L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Mystère de la Jambe de Bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Le Mystère de la Jambe de Bois   Mer 8 Juin - 9:18

Au Commencement ...


Dernière édition par Barramine le Mer 8 Juin - 9:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Le Mystère de la Jambe de Bois   Mer 8 Juin - 9:19

Citation :
La vie est une chienne !!! Un peu comme l'administration, on a beau la baiser à sa façon, parfois c'est elle qui vous baise ...

Et la pour le coup la vie avait joué un rôle certain dans l'histoire qui nous concerne, mais il n'y avait pas qu'elle ...

Barramine Dacier, Patriarche de la Famille Dacier, Ex-Lieutenant, Sergent, Douanier, Maréchal, Membre du CM vieux soldat, loup de mer et accessoirement pilier de bar de Rieux, avait, par la force des choses été obligé de remettre le couvert.

Il fut un temps ou il marchait sur ses deux jambes, fier à bras, il torturait, violait et mettait des gnons à tout ce qui bougeait ... Un jour un événement lui fit tomber un bout de jambe. Sa frangine, Ange42 qui était douée pour tailler toutes sortes d'objets, plutôt le genre qu'on met en bouche, lui offrit une prothèse forestière pour remplacer sa guibolle égarée.
Cette jambe de bois était un peu le soutien pour les soirs de boulasse, le stabilisateur des pentes un peu ... pentues et un accessoire diversement utilisable et utilisé.

Mais ne nous égarons pas ... Après un Tour de France en compagnie de son vieil ami Bill, il avait échoué dans ce trou à Rat qu'on appelle Pontarlier.

Un beau village ma foi mais autant peuplé en âmes qui vive que sa toison pubienne ...
Et pourtant, y'avait des tavernes ... Vides ... Mais y'avait des tavernes ...

L'une d'entre elles avait éveillé sa curiosité ... Elle s'appelait La Grosse Bêbête ... Un nom plein de promesses pour un programme tout aussi prometteur ...

Après avoir boulotté quelques mouflets pour le repas de fin d'après-midi, Barramine se dirigea vers la sus-nommé Grosse Bêbête ...

La taverne en question payait po de mine et ressemblait plus aux tavernes de campagne que ses troufions installaient sur les champs de bataille pour abreuver les troupes après une bonne journée d'exactions.

Barramine poussa le rideau d'entrée et entra dans le Bouge. Ca manquait pas de classe ... Un renard mort cloué sur une porte ...
Le vieux soldat était assez porté sur l'art pictural et cette nature morte n'était pas sans l'émouvoir ...
Dans la salle principale tronait une planche sur un tréteau et quelques caisses servaient de repose-postérieur.

Il s'installa tranquillement sur une chaise, dévissa sa jambe de bois et commença à cogner sur le fût vide qui semblait servir de boit-debout ...

Whoooooooooooooooooooooo y'a un zigue dans ce bastringue ????

Pas de réponse ...

Ce bled était décidément le dernier endroit ou il aurait du venir se fourrer ...

Il s'allongea à son aise et attendit que la tavernière ou le moindre grouillot de service passe lui offrir un ravitaillement pour son foie desséché ... Avec les intérêts pour l'accueil ...
Revenir en haut Aller en bas
labaronne

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Pelleteuse, arracheuse de dents

MessageSujet: Re: Le Mystère de la Jambe de Bois   Ven 10 Juin - 21:34

Bastian_afana a écrit:
[rp]La grosse bébête. 19:30 Heure de l'apéro pré dinatoire[/rp]

Aqwa rentre dans la taverne de l'Hydre d'un bon coup de pied dans la porte. Il se dirige vers le comptoir pour prendre sa bière. Vu qu'il n'y avait personne, il passa donc derrière le comptoir et se remplit un cubi de binouze. Ca évitera les aller retours.

Il y avait quelque chose de changer dans la taverne. C'est ça. Une odeur. Enfin une odeur. On pouvait le dire, ca empestait le bois pourri. Il regarda autour de lui et aperçut l'estranger. Il s'approcha de lui et le dévisagea. Non, cette gueule là ne lui disait rien. Puis il s'assit la table en face du vieux briscard.


Salut l'éclopé.. Dis moi, j'ai jamais ta trogne ici auparavant... Je te préviens, y'a rien à foutre dans ce patelin de dégénérés. Et tout ce qui ressemble à une jouvencelle, même de très loin, à 100 lieux à la ronde, a déjà été vaillamment ramoné..
Ah oui, j'oubliais la politesse.. Je suis Aqwa.. De l'Hydre.. Pour vous desservir.
fit il avant de se prendre une longue gorgée.


Barramine a écrit:
Barramine était profondément assoupi quand un freluquet fit son entrée dans le bouge qui servait de taverne.

Citation :

Salut l'éclopé.. Dis moi, j'ai jamais ta trogne ici auparavant... Je te préviens, y'a rien à foutre dans ce patelin de dégénérés. Et tout ce qui ressemble à une jouvencelle, même de très loin, à 100 lieux à la ronde, a déjà été vaillamment ramoné..
Ah oui, j'oubliais la politesse.. Je suis Aqwa.. De l'Hydre.. Pour vous desservir

En parlant de me desservir, commence par remplir mon godet l'affreux, avant que ma baguette de sourcier te parvienne à travers la pomme !!! Et évite l'eau ça m'fait rouiller ...

Moi, c'est Barramine Dacier ... de Rieux, j't'épargne mon pedigree, t'es trop jeune pour une vachette pour avoir connu cette époque la ...

En tout cas ça fait plaisir de voir une âme qui vive ... Dis-moi je cherche Helmuts ... Tu l'aurais pas vue par hasard vu qu't'aurais au conditionnel tringlé mères et filles de ce bled?


Ce bouffe la rouille avait l'air fort sympathique, mais Barramine ne pouvait s'empêcher de se méfier ... Les gens sympathiques ça le faisait flipper ...


Mahaud a écrit:
[La Grosse Bébête, quelques minutes plus tard ]


Un tonneau qui roule n'amasse pas mousse. Que dire alors d'un tonneau de mousse qui roule ?
Méditons là-dessus pendant que Mahaud roule le tonneau de binouze jusqu'au comptoir.

Il y a assis là un homme qu'elle ne connaît pas et Aqwa qui ne joue pas mal son rôle d'accorte soubrette et fait le service.


- Désolée. J'ai laissé la taverne seule un moment le temps de quérir de quoi étancher la soif des outres qui peuplent cette taverne - elle se frotte les mains couvertes de terre pour tenter de les nettoyer, veut en tendre une à l'homme, hésite, se ravise et les frotte à nouveau - Bonjour étranger ! Je suis Mahaud. - coup d'oeil à Aqwa accompagné d'un léger hochement de tête en direction de l'homme, qui veut dire " C'est qui lui ?" ; c'est pas qu'elle soit méfiante mais elle se demande toujours si le bois ne cache pas la forêt - Tiens - elle prend un gobelet et le tend à Aqwa - sers-moi une rasade, je suis à sec ! - elle avise un tabouret en face de l'homme, de l'autre côté de la table, et s'y assied - Alors, dites un peu, vous êtes de passage ici ?



Barramine a écrit:
Barramine l'était po farouche ... Par contre une tavernière ... Il avait pas l'habitude ....

Avant de causer j'boirais bien un coup ...

Il s'enfila donc un godet histoire de ré-humidifier ses raisins secs ...


Comme tu peux l'voir chui bien d'passage ... En fait j'aime po tringler deux fois la même rombière ... Du coup ça m'oblige à voir du pays ... D'ailleurs j'crois pas qu'on s'soye déjà croisés?

Sinon simplet la-bas il a perdu sa langue ou il est juste abruti?


L''Barramine il était un peu acariâtre mais surtout un peu aigri en fait ...



Labaronne a écrit:
[Par l'odeur, alléchée ...]

Elle poussa la porte d'entrée d'un coup de sabot. Le battant obtempera, car rien ne lui résistait jamais. Un pas en avant. Labaronne de l'Hydre pénétra la "Grosse Bêbête". Une pelle accrochée à chacune de ses hanches, un halot de lumière éclairait son regard.

Ouinnn ... ouin ... ouin ... ouiiiiiiiiin ! *

Silence. Lentement elle se dirigea vers le comptoir, le bruit de ses sabots de sport résonnait sur le plancher crasseux. Une fois accoudée, une main posée sur la garde de sa pelle, Labaronne commanda son repas.

Mahaud ? Une pinte d'alcool de cailloux ... s'te'plait.

Elle Balaya la salle d'un regard, aperçu Aqwa et le salua d'un signe du menton. Puis vit l'étranger. Elle plissa les yeux. Les emmerdes allaient surement commencer, comme à chaque arrivée d'étranger. Et celui là, avait l'air particulièrement chargé en la matière.

*Bruit d'harmonica, c'est pas facile à écrire le bruit de l'harmonica !!


Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Le Mystère de la Jambe de Bois   Ven 24 Juin - 4:34

Barramine a écrit:

Barramine, en plus d'être exceptionnellement acariâtre avait comme autre qualité l'impatience ...

Hooooooooooooooo la tavernière, tu vas tu bouger ton postérieur pour me servir un godet ou faut que j'vienne me servir à la source? Par contre j'te préviens de suite, j'ai 8 doigts calleux donc tu vas te souvenir longtemps !!!

Puis Barramine se tourna vers Aqwa et Labaronne:

Et vous deux au lieu de vous faire des minauderies, vous pourriez pas vous rendre utile ??? C'est comme ça l'hospitalité dans ce bled moisi ??? Filez moi à rincette bande de bons à rien avant que j'me fache et que j'vous colle des dommages et des intérêts pour non-assistance à personne en état de sobriété !!!

Grobouille a écrit:
Grobouille était arrivé à Pontarlier depuis peu ... en effet il s'était laissé dire que la pêche était excellente là-bas ...du" Crôo poisson "qu'ils avaient dit !
"Ambiance chaleureuse et présence accrue" qu'ils avaient dit encore...
Il les avait tous crus ces beaux parleurs !

Alors... Grobouille s'est installé à Pontarlier !
Mais depuis son arrivée il s'ennuie...

Du Crôo poisson, pas vu.... un Crôo port non plus...
les tavernes toutes éteintes aucune lueur...
Tiens ! sauf celle-là on croirait bien qu'il y a de la vie par ici ! Un bon godet derrière la cravate lui fera le plus grand bien !

Allez Grobouille rentre là d'dans et dit bonjour aux Dames !...s'il y en a !
Peut-être même que tu te trouveras une petite bougresse...va savoir...


Sous ses airs de combattant, Grobouille est un peu timide... mais juste un peu car faut pas l'agacer...
il poussa donc la porte ...


B'soir Dames et Messires !

Il scruta les visages, difficile avec cette pâle lueur... mais ne reconnut personne...
Par contre cette voix tonitruante il l'a reconnait ! mais oui ! c'est l'homme avec qui il a finit sa route !

Salut l'ami ! tu te souviens de moi ?
Tavernière 2 godets s'il vous plait ! Enfin quelqu'un à qui parler !


Bien sûr il avait aperçu la gente féminine mais fallait faire bonne figure avant que de les interpeller ... il engagera plus tard... il a dit bonjour c'est déjà beaucoup pour lui !^^

Barramine a écrit:
Barramine vit entrer le susnommé Grobouille ... Il avait fait un bout de chemin avec lui et ma foi il était pas désagréable de sa personne contrairement au ramassis de consanguins qui peuplaient ce village.

Salutations vieux pirate !!!! Alors t'as réussi à descendre de la charrette finalement? C'est sur qu'avec un coussinet comme le tien ça doit po être évident de sauter de haut ... D'ailleurs merci pour le godet, ça compensera le deuxième siège que tu me devais sur la charrette ...

Bon t'as vu c'est mort ici, y'a pas un rat pour rattraper l'autre ... J'ai bien trouvé une morte sur le bord de la route mais à part ça que dalle ...

T'aurais pas une rombière à présenter par hasard paske ici faut po compter sur la tenancière pour aller compter fleurettes aux serveuse ....

Dans le doute si on a rien à croquer, je te propose qu'on se mette une boulasse pour fêter nos retrouvailles?

Grobouille a écrit:
Ah ! l'homme l'a reconnu ! tant mieux mais bon v'la qui r'commence à le traiter de gros ! un tantinet désagréable le bancalou !... Grobouille avait pourtant pris le temps de lui expliquer qu'il n'y a que sa bouille de ronde !! Cà sert à quoi d'expliquer je vous le demande...
Bon on va pas se fâcher alors que les godets nous attendent...
Il soupire ...mais d'une façon absolument discrète... juste pour laisser passer sa quantité minimale d'énervement...
il en profite pour aller jusqu'au tonneau et remplit un pichet...çà calme... sert les godets puis s’assied en face de l'homme de bois... et ... un peu hypocrite lui réponds:

Content de te voir ! Enfin une âme qui vive ici ! enfin...qui vive ...dans ton état je dirais survive plutôt ! (et tac! çà c'est pour le gros !)

Une rombière ?? eh bé moi qui comptais sur toi pour me présenter une bonne bougresse !

Il jette un regard du côté des "fumelles"...z' ont l'air d'être endormies...tant mieux elles n''entendront pas leur conversation de mâles... vaut mieux pas parfois...

Une bonne boulasse ? ben tiens la bonne idée ! Y'a pas de mal à se faire du bien !

Sa dernière réflexion le laisse penseur... impossible dans ce trou de se faire du bien si c'est pas malheureux ! même pas une catin ! que des emplumées intouchables poussant des gloussements de bonnes femmes en chaleur en criant au scandale !

Tiens en parlant de se faire du bien ... une bonne catin m'irait bien ! Même pas vu l'ombre d'une, juste des effarouchées intouchables ..et toi ?
Rien que d'en parler l'Grobouille est tout émoustillé et il se surprend à mater avec insistance les femmes qui ne font même pas attention à lui...

Barramine a écrit:
Il était bien tôt pour se prendre une boulasse, mais bon les règles étaient faites pour être transgressées et notamment celles concernant l'hygiène chez Barramine.

Bah file ton godet vieux pirate et bois à ma santé !!!

Ceci dit, Barramine empoigna Grosbouille et l'allongea sous un fut. D'un coup de pilon avec sa jambe de bois dans l'fut, il y ouvrit une brèche et ouvrit la goule de son camarade pour le rincer.

Et n'en perds pas une goutte ou j'te botte l'arrière !!!!

Le Grosbouille ça s'sentait qu'il avait du tonneau car une descente aussi prestigieuse aurait fait pâlir n'importe quel glisseur sur spatule helvétique ...

Barramine le vira de sa place et s'en colla quelques litres


Bon nous vl'a saouls ... Maintenant on est en état de séduire ...

Il s'approcha donc de la troupe de damoiselles accoudées à la planche qui servait de bar en compagnie de Grobouille et s'exclama:


Salut les donzelles !!! Z'auriez pas des copines un peu aventureuses qui rêveraient de donner dans l'entomologie? On héberge plein de grosses bêbêtes sympas qu'on voudrait faire étudier d'près ???
Revenir en haut Aller en bas
Barramine

avatar


Compétences
Force: de l'âge
Capitaine: Non
Fonctions: Jambe de Bois

MessageSujet: Re: Le Mystère de la Jambe de Bois   Dim 3 Juil - 11:58

Je fais une sauvegarde de la chose ... C'est collector ... Smile

Labaronne a écrit:
En voilà du vulgaires. En voilà qui sentent fort de la bouche.

Labaronne ne bougeait pas d'un iota. Elle regardait le Grosbouille, le bien nommé, Le Barramine, le boiteux. Elle commençait à savourer les biens fait de son petit déjeuner. Elle avait avalé son alcool de cailloux et déjà son estomac se tordait ; c'était là son secret, son secret de mauvaise humeur.

Labaronne haussa un sourcil. Des copines, ils voulaient qu'elle lui présente des copines ... Elle allait lui en présenter !! Elle posa une main sur chacune de ses pelles
.

Hommes ... j'vous présente Black et Decker. Mes copines.

Elle appuya sur les manches afin de parfaire les présentations.

Son estomac hurlait à la mort. Un gout aigre, acide envahissait sa bouche -oui elle aussi sentait fort de là- qu'elle ouvrit afin de faire un courant d'air.

Des bêbêtes ? Vous nous avez pris pour des dompteuses ? des saltimbanques ? mmmmh ...

Elle se gratte le menton, puis une tempe, l'air pensif.

Mes copines sont aventureuses comme tu le demandes. Une petite démonstration ?

Labaronne dégaina ses pelles et commença, du bout des doigts, à décrire l'objet avec soins.

Voyez ce manche sculpté ! du grand art. Il permet de perforer, pénétrer. Vous voyez de quoi je parle ? Et là, à cet endroit, ça applatit, raccourcit, ramasse, creuse.

Petit exemple ...


Elle s'écarta du comptoir et tituba avec panache vers le centre de la taverne.

Il me faudrait un volontaire. Vous n'auriez pas une bêbête à me confier ?

Barramine a écrit:
Il y'avait un truc qui l'excitait Barramine, c'était les gonzelles qui savaient prendre les choses en main ... Et pour le coup, Labaronne elle le faisait des deux mains ...

Barramine pas dégonflé pour un sou s'avança et délaça subrepticement son falzar afin de laisser apparaitre une touffe de poils ... La population locale ravie de pouvoir quitter cet enfer sans nom s'échappa vers la lumière, sans se douter du funeste sort qui les attendait.

Après s'être gavés pendant quelques années, les morbacks étaient arrivés à un poids adulte et représentaient donc une cible de choix pour les frappes supposées chirurgicales de la pelle-teuse.


Bon alors on y va? Tu nous mont' ton art ou tu comptes nous brosser un état d'l'art de l'utilisation de la pelle en milieu phtyriasistique depuis Jéruthalem?


Puis Barramine se tourna vers Grosbouille:


Et toi ventraterre, fais montrer tes Phtirius Inguinalis de compète à la Dame !!! Elle a besoin de cibles !!!

Nufilen a écrit:
Un jambe de bois, une jambe de bois, une jambes de bois. Nufilen ne se souvenait que de ça ! Il n'avait pas dormis depuis des jours et des cernes violacées entouraient ses yeux. Il avait posté des gardes épiscopaux dans toutes les villes de son évêché avec un mot d'ordre : trouvez moi un maraud avec une jambe de bois. Et on l'avait trouvé ! L'abruti se cachait à Pontarlier. On le filait et l'on savait ou il se trouvait. L’archevêque avait sauté sur son cheval et s'était rendu avec 20 des 35 gardes du palais à Pontarlier ou 15 autres soldats lourdement armés s'était joints à la troupe. Le roux portait une soutane mauve et une barrette de même, il avait vêtu une longue cape verte et mauve et marchait à présent vers la taverne ou l'on lui avait indiqué la présence de celui qui était lié à la destruction d'une partie de sa cathédrale. Les hommes étaient silencieux et l’évêque ordonna au commandant de la garde de faire encercler l'établissement par la moitié du contingent. Il prit le capitaine et 4 hommes et entra dans la taverne. Quelle puanteur ! Il avait beau être né de basse extraction, le prêtre porta un mouchoir à son nez pour ne pas rendre. La jambe de bois ! Elle était là, attachée à un homme et en discussion. Nufilen eut un sourire carnassier et désigna l'homme à la jambe de bois.

Commandant ! Faites évacuer l'établissement sauf cet homme. Nous avons à parler. Après ça, vous restez avec moi et 4 de vos hommes ici et personne n'entre ni ne sort sans mon ordre expresse : pas même le pape, si il y en avait un. Trouvez et dédommagez le propriétaire pour la gène occasionnée.

Alors, sur signal du commandant, le reste de la garde qui n'encerclait pas la taverne entra par toutes les issues et en 30 secondes tous les occupants de l'établissement sauf Nufilen, l'homme à la jambe de bois, le Commandant et 4 gardes robustes et très bien armés, furent conduits dans la rue et toutes les issues furent doublement gardées : même le souterrain secret dont personne n'avait la connaissance et qui aurait pu permettre à l'homme de s'échapper et le toit ou il aurait put utiliser un vol de cigogne pour s'enfuir. L'on trouva à proximité de la taverne de la poudre que l'on éloigna et dans l'établissement des armes et des explosifs qui furent aussi éloignés. Une fois cela fait, Nufilen se défit de sa cape et se tourna vers le boiteux. Le capitaine restait tout prés de l’évêque et les quatre gardes s'approchèrent. Enfin, le roux allait pouvoir faire châtier ceux qui avaient réduit en morceaux sa cathédrale.

Nous n'avons pas été présenté mon fils. Je suis Nufilen, et vous vous êtes suspect dans l'affaire de l'explosion de ma cathédrale.

Dit-il à l'homme.

Labaronne a écrit:
Elle regardait les deux hommes. Tous deux les braies sur les chevilles, exposant, à qui voulait bien le voir, leurs ménageries.

Oulààààà ... j'ai demandé qu'une seule bêbête !! il se trouve que vous possédez chacun une dynastie entière de ces petits z'animaux, à la chaleur de vos fondements.

Elle se pencha afin d'oberver un peu mieux.

R'marquez, z'ont pas l'air maltraités...

C'est à ce moment là qu'un curé fit irruption dans la taverne hydrique. Un curé ??? Des gardes l'attrapèrent, elle, Mahaud ainsi que Grosbouille, et le jetèrent à l'extérieur de LEUR établissement. Le cul sur la poussière, elle n'en revenait pas. Elle regardait Mahaud et Grosbouille. ce dernier avait encore ses braies baissées.

Bon ... bon bon bon. Là je crois qu'il va falloir sévir.

Elle se remit sur ses jambes. Elle avait encore Black et Decker dans les mains dont elle ajusta sa prise.

M'sieur ... remontez vos braies s'il vous plait. Vos bêbêtes sont bien trop adorables à coté de ses vraies grosses loques que sont ces soldats. Et certainement bien plus malines. J'vais vous montrer ...

A gros efforts de moulinets des bras, au bout desquels se trouvaient ses pelles à gencives, Labaronne fit un véritable carnage : Une scène incroyable se déroula devant la taverne. Les molaires volaient, au milieu de quelques attributs masculins, quelques appendices type nez, oreille ... un liquide rouge apportait la touche de couleur. Pour le son, les "tchack" les "ouilles" les "aaargh" donnait un rythme fou ... Le combat dura quelques instants, Labaronne souriait, des perles de sang sur son visage, l'odeur de chair fraiche, tout cela l'excitait incroyablement.

Bien ! ça c'est fait ! On rentre ? j'ai horreur qu'on vienne m'ennuier pendant mon repas. Ca me rend nerveuse, surtout quand c'est un curé. Ces gens sont insupportables je trouve.

Elle se dirigea vers l'établissement, et entra à nouveau.

Dites vous ! on est pas chez les Spartes ici ... alors vous sortez de là, j'ai pas fini mon petit dej. Zou !! du vent ... de la pelle ... ou j'me fache !!! Hop hop hop ! c'est pas un endroit pour les culs bénis ici, d'ailleurs c'est interdit. Ici on accepte que les ....

Elle regarda Barramine, la jambe de bois, les bêbêtes ...

... les culs ... euh ... nan. Enfin bref. Vous sortez ou je vais vous faire mal, et comme j'en ai vraiment envie, je ne vous conseillerai que trop de filer.

Soudain, elle y repensa : Lab, t'es trop gentille ... Lab, tu devrai faire un stage de cruauté ... Lab ... t'es con.

Elle regarda le curé droit dans les yeux, en se demandant si elle devait pas lui en coller une ...

Nufilen a écrit:
Et le commandant de la garde, toujours prés de Nufilen et dans un désir de le protéger, asséna un grand coup de garde d'épée sur la nuque de la dame qu'ils ne connaissaient pas. Cette dernière tomba dans les vapes alors que les gardes qui l'avaient laissé entrer par peur de la blesser vinrent lui lier pieds et poings. Nufilen, après cet intermède se retourna vers son interlocuteur.

Donc, vous êtes ?

Au vu de cet incident, on partit appeler de l'aide et aviser des meurtres commis par la dame sur le personnel de l’évêché. 10 gardes de l’évêque en plus furent mobilisé et conduits à la taverne, les éventuelles armes furent confisqués et les personnes en état de l'être, dispersées. Seule restait la dame qui avait tué 2 gardes, désarmée et ligotée, sous bonne garde, on s'en occuperait en temps et en heure.

--Ratvachol a écrit:


NulenFun*, tombé dans un tonneau de basse vinasse fermentée, avait fini par boire la tasse...

Le voici donc tiraillé par son Esprit Essentiel enfouit au bout de ses doigts.
Et par sa nullité à imaginer traduire son dépit en une valse harmonieuse que tricoterait sa réincarnation en cette ère moyenâgeuse...
Le voilà dans son délire à pisser du vinaigre et imaginer les Saintes Armées des Royaumes surgir pour prêter main forte à sa profonde solitude...

Ici surgirent du néant cinq... non...vingt.
Vingt ?
Pas assez, ça! Quitte à être Gros Bill....
Dix milles Soldats.... ne soyons point ladre.
Et féroces, les soldats siouplait !


Et après cela, on s'étonnera qu'un rat puisse penser.
Ou même prendre la parole?
Crouiiiiiiii......
La preuve que oui !

Car les capacités d'adaptation d'un incarné rat hydriquement domestiqué sont bien plus évoluées que celui d'un évêque de Tristote.


*Traduction libre du langage ratus.

Barramine a écrit:
L'entrée des gardes avait été quelque peu fracassante. Dans le feu de l'irruption, Barramine avait comme qui dirait volé ...

Depuis l'épisode de la cathédrale, il avait tendance à tomber dans les pommes au moindre choc ...

Le temps de reprendre ses esprits, il vit l'curé demander à ses gardes de ficeler Labaronne. Cette dernière était couverte de sang et semblait en colère.

Il se tourna vers le Nufilendreux et remonta ses braies un petit sourire narquois au bord des lèvres.


Alors l'cur'ton, paraitrait que tu me cherches? Désolé d' t'imposer la vue de mon auguste instrument mais si les Comtois se trouvent complexés, c'était po la peine d'envoyer la garde ... J'aurais pu remballer la marchandise tout seul ...

Nufilen a écrit:

Nous n'avons pas été présenté mon fils. Je suis Nufilen, et vous vous êtes suspect dans l'affaire de l'explosion de ma cathédrale.
Dit-il à l'homme.

Alors jusqu'à preuve du contraire chui po ton fils et la seule paire que je reconnais c'est la mienne !!!

Chui suspect dans une explosion de cathédrale ... Très bien votre Horreur !!! Ca f'sait longtemps que je m'étais pas fait sus-pecter ...

Z'avez des preuves pour ces allégations? Z'avez du témoin? Paske moi j'me souviens de rien ... Un choc à la tête ... Et hop l'amnésie ..

Je ne suis qu'une victime collatérale ... J'ai rien fait, j'ai rien vu ...


Barramine dégaina sa Zweïhander, cette dernière lui assurait un cercle de survie de 7 pieds. Il la posa sur la table en direction des soudards ...


Bon du coup, j'connais un peu la justice locale et pour avoir été moi même Lieutenant de Police, j'me doute que ça sent l'instruction à charge, j'dirais même que ça sent l'bouc ... L'bouc émissaire, celui qui finit sur une broche avant même d'avoir eu l'temps couiner son innocence ...

La différence entre moi et le bouc, c'est po les cornes,
dit-il en montrant les cornes sur son casque de Viking récupéré lors d'une escarmouche en mer ...

La différence, c'est que dans l'cas d'espèce l'bouc est armé et dur au mal ...

J'ai ben l'impression que nous v'la dans une impasse ...

Alors maintenant qu'on a fait les présentations et qu'on s'l'est comparée, si tu m'racontais c'que t'attendant d'moi l'cul-béni?

Fernand a écrit:
SCrrroootchhh!!!
- Et de trois!
- C'est de la triche, vous avez deux lames.
- Oui, mais le premier, je l'ai eu à coup de bottes...


Le bruit d'une pastèque qu'on fend quand elle est bien mure est très caractéristique. Le bruit d'un crane qui subit le même traitement l'est tout autant. Particulièrement avec les têtes de douaniers ou de gardes qui sont connues pour être pleines d'eau.


Fernand retira Niconelle du casque d'un planton cloué à la porte puis marcha sur un second qui gisait sur le dos au sens littéral du terme en ceci qu'il posa son pied dessus... afin d'extraire primprenas de son sternum.
C'est ainsi qu'il avait nommés ses deux hachoirs... pour la journée en tout cas... Il n'était pas sentimental.


Derrière lui, le Sergent La Fouine fouaillait les tripes de son deuxième homme avec sa hallebarde rouillée mais au tranchant toujours aiguisé, et l'Ours mâchait la jambe qu'il venait d'arracher à un autre garde épiscopal qui en état de choc observait la goinfrerie du plantigrade avec un air ahuris.

Une fois passé le premier instant d'effroi, une peur plus saine et plus glaciale s'était installée dans le bas-ventre de la garde partiellement décimée. Les soldats se regroupaient maintenant devant la porte de la taverne en reculant avec prudence. Sortant d'un peu partout, des cavaliers de l'Hydre s'avançèrent et encerclèrent les gardes survivants.

Fernand essuya ses lames contre ses cuisses et s'essaya à un sourire engageant, ce qui le rendait particulièrement monstrueux.

- Messieurs, messieurs, Nous sommes, je crois partis du mauvais pied, il fait si beau aujourd'hui!
Excusez-moi un instant, je vous prie, je dois dire quelque chose à mes amis....

Il se tourna vers le sergent qui le rejoignait après avoir glissé dans sa besace trois mètres de boyaux intacts. Le sergent savait faire des tas de choses avec un tout petit rien....
- Dîtes-moi, Sergent, j'avais prévu de dire quelque chose, vous vous souvenez ce que c'était?
- Il était question de massacre ou de boucherie, non? ou quelque chose comme ça... ...
- Ah oui....

Il brandit un hachoir... aucun moyen de se souvenir du quel il s'agissait. Le premier s'appelait Coupe... et le deuxième aussi....
- Allons les amis... égorgez-moi tout ça! je paie une bière au prochain qui empale l'évèque!
- Pourquoi le prochain?
demanda un cavalier derrière lui en tâtant la pointe émoussée d'un pieu en bois vermoulu
- Regardez-le.... il y a peu de chance que ce soit son baptême dans le genre.....

Pourvu que ça saigne.....*


* disait un gars de chez nous avant d'être exaucé...

Nufilen a écrit:
Un garde venait de faire un rapport au capitaine : dehors, un homme affabulait en tapotant le ventre d'un épiscopal avec un bâton et en hurlant des insanités sur 'empaler l’évêque', il avait été maîtrisé et ligoté avec la dame, car il était impossible que si peu de temps après leur arrivée, une troupe ai convergé vers la ville et ai passé les portes sans autre procès. Une fois que Nufilen eut signifié que cela ne l’intéressait pas, il se retourna vers l'homme.

Ce que je vous veut ? Vous rentrez, vous sortez, ma cathédrale explose. J'aimerais savoir qui a fait ça, pourquoi il l'a fait et comment. Et ne croyez pas m’impressionner avec votre coupe papier, on vous enfermera dedans et on mettra le feu à ce bouge si il le faut, car voyez vous, je suis passablement énervé des évènements de cette dernière semaine.

Or donc : Qui, Comment et Pourquoi ?

Kreems a écrit:
kreems se reposait tranquillement dans sa propriété située dans la même rue que la taverne hydrique. Cette proximité avec le lieu de débauche faisait que de nombreux hydreux venait y dormir. Une bande de pseudo soldat menés par un cureton avait foutu un sacré bordel réveillant tout le monde dans la rue et vidant la taverne de semble-il tous ses occupant.
De sa fenêtre kreems vit Lab soigneusement dépecer les soldats présents dans la ruelle puis elle entra dans l'antre.
Enfin un peu d'animation se dit-il.
De nouveaux gardes vinrent en renfort, à peine arrivée fernand les réduisit au silence.
Kreems hésitait à participer au festivités, sa feinéantise légendaire d'une part et sa confiance en lab, fernand et les autres d'autre part l'incitait à rester spectateur.
C'était sans compter l'amour de kreems pour la bière et pour la boite à friandise, il entendit fernand promettre une bierre en échange du remplissage du cul-béni.
Ni une ni deux, kreems fonça dans la rue bousculant tout le monde sur son passage, il fracassa la porte de la taverne d'un coup de pied. Une fois à l'interieur, il égorgea d'un geste le garde préset dans l'entrée puis sans lui laisser le temps de réagir, il plaça la lame de sa dague sur la gorge du curé et hurla:



- personne ne bouge ou je le tue surplace! Le curé va venir avec moi!!!


kreems sorti de la taverne en trainant le curé tremblotant, les soldat restant ne pouvant pas agir tant qu'il était son otage.
Il emmena l'homme en robe dans sa propriété.


Voici ma cave, elle est belle hein? Je l'ai aménagé spécialement pour mes soirées privées ... Tu peux crier les murs sont épais et puis ça m'exite!


Sans tarder il attacha le cul-béni sur la croix de saint andré et lui fit subir les pires outrages.

Ah, dit chérie ah joue moi z'en !! De la trompèteeuxx...!!

Chanta kreems a tue tête, pensant à la bierre qu'il avait gagné!

Nufilen a écrit:
Décidément, il était impressionnant de voir ce qu'il y avait comme affabulateurs qui se prenait pour des ninjas surpuissants ! Tous des soûlards sans doute sous l'emprise de la boisson ou de quelque autre drogue, celui là aussi fut maîtrisé après être rentré, titubant, et s'être écroulé sur le garde en hurlant des propos décousus sur une 'chérie'. Le boiteux, lui, restait silencieux.

[hrp]Le pourrissage en règle de ce RP a pour but de montrer aux joueur de l'Hydre à quel point il est facile d'embêter HRP des joueurs qui n'avaient rien demandé, il est aussi très facile de faire des choses impossibles visiblement. Et si il n'y a pas un minimum de respect pour les joueurs d'en face, n'importe qui peut faire n'importe quoi car visiblement la censure n'est pas prévue pour ça. La seule limite étant de tuer le personnage, ce qui me paraît ténu...[/hrp]

Kreems a écrit:
la douleur occasionnée par une heure d'assault plus violent les uns que les autres a eu raison de la raison du prêtre.
Il niait l'évidence, il hurlait a des gardes imaginaires de s'emparer de kreems.
Malheureusement, l'ancien soldat redoublait de violence et le prêtre ne pu retenir ses larmes.


La trompèèteux, joue moi z'en! T'es gardes ne viendront pas, alors va falloir être gentil avec tonton! C'est que mes amis venir et ils sont encore plus cruel que moi.

Fernand a écrit:
Les gardes se réduisaient maintenant à une poignée qui reculaient contre la porte de la taverne. Le chemin était jonché de cadavres. Il faut dire que les fonctionnaires de l'homme en robe ne valaient pas grand chose au combat.

L'un d'eux s'était crânement avancé vers Fernand avec une corde. Interdit, Fernand avait suivi sans broncher le manège de l'homme. Ce dernier tenta de lui saisir les poignets pour l'attacher....

- Ça alors, mon gars.. mais tu n'y penses pas?
- Vous êtes arrêté et ligoté! N'opposez pas de résistance ! Je suis plus nombreux que vous!
- ça alors, il y en a, ils sont pas croyables....


Le garde trépigna sur place et cria d'une voix aigue :

-Vous ne devez pas parler! Vous n'êtes même pas là, c'est mon évèque qui me l'a dit, vous ne pouvez rien me faire, arrêtez de bouger ou....
- SCrrroootchhh!!!
- Ces amateurs....
cracha Fernand en secouant son hachoir, pas celui qui s'appelait "massacre" l'autre, mais il avait oublié....
Pas loin de lui, Kreems semblait être en but au même genre d'opposant, dénué de sens commun, pour ne pas dire de substance.


-Tranchez ferme, mes gorets! Il faut savoir ce que viennent faire ces casqués dans notre auberge.... Quant au gliseux, ne lui abimez trop le derrière, je veux faire un nouveau sac en peau de fesse d’évêque!!!!!

Labaronne a écrit:
Accoudée au comptoir, Labaronne observait la scène. Elle finissait, comme prévu, son déjeuner. Certains soi disant courageux, avaient tenté de la ligoter. Les fous. Elle les avait réduit au silence. Elle s'essuyait les joues méticuleusement, le sang soldatesque, dont elle s'était maculée, commençait à coaguler. Elle se regarda son image dans le reflet d'une pelle.

Tsss ... suis défigurée ... va falloir que je me lave.

Sa mauvaise humeur grandissait. Elle finit sa dernière gorgée, et sortit de l'établissement hydrique.Kreems emmenait avec lui le curé, et déjà lui remontait la bure jusqu'à la taille. L'homme vociférait des ordres imcompréhensibles, gesticulait dans tous les sens ...

Des soldats étaient arrivés en masse, une bataille s'engageait. Labaronne s'arma de ses pelles, et entra dans la danse.


Hep toi soldat ! viens ici mon tout beau ...

L'homme qui semblait partagé entre venir ou écouter les ordres du curé dément, décida de s'approcher.

Oui m'dame ?
Nan rien, j'ai aucune envie de discuter avec toi.

D'un coup pelle précis, voire chirurgical, elle lui élargi le sourire. Sa bouche s'étendait d'une oreille à l'autre. Les coups amenant d'autres coups, elle décida de taper sur tout ce qui bougeait.

L'avantage des soldats, c'est qu'ils portent tous le même uniforme, il était donc impossible de les confondre avec un de ses camarades.


Haaaaan ! tiens prends ça ... toi on va t'appeler du g'noux maint'nant !! haaaan ... faites venir l'exorciste pour vot' curé ... haaaaan !! ...

Ses pelles volaient dans tous les sens, la botaniste hydrique avait entamé sa moisson. Labaronne trouvait le salue de son ame quand elle prenait son "Ostite". Le curé ne pourrait rien en redire. Elle se demandait si Kreems, une fois son oeuvre terminée, y mettrait le feu ... Elle demanda donc à une de ses victimes agonisantes.

Dites m'sieur, vot' curé comment c'est comment son nom déjà ?... Nifluril ? mmmmh j'crois que c'est ça, oui. Il est anti-inflammatoire ou pas ?
- Glou ...

Kreems a écrit:
Les cris de l'homme résonnaient dans la ville comme un avertissement envers tout ceux qui osent exiger quoi que ce soit de l'hydre.
Kreems fit une pause, ménageant ainsi sa monture.


Tout ça pour un peu de binouze, vois-tu! Bien entendu c'est pas pour me déplaire, c'est mon péché mignon...

le prêtre avait perdu de sa superbe, il n'était plus en mesure d'éxiger, bien au contraire le voici desormais supliant.
Pour s'être trop enflammé le voilà désormais inflammé, à deux doigt de la fissure.
Kreems se mit à la fenêtre d'où il pu appercevoir Labaronne comme a son habitude tranchant habilement les soldats osant se dresser contre elle.


Écoute, vieux débris je vais être magnanime envers toi. Je vais laisser de coté la boite à jeux! Quand les soldats seront mis en fuite, je te ramènerai à la taverne. T'auras le plaisir de rencontrer le reste de la troupe, ils sauront t'accueillir comme il se doit.

Fernand a écrit:
Han!!!
Entrer dans le vif du sujet..... Ce n'est pas toujours très convenable... songeait Fernand en taillant un garde mortifié. Pour retirer l'épaisse lame, il fallait avoir l'habitude. Tout était dans le poignet. Une légère torsion permettait d'écarter légèrement l'os fendu et d'extraire l'acier.
Han!!
Entrer dans le vif du sujet, c'est pour certains un sacerdoce, une exigence vitale, s'objectait-il à lui-même... Il faut savoir faire chier son prochain. C'est un devoir civique, une question d'altruisme, un élan salvateur.
-nnnooooooonnn piiiiiittiiiééééé!!!!
- SCrrrrooootch!!!!

Entrer dans le vif du sujet, c'est toujours plus facile par la porte de derrière souligna un emmerdeur parmi d'autres dans la personnalité multipolaire de Fernand. D'ailleurs, regardez les gars, on y arrive et je crois qu'il n' y a plus rien de vif à investir....
Un dernier garde flancha et s'enfuit en hurlant. Une pique lancée par un cavalier le cueillit dans le dos. Dans l'Hydre, on ne respectait vraiment rien.....
Fernand flanqua un coup de botte dans la porte et entra.
Il régnait dans la grande salle un honorable bordel. On s'était activé à l'intérieur tout aussi bien qu'à l'extérieur.
Labaronne taquinait encore un fantassin à coup de pelle. Quant au cul-de-jatte, fier comme Artaban, il tenait droit sa rapière, mais semblait perplexe.

- Eh bien Barramine? Point d'évêque dans le coin? Pourtant c'est bien ce que nous avait dit le gamin que tu nous as envoyé... Ne me dis pas qu'on a encore investi 10 deniers dans les bonnes oeuvres?
Il vit que la porte de derrière était grande ouverte et se demanda si le religieux avait fui par là. Puis il lui sembla entendre des cris inhumains qui provenaient du cellier de l'auberge. Il regarda Barramine et Labaronne avec un sourire farouche et brailla :
-AAhhhaaaa!! Bande de petit cachotiers... qu'est-ce que vous mitonnez, là en bas, hein? Où est passé kreems?

Entrer dans le vif du sujet, c'est parfois douloureux.... surtout pour le sujet....

Kreems a écrit:
Le coin était redevenu plus calme, on pouvait entendre au loin les pas des soldats qui s'enfuyaient.
Il se tourna vers l'homme en robe, du moins ce qu'il en restait. Il s'approcha de lui et le détacha de la croix, le curé s'effondra au sol complètement abattu.


Lève toi chérie!!! Je t'emmène voir le boiteux.

Le cureton suivit sans résistance, n'étant même plus capable de s'opposer, même pas un embryon de volonté subsitait encore en lui.
Il marchait claudicant devant kreems, ponctuant chaque pas d'un "aie" tonitruant.
Ils arrivèrent rapidement dans la taverne en passant par la porte de derrière restée grande ouverte.
Dans la pièce se tenait fernand, lab et l'invalide à la jambe de bois.
Étrange scène...


Mes hommages madame La Baronne, je crois que le péquin avait des éxigences, je me suis permis d'en discuter un peu plus en profondeur avec lui... Il est un poil plus docile désormais... Enfin bref, le voilà.

On pouvait lire la peur dans le regard du curé, il n'avait pas imaginé une seconde en venant ici qu'il serait aussi durement meutrit dans sa chair et dans son honneur.
Et pourtant le plus dur était à venir...
Kreems recula d'un pas et s'adossa au comptoir, se servit la bierre promise par Fernand et contempla la scène en sirotant son breuvage.

Barramine a écrit:
Nufilen a écrit:

Ce que je vous veut ? Vous rentrez, vous sortez, ma cathédrale explose. J'aimerais savoir qui a fait ça, pourquoi il l'a fait et comment. Et ne croyez pas m’impressionner avec votre coupe papier, on vous enfermera dedans et on mettra le feu à ce bouge si il le faut, car voyez vous, je suis passablement énervé des évènements de cette dernière semaine.
Or donc : Qui, Comment et Pourquoi ?

Barramine vit Kreems empoigner le prêtre et l'emmener avec lui, Labaronne se libérer et finir le boulot avec les gardes, Fernand préparait quelques steaks pour La Fouine et pendant ce temps, lui, comptait les points.

Après quelques giclées de sang et quelques râles, Kreems ramena le cul-maudit devant lui.


Il se tourna tout d'abord vers Fernand: le mouflet je te l'ai envoyé pour le plaisir de La Fouine c'est tout ... Il se trouve que le cur'ton ci présent voulait m'causer de l'histoire de la cathédrale ... Tu savais qu'elle avait explosé?


Puis il se tourna vers le Nufilendreux :

Alors comme ça on t'aurait explosé la cathédrale? J'espère que t'y a pris un certain plaisir?

Bon faut que je t'explique deux ou trois trucs qui semblent avoir du mal à rentrer sous ta tonsure ...

Premièrement on est chez nous partout !!!
Deuxièmement, on fait c'qu'on veut !!!
Troisièmement, on le fait ou on veut !!!
Quatrièmement, on le fait avec qui on veut !!!

Pour finir, si y'a bien un truc qui m'insupporte, c'est que l'premier r'présentant d'une quelconque autorité divine ou non se prennent pour l'inquisiteur public en venant OSER me faire subir interrogatoire !!!

Ca me rappelle trop mon ancienne vie de Lieutenant de Police et ça ravive de vieilles habitudes ... Interrogatoires, tortures, abus en tout genre ...

Estime-toi heureux d'être passé entre les mains de Kreems et pas dans les miennes ...

Tu veux m'causer? Pas de souci chui la ... Pas la peine d'amener la garde de Dôle ...


Barramine fit un clin d'oeil à ses comparses ...

Qui va garder le patelin maintenant ?

Tu sais chui très accessible comme gars ...
Tu viens me demander poliment: Monsieur Barramine Dacier, pourquoi m'avez explosé la cathédrale?
Je te réponds poliment ... Enfin dans la limite de mon vocabulaire ...


Maintenant que tes pseudo gardes, qu'il faudra d'ailleurs remplacer car ils ne valent pas un clou, sont transformés en steaks prêts à la grillade pour La Fouine, que mes ptits camarades ont fait de l'exercice et qu'on a finit de se la comparer, on peut causer !!!

Barramine tendit une chaise avec un ptit coussin en plume posé dessus et avança une bolée de chouchen en lui lançant: Ca fera passer le goût ... Pis si tu goute une ptite odeur de bois pourri ça vient de moi ... J'adore vivre avec ce relent ... Ça ne me dérange pas, bien au contraire, ça me vivifie ...

Alors, parlons faits ... Qu'est-ce que tu me reproches l'soutaneux? C'est quoi les griefs? Tu voulais me causer de quoi déjà?

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Mystère de la Jambe de Bois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: