L'Hydre


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Invasion de la Halle de Gien - RP incendie de l'herboristerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mahaud

avatar


Compétences
Force: 255 ! Retour à la normale !
Capitaine: Oui
Fonctions: vanille

MessageSujet: Invasion de la Halle de Gien - RP incendie de l'herboristerie   Jeu 9 Sep - 18:11


08 SEPTEMBRE


Cylouan a écrit:
Gian brulait cyl etait revenu au repaire prepare dautre fioles ... Cette fois si il s ataquerais a quelqu un en particulier. Hecat avait voulu s ataquer a lui et on s ataque pas a un membre de l hydre sans concequence ...
Cyl avait entendu parler quel tenais a un endroit en particulier... Cyl avait encore mieu preparer son materiel...

Il arriva au galop par l arriere du batiment pour y lisser son cheval ... Il rentra de force dans le batiments et commenca a tout renverser ... Une fois tout a terre ... Il renversa du liquide inflamable partout sur tout les murs... Cela peit a peinne quelques minutes il resortit du batiments alluma ses flacon et les lanca dans le batiments... Le feux se rependit a une vitese folle ... Cyl repartit sur son cheval noir a vive allure aussi vite qu il etait arrivee...



Gwerad a écrit:
Gwerad qui faisait un tour en ville vit le machin qui se prennait pour un dur filer à toute allure sur un canasson. Il fit un sourir, non pas de plaisir, mais de pitier. "Sa fuit dés que ça commet un méfais... Même pas capable d'assumer". Pensat-il.

Gwerad alla dans la direction opposé, là d'où provenait de la fumée. Mais notre ami Gwer alla juste à coté du bâtiment, il se contentait de regarder les flammes. "Puis qu'il à fuit, je vais lui piquer son travail. Je sens que je vais m'amuser ici". Pensat-il avec un grand sourir d'extase. Gwer aime le risque et là, il allait enfin pouvoir en avoir. Il attendit donc que du monde vienne et leur avouera en être l'auteur.

Siobhan. a écrit:
Oui, mettons Gien à feu et en cendre, chantonna la gamine en arrivant sur les yeux du crime.
Elle eut un rire d'extase en voyant les flammes s'élevaient dans les airs de plus en plus hautes, la fumée épaisse et noir commençait à tous envelopper... l'obscurité, comme celle qui régnait désormais dans son cœur, allait bientôt envahir Gien.
Elle se mit à applaudir à tout rompre comme devant un spectacle et se mit à rire plus fort.
La fumée s'élevait de plus en plus haut, de plus en plus grosse, déjà elle commençait à tousser , manquant s'étrangler.
Une dame d'âge mûr qui était venue pour observer le feu elle aussi la regarda de travers et lui demanda de se calmer.


Oh non, oh non, non, non, non, non! s'écria la gamine en faisant tournoyer le bâton au dessus de sa tête et fixant l'imprudente de son regard vide et froid. J'aime le feu!

Elle allait taper, taper , taper. Ça allait lui faire mal à la dame. Elle allait regretter de s'être adressée à elle, Siobhan ne veut pas qu'on arrête le feu, elle veut que les flammes brûlent tout et détruisent tout. Quitte à périr elle même au milieu d'elles.
Elle se dirigea menaçante vers la femme, le bâton tournoyant de plus en plus vite, prête à faire un carnage, enfin...enfin un cobaye humain. Elle en salivait presque.
Mais la dame émit un cri strident avant de se mettre à courir.
Déçue, Siobhan se mit à taper rageusement le sol de ses pieds, comme une enfant capricieuse à qui on avait refusé un jouet.
Pourquoi ? pourquoi personne ne voulait jouer avec elle et son bâton ?



Molly_folie a écrit:
Molly s'en allait galopante vers le pas vu pas prit quand elle vit l'herboristerie en flamme, elle aussi.

Tout bruler, les maisons par endroit s'écroulaient sur elle même, dans un crépitement assourdissant, le grondement des flammes, la fumée faisant tousser et piquant les yeux, une horreur, l'enfer sur terre. Molly vit cette silhouette, la nana de l'hydre! Elle piqua des deux, et fonça vers elle.

"Toi !" hurla-t-elle rageuse.

Elle sauta a terre, laissant son cheval finir sa course ou bon lui semblait, et dégaina sa lame, bouclier au bras gauche, et épée reflétant les flammes alentour.

"Tu veux un cobaye, en voila un, et du courage "


Molly n'avait qu'une envie, en découdre, être tuer ou tuer, périr ou survivre a cette nuit..


Artemus a écrit:
Artemus venait de laisser Cadom au cadastre il arriva devant l ' herboristerie l ' arc à la main.

Il vit une jeune fille un baton enflammé à la main se dirigeant vers une dame , il prit son arc pointa une fleche en direction de la jeune fille .

Un bruit sourd interrompis sa concentration , molly venait de faire son apparition sur son fidele destrier , il la vit sauter de son cheval et se mettre à crier en direction la jeune fille, il la laissa faire , débanda son arc
et alla en direction de l ' inconnu.

Ne bougez pas messire , j ' ai une fleche prete a vous transperçer

il remit son arc pret a tirer et attendis la réaction de l ' homme.


Gwerad a écrit:
Gwer était obnubilé par les flammes, tel des âmes dansantes. Flamboyante créature, être chaud. Comment une si belle chose pouvais être lié au mal ? Après tout, il purifie, donc est du coté du bien... Gwer et sa vision du monde, souvent on le disait décalé. Mais là, il s'octroyait la pseudo gloire d'un Hydre. Un amateur à tout les coups.

Il y avait déjà du grabuge, mais Gwer resta à regarder les flammes, un sourire ravit sur le visage, c'est qu'il faut^être convainquant. Un homme le braquait avec un arc, celui-ci lui ordonna de ne pas bouger. Gwer lui lança un regard ravi et lui répondit.


- J'assumerais mes actes ! Tel est sa volonté ! Dit-il avec un grand sourire. Emmenez moi si vous le désirez, mais sachez que ma hache restera en son foureau. Que nul ne la touche, sinon Giens sera plus en brasiers.

Gwer était très sérieux, il va avoir les méfais sous son propre nom...


Artemus a écrit:
Artemus tenait toujours l ' homme en joue, il le vit lui faire un sourire et lui tiens un étrange discours , cet inconnu venait de lui avouer les incendies.

Artemus voulu lui envoyer la fléche en plein coeur mais il croyait en la justice .

pourquoi ces incendies , je ne vous comprends pas qu ' à fais Gien pour mériter votre colère!!!!

Artemus regarda l ' homme dans les yeux

l ' église , la mairie , le poste de police c ' etait vous aussi , vous avez des complices avouez et votre chatiment n ' en sera que moins dur

Artemus ne vit aucune émotion dans le regard de l ' homme , il paraissait n ' avoir aucun remord.

Je ne peus rien vous promettre pour votre hache , maintenant vous allez devoir répondre de vos actes et je pense que votre hache ne vous sera d ' une grande utilitée.
Artemus reprit

vous etes un hydre , n ' est ce pas ?
Il ne le quitta pas du regard attendant ces confessions





Dernière édition par Mahaud le Jeu 9 Sep - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mahaud

avatar


Compétences
Force: 255 ! Retour à la normale !
Capitaine: Oui
Fonctions: vanille

MessageSujet: Re: Invasion de la Halle de Gien - RP incendie de l'herboristerie   Jeu 9 Sep - 18:15

Gwerad a écrit:
Gwer écouta attentivement l'homme, toujours avec son sourire. Il le regardait dans les yeux, allait-il la décocher ou non ? Seul le Tout Puissant peu le savoir.

- Je répondrais à toutes ses questions lors de mon procès... Dit-il calmement.

Mais lorsqu'il lui demanda s'il était de l'hydre, Gwer ne peu se retenir d'éclater de rire.


- Je n'ai pas besoin de ses amateurs, nous valons mieux qu'eux ! Ceux là ne font que nous hacher le travail, nous n'avons plus qu'a nous baisser pour récolter. Dit-il avec un sourire de gloire et de fierté, et termina par sa propre devise. La couardise n'est point notre devise ! Ma personne est fin prête et disposer à vous suivre.

Gwer s'écarta du brasier et laissa les femmes entres elles.

09 SEPTEMBRE

Siobhan. a écrit:
Le feu ravageait l'herboristerie qui allait finir en cendre si personne ne venait éteindre le feu, mais cela la gamine s'en fichait, elle prit son bâton, un bâton normal qui n'était pas du tout enflammé (quelle idée!! elle n'allait pas détruire sa seule arme!)

Encore pleine de rage d'avoir perdue son jouet...enfin la dame, Siobhan entendit derrière elle une voix de fille et le hennissement d'un cheval ...
Elle se tourna vers sa nouvelle potentielle victime et eut un sourire carnassier en reconnaissant la fille... la sœur de Liam, celle qui avait voulu l'égorgée mais qui s'était dégonflée. La gamine eut un ricanement, elle était revenue cette fois, l'épée dégainée et bouclier pour la protéger, la peureuse.

Oui! enfin on s'amuse ici!
s'écria-t-elle ravie.

Elle pouvait enfin tout cassé , brulé, frapper les gens, on lui avait donné la permission et elle en avait tellement envi, après tout , tout n'était qu'illusion, c'était ce que le Dode avait dit. Tout est faux, tout ce qui l'entourait, les gens, leurs armes et même ses flammes. Elle pouvait tout bruler et détruire cela n'avait aucune conséquence et cela n'en aurait jamais aucune. Leur monde était une simple illusion.

Avec un sourire serein sur son visage, elle sourit à la fille et courut vers elle. Elle n'avait ni peur de son épée et de son bouclier, ils étaient aussi faux qu'elle.

Elle courut et atteignit la fille, son bâton tournoyant au dessus de sa tête vint frapper avec force le bouclier que la fille avait mis en face d'elle pour se protéger. Le choc fit tomber le bouclier à quelques mètres de là.

Elles étaient maintenant face à face, deux adolescentes du même âge, l'une brune avec son épée, l'autre blonde avec un bâton.



Molly_folie a écrit:
Molly prit ses appuis, et accusa le choc, elle tenue bon, mais la sangle tenant le bouclier a son bras la lâcha, et sa protection vola a quelques mètres de là.

Elle grogna, la secousse provoqua une douleur de son poignet jusqu'à l'épaule, sans attendre elle sauta sur la fille, et mena une attaque en faisant une enroulée vers la droite.

Souple mais ralentie par la douleur de son bras, elle toucha la blonde a la cuisse, sans attendre elle recula, elle savait que l'autre n'hésiterait pas a la tuer, elle ne voulait que blesser.

Elle avait tout de même une question : "Pourquoi?" dit-elle la gorge serrée par la fumée, et la rage.


--Un.habitant.de.gien a écrit:
Au feu, au feu, l'herboristerie brûle aussi!

Depuis le temps qu'il vivait à Gien, le vieux compère n'avait jamais vu une chose pareille, sa ville brûlait, sa ville était à feu et à sang, tout cela à cause de ses maudits de l'hydre.
Pourquoi ? oh pourquoi ?

Il se précipita à la fontaine avec quelques jeunes hommes robustes, un seau à la main et ramenant de l'eau essaya d'éteindre le feu.

En vain, le feu était trop important. Les patients qui s'étaient réfugiés ici pour fuir le feu du dispensaires, étaient sortis en courant, poussant des hurlements apeurés, une bonne sœur était en larme, elle avait le bras gauche brûlée et appelée à l'aide. Mais tout le monde était beaucoup trop occupée à éteindre le feu et à se sauver. C'était l'enfer!
La fumée lui brulait les yeux et le faisait tousser. Maudite Hydre! Son village, son beau village.

Il se demanda aussi ce que faisait la mairesse, cette chère dame Hecat, pour qui il avait voté et désormais il le regrettait.
Qu'avait-elle fait pour les protéger contre l'Hydre ? rien, rien du tout!

La mairesse nous a laissé tombée, hurla-t-il à ses compagnons d'infortunes, regardez où est-elle ? est-elle en train de nous aider à éteindre le feu ? Non! pas du tout, elle est beaucoup trop occupée à sauver ses fesses!

Puis il vit un homme se dénoncer pour le feu et soudain toute sa colère se déporta sur cet individu.

Il a mis le feu, cet homme est coupable! il a détruit notre ville! qu'on le pende!

Les autres hommes qui étaient présents avec lui pour éteindre le feu , crièrent leur rages à leur tour. Il y avait même des femmes, et des patients du dispensaires qui tenaient encore debout.

Qu'on le pende! pendu! pendu!pendu! scandèrent-ils en chœur en se rapprochant de l'homme qui avait osé avouer être le responsable du crime.

Deux hommes l'attrapèrent par le bras près à le mener au pilori.



Siobhan. a écrit:
La maudite! elle s'était précipitée sur elle et lui avait mis un coup à la cuisse, maintenant ça faisait mal. Si mal!
En baissant les yeux elle vit le sang coulait sur ses braies noirs. Pourquoi ? le Dode avait pourtant juré que tout n'était qu'illusion!
Alors pourquoi saignait-elle ? pourquoi avait-elle mal ?

Elle voulut faire un pas mais elle tomba à terre, la blessure à sa cuisse n'arrêtait pas de saigner, et la douleur lui paralysait la jambe, elle la sentait jusqu'à ses orteils, elle poussa un cri de rage frustrée, comme un animal, comment allait-elle jouer si sa jambe ne voulait pas la suivre ?
Sa rage augmenta, maudite jambe! mauvaise jambe! elle voulait rendre la pareille à cette peureuse. Mais celle ci se mit à demander "pourquoi ?" d'une voix plaintive, pff pourquoi, hein ? pourquoi ?
La gamine ricana, ses yeux s'ouvrirent en grand , avec ses cheveux ébouriffés et les cendres qui lui tombaient dessus on aurait dit une folle, et tendit qu'elle essayait de se redresser péniblement utilisant son bâton comme une canne, elle répondit d'une voix cassée :

Parce que tu n'existes pas, voilà pourquoi ! tout n'est qu'illusion, tu es aussi peu vrai que je le suis! et même ce combat à mort n'est pas vrai, tout est faux, ce monde est faux! Nous ne sommes que des marionnettes dans un monde sans consistance ! Alors pourquoi ne pas tout détruire , ne pas tout bruler hein ? parce qu'en vrai rien ne brûle, tout n'est qu'illusion, ça n'a pas d'importance!


Et la gamine se mit à rire de plus belle, la tête rejetée en arrière.

Au loin elle entendit la foule enragée, on voulait pendre un homme! chouette! Sa joie en fut redoublée, elle voulait voir ça, mais elle devait d'abord en finir avec la fille.

Elle fit un pas vers elle, puis courant le risque de tomber souleva son bâton et frappa la jeune fille sur la tête, celle ci rapide, fit un mouvement de cotés et Siobhan atteint seulement son bras droit. Rhaaa!



Molly_folie a écrit:
"Foutaises !" Hurla Molly en entendant la réponse, soudain son regard fut attiré par un homme hurlant, gesticulant, mais la fille blonde lui sauta a nouveau dans les pattes elle lui visa la tête, Molly eut a peine le temps de s'écarter que le bâton lui fracasser l'épaule.

Un craquement, et Molly hurla de douleur, elle allongea vers les cotes de l'hydrique, et d'un coup de pied a l'arrière du genoux s'entraina vers elle.

Elles roulèrent toutes les deux au sol et molly parvient a lui coller sa lame sous le menton.

"Pourquoi souffrons nous si c'est illusion? Depuis quand une illusion fait-elle mal? Pourquoi ce sang? Pourquoi cette fumée qui nous opprime... ? La mort n'est rien, et la vie ne vaut pas mieux, mais qu'avons nous si ce n'est ça? La certitude qu'il faut vivre puis mourir?"


Molly relâcha la pression sur la gorge de la fille, son épaule ne répondant plus, son bras pendant lamentablement contre elle. Elle ne voulait pas tuer, la fille avait le même age qu'elle, elle ne pouvait pas la tuer... Elle aurait put être sa sœur !

"Si je n'existe pas... Tue moi... Si je ne suis qu'une formation de ton esprit, par sa seule force tu est censée pouvoir me tuer non?"
Revenir en haut Aller en bas
 
Invasion de la Halle de Gien - RP incendie de l'herboristerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hydre :: La place commune :: [RP] : Nos histoires en Gargotes-
Sauter vers: