais bien aimé qu on me pose des questions mais bon si il faut en passer par la je suis pret a répondre a vos question petit curieux. Enfin pour la familles des croyants ,je suis prêt a croire en leurs valeurs. j espere qu ils croiront également dans les miennes parce que j ai pas mal de bois a couper pour cet hivers .votre éminence je vous suis fort reconnaissants d avoir donné une suite a ma demande.permettez quelques secondes que je demandes ?

raoul fis quelques pas dans l allée centrale pour aller a la rencontre d obert et jontas. il inclina la tete devant le comte puis tapota l épaule d obert


monsieur le comte ,je sais pas si vous me connaissez mais je suis le tout nouveau seigneur des rousses ,héritier de Acis.j ai pas l habitude de demander un service parce qu en général les gens s en souvienne et en demande un deux fois plus grand en retour .mais bon la c est un cas de force majeure hum. donc accepteriez vous d etre mon parrain et toi ober ma marraine?je vous laisse réfléchir quelques instant le temps que je passe mon exam

il retourna vers l archevêque ,il était pret a être passé a la moulinette par celui ci .

allez y ,je suis prêt.envoyéz le questionnaire avant que ma corvinus ne revienne.a moins que vous préfériez le faire après sa cérémonie plutot

Brigante59 a écrit:
Brigante arriva devant l'entrée de la cathédrale et il demanda aux gardes:
"Bonjour, je suis un peintre italien. Est-ce que vous pouvez demander à Monseigneur si je peux participer à la cérémonie?"

Jenah a écrit:
Jenah avait pu entrer dans la cathédrâle, étant membre du clergé de la province, cela aidait à se faire une place alors que la cérémonie n'avait pas encore commencée. La diaconesse avait laissé les enfants à son époux et avança donc seule en le lieu sacré. Elle fouilla l'église du regard, tombant sur les mêches rousses de l'archevêque elle se dirigea vers celui-ci ainsi que vers son collègue de Dôle qui était également présent.

Bonjour Monseigneur et bonjour mon frère, dit-elle saluant les deux autres membres de l'EA, puis-je être utile à quelque chose?

Jean_de_bien a écrit:
jean de bien peu friant de ce gendre de lieu entra discrètement et alla au côté de sa cousine.

Bonjour cousine
la regarde

oui je suis venu juste par reespect pour Blanca c'est l'amie que je viens voir pas la comtesse et puis c'est bien de venir c'est un peu comme aller au théâtre


sourit

Fredyanne a écrit:
Fredy vit arriver dame Jenah qui alla vers Monseigneur Nufilen ,et Blanca .

Jean avait fait un grand effort ,mais il aimait ses amis ,et était venu pour Blanca .Fredy appréçia le geste de son cousin


Bonjour Jean,comment va mon cher cousin ? bien sur que tu peut t'asseoir à mes cotés ............Je te l'ordonne même !! lui dit elle en souriant

Brigante59 a écrit:
Brigante59 a écrit:
Brigante arriva devant l'entrée de la cathédrale et il demanda aux gardes:
"Bonjour, je suis un peintre italien. Est-ce que vous pouvez demander à Monseigneur si je peux participer à la cérémonie?"

"Est-ce que vous n'aimez pas les peintres italiens? C'est dommage ne pas représenter une cérémonie si importante."

Jean_de_bien a écrit:
sourit à sa cousine

Vos désirs sont des ordres très chère.

Je compte sur toi pour m'expliquer la pièce e théâtre du baptême


sourit

Fernand a écrit:
Devant la cathédrale Fernand planté comme un poteau les pouces dans les manches de son gilet observait la ruelle parallèle. La charrette de son revendeur s'avançait en grinçant.
Il vit Barramine descendre les marches de l'entrée monumentale en pestant... précipitamment, légèrement aidé par deux gardes à l'aspect vaporeux.

- Eh Bien , Barramine, on veut gouter l'hospitalité aristotélicienne ? Crue, vous savez, ça ne vaut rien, de toute façon, il faut les faisander pour que ça ait un peu de gout.

Le bateleur descendit de son char, nota les deux hachoirs à la ceinture du nomade et s'avança vers lui.
- Vous êtes Fernand.
Fernand se contenta d’acquiescer.
Vous avez commandé trois douzaines d'unités lourdes pour largage de charges de deux livres, paiement effectué il y a deux jours, et tenant compte de la remise de cinq pour-cent.
Ça ne ressemblait pas à une question et Fernand ne prit pas la peine de commenter.
- Nos bêtes sont garanties vivantes à la livraison et exemptes de tout vice pendant une semaine. elle ont une une précision moyenne de six pieds pour les catégories B et de trois pieds pour la catégorie A.
Signez le reçu.


Fernand fit un graffitis graveleux sur le parchemin et rendit le document. L'homme inspecta le paraphe, tiqua, ouvrit la bouche puis renonça et s'éloigna en marmonnant.

Le sergent La Fouine scruta avec méfiance le chargement qui avait été diligemment déposé à terre et demanda:
- Encore des cigognes? C'est pour quoi faire?

- C'est pour l'appui aérien..... dit Fernand .

Il s'agenouilla près des cages et sortit de petites fioles en verre noir dépoli qu'il entreprit de fixer aux pattes des volatiles avec des bagues prévues à cet effet et livrées avec les caisses.


- la pluie à Erin? avec de la foreuse douze ans d'âge? Vous allez les faire sauter dans le ciel?

- Non sergent, l' Appui - Aérien... J'ai prévenu des amis que nous mettons la Franche-comté sous embargo et l'un d'eux m'a dit une chose très sensée .... C'est-à-dire que lorsqu'il l'a dite, elle m'apparaissait comme telle..... sur le moment... là, tout de suite, je ne dirais pas que.....
- Et qu'a dit votre inspiré locuteur?
- Il a dit que sans frappes aériennes, on ne ferait pas tomber le Rat Yss .... ou bien le Rat ici. A vrai dire, tout ça n'est plus très clair... j'étais ivre, mais il m'a paru approprié de mettre en œuvre une solution concrète et réaliste...


Il finit d'équiper les échassiers de leur chargement respectif.

- Elle sont dressées pour piquer droit sur les voyageurs, vous savez....
- Je me doute bien...
- Et voilà....
- Et.... en passant outre sur le fait que vous trouviez réaliste de lancer un escadron de cigognes incendiaires sur la campagne... Comment elles reconnaissent leur cible?

- Justement, il faudrait que vous portiez ça pour éviter d'être accrochés. Distribuez-en à tout le monde.

Il lui tendit un tas de chapeaux plats étranges et de couleur verte sur lesquels étaient peint grossièrement un feuillage stylisé...

- Charmant... vraiment... Vous savez, vraiment, il faut que je vous dise, vous êtes complètement....
- Vous l'avez déjà dit.
Allons, sergent, pensez à votre cambuse. ça va être du tout cuit pour vous.

Rappelé à ses plus basses et secrètes besognes, le sergent gratta son menton et grimaça....

- Faut voir....
si votre truc fonctionne, il va falloir que j'écoule le stock... Il n'y a pas de banquet prévu à Chambéry cette semaine... il faut que je retrouve le marchand de saucisses.....


Perdu dans ses pensées et ayant trouvé une nouvelle motivation, il s’arque-bouta et commença à charger les cages dans une charrette.


Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 12:36

Nufilen a écrit:
Sur ces entrefaite, un garde avait demandé à Nufilen pour laissez entrer un italien, le roux avait acquiescer et demandé qu'il soit placé dans une chapelle latérale, avec vue sur le choeur. Blanca semblait prête, Nufilen aussi, Jontas s'était présenté et Jenah également, il les prit à part.

Ma soeur, vous vous occuperez du baptême de messire le compagnon de la comtesse, Jontas, une fois n'est pas coutume, vous attraperez l’encens et vous prêcherez pour le baptême si cela vous convient. Nous commenceront par le baptême de la comtesse puis celui de son époux puis nous procéderons au sacre et au couronnement. Pour ce dernier j'aurais besoin que l'on me porte la couronne, et l'huile.

Il partirent ensuite tous les trois, Nufilen envoya deux bedeaux, un pour mander la comtesse et l'autre pour mander son compagnon afin qu'ils se retrouvent tous les cinq à la porte Nord. La cérémonie allait débuter.

Jenah a écrit:
Bien, je m'en chargerais donc, mon premier baptême, vous m'en voyez ravie. Jenah se disait cependant qu'il allait être assez long et répétitif de procéder à deux baptêmes, un sacre et un courronnement en une même cérémonie, ainsi lui faudrait-il toute son attention pour arriver à garder celle des autres pendant le baptême qu'elle aurait en charge.

La diaconesse pensive suivit donc les deux hommes en direction de la porte Nord, la cérémonie ne tarderait plus à s'enclencher.

--Le_Sergent_La_Fouine a écrit:

- Garanties, garanties, ... faut voir.... se disait La fouine en marmonnant....

Il avait chargé les gros volatiles dans la charrette pour les mener au campement où des gens du service des postes iraient les distribuer aux artificiers de l'Hydre .
Six douzaines de grosses cigognes qui claquetaient de dépit dans l'espace réduit qui leur était alloué.

La réflexion ne fit qu'un tour dans son crane boiteux.


- J' vais faire un test!


Satisfait de son esprit d'initiative, il se coiffa de son chapeau ridicule puis il choisit une caisse, la déchargea sans ménagement et l'ouvrit. L'oiseau tenta de se déplier mais ne parvint qu'à tendre le cou que le sergent saisit avec brutalité. Il l'approcha de son visage et la regarda droit dans un oeil.


- Écoute-moi bien ma belle, tu vas me faire un belle flambée d'accord? Et tâche d'atterrir sur un casque de militaire compris? fais honneur à la bêtise de ton espèce!
Puis il replia le bras en arrière et la lança avec force.
La cigogne paniquée prit une trajectoire dangereusement rasante en direction de la cathédrale et tenta de redresser, mais sans doute, La Fouine lui avait-il un peu trop comprimé le cou...
Elle grimpa , grimpa, prit de l'assiette, trop.... et décrocha juste devant la petite rosace de vitrail surmontant la porte principale de la cathédrale.

Dans un éclat de verre coloré, l'oiseau traversa la baie avec un cri interrogatif .
Son fragile flacon d'alcool de caillou se brisa et s'embrasa en une magnifique boule de feu,
Ce fut comme si le soleil avait décidé d'entrer momentanément dans la nef, pour y prendre sa revanche contre l'éternelle pénombre des lieux. Une vision grandiose et mystique... surtout avec les petits morceaux de verre de toutes les couleurs qui brillaient de mille feux .

Passé cet instant remarquable, tout redevint à peu près normal. Le verre chut bruyamment sur les dalles et les gouttelettes poisseuses de l'huile essentielle aux composés multiples se mirent à pleuvoir en flammèches collantes et corrosives sur les rangées de sièges du fond qui prirent feu en dégageant une épaisse et âcre fumée noire. ...

Dans la ruelle, La Fouine conclut à l'efficacité du procédé tout autant qu'au manque de fiabilité du bombardier. Il commença à siffloter, comme à chaque fois qu'il était saisit d'une gêne palpable et se coula sur le siège de son véhicule avant de fouetter les mules.

Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 12:39

Nufilen a écrit:
[hrp]HRP : Merci aux modérateur d'intervenir contre les joueurs qui pourrissent le RP sans aucune autorisation de la part de qui que ce soit et sans avoir le courage d’afficher le nom de leurs perso. Moi j'appel ça des lâches. Quant aux joueurs du baptême, ne prenez pas en compte les messages de ces gens, continuons comme si de rien n'était.
Au passage, un peu de réalité... Des cigognes bombardiers, non mais on croit rêver...[/hrp]

Nenuphar a écrit:
Il faisait chaud, lourd même.

Nénuphar s’était faufilée dans la cathédrale pour y trouver du frais, du calme... et en prime, une cérémonie. Elle était entrée dans le bâtiment avec ses vielles bottes noires, ses préférées, celles qui avaient parcouru tant de lieues qu’elles étaient devenues comme une seconde peau, souples et confortables, usées, exactement faites pour elle.


Et, il y avait eu une nouvelle fois matines en plein après-midi…. C’était la deuxième fois en peu de temps. Elle s’était assoupie sur un banc, se demandant si encore, elle se réveillerait hier.
Mais non! C’est près de la porte Nord qu’ elle émergea au milieu d’une cérémonie comme il y en avait tant d’autres. Certaines choses était immuables, à moins qu’on y mette un peu du sien. On retrouvait donc en présence des cloches qui sonnaient et d’autres qui ne sonnaient pas mais qui pensaient… une diaconesse un peu rébarbative, des gamins qui courraient dans les travées, un prêtre indolent, des invités impatients, un peintre italien…- Tiens, ça c’était nouveau !
Elle se rappelait le dernier baptême auquel elle avait assisté. Mais aujourd'hui, enlever le prêtre n’était pas au programme.
Tout était si lent…


Il y eut soudain une déflagration.
Une lumière blanche, éclatante, presque divine baigna brusquement l’édifice de sa clarté et puis une sorte de poulet déplumé vin s’écraser aux pieds du prêtre, dans un Pof mou, accompagné d’une odeur de grillé.
Au dessus d’eux, comme ralentie, une pluie multicolore et cristalline tombait dans la lumière aveuglante du trou laissé dans le mur. Aristote polychrome volait en éclats. Le tintement des morceaux de cristal semblaient égrainer le temps jusqu’au moment où ils vinrent éclater sur les pierres du sol.

Nénuphar avait couvert sa tête avec ses bras en protection mais cela ne l’empêcha pas de sentir le tranchant d’un morceau de cristal découper son oreille. Elle passa la main dans ses cheveux craignant une effusion de sang…
Tout le monde autour avait un air un peu différent, un peu hagard, comme le jour des pluies acides, un mois de février, il y avait déjà longtemps. En un instant des hommes avaient vu barbe et moustache apparaitre, sourcils disparaitre… Et ça recommençait, aujourd’hui, alors qu'il faisait grand beau temps… On ne changeait pas pendant des semaines et des mois. On se séparait de ses compagnons et on les retrouvait identiques, pas une ride pas un gramme, rien de plus, rien de moins… et puis…ça !
Une femme à coté d’elle ne cesser de répéter :


Mais où est mon bustier ? Où est il passé ?

Nénuphar retira sa main de son oreille. Pas une goutte de sang, pas de douleur non plus, aucun picotement… Pourtant son oreille ne dépassait plus de ses cheveux devenus raides … Quelque chose d’étrange s’était produit. Dans sa tête tout se mélangeait. Était-ce du à matines ou à l’explosion du vitrail ?

Elle avait besoin d’air.

En sortant, elle remarqua que ses bottes étaient comme neuves, lacées sur toute la hauteur maintenant. Le Dodécalogue était là, sur le parvis, adossé à un mur dans la chaleur épaisse de cette après-midi étrange. Lui n‘avait pas changé, et c’était bien le seul… On lui aurait presque fait l’aumône. Il ânonnait en boucle une phrase monotone…


On, pronom con qualifie celui qui l’emploie, Eon, prénom con qualifie celui qui le porte ! On, pronom ...

La cavalière nota son sourire en coin quand il l'entendit sortir, et son regard aveugle s’éclaira d’une vivacité instantanée.


Tiens, une crevette…
Des bottes ou des pieds nus ? Un lacet ou pas de lacet ? Pffiou…


Il leva un bras désabusé qui retomba sèchement.


Une oreille ou pas d’oreille… D'ailleurs... Est ce que tu as jamais entendu quelque chose avec?
MOuahaHahahahhhahahHhahahha…

Fernand a écrit:
Fernand s'était retourné pour chercher la provenance du vacarme. Celle-ci fut aisée à identifier. Des cris se firent entendre à l'interieur de la cathédrale. De la fumée s'échappait par l'entrée. Il chercha du regard la charrette et vit le sergent qui tentait vainement avec un tortillement insensé du derrière, de faire croire qu'il ne venait pas de prendre tout juste place à l'instant même à la place du conducteur.
Comme s'il sentait un couteau dans son dos, La Fouine jeta un regard en arrière et croisa le regard sévère de Fernand. Le vieux soldat se fendit d'un haussement d'épaule plaidant l'acquittement et commença à s'éloigner en douce.

Reportant son attention sur l'entrée, Fernand vit quelques personnes sortir en courant à la recherche d'air pur et de fraicheur. Certaines portaient des coupures superficielles, c'est-à-dire que tout le monde semblait encore avoir sa tête sur les épaules .

Surgissant de la fumée comme si elle en était issue, Nenuphar apparut sur les marches et descendit le parvis.
Et, ressemblant à un mendiant, le Vieux qui se tenait là et qui comme à son habitude ... "bredouillait quelque chose d'incompréhensible"....
Il regarda la cavalière et désigna le portail fumant du menton :

- Il se passe quoi la dedans?

Blanca_corvinus a écrit:
Un homme s'approcha de Blanca pour lui signifier que la cérémonie allait commencer. Elle se leva donc et marqua soigneusement le coin d'une page du Livre des vertus pour retrouver rapidement le passage qu'elle lirait plus tard, durant la cérémonie.

Emboitant le pas au jeune homme qui la menait en direction de la porte nord, son coeur fit un bon dans sa poitrine quand un bruit assourdissant retentit dans toute la cathédrale, faisant exploser le vitrail situé au dessus de leurs têtes et trembler les colonnes de le nef.

Elle eut à peine le temps de crier qu'elle se retrouva projetée par terre par le bedeaud et qu'un long sifflement emplit ses oreilles et sa tête.

Elle resta immobile sur le sol quelques secondes, écrasée par le poids du jeune homme, sentant son coeur battre dans son bras gauche et derrière sa tête, qu'elle avait du taper contre le sol froid de l'église dans sa chute. Puis, n'y tenant plus, folle d'inquiétude, elle repoussa sans ménagement l'homme au dessus d'elle et courut en direction de la nef où s'était installé sa famille.

Lorsqu'elle déboucha près du transept, elle sentit une odeur de brûlé et vit des flammes qui commençaient à rougeoyer dans le fond de la nef, près de l'entrée.


Vite! Vite! Il faut qu'on arrête ça avant que cela se propage!

dit-elle en s'élançant vers les flammes.
Elle sentait toujours une lourdeur derrière sa tête et posant la main dans sa nuque et la regardant y vit une légère traînée de sang, quasiment invisible sur des cheveux comme les siens.

Elle avait du se cogner un peu plus fort qu'elle ne pensait. Mais pour l'heure, il fallait endiguer cet incendie.

Barramine a écrit:
Malgré qu'il se soie fait éjecter comme un malpropre par quelques gardes vaporeux, cela n'avait pas refroidi les ardeurs de Barramine ...

C'était dans sa nature ... Tout comme avec les femmes, plus on le rejetait et plus ça l'excitait ...

C'est qu'à son âge, une claque ou une caresse c'est pareil ... Inespéré ...

Il croisa Fernand et la Fouine en train de papoter. Il ne répondit pas au sollicitations de l'hydrois qui semblait fomenter je ne sais quoi avec La Fouine ...

C'était jour de fête, il retrouvait les malotrus qui lui avaient emprunté sa jambe de bois ...

Il fit un petit signe à Nénuphar et Galovert qui s'entassaient devant l'édifice ...

Pendant que Nénuphar s'apprêtait à entrer, Barramine attendit que les gardes aient les yeux rivés sur la belle, usée, mais belle femme au doux nom floral pour se glisser en loucedé sur le contrefort de l'édifice.

Il était plutôt manuel le vieux soldat mais un de ses maîtres d'armes lui avait donné quelques leçon d'architecture quelques décennies auparavant.

Il s'approcha donc du contrefort, vissa sa jambe de bois option travaux en hauteur et se hissa tant bien que mal le long du mur de l'église sous les yeux médusés du Sergent La Fouine qui sans perdre une miette du spectacle d'escalade faisait semblant de regarder ailleurs avec son œil gauche ...

Allez Barramine, une pierre lisse, une pierre d'achoppement, on prend appui, on relance, une pierre lisse, une pierre d'achoppement, on se ré-ho-hisse et on pousse, flexion, extension, on grimpe, on regarde pas en bas et hop hop hop ...

Après quelques minutes d’ascension, il était arrivé en haut du premier contrefort ...

Il clopina vers le bord de l'arc en plein cintre, s'appuya sur la margelle et sauta à cloche-pieds jusqu'au bord d'un vitrail qui surplombait la cérémonie.

C'était tellement beau, tout ce monde réuni dans cette célébration, toutes ces personnes qui s'aimaient, se respectaient ... ça lui aurait presque arraché une larme s'il avait capable de pleurer.

Il s'appuya sur le vitrail pour y appuyer son oeil valide et se rendit compte que la bourgeoise qu'il avait acculé tout à l'heure était la donzelle à qui tout le monde baisait la main aujourd'hui ...

Regrettant son plan foireux et pensant à tous ces écus qui s'étaient envolés par son manque d'organisation, Barramine se mit en quête d'un nouveau plan pour réintégrer la cérémonie et refaire le plein d'écus ...

Quand soudain il vit une cigogne foncer droit sur lui ...


Casse-toiiiiiiiii !!!! s'exclama-t-il

Cette triple buse semblait avoir reconnu son casque à cornes ou sa jambe de bois pour un perchoir ...

En quelques instants, elle fut au contact de Barramine qui l'esquiva d'un magnifique mouvement de rein qui la projeta dans le vitrail.

Ce dernier explosa dans une boule de feu, carbonisant au passage la célèbre moustache de notre vieil acariâtre ...


LAAAAA FOUIIIIIIINE, s'exclama-t-il, je vais te faire la peauuuuu !!!!

Dans son mouvement d'humeur, Barramine s'appuya sur le vitrail qui avait volé en éclat et tomba à la renverse par l'orifice emplumé creusé par le volatile.

Pendant sa chute, Barramine eut tout le loisir d'admirer les superbes flammèches qui commençaient à ronger la charpente de l'édifice ...

Voila bien du gâchis se dit-il ... Pendant ce temps il continuait de chuter inexorablement sans manquer d'adresser à Blanca au passage un petit signe de la main.

Nufilen a écrit:
[hrp]HRP : Pour ma part, je ne participe plus à ce RP. J'ouvre un sujet à coté ou ne reprenons ou nous en étions.[/hrp]



Gnagnagnagnagna et j'vais aller pourrir le topic de Barramine !!!
Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 12:41

Nenuphar a écrit:
Nénuphar fronça le nez, un peu à cause de ce que disait le Vieux, un peu à cause de la fumée qui s’échappait de la porte et un peu aussi, à cause de la présence de Fernand. En général quand il était dans les parages, le sergent Lafouine n’était pas très loin… et, le produit de leurs expériences de distillations non plus.
Elle le regarda de travers, se demandant s’il elle ne tenait pas là, le lien de cause à effets.


- Il se passe quoi la dedans?

Nénuphar ouvrit grand les yeux, à la fois étonnée et sceptique

Alors… Par ou commencer ?
Elle allait se lancer dans une explication longue, ponctuée d’appréciations toutes personnelles, qui risquait d’être fort ennuyeuse. Peut-être un truc du genre…
Là-dedans !?
Tu vois, c’est un baptême ! Doublé d’un couronnement… Mais ça n’a pas encore vraiment commencé, parce que la cérémonie était un peu lente au départ et là d’un seul coup, elle s’est plutôt emballée…
Déjà il y a un curé un peu collet monté, pas du tout Bling Bling, pas un bon client pour nous, pas assez chaotique, trop strict, trop propre sur lui, pas marrant… et puis une Comtesse, une bien ! Vraiment… Elle a un je-ne-sais-quoi de pas conventionnel qui me plait bien. Sa famille, bien sûr. Il ne doit pas y avoir trop de Sparte dans le lot, je crois.
Il y a aussi eu un vieux type moche avec une jambe de bois, usé jusqu’à la moelle... le bonhomme, pas la jambe... Non! la jambe, elle peut encore servir… Il a été raccompagné de force à la sortie par les hommes un peu fantomatiques du service d’ordre et après ça, une femme a crié « La comtesse, c’est moi ! »
J’ai aussi reconnu Jean de Bien, l'amoureux transi de Labaronne, et un ancien comte devenu diacre… quelle déchéance ! et Galovert, et Jenah sans Sarrasin, ennuyeuse comme Luxeuil, et il me semble aussi avoir vu un Italien qui s’est mis à la peinture…

Et ensuite, il y a eu une sorte de voile, comme à Matines... Mes cheveux sont devenus raides, mes bottes se sont trouvées lacées, ma voisine cherchait désespérément son bustier... Regarde ! Même toi ! Tes sourcils… Nan, ça elle ne pouvait pas le lui dire !
...
Après il y a eu un bruit énorme, un volatile déplumé et rôti, de la lumière puis une pluie de couleurs... et ça c’était vraiment joli, comme une pause juste avant le chaos, et à la fin des flammes, des cris… l’air frustré du célébrant… tout çà…

Et elle entendait que tout le bazar continuait à l’intérieur de la cathédrale : cris, bousculades, craquements, petites explosions, bruits de verres cassés et de ferrailles, de chaises renversées…


Il fallait une réponse.
Elle sourit, mit ses mains dans ses poches et haussa les épaules…


- Là-dedans ?! Bah, rien de spécial… la routine, quoi…

Fernand a écrit:
- Ahhh, ce genre de routine, là.... très bien, très bien....

Par une porte dérobée, un type en chasuble s'esbignait en emportant la vaisselle.

-Bon sang, les gars, vous avez vu ça? On est des amateurs à côté de ces gars-là!

Il regarda dans la ruelle et mit ses mains en porte-voix :

LA FOUIIIINE!!!!! Arrêtez! Ne bougez pas d'ici et attendez nous! Et si quelqu'un fait le malin, dégoupillez une cigogne!!!!

Ceci-fait, il monta sur le parvis et tapa sur l'épaule du vieux et le poussa vers le haut. L'aveugle se mit en mouvement. Il n'allait pas se vautrer dans cette poisse, lui, c'était certain, il suffisait de le suivre. Ils escaladèrent les marches, pénétrèrent dans la fumée et disparurent à la vue de tous.

Raouldarc a écrit:
tout a sa surprise ,le curé, enfin l évêque avait donné son accord au raoul pour qu il puisse enfin faire son ménage a trois avec le stote . mais a une surprise succéda une autre surprise ;une explosion effroyable avait atteins la cathédrale .le souffle de celle ci l envoya baldinguer quelques pars entre les mamelles de la vieille obert .il resta la quelques instant le nez coincé entre ce qu il appelait avec taquinerie ,ses gants de toilettes. Pourtant ce n était point l heure de faire ses ablutions .
la barbiche fumante,il se redressa ,s épousseta et aperçu la corvinus qui venait déjà vers lui .

et bien mon cochon, il est pas tombé loin celui

a cette période de l année ,le temps était souvent lourd et notre bonhomme etait persuadé d avoir eu a faire a quelques caprices du ciel . un bref instant cela lui rappela le calvaire vécu par son grand père lorsqu un éclair avait cru bon de prendre sa tige pour un paratonnerre alors qu il pissait contre un arbre .Inconsciemment le raoul amena ses mains vers son entrejambe ,protection bien futile .

c est alors qu il vit sa naïve et saugrenu charogne s agiter et brasser du vent comme a son habitude .elle c était mis en tète de jouer les super comtesse ,il lui manquait plus que la cape . Désabusé il ne pu retenir un long soupir de désespoir .Elle n avait rien retenu de tout ce qu il lui avait appris . Alors que l incendie semblait prendre de l ampleur ,il s approcha d elle et l agrippa par le bras ,tout en la fixant dans les yeux

par les braie ensanglantées de ma grand mère, t as fini de vouloir sauver le monde , c est aux curetons de sauver leur battisse,Tu comptes faire comment y pisser dessus peu être ? Puis au pire ca crains quoi? Elle crame ,et les habitant de dole auront du boulot pour les cents prochaines années .ça les occupera ces feignants, allez viens pense a ton lupin on va passer par les souterrains qui rejoignent le château .Comme dans toute bonne cathédrale il y en a un . t inquiète avec un tel vacarme toute la ville va rappliquer .

d un pas décidé il essaya de la tirer vers le font de la cathédrale tout en empoignant au passage le lupin qu il mis sous son bras comme un vulgaire sac de patate

Oberthur a écrit:
Il lui semblait…

Il lui semblait s’être préparés, Lupinou et elle, dans un gai tapage, puis, ils étaient arrivés tout plein de joyeuse impatience d’assister à un tel événement.. c’est que c’était Blanca quand même !.. leur Blanca !
Les yeux écarquillés du petiot découvrant l’immensité de la cathédrale et sa mère, toute menue, là, au milieu, si digne, si noble…
Le cœur de la blonde éprouvait une immense joie, elle était terriblement émue d’avoir été choisie pour marraine, elle n’en finissait de sourire de béatitude…

Il lui semblait avoir entendu du désordre à l’entrée, vite refoulé par des gardes efficaces.
Raoul avait lui aussi surgi de nulle part, et c’était tant mieux !
Elle savait les sentiments qui liaient ces deux là et pressentait le bonheur de la brunette à le voir.
Puis, ce fut la panique, un bruit assourdissant, des cris d’effroi, un curé horrifié, la nef se remplissant de fumée, des gens courant partout, trébuchant les uns sur les autres…

Il lui semblait avoir serré Lupinou contre elle, cherchant des yeux un endroit où se mettre en sécurité, avançant à l’aveuglette, recouvrant l’enfant de sa cape, priant pour ne pas tomber …avant de recevoir un coup sur la tête.
Elle s’effondra sur le sol, devinant qu’on lui arrachait l’enfant avant de perdre totalement connaissance…

Barramine a écrit:
Oberthur a écrit:

Il lui semblait avoir serré Lupinou contre elle, cherchant des yeux un endroit où se mettre en sécurité, avançant à l’aveuglette, recouvrant l’enfant de sa cape, priant pour ne pas tomber …avant de recevoir un coup sur la tête.
Elle s’effondra sur le sol, devinant qu’on lui arrachait l’enfant avant de perdre totalement connaissance…

Après de longues secondes de chute libre et un salut à Blanca, Barramine s’apprêtait à entrer en contact avec le sol et rejoindre son créateur.

Soudain, après une volte face, ou fesse c'est selon, et après s'être remis dans le sens du vol, il aperçut en contrebas une cible. Une jeune demoiselle semblait lui tendre une sorte de morceau de toile pour le recueillir ...

Bon an mal an, Barramine visa la cible, avec son seul oeil valide, il n'avait pas de mal.


Gare à vos fesses la d'ssous j’atterris, fermez les écoutilles, ramenez la grand-voile, sortez les rames et en route Helmut !!!

Il se concentra et malheureusement il rata la cible qui lui était offerte et entra en collision avec sa sauveuse. Dans le feu de la chute, il lui adressa à l'insu de son plein gré, un coup de jambe de bois derrière la tête, fameux parmi les fameux, le célèbre coup de la Mine ...

La sauveuse s'affala comme une poupée de chiffon assommée par la violence du choc. Barramine pas en reste fini sa chute en fracassant son casque à corne et le contenant, à savoir sa vieille caboche, sur les dalles élimées de la cathédrale et entendit des pleurs d'enfant juste avant de perdre connaissance ...

Fernand a écrit:
Au milieu de la fumée, il buta sur une silhouette. Il distingua une femme. Elle avait, posé en travers de la nuque, un manche?... une massue? Non, un organe de bois suivi d'une cuisse au bout de laquelle était fixée un homme.
Il reconnut le cul de jatte en se penchant pour mieux voir. Barramine.... Un mouflet pépiait près de sa tête. Fernand l'observa avec curiosité. Un élan instinctif le portait à tendre ses bras vers la petite silhouette. Il interrompit son mouvement et leva la tête. L'aveugle tout prêt s'était immobilisé sans rien dire avec une expression attentive sur le visage comme s'il épiait sa réaction...


- Peux-tu accorder respect à l'ombre d'un désir, petit bélier?

Fernand porta la main à l'un de ses hachoirs, puis haussa les épaules.

- sans doute n'est-ce pas plus plus illusoire que le désir d'une ombre....

D'une main, il saisit le lardon. Puis il se releva, s'approcha d'une vasque qui contenait un fond d'eau consacrée, tant souillée par doigts crochus et fronts coupables, qu'elle eut pu prendre la teinte du sang et du goudron.
D'un geste de sa large paluche il fit gicler une part de l'eau sale hors de la conque sculptée et posa l'avorton dans le fond humide..


Je te baptise, Chaos.
Puisses-tu vivre ou mourir sans incertitude.

L'aveugle tout prêt cracha sur le front de l'enfant.
Ainsi soit-il... ajouta-t-il avec un sourire fou.
Sans accorder plus d'attention au nouveau squatteur de bernicle des lieux, ni au vieux baveux, Fernand poursuivit son chemin dans la poisse, les sens aux aguets...

Blanca_corvinus a écrit:
Une fumée épaisse commençait à se répandre partout. Blanca dut s'arrêter, les poumons en feu et se mit à tousser violemment. Elle sentit alors une main l'agripper par le bras et la tirer en arrière. Se retournant elle vit le visage de son puant qui ne trouvait rien de mieux à faire que de l'enguirlander pour changer.

Mais...

Elle n'eut rien le temps de dire d'autre que déjà il l'entraînait vers la travée. Elle jeta un dernier regard vers le banc où se tenaient Oberthur, Fredyanne et Jean de Bien quelques minutes plus tôt, mais un épais nuage de fumée lui obscurcit la vue.

Elle suivit donc son Raoul, qui tenait fermement leur fils sous le bras, en train de brailler, et ils disparurent bientôt par un escalier, engloutis dans le sol de la cathédrale de Besançon.

Fernand a écrit:
Au carrefour de l'Hydre, les actes manqués sont légions et s'y affrontent aux excès. Ils le leur disputent souvent en nombre et aussi en brindilles dans l'arbre des possibles.
Il mit un temps interminable avant de crever à nouveau la fumée et de déboucher à l'air libre. Il tenait un sac de toile grossière plat et souple dans ses mains.


- Tu les as trouvées?


Fernand acquiesça.

- Évidemment.

Les doigts de l'aveugle se contractèrent. Fernand le remarqua et lui fourra avec rudesse le sac dans les bras.
Il s'approcha de barramine, l'attrapa par un bras, tira et se redressa après l'avoir fait basculer par dessus son épaule dans un effort qui lui arracha un grognement.


- Ce bougre a bon appétit, ma parole.....

Il sortirent et s'éloignèrent en se mêlant à la foule. La charrette les attendait. Ils ne tardèrent pas à disparaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 12:41

Question: Y'a quoi dans le sac? Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 23:29

J'en ai foutrement aucune idée.....

Une paire de botte, peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 23:37

J'ai cru que c'était le mouflet de la Blanca ^^
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus   Dim 3 Juil - 23:49

Nan, y avait bien celui de l'autre, là, mais je l'ai laissé dans le bénitier.
Revenir en haut Aller en bas
 
Baptême et Couronnement - Blanca Corvinus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: