L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Dim 10 Oct - 20:43

TERRE , TERRE…..

La tête qui se relève du bastingage en entendant ce doux mot de terre…. Elle aurait jamais pensé qu’un seul mot pourrait lui toucher le cœur à ce point….. Et pourtant…. Entre cuite carabinée et mal de mer, on peut considérer que pour ahla, le voyage a été long….

Tout a commencé…. D’ailleurs, difficile de dire quand tout a commencé… Elle sait plus. Elle est sur ce rafiot puant parce que galo y est, aucun doute la dessus. Elle a été manipulé, aucun doute la dessus non plus… Ya pas à dire, il sait y faire le bougre. Est-ce que garder un corps implique de se retrouver sur un bateau en train de vomir ses tripes ???? C’est loin d’être sur, mais comme il n’existe aucun contrat, et qu’il est hors de questions qu’il ait une bonne femme dans chaques tonneaux rencontrés, elle a pas eu le choix, elle a suivi…..

Yavait surement eu des discussions avant Carcassonne…. Oui, surement, mais ses souvenirs sont flous. Elle se rappelle le fauteuil du maire de carca, une prise facile. Un départ précipité, un bentich qui veut lancer une armée, quel crétin çui la, comme si ils allaient attendre gentiment qu’il ait fini de la monter sa foutue armé…… PPfff, des comme lui, on en fait plus… dode merci….

Et le bateau, le fameux bateau, sur lequel il était hors de question qu’elle monte…. Ses pieds, elle les aime sur la terre ferme, éventuellement sur un chariot…. Mais certaiment pas sur la mer, comment faire confiance a ce truc qui bouge tout le temps ? Elle lui a dit au galo, dit et répété meme… Seulement, une fois là, difficile de faire demi tour et de retourner en languedoc…. Sur qu’il avait bien prévu son coup…. Elle rage, pis elle a la trouille surtout….

Au moment de monter, elle est toute prête à faire demi tour. Elle sent derrière elle, quelqu’un qui la pousse, tourne la tête et aperçoit nénu…. Petit sourire verdatre…..

Là voila maintenant sur ce qu’ils osent appeler un bateau…. Toujours indécise, elle réfléchit… Descendra, descendra pas…. Coulera, coulera pas…. Au moment ou elle se décide à descendre, la passerelle tombe a l’eau….. L’hydre est en mer….. Le mal est déjà là, elle court vers le pont, vomit pour la première fois d’une longue série…. Pour la première fois de sa vie également, elle maudit galo……
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Lun 11 Oct - 20:25

Maia... a écrit:
Maia...C'est ainsi que l'on me nomme!Depuis toujours,je n'ai qu'une idée en tête:Intégrer l'Hydre!Etrange vocation pour une jeune fille de seize ans à peine...Et pourtant,j'y suis parvenue!Faut dire que j'suis très obstinée.'Fin bref...

Sur la route qui m'a conduite à Lyon,j'ai rencontré Angeleen,mon boulet,comme j'aime à la surnommer!Plus bavarde qu'elle,tu meurs...Et quand elle parle pas,elle chante...Comme une vieille marmite rouillée,c'est vous dire à quel point j'étais contente d'arriver!


Maia?Pourquoi on va à Lyon?
On a rendez-vous avec Fernand!
Mais qui c'est celui-là?
T'occupe!Moi j'sais!

Mon boulet était restée songeuse à la réponse que je venais de lui fournir mais n'insista pas davantage...Arrivées à destination,après s'être faites brigander,un comble quand on savait ce que nous voulions devenir,Fernand nous dit:
Cap plein Sud!Les premiers arrivés remportent une croisière sur la Méditerranée!

Pour une fois disciplinées,nous suivions les instructions,ainsi nous nous sommes retrouvées à Narbonne!

Narbonne,longue attente...Désespérante attente!Fallait qu'on s'occupe...Rassemblement sur Carcassonne finalement...Là,pillage de mairie en bonne et dûe forme pour se faire la main,puis Tata Gwen nous prend sous son aile!


Allez hop,dans la lance,les « crevettes » derrière...

Et on suit sans se poser de question!Toujours très protectrice la tantine.

Puis au milieu de nulle part,le rafiot surgit et nous embarquions pour une Crois'hydre en Méditérranée!La seule chose que je ne savais pas encore c'est qu'la mer,c'était pas mon élément!
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Lun 11 Oct - 21:46

Entre l’envie de gerber présente à chaque seconde, et le besoin de picoler pour oublier qu’elle est malade, ahla n’a plus une seconde à elle. Le pont, le mess, le pont, le mess, ainsi se passe le voyage de celle qui se décrit elle-même comme une sauvage. Dans ses courts instants de lucidité, elle arrive tout de même à imaginer les rires que déclencheraient ses malaises a répétitions en Languedoc….. L’ex Uzétienne la plus détestée du royaume, recherchée quasiment partout, vomissant tripes et boyaux, un spectacle pour le moins charmant pour tous les détracteurs de la nouvelle brune….

Le voyage se passe, doucement, tout doucement, incroyablement doucement…. A croire que le stupide rafiot n’avance pas d’un yota. Qu’il prend plaisir a voir ahla verdir et maigrir a vue d’œil, d’ailleurs, elle n’est pas sure que certains de ses compagnons ne rient d’elle sous cape… Malheureusement, elle n’est pas en état de chercher à comprendre, il faudra remettre ça à plus tard.


Toujours la tête par-dessus bord, elle se surprend à penser, que le chouchen de gwen lui ferait peut etre du bien…. De toute façon, il ne pourrait certainement pas lui faire plus de mal que ce qu’elle vit actuellement……

C’est d’un pas ni vif, ni alerte, mais plutôt bringuebalant, qu’elle se dirige vers le mess, espèrant rencontrer la plus célèbre tata de l’hydre. Chemin faisant, elle croise une rouquine, qu’elle se rappelle vaguement avoir vu à la poterne. Impossible de se souvenir de son nom, elle essaiera de faire connaissance en arrivant, s’imaginant que la tête qu’elle fait actuellement, n’est pas pour rassurer la nouvelle venue…..
Essai d’un pauvre sourire…. Essaie raté à première vue, il faut croire que le sourire a tout de la grimace et n’est pas franchement engageant….

Nouvelle alerte, retour en courrant vers le bord du navire, il est encore l’heure de claquer un peau……

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mar 12 Oct - 1:28

Le rafiot commença à voguer sur les flots...Et moi,je commençai à sentir l'effet d'la houle...Maux d'estomac,de foie comme si j'avais pris une cuite monumentale avant de mettre les pieds sur ce p'tain d'bateau...Arf...Trop tard...Pas moyen de faire retour arrière,le rafiot était d'jà bien loin du port,quel dommage!J'faisais pas la fière pour une fois!Mais j'me dis que l'air du large me ferait sans doute pas d'mal,aussi je restai sur le pont à scruter l'horizon...Sauf,qu'il n'y avait pas grand chose à voir!Que de la flotte à perte de vue.

Je m'adossai à la paroi du rafiot et posai enfin mon derrière sur le pont,genoux recroquevillés sur la poitrine!Je fermai les yeux,espérant atténuer ce malaise qui s'insinuait en moi,sournoisement!Peine perdue,cela ne fit qu'empirer mon état!Mais qu'est ce qui m'avait pris de mettre les pieds sur un bateau???!!Les rousses ont de ces idées parfois...

J'ouvrai les yeux à nouveaux,me relevai aussi vite que mes jambes flageolantes me le permirent puis,tête par-dessus le bastingage...Pas b'soin d'vous faire un dessin,je suppose...Je dégobillai!!!C'est cet instant précis que choisit un mouss' de l'équipage pour me demander:


Tu t'sens pas bien la Rousse?T'as l'mal de mer?
Non,j'me nettoie les intestins,ça s'voit pas,crétin?
T'veux boire un peu d'ma bouteille?
T'auras plus vite fait...Blurp....de la j'ter...Blurp...par-dessus bord,andouille!Blurp...Blurp...Blurp...

Arf...Pas très ragoutant tout ça!!Une fois que tout s'ra sorti,je s'rais tranquille,me dis-je,histoire de me rassurer!
Rémission de courte durée,je fais quelques pas tanguants sur le pont et là,j'tombe nez à nez avec la brune que j'avais failli prendre par la tronche lorsque je m'étais présentée à la poterne quelques semaines plutôt! (Oui ils ont de drôles de façon d'vous accueillir les Hydreux...) Elle fait plus la fière,elle non plus!Elle a le teint verdâtre,esquisse une grimace...Pas bon signe ça!En effet,je la vois se précipiter vers le bastingage et se délester de quelques surchages estomacales par-dessus bord!Erk...C'est carrément dégueux ça!!!

Les présentations,on les ferait plus tard,je décidai de partir à la recherche de Tata Gwen et du litron de chouchen surtout,espérant que celui-ci serait salvateur pour moi...pour le brune...pour nous,quoi!Mais la nausée me reprit et je n'eus pas d'autre choix que de m'accrocher une fois encore au rebord du rafiot...


Blurp...Blurp...Blurp...

Je commençai vraiment à me demander si j'allais passer tout le temps de la traversée à faire la moule,accrochée au bastingage!
Revenir en haut Aller en bas
Fernand
Admin
avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Monsieur Circus

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mar 12 Oct - 2:45

Fernand enveloppé dans la grande voile qu'il transportait depuis des lieues se tenait prés de la proue. Il humait l'air du large avec enthousiasme.
Ahhhhh! La fouine!!! vous sentez, ça??? le grand air? les embruns, les algues!
Le Kraken gitait sec et dans un retour de vent, le son d'un franc vidage de boyau se fit entendre à l'arrière.
- Ça sent la mort, je vous le dis! On va s'poiler!
- Ça sent la gerbe, surtout, je trouve....
Derrière eux, un mousse glissa dans une mare de vomi, poussa un cri, tenta de reprendre son équilibre et passa en chandelle par dessus bord.
Les deux hommes se tournèrent pour contempler la scène avec indifférence, puis Fernand reporta son attention sur l'Horizon en haussant les épaules.

- Vraiment? Moi qui ai cru que c'était le plat du soir qui mijotait...
Bon, La Fouine, c'est pas tout ça... mais il va falloir reprendre les choses sérieuses...
Après le fiasco de la montagne, il nous faut absolument mener notre expérience à bien.
- Ah, mais c'est pas vrai, vous allez pas recommencer??!
- Tss! Tss! Sergent, ne soyez pas défaitiste!
- Tu parles, Charles! j'préfère encore me noyer tout de suite, ce sera plus simple!
- Ah, non, il faut d'abord qu'on descende la cloche!
- Quelle cloche?
Eh bien la cloche qui est à bord, pardi!
- Vous avez embarqué une cloche? mais pour quoi faire?
Fernand lui tapa dans le dos.
- Vous allez voir La Fouine! C'est une cloche magnifique! Ma-gni-fique!!!
Revenir en haut Aller en bas
Nenuphar

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Oui
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mar 12 Oct - 3:21

Des semaines à Bordeaux à dormir sur un trésor… mortellement ennuyeux, surtout quand on dort toute seule.
Des heures sur le marché à faire des transactions avec elle-même. L’aveugle avait bien tenté de lui expliquer que c’était ridicule, mais elle s’était résolue à le faire quand-même… soporifique au possible.
Des jours de marche pour rejoindre les autres au point de ralliement, retrouver les chemins, rester à l’affut pour éviter les armées, manger régulièrement un pigeon des douanes et une miche de pain... un peu routinier mais pas fatal.

Une fois à Narbonne, Fernand lui avait finalement trouvé un créneau pour la décharger de sa part du trésor de l’Hydre et lui redonner sa liberté. Cette part du butin l’empêchait de mourir tranquille. En tant que cavalier, elle savait que la mort n’était rien, même pas douloureuse, mais les enseignements du Dodécalogue lui avaient appris qu’il existait une vraie alternative. Mais pour Nénu pas d’alternative possible tant qu’elle se baladait avec plusieurs milliers d’écus en poche, en plus pas les siens. S’ils avaient été à elle, elle aurait toujours trouvé un bon moyen de les dépenser.
Elle avait fini les transactions avec deux boisseaux de sels, un comble pour une fille plutôt sucrée ! Elle en avait jeté un peu par-dessus son épaule et fait un vœu… et vu le prix du sel, un joli vœu.

Et puis elle avait rejoint le port naturel où devait accoster le Kraken, premier navire de l’Hydre. Dans le petit matin, elle avait retrouvé le reste de l’équipage. Et après avoir compté les absents, pris des nouvelles de ceux qui étaient plus au nord, poussé discrètement Ahl à bord parce qu’elle hésitait trop, elle avait embarqué à son tour.
Le bateau était encore plus imposant que ce qu’elle avait imaginé. Il sentait encore le neuf, le bois, les cordes et les cuivres rutilants. Aucun signe de mal de mer pour Nénu. Elle s’en doutait, elle aimait trop l’eau pour être malade dessus.

A bord les rôles étaient bien repartis : L’équipage à la manœuvre, Jen en figure de proue, Gwenn a l’arrière pour l’équilibre du bateau, Ahl et Maia par-dessus le bastingage. Elle ne voyait que leurs dos et les hauts le cœur qui les agitaient à intervalles réguliers.


- Ça crée des liens n’empêche un voyage en bateau, vous ne trouvez pas ? La nausée aussi on dirait…

Pas de réponse à part une succession de bruits étranges : un petit Blurp (vomi), un gros Plouf (mousse à la mer) suivi d’un nouveau Blurp…
Bon.

Concentrée, évitant de se prendre les pieds dans les drisses des voiles ou dans les flaques de vomi, elle était donc repartie lézarder à l’avant, profiter des derniers rayons du soleil, bercée par les vagues. Elle observait Fernand et le sergent Lafouine en plein conciliabule. Elle avait une capacité innée à ne rien faire. Quand elle entendit qu’ils cherchaient une cloche, elle détourna le regard vers le large.
Il restait encore plusieurs jours à longer la côte avant que le Kraken ne rejoigne leur première escale : Barcelone, ville « phantasme » d’après Brigante.

A voir ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mar 12 Oct - 5:39

Angeleen a écrit:
Angeleen très à l'aise sur le rafiot regardait en riant la brune qui vomissait ses tripes, puis elle aperçut sa rouquine qui en faisait autant.

En sautillant elle alla la rejoindre le sourire aux lèvres lui dit :


T'as pas l'air dans ton assiette Rouquine de mon coeur, t'as dû pal mal pêché pour être puni comme ça, je vais te chanter une chanson pour te changer les idées, tu penseras moins à te vider les entrailles.

Digue, ding don, don, ce sont les filles des forges
Des forges de Paimpont, digue ding dondaine
Des forges de Paimpont, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, elles s'en vont à confesse
Au curé du canton, digue ding dondaine
Au curé du canton, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, qu'avions-vous fait les filles
Pour demander pardon, digue ding dondaine
Pour demander pardon, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, j'avions couru les bals
Et les jolis garçons, digue ding dondaine
Et les jolis garçons, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, ma fille pour pénitence
Nous nous embrasserons, digue ding dondaine
Nous nous embrasserons, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, je n'embrasse point les prêtres
Mais les jolis garçons, digue ding dondaine
Qu'ont du poil au menton, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, ce sont les filles des forges
Des forges de Paimpont, digue ding dondaine
Des forges de Paimpont, dingue ding dondon


Elle la regardat en riant...

Tu vas mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mer 13 Oct - 21:14

Galovert a écrit:
Devant, de l'eau..
Derrière et sur les côtés ...
Aussi.
Et puis cette sensation d'être sur une balançoire, condamné à être secoué pour ce qui semblerait ...
L'éternité.

Un coup vers le haut ... Intervalle d'espoir de cessation du mouvement...
Descente des roupettes dans un lent mouvement.
Gite à bâbord, recherche de l'équilibre sous peine de glissade dans le chabada.
Gite à tribord, peine perdue !!

Et... c'est reparti.
Encore et encore.

Pas de tapecul comme sur un canasson, non.
Comment troquer quelques escarres aux fesses contre un nœud à l'estomac?
Simple, engagez-vous dans la marine.

Ce qu'il ne faut pas faire pour contourner les foutre-culs royalistes et autres crèmes de bénitier.

Ce qu'il ne faut pas faire pour leur tomber sur le poil venant de partout, sauf du ciel... pour l'instant.

Quoique, la quantité faramineuse de bile et de gerbe balancée dans la brise pourrait bien en partie remplir les casques de teutons et autres désireux de se farcir de l'Hydre.


-Très Cher chevalier...
Vous sentez la boillasse remuglée façon mayonnaise fermentée.
-Mais non ma mie.
Ce ne sont que senteurs orientales venant du large, apportées par les embruns parfumés de lointaines contrées.

J'en ai une pleine écuelle, voulez-vous gouter?


Après vous avoir dépouillés, voilà que l'Hydre vous parfume et vous nourrit.
Faut dire que vous êtes l'objet de toute notre attention.

Le temps de nous laver les miminnes et nous arrivons pour vous aider dans l'exercice de vos aisances.
Nous sommes des experts dans l'épandage du fumier.
Avouez que nous ne manquons pas d'air, et goutez donc avec délice nos cadeaux du large.


C'est ainsi que sous les regards noirs du garde de son corps (Tant qu'Ahla avait la bouche occupée, il ne craignait aucun reproche...) Galovert achevait d'aiguiser ses lames.
L''esprit à la recherche de quelques mortels tours à jouer aux blasonnés et autres larbins en livrée.




Ahlatete a écrit:
L’œil vitreux, la bouche pâteuse, ahla sort d’un sommeil remplit de rêves plus curieux les uns que les autres. Elle a d’abord vu galo, rien de bien surprenant la dedans, puis est venu lab qu’elle a vu en train de mourir sur le bord d’un chemin… Elle a croisé Dran en train de ricaner et nénu portant des bottes d’un rose douteux…. Elle a aussi entraperçu un dode rigolard.

A peine le temps de se demander ou elle se trouve, de jeter un œil désormais fort peu conquérant autour d’elle, qu’un mouvement violent de l’extérieur l’oblige a se rappeler où elle est : Le bateau….

Pour un peu, elle l’aurait oublié cette saloperie de bateau.

Arrivée à cette conclusion, elle s’aperçoit qu’elle ne souffre plus du ventre, et qu’elle n’éprouve en aucun cas le besoin de courir se vider sur le pont.


En fait, hormis le fennec qui a l’air d’avoir pris pension dans le fond de sa gorge, on dirait que tout à l’air d’aller plutôt bien…..

Elle s’assied sur le lit, respire un grand coup. Non, rien, pas de nausée, rien…..

Enfin, elle se retrouve. Enfin, elle va pouvoir gouter un voyage paisible, si tant est que voyager entre hydre soit paisible bien entendu.


Elle se lève, sort de la cabine, aperçoit plus loin un galo qui à l’air lui, en grande forme, s’approche de lui tel une déesse descendant de l’olympe et lui sort fièrement, tout en prenant soin de laisser une distance de sécurité entre lui et elle, rapport a l’haleine de renard qu’elle se tape…



T’espérais bien que j’allais y rester hein ???? Bah non, bonne nouvelle, chui remise….. Vais faire le tour des tonneaux, te sauves pas hein….


Négligeant l’air désespéré du corps qu’elle garde, elle lui envoie un sourire qu’elle s’imagine charmeur, lui fait son plus gracieux sourire et s’éclipse vers la sortie, espérant croiser gwen et son chouchen tout en se disant qu’elle aura plus de chance de trouver nénu a moitié nue sur le pont en train de prendre le soleil….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mer 13 Oct - 22:59

Maia... a écrit:
- Ca crée des liens n’empêche un voyage en bateau, vous ne trouvez pas ? La nausée aussi on dirait…

Je décrochai une main du bastingage,la passai dans mon dos et en guise de réponse,fermai le poing et levai un pouce pour approuver la remarque!

Combien de temps cela faisait-il que j'étais accrochée là?Un jour,deux jours, ou peut être plus...J'en savais foutre rien mais les hauts le coeur avaient disparu,c'était d'jà ça d'pris!C'était pas grâce à Angeleen et à sa chanson paillarde en tout cas,parce qu'à part me percer les oreilles,mon boulet ne m'avait pas été d'une grande aide sur ce coup-là!Elle avait eu le culot de se foutre de moi!Mais maintenant que je me sentais un peu mieux,elle allait le regretter!!J'allais l'étriper la brune...Ou la ligoter au mât...?Ou la j'ter par dessus bord et je regarderai les piranas la bouffer!!!Arf...Comment ça y a pas de piranas en Méditérannée?Z'êtes sûr de ça?'Fin bref...Y aurait bien un truc aquatique qui la boufferait,j'm'en faisais pas trop...

La brune au teint verdâtre,elle,avait déserté le pont...Je supposai donc qu'elle aussi allait beaucoup mieux et sans doute,avait-elle même retrouvé sa verve!Ce qui me fit sourire en coin,en repensant à l'accueil qu'elle m'avait réservé à la poterne!

Bien!Puisque tout était rentré dans l'ordre,j'allais pouvoir visiter le rafiot...Je partis donc à la recherche de mon boulet qui devait trainer quelque part...Je vis Fernand en grande conversation avec le Sergent La fouine mais pas de brune dans les parages!Je continuai mon inspection des lieux et finis par trouvé la taverne!Le regard qui pétille à l'idée de me j'ter une binouse ou deux!Ou quelque chose de plus fort même!N'importe quoi ferait l'affaire pourvu que ça m'brûle le gorgeon!!

J'entrai donc et cherchai un litron à me mettre dans l'gosier!Une fois trouvé,j'le débouchai pour vérifier que ce soit pas un truc toxique que La fouine aurait glissé ici par hasard...Avec lui,on était jamais trop sûr de rien!Ca sentait l'alcool à plein nez,ça d'vait donc se boire!Je souris d'aise,m'installai à une place,étendis mes jambes,posant les pieds sur la table et commençai à siroter la boutanche en attendant que quelqu'un pénètre dans la taverne!
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Jeu 14 Oct - 22:23

Elle n’a toujours pas le pied marin, elle ne l’aura certainement jamais, l’eau n’étant pas son élément de prédilection. Elle jette un regard vers l’océan, se demandant si, en remplaçant l’eau par du calva, ça se passerait mieux pour elle… Elle se ressaisit, comprenant que si cet état de chose arrivé un jour, elle aurait vite fait de se noyer…..

Elle aperçoit Nénu un peu plus loin qui elle, a l’air plutôt à son aise. Elle s’approche d’elle, s’installe à ses cotés.


Alors, comment tu vas ? T’as pris un coup de soleil sur l’oreille on dirait…….

Elle cache un sourire qu’elle ne peut réprimer, mais n’attend pas de réponse et s’éloigne rapidement.


Un des gars travaillant sur le navire lui apprend que bientôt, ils pourront tous descendre et se retrouver sur le plancher des vaches. Voilà qui n’est pas pour déplaire à ahla, le voyage a été rude pour elle, et elle n’est à l’aise que sur la terre ferme. Elle espère secrétement que galo ne la fera pas remonter sur un rafiot. Du moins pas tout de suite, qu’il lui laisse au moins le temps de se remettre.


Une idée la frappe soudain, une fois n’est pas coutume, elle sourit, puis rit franchement…. Normalement, à quai, elle va retrouver diab, fidèle et bienheureux compagnon, celui qui écoute et rit, pour qui la confiance est totale. Diab et son obsession des moutons, obsession dont elle n’a toujours pas compris d’où elle vient. Mais au bout du compte, est ce si important de le savoir ?


Elle voit la terre à présent, se met la main sur le front, pour apercevoir qui est à quai… Pas de Diab…. PPPPfff qui va connaître suffisament les tavernes l’y emmener maintenant ????

Elle tourne un regard rempli d’espoir vers nénu, et se rappelle au même moment lui avoir fait une réflexion sur son oreille qu’elle a pourtant fort jolie… Mort, c’est mort, nénu ne fvoudra jamais…..
Galo, pas la peine d’y penser, lui il va courir voir comment se présente l’armement de la ville, ou alors, il va foncer sur les remparts….

Froncement de front…. Les remparts…. Rrrrooohhhh, oui il va y aller……

L’esprit à la dérive, elle se rend compte qu’elle était prête à laisser son « corps » seul, face a une horde de gaupes mourant de faim……. Elle se tape la tête, entame un départ précipité vers l’endroit ou elle a vu galo pour la dernière fois, arrive à sa hauteur, légérement essoufflée et échevelée, se pose aussi délicatement que possible à coté de lui et lance


On va pas traîner à descendre, t’es prêt ?
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Sam 16 Oct - 21:58

Ils ont fini par descendre. Retrouver la terre ferme, enfin…

Dès qu’elle a entendu que le débarquement était engagé, elle s’est précipitée, hors de question de rester la dessus quand elle a la possibilité de foutre le camp…
Ni une, ni deux, la besace sur l’épaule, elle est partie le nez au vent, ne laissant à personne la chance d’être à terre avant elle…


Barcelone s’étale devant ses yeux, une ville comme les autres, exactement comme toutes celles déjà traversées.

Première chose à faire : trouver une taverne ou le marché, il fait faim maintenant que le roulis du bateau n’est plus d’actualité.
Elle trouve enfin le marché : Premier autochtone, a qui elle demande ou elle peut trouver de quoi se sustenter. Elle reste baba devant la réponse de l’homme, bouche ouverte, totale incompréhension, elle comprend rien….. Ils ne parlent pas la même langue. Il est vrai qu’elle aurait pu s’en douter, mais toute à ses angoisses de navigation, elle n’a pas songé une seule seconde au barrage de la langue. Pourtant, il est là, et elle se rend compte que c’est un obstacle de taille. Subite envie de planter un couteau dans le bide de l’homme qui se trouve devant elle, il n’a pourtant rien fait, il est juste la, en train de baragouiner des phrases sans queue ni tête. Elle s’éloigne en levant les yeux au ciel….

Ahla n’aime pas ne pas comprendre, et le moins que l’on puisse dire, c’est que pour le moment, elle a pas le cul sorti des ronces. Une toute petite lumière s’allume dans son esprit, elle doit trouver l’italien, lui il doit forcément comprendre la langue que parle toutes ces personnes, il parait qu’il est du coin à l’origine….. Mais ou peut il bien être maintenant ??? Là est la question….


Elle décide de remettre son questionnement à plus tard, il faut qu’elle trouve de quoi se nourrir. Après avoir fait le tour du marché, elle constate qu’il est vide, désespérément vide.

Elle ferme les yeux en signe d’énervement, ne pas se faire remarquer, pas encore du moins…. Il va pourtant bien falloir qu’elle mange…

Une question pointe dans son esprit : vaut il mieux mourir de maladie sur un bateau ou d’ennui et de faim dans une ville qui paraît plus que morne…. Et dire qu’elle voulait pas monter sur le bateau…..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Dim 17 Oct - 3:17

Galovert

Citation :
Barcelone...
Comme désormais partout dès qu'un hydreux montre le bout de ses bottes :
Des troupeaux de troupes (et des canons sur le port)
Des troupeaux de miliciens mal payés.
Des troupeaux de maréchaux a la liquette clinquante et au ventre vide.
Le tout rentrant le ventre et bombant le torse, comme dindon rougit sa tronche pour en remontrer à la volaille.


Et pour couronner le tout :
Un marché aux étals déserts ( ou intentionnellement vidés.)
La bouffe chichement distillée en taverne.
Des regards inquisiteurs et surtout intéressés par le reflet de quelques écus.

Lendemains d' élections dépassionnées par une galopante consanguinité ou triste réalité de la condition humaine...
Le fruit est mûr pour être consommé en compote.

Barcelone en garde contre...
Contre quoi ?
... Contre l'air du temps.
Citée en sursit, simple bois pour la fournaise apocalyptique, simple question de temps.

A quoi serviraient donc ces futiles dispositions, sinon à ajouter souffrances et horreurs à un destin qui ne diffèrera pas de celui des Royaumes.

L'Hydre te donne travail et écus et ne te laissera en définitive que les parchemins hygiéniques nécessaires pour torcher ses cavaliers.
Faudra t'en contenter, vaudrait mieux même t'en contenter.


Bienvenidos en Barcelona.
Nosotros también te queremos !

Et Galovert emboîta le pas d'Ahla, ne pouvant s'empêcher de penser que pour un garde du corps elle était plutôt ... heuu... bien balancée.

Aussi ne lui fit-il pas remarquer que c'était son dos à lui qu'elle était censée garder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Dim 17 Oct - 3:17


[ Flou hydrique dans une tête d'une blonde Kermaëdic]



Résumé des épisodes précédents.




Bon Gwen, tu prends ceux là ici et tu les emmènes là bas. D’ac ?


Ouais.

Sitôt dit sitôt fait. Point de brigandage à la sauvette, savez pas ce que vous avez loupé à Saint Bertrand…Mais classe verte à Carcassonne, à l’arrache mais efficace. Caisses vides, ouais encore…sont spécialistes maintenant.

Le sport. Ah ouais ,le sport…


Et maintenant j’fais quoi ?

Ben tu vas là. Prendre la mer.

Allons y , en rang, tiens des petites !!

Chantée moi c’est …Bon allons y pour des nièces.

Kerrmaëdic History X ou comment agrandir une famille comme on agrandit un trou dans des braies.ça pousse comme les champipis que l’neveu Tonio leur fait gouter sur le pont du Krakken.


Tiens Fernand…’Lut tout ça ça va !, ouais moi ça va et toi ? Voilà voilà…


Elle transborde. Barcelone. Ouais…es la hostia ou un truc du genre. N’a fout’.

Mais qu’est ce qu’elle l’a ?????Elle sait pas. Elle se traine sur les quais, se melant aux activités du port sans y participer, regardant les gens débarquant, embarquant…Envie de fuite…Loin. D’anonymat…


TATA !!!

Ouais c’est moi…



Elle s'occupe, silencieuse. Amaigrie aussi.

Pigeon.

Elle est morte.

Bon…

Mange ton ostie. Et ferme ta gueule.

Pensive sur un nouveau bateau, son manouche en capitaine. Elle caresse le bastingage doucement alors que ses yeux plongent dans l’eau, à la recherche d’une réponse à une question qu’elle ne connaît même pas.

C’est même pas l’océan d’abord. Moue sur son visage aux joues creusées.

So what ???

Elle serre sa cape contre elle et s’en retourne.

Aux abonnés absents.
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Lun 18 Oct - 0:54

Elle avance dans la ville, râlant, soupirant, pestant…..

Dix minutes qu’elle est descendu du bateau, et elle sait déjà qu’elle ne risque pas de s’amuser ici…. C’est d’un triste…Pour un peu, elle en pleurerait. Qu’est ce qu’elle est venue faire dans cette galère… Sitôt posée la question trouve une réponse, elle a suivi galo…

Haussement de sourcil, elle sent une présence derrière elle. Doit elle se retourner ?

A-t-elle l’énergie nécessaire pour une énième joute oratoire avec un autochtone ? Elle en doute. Malgré tout, il faut qu’elle le fasse, sous peine de voir sa réputation se flétrir. Inspirant profondément, elle entame un demi tour qui n’augure rien de bon pour le poursuiveur…

C’est doucement qu’elle finit de tourner la tête.

Galo ????

Est-ce qu’il ne devrait pas plutôt être devant elle ? Si aucun doute la dessus, il devrait, c’est dans l’ordre des choses. Le corps qu’elle garde doit la précéder, pas la suivre, c’est ridicule….

Un instant, tout ce questionnement la chamboule. Malgré tout, elle reprend rapidement ses esprits, et là, elle voit le regard de l’homme, un regard pour le moins concupiscent. Il ne lui faut pas plus d’une seconde pour comprendre. Ainsi, il a fini par remarquer qu’elle était une fille, et d’après ses yeux, ce qu’il voit a l’air de plutôt lui plaire…

Un sourire, pour elle-même seulement, qu’il ne se rende surtout pas compte de son cheminement de pensée, il serait capable de partir en courant.

Elle toussote, pour qu’il lève les yeux vers elle :


Il me semble que j’ai commis une erreur, c’est toi qui devrait être devant…. Tu ne m’en voudras pas, le bateau, tout ça, ça m’a un peu perturbé. Excuse-moi….

Elle le laisse passer… le soleil vient de se mettre à briller, d’un coup, comme ça. Il illumine la ville… Par le Dode, Barcelone est une ville magnifique, pourquoi ne l’a-t-elle pas remarqué plus tôt ???? Et c’est pleine d’une fraîcheur retrouvée qu’elle se met à suivre le corps qu’elle garde….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Lun 25 Oct - 5:40

[ Une blonde et des rats, sur un raffiot]

Bon les rats…Deux choses à l’ordre du jour.

J’vous présente un petit nouveau…


Gwen etait assise en tailleur sur le pont du Tiens Ta Droite Connnnnnnnnnnard.Causant à ses 5 accolytes à 4 pattes et une queue.

Ces derniers , moustaches frémissantes de mécontentement zieutaient d’un air patibulaire le pauvre ratisseau appeuré.

EH !! On est gentil, il est tout p’tit…et il cause pas langue en plus… Pauvre Tit chat…

Redressement outré du petit animal…Ben un rat ça a se fierté quoi…Se faire traiter de chat…On peut être rat et avoir sa fierté.

Rhoooo…Y a des chats très bien tu sais mon …Bon comment je vais t’appeler toi ?????

Elle frise du nez pensivement, son corps se balançant au rythme du roulis qui fait danser un lent tango au navire. Elle baisse les yeux sur RatElse, RatPitt, Ratman et ceux qu’elle appelle les deux Glands de service, Ratik et Ratwan, à peine sorti de l’adolescence …Et l’adolescence chez les muridés…ben c’est coton….Fin bref...Un nom…

L’pauvre…Regardez comment l’est mimi…

Rassemblement du club des 5.

Purée….elle dévisse encore…
On etait bien tous les 5…
Nan mais ça c’est vous qui le dites, j’serai tout seul ça m’irait bien à moi…
Ta gueule le super zéros…
Gnignigni…
Nan mais s’il est con, au pire on l’bouffe…
Mouais ou on le fume..l’nouveau là Tonio, l’a des trucs dans sa besace…On a essayé avec Ratik, ça défonce le neurone…
Ouais,trop…


Pendant ces délibérations, Gwen observe la petite boule de poil encore apeurée et lui caresse le museau.

Dis donc pépère t’as abusé de la paëlla…t’es un peu grogros pour ton âge…ça va pas aider pour les opérations spéciales…


Titchat…Nan pour un rat ça va pas le faire…LICHA !!!!!


Si les rats pouvaient hausser les sourcils ça louperait pas. Le club des 5 regardent le nouveau posé au milieu d’eux.

Mais bordel, y a même pas Rat dedans !!!! ça l’fait pas ça !


Air impérial de la bretonne.

Silence la réaction !!!!!

J’ai une nouvelle mission à vous confier.

Vous allez me concocter un livre d’une quinzaine de recettes : La Salamandre à toutes les sauces.Me regardez pas comme ça, on va en bouffer ....

Allez hop !!! Au taf !!!!Moi j’descends au port .Une envie de…Bref. J’vous laisse les rats.

Elle se lève et esquisse quelques mouvements pour rétablir sa circulation sanguine, et là vlà qui débarque, besace en bandoulière.

Fini d’se faire chier. Ras la hotte de causer qu’à des rats Action. Réaction. Une bordée à prendre à la santé d’une sœur disparue.

Chiotte..Ratatouille p’têtre ça aurait été mieux…Rapport aux recettes…Bah…Licha…L’est tellement mimi c’rat là…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mer 27 Oct - 9:36


UNE BLONDE EN BORDEE, à moins que ce ne soit la bordée qui ne soit blonde…


Accoudée à un comptoir, elle enquillait les verres d’alcool de cactus, à la bretonne, comme son père lui avait appris.

Ambiance enfumée, parlottes diverses auxquelles elle comprenait nada, niente, nichts, nitra tout’ …

SO what ??? Na fout’, elle veut être seule et boire dans son coin.

Vieil adage breton, rien ne vaut une bonne cuite pour se remettre les idées en place.

Donc acte.

Petits verres qui s’alignent devant elle, alors que devant elle les yeux du tavernier s’écarquillent paniqués à chaque demande de resucée. Ben vi, ce soir c’est un de ces soirs où le sang Kermaëdic s’exprime à plein régime.L’alcool de cactus…Une nouveauté…

t’inquiète Robert, j’tiens l’alcool comme une bretonne…Pis si tu t’appelles pas Robert ben c’est pareil…d’toute façontu me comprends pas et j’entrave que dalle à ce que tu me baves.Pis si je dois finir dans une ribine, ben j’finirai dans une ribine…

Un pichet se pose devant elle, mu par un bras. Elle parcourt du regard le bras jusqu’à l’épaule, le cou et le visage. Parfaitement inconnu.Blond…Elle déteste les blonds, c’est physique.

Great…

Son regard se pose à nouveau sur le pichet où surnagent quelques fruits divers.

Tiens donc…nouveau ça.

L’Machin attend patiemment un signe pour s’asseoir à côté d’elle.

Elle hausse les épaules et désigne le tabouret à côté d’elle d’un coup de menton à peine convaincu, et certainement pas convaincant.

L’en faut pas plus à l’homme pour la servir et se poser à ses côtés avec un sourire de traviole.

Oh…

Soupir intérieur de la bretonne…

Pis merde tiens…


Une vague logorrhée gutturale s’échappe de la bouche du marin.

c’est pas espagnol ça…c’est quoi ????Les ports j’vous jure…quand on cause pas les langues…

ouais ouais c’est ça…Zuipen ????


Mouvement du coude du Machin, mimant une descente d’alcool en rythme.

Ouais, Zuipen !!!! A ta tienne soldat ! moi Gwen !


Willfriet…

Ha ouais quand meme…Moche la vie des fois…

Elle sourit compatissante, son regard perdu dans un ailleurs logiquement embrumé.

Hochements de tête frénétiques du Machin.

Zuigen ?

Gné c’est quoi ça ?

OOOOOO !!!

Le mime reprend, des plus explicites,sous ses yeux ahuris.

Ah…OUI !!!! ZUIGEN !!!En vlà une idée qu’elle est bonne…

Elle se lève renversant artistisquement verres et pichets. Elle tapote l’épaule du marin.

Merci braz pour cette idée de génie ! Danke Willfriet ! Viele danke !!!

Slalom dans les rues du port, ça cogne à chaque sortie de bar, ça s’interpelle en cosmopolitain, même pas peur, y a pas plus gentil qu’un marin bourré…Elle resterait bien encore un moment, faut dire qu’elle adore ça les ports au final… Mais !

Elle arrive tant bien que mal devant la porte d’un capitaine . Celle là même qu’elle évite depuis quelques temps.

Elle monte sur le TTDC, puis donne un coup de pied dans la porte. Rageur à souhait.

Salud.

Elle se tient dans l’embrasure de la porte alors qu’il lève la tête de ses foutus bouquins d’un air interrogateur.

tu te souviens de moi ? Laisse tomber le combat naval, ce soir c’est option Langue ! J’ai du vocabulaire à t’apprendre ! Et sans les mains !


Action…Réaction…
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mer 27 Oct - 21:21

Pas de doute, Barcelone c’est bien…. C’est surtout bien quand on la quitte. Oui, on peut dire que cette ville, elle est magnifique et attractive… Surtout vue de dos d’ailleurs. C’est bien pour ça qu’ahla quitte la cité sans même un regard en arrière…. Surtout que ce qu’elle a devant elle et quand même bien plus captivant que ce trou paumé de Barcelone….


Ils sont donc partis en riant, buvant, chahutant. Chouette départ en vérité. L’euphorie aura pourtant été de courte durée, d’abord, ils ont perdus du monde, l’attrait des herbes folles sans doute. Il a donc fallu attendre que les perdus les rejoignent….
Ensuite, ils ont oubliés de partir et ont fait du surplace, sympa le surplace, mais fatiguant a la longue….
Ils ont enfin réussi a décoller, tout ça pour se retrouver ou ???? Dans un autre trou paumé encore plus petit que Barcelone…. Ya pas a dire, on fait vraiment dans l’animation à l’hydre…..


Camps monté, latrines creusées, réunion autour d’un feu qui a eu bien du mal à prendre…..Un regard vers les autres, une question lui traverse l’esprit…


Galo… dis galo…. Ou qu’on va là ????


……..


Galo, t’es sur que tu sais ou on est la ??? Pis tu sais quand on repart ? Et on va ou ????


……..



Soupir, galo est reparti dans son monde à lui, un monde ou elle est obligée de lutter chaque jour pour se faire une bien maigre place. Il ne lui répondra pas, inutile de continuer à parler.

Elle se lève et décide de s’isoler pour écrire à sa plus que sœur. Juste quelques mots, parce qu’elle lui manque, parce qu’elle aimerait bien être avec elle, parce qu’elle s’inquiète aussi, elle connaît l’impétueuse lab et ses idées parfois rocambolesques…. Une plume, une feuille, elle s’y met.




Citation:
Ma belle,

Oui, c’est moi…. Oui, j’ai appris a écrire…. Rooohhhhh, pour qui me prends tu à la fin….. Je suis pas si bête que j’en ai parfois l’air. Je m’ennuis ma lab… Soit disant que l’air frais est bon pour moi, mais c’est faux…. Complétement faux, définitivement faux. L’air frais, ça pue ma lab, ça sent le crottin de chèvre, à tel point que j’hésite à respirer à plein poumon, que j’ai conséquent si tu veux bien t’en souvenir….
Sinon, rien, rien a dire, c’est terrible ça non ???? J’aimerai te raconter toutes mes folles aventures, mais ça se réduit plutôt à rien…. Un truc de malade si tu veux mon avis. J’aimerai aussi te parler de galo, mais pour dire quoi ??? bah rien, tout pareil, du coup, est ce que ça vaut bien le coup de parler pour rien dire ????Oui, c’est vrai t’as raison, ça vaut le coup…. D’autant que je me sens mieux la tout de suite… Merci ma lab, fais gaffe à tes miches quand même….. Bonjour à tout le monde hein, enfin presque tout le monde….. Vais aller foutre le feu à une taverne ça va m’occuper, pis avec un peu de chance, se sera celle de…..Tain lab, me rappelle plus son nom, tu sais, à l’aute naze d’Uzès la……. Pppppfffff, j’m’en veux….

Ahla




Ayant terminé son courrier, elle le plie aussi soigneusement que possible, l’attache à la patte d’un rat qui passe dans le coin, et regarde l’animal partir en sachant que tôt ou tard, il trouvera la plus célèbre dresseuse de rats de l’hydre….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mer 27 Oct - 22:49

Il c'etait bien marré a bord du Kraken, il avait passé pas mal de temps a faire des glissades dans le vomi, bien liquide sans morceaux ni rien, de la vrai bile de bile.
C'etait clair que certain n'aurais jamais le pied marin, comment de si vils gredins pouvais plier sous la houle.
A bord les activités ne manquaient pas Tonio avait goûté a peu pres tout ce qui traînait sur le navire, Brigante avait une patte molle qui puait bien fort et il avait prit bien chère.
Le Lambique de Gwen l'avais presque fait vacillé, mais il avait tenu le cap jusqu’à ce qu'il tombe sur ça propre réserve de champipi.

Terre terre

Qui avait crié ça, il ne s'en rappelais plus mais ça l'avais réveillé. Il avait mis du temps a comprendre ce que ça pouvais bien dire terreterre.
Avait on croisé des tartare?
Avait on retrouvé un pervers?

Puis soudain grande claque dans la geule.

Bon maintenant ça suffit les conneries tu vas descendre en ville et aller bosser, et te fait pas remarquer bougre de con

P'tain parrain doucement j'ai dj'a la tête qui claque, les yeux qui piquent, le cul qui brûle me frappe pas



Barcelone haaaaa Barcelone, il était descendus du Kraken a grand coup de pieds au derrière, on lui avait dis de la jouer profile bas
on avait besoin de barcelone comme base naval.
Première destination une taverne pour ce désaltérer et goûter les spécialités locales, mais cette ville semblait passablement désertique, quand enfin il croise une bonne âme.

Hola amigo donde esta la taverna para boiro de l'alcolo

Héhé et oui il baraguinais l'espagnolo grâce a sa vieille Ilda qui lui avait appris pas mal de chose en échange d'avoir pris soin de sa vieille chatte.
Enfin le cocon rêvé la au coin d'une ruelle du port, une petite échoppe, trois tonneaux sont posés la contre le mur, une petite vigne vierge fait de l'ombre au dessus des barriques et une somptueuse Catalane derrière le contoire.

Bonjourno bella dame uno cervoisa por favor.

La belle s’esclaffa et lui tendis ce qu'elle avait de pire dans son bouiboui.
Un alcool don seul les vieux du village avaient le secret un remède a tout les mots tend la brûlure qu'il vous inflige vous fait tout oublier.
Tonio bus cul sec son premier vers et s'ecroula sur le sol plié en deux.

On le revis quelque jours plus tard au bord du lac a pêcher quelque fritures a ce mettre sous la dent.

Puis ce fut le départ pour on ne sait pas ou avec une petite lance, il était confortablement installé dans la charrette de Brigante,
il avait retrouvé sa patte molle qui pue, et ça faisait passé le voyage a vive allure.

Revenir en haut Aller en bas
labaronne

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions: Pelleteuse, arracheuse de dents

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Sam 30 Oct - 1:17

[loin de là ...]

Assise les fesses dans la mousse, Lab triait sa cueillette de chamignons ; gardait les beaux, et gardait aussi les mauvais pour les refiler au premier venu qu'elle aimait pas, et elle aimait pas grand monde. Un à un, elle les sortait de son panier, les scrutait, et plaçait sur le tas adequat. Facile, elle n'avait pas besoin de réfléchir, elle pouvait laisser son esprit vagabonder ailleurs, dans des endroits connus d'elle seule. Seule, elle en avait envie, et besoin.
Elle saisit un champignon qui gigota et couina sous sa main.


Crooooouiiiiiiiiic !
Tiens ? il est encore vivant ?

Elle le scruta avec attention. Son museau, ses petits yeux rouges, ses moustaches, sa longue queue. Un champignon avec une tronche de rat. Sourire.

Bordel un rat !! Ben pépère ? t'es paumé ? tu viens m'bouffer mes champi ...

Un message. Lab aperçut un morceau de papier et s'en saisit. Elle déposa le rat sur le tas : pas bon à garder, et déplia le message. Un grand sourire illumina son visage. Ahl. Elle lu rapidement la lettre de sa soeur, et sans attendre décida de lui répondre. Elle rangea en toute hate sa cueillette en prenant grand soin de tout mélanger, et, comme une cerise sur un énorme gateau, elle déposa le rat sur le haut de son panier. Elle couru jusqu'à sa roulotte. Elle farfouilla dans une malle, et s'arma de son nécessaire à écriture avant de s'installer au soleil.

Citation :
Ma Ahl, ma soeur,
Heureuse de voir que tu écris à merveille, d'autant que j'ai moi même appris à lire. Comme quoi, encore une fois, on se complète.
Tu me manques ma belle, j'aimerai tellement aller griller quelques taverne en ta compagnie après avoir vidé quelques tonneaux, pendus quelques z'abrutis choisis, et t'avoir admiré dans tes démonstrations de taquets ... Ma Ahl, notre victime s'appelait Alemag. J'en ris encore en y pensant.
Tu es toujours gardien du corps de Galo, ça n'a pas l'air d'aller au mieux, un métier stressant ? Je sens à tes mots qu'il y a autre chose que l'ennuie. En ennuie, je m'y connais aussi. Faut dire que j'ai pour ma part déserté les tavernes, des mois que je n'ai pas bu un verre d'alcool. Ma Ahl .. je suis une bouse. Je ne me reconnais plus.
Ici, ben tout va bien. Pas grand chose à t'écrire de plus, je préférerai te le dire. J'ai perdu mon Bruma, me voilà veuve ... le beau blond n'a pas résisté aux moines. Tu crois que c'est une bonne raison pour leur péter les dents ? moi j'ai envie de dire oui.
Ma Ahl je fais gaffe à mes miches, t'inquiètes je garde moi même mon corps. Dis tu te souviens du nom de ta boulangerie à Uzès ? c'était pas : Ahla mich'tonneuse ? roooooooh tu vois que t'es en colère là !!
Je t'envoie mille bisous ma Soeurette, et pense fort à toi. Passe le bonjour à tout le monde.
Lab'

Elle prit le rat, lui attacha le message, elle déposa un baiser sur son museau et le libéra.

Grouille toi hein !!
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Dim 31 Oct - 7:00

En mode sommeil profond, ahla rêve, elle rêve en rose….
Pas la peine de préciser le nom du principal acteur de ses songes, cela serait inutilement répétitif, tout le monde sachant pertinemment a qui rêve ahla.

Un sourire béat au bord des lèvres, un léger filet de bave à l’encoignure de la bouche, elle fond de plaisir…..

Toujours endormie, elle sent une petite chose humide dans son cou, sortant doucement de sa torpeur, elle se surprend à remercier le Dode pour cet instant magique, il a enfin compris….
Soupirant, elle se décide à ouvrir les yeux, et le sourire niais s’évanouit aussi vite qu’il est arrivé…..Un rat…..

C’est un rat qui est en train de lui lécher consciencieusement la naissance de la nuque…. Prête à fondre en larme, elle attrape l’animal et le fait valdinguer sur un tronc d’arbre voisin. Elle a le temps d’apercevoir furtivement un morceau de parchemin accroché à la patte de l’animal.


OUPSSSSS…..

Lab... C’est surement lab qui lui répond…. Et elle a tué un rat de lab….

Toute repentante, elle s’approche de l’animal, espérant contre toute attente qu’il est juste assommé…Mais non, la pauvre bête est bel et bien morte…. Comment annoncer une telle nouvelle à sa sœur ?

Le sourire fait de nouveau son apparition, elle dira que c’est galo…. Après tout, c’est sa faute tout ça, au lieu de roupiller, il avait qu’à….. Oui, bon peu importe.

Aussi délicatement que possible, et bien que cela soit désormais totalement inutile, elle décroche le parchemin et s’installe contre le tronc tueur de rat afin de pouvoir lire les nouvelles de sa plus que sœur…

Les tavernes…. Depuis combien de temps ni est elle pas allée elle non plus ??? Trop longtemps sans doute.

Un sourire… Lab, une bouse ??? Qu’est ce qu’il ne faut pas lire …. N’importe quoi, lab qui fait l’admiration de tous les porteurs de pelle du monde entier. Comment sa sœur à elle pourrait elle être une bouse ??? Décidément, ça va pas mieux….

Puis la nouvelle, celle qui déchire le cœur. Bruma est mort…. Bruma est ses curés, bruma le dieu en intérim, bruma si drôle et si gentil… Qu’est ce qu’il aurait pensé de leur nouvelle vie ? Surement aurait il lancé des rrrrooohhhhh des arrrrrgggghhh et se serait mis à rire…

Bruma et Lab, le couple parfait… Et elle qui n’est même pas près de lab pour l’aider dans ses moments qu’elle sait fort difficile pour sa sœur.

Ahla a laissé lab, elle ne peut lui tenir la main et la soutenir pendant cette horrible expérience…..Son cœur se serre, des larmes qu’elle ne peut retenir se mettent à couler, bruma est mort….
Une page se tourne, elle n’aurait jamais pensé que se serait si douloureux. Alors, elle pleure, pleure et pleure encore.
Revenir en haut Aller en bas
Nenuphar

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Oui
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mar 9 Nov - 3:24

[Barcelone, Barcelone. 6 semaines d'arrêt. Merci de vous assurer que vous n'avez rien oublié dans le Kraken.]


Barcelone donc…
Quand Brigante avait parlé de ville « phantasme » avec son accent du sud, Nénu avait imaginé des tas d’activités plus festives les unes que les autres. En fait, elle avait imaginé tout… sauf ça.

D’abord la mine d'or à l'ouest de la ville. Comme partout ailleurs, le travail était dur et mal payé, sauf que là, elle creusait pour de l’or. Elle avait bien tenté de cacher une petite pépite dans le fond de sa poche, après une rude journée de travail, pas tant pour l’argent - l’Hydre était riche - mais juste pour le frisson.
Elle s’était fait prendre et avait été interdite de mine, et elle n’avait pas du être la seule à tenter l’expérience parmi les cavaliers. En effet, quelques jours plus tard la mine avait été totalement fermée. Plus de mines exploitables, ni de grands chantiers à Barcelone... Et comme dans toute capitale qui se respecte, il fallait être à l’affut pour dégoter l’une des trop rares offres d’emploi chez un habitant.
Elle avait donc fini par aller astiquer à l’église…
Les bancs.
C’était les bancs qu’elle astiquait, sinon peut-être qu’elle y aurait trouvé une certain plaisir. Mais là, franchement non. Elle était juste un peu plus réputée à la sortie, parce qu’elle avait bien… Bref.
Et tout ça, sans parler du prix et de la rareté du pain. Aucun guide ne le précisait, mais à Barcelone, le pain frais était un luxe, et le marché semblait rationné comme en temps de guerre.

Phantasme pour phantasme, elle avait finalement décidé de devenir étudiante modèle. Elle avait obtenu une bourse d’étude de l’Hydre, mention Trésor de Gascogne. Quand elle arrivait à l’heure, elle assistait au cours, sinon elle étudiait toute seule. L’argent de MdM ne serait pas englouti dans le gouffre inutile d’un quelconque prestige, mais il servirait à engraisser encore un peu plus les enseignants Catalans, déjà bien replets.

Pendant ce temps, le Kraken était à quai, pour réparations. Mais Hagos, le capitaine avait disparu et Nénu commençait à avoir de sérieux doutes. L’accostage dans le port naturel n’avait pas été aussi facile que prévu et la coque avait été endommagée. Est-ce qu’il était vraiment capitaine ? Et pourquoi avait-il subitement disparu des tavernes et des quais ? Un soir, elle avait partagé ses craintes avec Jen, et une autre question lui avait traversé l’esprit. Et s’il partait avec le Kraken, en douce ? Dans le doute elle avait abandonné les études pour remonter sur le bateau et elle avait passé les jours suivants à ne rien faire d’autre qu’à guetter les faits et gestes du capitaine. S’il l’interrogeait sur sa présence à bord, elle pourrait toujours dire qu’elle avait oublié des affaires dans la cale.
Et puis un matin, c’est Fernand qui était sorti de la cabine du capitaine… Elle avait douté à peine une demi seconde, avant de comprendre qu’elle pouvait reprendre en toute tranquillité le chemin de l’université.
Dans sa tête, précédée de quelques notes, une voix agréable et claire annonça :


Barcelone, Barcelone. Terminus. Merci de vous assurer que vous êtes bien descendue du Kraken.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Ven 12 Nov - 1:29

[Raaaaaat !!!!!!!Ah !!!!!!!!!!!!Rat !!!!!!!!!Ah !!!!!!!!!!!!!Les sirenes du port de Barcelone….]


Bon alors…

Pattes croisées sur torse bombé de Ratpitt qui se prend pour un caïd…faut dire qu’il a une gonzesse quelque part, tellement qu’elle est belle tellement qu’elle est canon que le monde entier est jaloux…Plus con que lui tu meurs…En tout cas , l’est très fier de sa connerie le rat qui contemple le pauvre Licha collé au mur à l’aide de multiples ustensiles de cuisine.Ratelse ( tututu tududu) à côté s’évertue péniblement à coller une salamandre dans de l’eau bouillante, salée évidemment.

Dis tu crois que j’l’ouvre avant de plonger dans l’eau ou je balance direct ? nan parce que bon, les viscères bof nan ????


j’sais pas on se pose pas la question avec les langoustines si ?


si à la capitale…

ben à la capitale c’est des peigne zizis !

ouais c’est pas faux ça…j’balance tel quel, on verra après…ça crie comme les homards tu crois ?

Les deux rats tendent l’oreille.

Pas l’air…

BADA BADA BADA …

Vlà les deux glands

Hey vos gueules les gominés…On a chopé des réponses à l’université.Enfin p’t’être, comment être sur avec Elle?????

Alors ???? Vous savez pourquoi les salamandres ? elle a peur de manquer de poule au pot ?


On dira ce qu’on voudra des dits « deux glands » mais sont plus intelligents que ne laissent apparaître leur dégaine. Et pour être efficaces en ce qui concerne les recherches ardues en bibliothèques, sont champions.Aussi sortirent ils d’un air docte quoiqu’un peu embrumé, un rouleau de parchemin.

Bien !

La salamandre donc ! Elle a été mentionné comme magique dès Pline l’ancien qui lui pretait des propriétés magiques. De même Paracelse au…


Ooooooooooooooohhh ça va pas nan ?????????z’etes ouf ou quoi ? Pourquoi elle veut qu’on en bouffe, le reste on s’en cogne, c’est du branlage intellectuel votre truc là…ça sert à rien.

Regards courroucés de Ratik et Ratwan envers leurs deux congénères.

Si ça sert.

Nan ça sert à rien.

si ça sert.



Quelques longues minutes plus tard, sous les yeux effarés du petit Licha toujours vissé au mur, alors que volèrent assiettes, gamelles, farine, œufs, fruits et autres épices comme autant d’arguments convaincants, les quatres rats dont on ne distinguaient plus réellement les couleurs se regardèrent essouflés.

bon alors ! pourquoi ?

ben…les bretons ça a peur des salamandres il parait.


C’t’une blague ????????

nan…

Mais elle a peur de rien ça colle pas votre truc là.

Peur de rien peur de rien c’est vite dit hein…j'connais deux trois trucs qui lui collent les miquettes à la blondasse...

La porte s’ouvrit soudain avec fracas.

Euh…

PUTAIN C EST QUOI ENCORE CE BORDEL !!!!!!!!!!!! J M EFFORCE DE NOUS RENDRE CREDIBLES ET VOILA CE QUE VOUS FAITES ! QU EST CE QUI M A FOUTU DES BRANQUIGNOLLES PAREILS !!!!BANDE DE NASES !!!

L’aut’ là…super zhéros…


Vos gueules !

J’ai l’info…C’est les secrets services of sa majesty Levan. parait qu'ils ont crée un machin pour contrer l’Hydre…ça a du la faire marrer la connaissant. Un certain Alix machin…soit disant que c’est une pointure…Bref. Elle doit vouloir lui envoyer un cadeau.


mais comment tu sais ça toi ?


Regard hautain de Ratman.

J’suis pas branquignolle moi…j’ai un RESEAU…

Ah ouais ??????????

Les 4 se relèvent comme d’un seul rat.

On va te le faire bouffer ton réseau…

La bagarre reprit alors que Licha baissait la tête résigné.

[b]¿ Que me soy pues venido para hacer en esta galera ?
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Mar 16 Nov - 2:47

Bon, on recommence….

Zou, retour vers Barcelone…..

Elle voit bien les regards fuyants de Galo. Ca cache quelque chose…. Mais quoi ? Evidemment, lui est au courant de quelque chose, seulement, l’a pas l’air de vouloir cracher le morceau.

Qu’est ce qui se prépare ?

La pauvre Ahla se torture de suppositions en tout genre….

Et soudain, la lumière se fait dans son esprit : Le BATEAU…..

Galo a juste le projet de la faire regrimper sur un putain de rafiot.

Elle peste, rage et ne décolère pas. Sachant pertinemment, que quoiqu’il arrive, de toute façon, elle suivra son « corps ». Et puis, au bout d’un moment, et comme à chaque fois, elle se résigne. Cette fois avec le secret espoir, qu’au bout de l’étendue de flotte, elle retrouvera lab.

Barcelone est en vue. Rien de change jamais, et la ville ne fait pas exception à la règle. Toujours aussi vide, aussi morte, aussi déprimante.

Retrouvaille en taverne malgré tout. Elle y voit un chef roupillant, ou siestant, au choix. Une Gwen plus en forme que jamais, et la surprise du jour : Chew, Chew qui est enfin arrivé. Pour un peu elle lui sauterait au cou tant le plaisir de le revoir est grand.
Ah ! On trouve aussi un crétin dans la taverne…. Un francais, mais super crétin quand même. Un pauv’type qui veut intégrer l’hydre, mais qui finit par les insulter copieusement sous on ne sait quels prétextes…. Encore un qui est bien à plaindre, un de plus….

La nuit arrive, retour au campement. Galo est là, égal à lui-même, et c’est sur un laconique :
« Le bateau est prêt » qu’elle apprend que l’embarquement est pour le lendemain.

Mauvaise nuit… Dans ses cauchemars, elle se noie ou se voit en train de s’étouffer dans son vomi…. Tristes perspectives.

Le jour se lève, enfin…. Les cernes apparaissent. Plus de sourire, plus de gaité, il est temps de prendre la mer, avant que se soit elle qui ne les prenne tous.

Le regard bas, les épaules voutées, et bien entendu, en traînant des pieds, elle se dirige vers la passerelle.

Rien ne l’intéresse autour d’elle, elle ne voit rien ni n’entend personne. Se contentant de monter à bord, espérant être moins malade que la fois précédente.

Rapide installation, attente du départ. Moment de panique en se rendant compte que galo n’est pas encore à bord. Vaine tentative pour redescendre et partir le retrouver. Un sourire enfin en le voyant poser un pied assuré sur le pont du bateau.

Il a bien vu qu’elle a craint le pire, ça le fait sourire. En voyant son visage serein, elle reprend confiance. Pourquoi, mais surtout de quoi avoir peur ? Avec lui, rien de nocif ne peut arriver…

Elle se retourne et entrevoit nénu. Une bonne chose, son oreille préférée est là. Au moins, elle ne s’ennuiera pas…. Comme s’il était possible de toute façon de s’ennuyer autant qu’à Barcelone…

Elle reprend rapidement du poil de la bête. Oui décidément, tout ira bien.

Elle voit le capitaine qui s’approche d’elle, il lui lance :


Tu fais partie de l’équipage…

Froncement de sourcils, petit regard en arrière, pour mieux se rendre compte que c’est bien à elle qu’il s’adresse… Le poil de la bête prend soudain l’eau… Elle fait partie de l’équipage…..
Une lumière s’allume dans son cerveau, elle ne souhaite plus qu’une chose : redescendre.

Le type qui conduit l’engin de la mort est un dingue……
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Dim 5 Déc - 22:36

Retour en arrière : Le bateau…. Elle est dessus, forcément. Là ou l’on va importe peu, tant qu’on y va….

Sur un rafiot, les jours se suivent et se ressemblent. Se lever, être malade, s’apercevoir des regards compatissants et apitoyés, enrager de vomir autant, se demander comment un corps vide de tout peut malgré cela contenir autant de choses à renvoyer par-dessus bord…… Puis se recoucher…

Une escale, enfin…. Toulon. Une ville comme une autre, tout aussi morne et triste que les villages déjà visités. Tavernes vides, marché désertique et l’ennui, toujours, qui pointe le bout de son nez….. Ah non, pas cette fois, l’annonce est faite, la mairie sera prise, du moins, un essai sera fait pour prendre la mairie…. Essai transformé.

Le lendemain, sur place, quel plaisir de voir son galovert dans le fauteuil de maire. Première personnalité de la ville, rien à dire, ça lui va bien. Il est magnifique…. Et, il distribue les denrées comme personne, nul ne peut le nier, encore moins le pitoyable ex maire, qui n’a su que se cacher en les voyant arriver.

La nouvelle tombe, il faut réembarquer…. Ppppffff la balade en bateau ne cessera donc jamais ? Elle y va, toujours en marche arrière, vérifiant que son corps est bien à bord, elle ne voudrait pour rien au monde le laisser à ses furies Provençales.

Attente d’une attaque…. Rien ne vient. Déception….

Elle note malgré tout que le fait d’attendre une bataille qui n’est pas venue l’a empêchée d’être malade, il faudrait qu’elle soit menacée plus souvent….

Et zou, encore un débarquement…. Un nouveau pays cette fois. Après tout, pourquoi pas…

Pas le temps de monter un campement, il faut se diriger vers la ville la plus proche, pour rejoindre ceux qui ont pu arriver la bas. La fine équipe se met en route, confiante. Après quelques kilomètres, du bruit… Non, un vacarme plutôt…. Pas le temps de sortir les armes, des assaillants sont là, devant eux. Des soldats inconnus, même pas des ennemis… l’équipe est décimée.
Elle arrive encore à grimacer un sourire, Nénuphar est encore debout, elle a l’air d’aller plutôt pas mal…. Ahla réussit encore à crier un :
Cours Nénu, sauve toi. Avant de voir la belle prendre la poudre d’escampette…. Le corps qu’elle garde est devant elle, tombé lui aussi. Elle rampe pour essayer de l’approcher. Elle touche sa main, encore chaude, un regard vers son visage, il respire, ouvre un œil…. Elle lui sourit, avant de se sentir happée par un adversaire qu’elle ne voit pas… Son épée est détruite, son bouclier aussi. Que faire, sinon attendre l’occasion qui ne manquera pas de se présenter ? Voir le visage de l’homme, graver ses traits dans sa mémoire et revenir…..

Elle souffre, et essaie de ne pas sombrer…. Elle sent qu’on la jette sur du bois, elle est sur l’eau, encore….. Une barque peut être…. Avant de perdre conscience tout à fait, une voix se fait entendre :


Retournez d’où vous venez…..

Elle a soif, elle a faim, elle est sale…. Elle ouvre un œil…. Combien de temps est elle restée inconsciente ? Elle se redresse tant bien que mal…. Jette un regard alentour…. Toulon…. Un soupir, il faut retrouver les autres….
Revenir en haut Aller en bas
Galovert

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Oui
Fonctions: Roi du pied dans le plat

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Sam 11 Déc - 1:15

Foutre-culs de fils de louve !!!

Pour un plat de semoule tourné à l'aigre qui tord les boyaux.
Pour une colique collante de merdasse figeant le cerveau.
Pour ne pas avoir passé le mot...

Par Ari-Le-Puant !!
Voilà que je délire en mesure.

Que pourrisse la langue de ce chiabrena transalpin.

L'accent chantant de promesses italiennes comme rivière de pisse en vidange de latrines... Vaut autant que chant de la sirène qui promet délices et victoires embarquées.

Envasés jusqu'au nez et maintenant trucidés de pressantes amitiés.


Deux lances goutant à la saveur du repos guerrier...
Deux lances pleines de valeureux idiots se croyant en plaisante balade.
Deux lances boulotées aussi facilement que cagouilles à l'ail persillé.

Et personne pour puer de la gueule.

Pauvres fous de croire ainsi pouvoir traverser ne serait ce qu'une coudée de ce monde sans prendre garde aux vers de terre qui le peuple.

Comme si le Dode pouvait un instant permettre astiquer le rêve turgescent d'une trêve définitivement mole.
Définitivement impossible.

Le Chaos...
Raide et dur comme ce carreau d'arbalète qui me cloue au sol.
Fadasse comme le sang qui coule de mon nez et aussi amer en bouche que viande de grives becquetant du lierre.
Pourtant aussi doux que la caresse d'une main effleurant d'un geste les paupières d'un mourant.

Que n'ai-je commis folie de croire accommoder le Chaos d'un paradis d'artifices de respect et de fraternités extra-hydriques.


Et Fernand mâchant sa datura qui remet ça en Helvétie...

Et perdant conscience, Galovert en compagnie de ses semblables étripés pour quelques mots, chemina vers sa seconde résurrection...
Gageons tous que celle-ci sera édifiante d'horreurs délicieusement hydriques.
Revenir en haut Aller en bas
ahlatete

avatar


Compétences
Force: 255
Capitaine: Non
Fonctions:

MessageSujet: Re: Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS   Jeu 20 Jan - 22:44

Après moult pérégrinations, divers pillages, escroqueries, balades, vols, voyages et même une guerre à laquelle elle n’a toujours rien compris. Ahla a fini par retrouver son galovert qu’elle avait laissé aux soins de nonnes obèses et débordantes d’envies plus libidineuses les unes que les autres. C’est d’ailleurs avec un soupçon d’angoisse, et même un peu plus que ça, qu’elle a accepté de partir pour la guerre sans lui. S’imaginant des heures durant des scènes obscènes mettent en vedette son galo et ces furies vicieuses sorties tout droit de la bouche du Paradis uniquement pour lui torturer l’esprit qu’elle a déjà fort fragile.

les cavaliers prennent la route, labaronne et nénuphar sont là, la dream team se recompose, ne manque qu’Adessa qui a décidé, contre son gré bien sur, de rester sur place encore un peu. A croire que la vicelarde aime voir les têtes qu’elle fait tourner, tomber les unes après les autres.

La route se passe tranquille, rien, pas une armée, pas un brigand ni même un honnête homme à délester de ses biens. Les affaires sont en bernes. Les retrouvailles avec galovert… Pas de débordement d’enthousiasme, pas de sautage au cou ni de tripotage, même, si c’est pas l’envie qui manque. Elle est juste heureuse de le revoir en forme, égal a lui-même comme s’ils s’étaient quitté la veille.

La taverne…Lieu rencontre, l’endroit ou l’on croise celui qui espère que Nénuphar acceptera qu’il lui saute dessus sans autre forme de procès. Celui ou l’on se retrouve en face d’un maire crétin qui est persuadé que sa mairie a été pillé par l’hydre, alors que l’hydre n’était même pas encore sur place…. Ahh gloire, quand tu nous tiens.
L’endroit également ou Labaronne teste sa pelle sur le même maire toujours aussi con, mais désormais sans dent.

Puis le départ, encore un, pas le temps de se faire des amis, dont, de toute façon, on ne veut pas. Nouvelle ville, nouveaux débiles.
A peine arrivée et déjà un courrier attend ahla. Elle ne regrette pas d’avoir appris à lire, c’est finalement très utile. Même si en général les courriers qu’elle reçoit ne sont pas des plus amicaux. Il faut bien avouer que c’est ce qu’elle préfère. Si les expéditeurs imaginaient une seule seconde à quel point leurs lettres la mettent en joie, il est fort à parier qu’ils arrêteraient d’écrire…. Ce courrier, n’est pas différent des autres, elle y est même traitée de fauteuse de trouble, alors que pour le moment, elle n’a encore troublé ni rien, ni personne… Comprenant que le pauvre homme lui lance un appel au secours, et se sentant subitement l’âme charitable, elle décide de répondre à son appel… C’est du bordel qu’il veut…. Il va l’avoir…. Elle commence donc par répondre à l'impertinent courrier .



Citation :
Vous,

Sachez que si j'avais décidé de ne pas etre vue, vous ne m'auriez justement pas vue.... Que vous penseiez vous et pseudo milicien que je suis une fauteuse de trouble, me laisse totalement indifférente.. Le fait que vous soyez capable de penser me laisse déjà totalement pantoise...
Vous me demandez si gentiment de ficher le camp, qu'il me semble que je vais rester encore un peu, ne serait ce que pour vous faire plaisir. Sachez que je suis partout chez moi et que je n'ai certainement pas de compte a rendre à un pauv'type qui se prend pour le sel de la terre juste parce qu'il est le maire d'un bled situé dan sle trou du cul du monde.
Je ne suis pas la bienvenue, tant mieux, je m'en voudrai d'etre bienvenue dans un village tel que le votre, il vous ressemble, il est apathique, vide, et dépourvue d'imagination...
Si vous avez un problème avec mes amis, allez leur dire vous meme, pour autant que je sache, je ne suis le messager de personne, encore moins de vous.

Du coup, j'envisage de m'installer ici, je suis sure que je pourrais y mettre toute l'animation qui vous manque....

Merci encore....

ahla
Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques aquatique de l'hydre - MIS SUR LES ARPENTEURS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: